Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean TESSIER DE QUÉRALAY (1668-1736)

[116]. QUÉRALAY (TESSIER DE), Jean-Jacques. C'est le nom sous lequel il est le plus connu ; mais ce nom est-il exact ? En tous cas, il laisse place à quelques doutes. Le missionnaire signait Texier, Tessier, de Quéralay-Tessier, de Kéralay-Tessier, Tessier-Quéralay, Tessier de Quéralay. Il naquit vers 1668 dans le diocèse de Nantes ; d'après une note anonyme, ce serait à Chantenay. Le nom de Quéralay ou Kéralay a été porté par plusieurs familles habitant les environs de Guérande (Loire-Inférieure).
Add this

    [116]. TESSIER DE QUÉRALAY Jean-Jacques (1668-1736) naquit vers 1668 dans le diocèse de Nantes , et partit en 1699 pour Pondichéry.  En octobre 1717, il fut nommé évêque de Rosalie et coadjuteur de Cicé, au Siam. En 1720, il quitta Pondichéry, séjourna à Mergui près de deux ans, et n’arriva à Juthia qu’en 1722. Il y reçut la consécration épiscopale en mai 1723. Il demeura d’abord au Collège Général, où il fut chargé de la direction des séminaristes. Le 1er avril 1727, il devint vicaire apostolique, à la mort de Mgr de Cicé. C’est sous un épiscopat que fut publié l’édit royal contre la religion chrétienne, interdisant : 1° d’écrire en langue siamoise ou en bali des ouvrages sur la religion chrétienne ; 2° de prêcher le catholicisme à des Siamois, à des Pégouans ou à des Laotiens ; 3° de les engager, par quelque voie que ce fût, à se faire chrétiens ; 4° de condamner la religion du royaume. En 1731, cet édit fut affiché sur un socle près de l’église de Juthia, une autre devant l’église de Mergui. En 1734, Tessier de Quéralay essaya de parler au nouveau roi qui venait de monter sur le trône d’une alliance avec la France, mais il se heurta à un refus. Il mourut à Juthia le 27 novembre 1736.

    • Numéro : 116
    • Pays : Inde
    • Année : 1699