Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles THOMAS (1644-1681)

[48]. THOMAS, Charles, était fils d'un bourgeois de Paris (Seine). Il naquit vers 1644, eut une jeunesse très pieuse, se destina de bonne heure à l'état ecclésiastique, et passa l'examen de licencié en théologie. Ayant connu, par sa sœur qui était religieuse, une des Relations publiées d'après les lettres des premiers vicaires apostoliques, il résolut de se consacrer à l'évangélisation des infidèles. Il réalisa un bénéfice qu'il possédait à Gien, entra au Séminaire des M.-E., et partit de Paris le 8 juillet 1674.
Add this

    [48]. THOMAS, Charles, était fils d’un bourgeois de Paris (Seine). Il naquit vers 1644, eut une jeunesse très pieuse, se destina de bonne heure à l’état ecclésiastique, et passa l’examen de licencié en théologie. Ayant connu, par sa sœur qui était religieuse, une des Relations publiées d’après les lettres des premiers vicaires apostoliques, il résolut de se consacrer à l’évangélisation des infidèles. Il réalisa un bénéfice qu’il possédait à Gien, entra au Séminaire des M.-E., et partit de Paris le 8 juillet 1674.

    Dans la Méditerranée, le navire marchand sur lequel il s’était embarqué fut attaqué par quatre corsaires de Tripoli. Debout sur le pont, le crucifix à la main, le missionnaire animait les matelots au combat­ ; son courage fut si grand et son influence si heureuse, que le capitaine du bord déclara devant tout son équipage lui devoir la vie et la liberté. Il débarqua en Egypte, traversa la Perse et l’Inde à pied, essaya, sans pouvoir y réussir, de se rendre en Chine, et finit par aller au Siam. Il y resta peu de temps, et en 1677 fut envoyé en Cochinchine, porteur de lettres adressées par Mgr Lambert de la Motte au Chua de Hué.

    Il prit passage avec M. Lenoir sur la barque d’un mandarin annamite, aborda en Basse-Cochinchine ou au Cambodge, et administra les sacrements aux chrétiens des provinces qu’il traversa. Après avoir rempli la mission dont il avait été chargé, il alla se fixer au Quang-ngai. Ayant bu de l’eau malsaine, il contracta une maladie qui le conduisit au tombeau. Il mourut le 19 février 1681, à Chu-naug, province du Quang-ngai.

    Notes bio-bibliographiques.

    — Relat. des miss. et des voy. 1672-1675, pp. 174, 182, 315 et suiv. — Relat. des miss. et des voy. 1676-1677, pp. 79 et suiv., 189, 239. — Hist. de l’ét. du Christ., ii, pp. 260, 283.

    • Numéro : 48
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1674