Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles THIRION (1872-1919)

THIRION Joseph (1872 - 1919) [2235] THIRION Joseph, Marie, Pierre, Théophile, Charles, est né le 05 mars 1872 à Macheren (Mackern), canton de Saint Avold, diocèse de Metz (Moselle). Il n'habita pas longtemps dans son pays d'origine, car son père vint s'installer en Vendée, dans la commune de la Flouellière. Après ses études secondaires et son service militaire, il entra aux Missions Étrangères le 16 octobre 1894 et fut ordonné prêtre le 28 juin 1896. Il partit pour le Kouytcheou le 29 juillet 1896.
Add this

    [2235]  THIRION Joseph, Marie, Pierre, Théophile, Charles, est né le 05 mars 1872 à Macheren (Mackern), canton de Saint Avold, diocèse de Metz (Moselle). Il n'habita pas longtemps dans son pays d'origine, car son père vint s'installer en Vendée, dans la commune de la Flouellière. Après ses études secondaires et son service militaire, il entra aux Missions Étrangères le 16 octobre 1894 et fut ordonné prêtre le 28 juin 1896. Il partit pour le Kouytcheou le 29 juillet 1896.

     

    À Kouiyang, on le confia d'abord à un vieux missionnaire pour l'étude du chinois, puis il alla au Petit Séminaire, où il continua d'apprendre le chinois. Il trouva cette langue difficile. Après quelques mois, il fut envoyé au pays dioy avec résidence à Ouangmon. Là, il dut apprendre une nouvelle langue, celle des indigènes dioy. Dans ce vaste district, le jeune missionnaire eut devant lui un immense champ de 40.000 chrétiens. Il construisit une belle église, qui, plus tard, devait être démolie à la suite de pluies torrentielles. Il évangélisa ses chers indigènes avec beaucoup de dévouement. Toutefois la fièvre vint compromettre sa santé, et il dut quitter cet endroit, pour s'établir à Tongcheou où il travailla de 1899 à 1902. Son zèle ardent et sa parole de feu déclenchèrent dans le district un mouvement de conversions.

     

    En 1902, il quitta ce district. Il fut transféré à Gantchouen, comme vicaire du vieux Père Lamy. En 1905, il devint curé de Kiensy, où il bâtit une résidence confortable. En 1910, il fut chargé du district de Touchan, où il ne resta que trois ans. Puis en 1913, il devint titulaire de Tinfan. En 1917, il dut aller à Taitchen, soigner le Père Ignace Eslinger, rongé par la maladie.

     

    Il s'intéressa toujours beaucoup à ses paroissiens, enseignant le catéchisme tous les jours après la Messe, allant voir dans les villages, les tièdes et les apostats. Il aimait recevoir ses confrères chez lui, et il prenait grand soin d'eux.

     

    C'est à Tinfan qu'il ressentit les premiers signes de la maladie qui devait l'emporter. Il souffrit de rétention d'urine. Il n'y avait pas de docteur européen, ni d'hôpital moderne au Kouitcheou. Le Père continua son apostolat, et continua d'aller visiter une quarantaine de villages, autour de sa résidence, ce qui lui prenait au moins 5 mois de l'année. Il ajouta à ce ministère la construction de bâtiments; il agrandit sa résidence, et les écoles devenues trop petites... Grâce à son zèle, il put faire également de nombreux baptêmes d'adultes. De 900 chrétiens, après six ans de ministère, la communauté paroissiale s'agrandit jusqu'à 1.300 âmes.

     

    Un jour, pour porter secours à un malade dans un district voisin, il fut pris par une forte pluie, et son état s'aggrava rapidement. Assis sur une chaise longue, il reçut l'Extrême onction et expira à Tinfan, le 8 août 1919. Il repose maintenant sur une colline, face à la ville pour laquelle il donna tout son coeur en épuisant toutes ses forces. Il n'avait que 47 ans.

     

     

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1896 p. 579. 1901 p. 111. 314. 1910 p. 113. 245. 246. 1911 p. 56. 1912 p. 221. 1919-20 p. 287.

    CR 1896 p. 331. 1898 p. 121. 1899 p. 141. 1900 p. 113. 119. 1903 p. 114. 1904 p. 129. 1905 p. 104. 1908 p. 105. 112. 1919 p. 239. 1947 p. 315.

    • Numéro : 2235
    • Pays : Chine
    • Année : 1896