Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean TAILHAN (1845-1897)

[1092]. TAILHAN, Jean-Romain, né à Livron (Basses-Pyrénées) le 18 novembre 1845, entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 24 octobre 1868, fut ordonné prêtre le 3 juin 1871, et partit le 16 août suivant pour le Se-tchoan méridional. Il débuta à Se-mong, dans la préfecture de Mei où il travailla avec succès à la diffusion du catholicisme. A dater de 1874, il fut également chargé des sous-préfectures de Tsin-chen et de Pin-chan, puis passa à Jen-cheou, avec résidence à Nien-keou.
Add this

    [1092]. TAILHAN, Jean-Romain, né à Livron (Basses-Pyrénées) le 18 novembre 1845, entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 24 octobre 1868, fut ordonné prêtre le 3 juin 1871, et partit le 16 août suivant pour le Se-tchoan méridional. Il débuta à Se-mong, dans la préfecture de Mei où il travailla avec succès à la diffusion du catholicisme. A dater de 1874, il fut également chargé des sous-préfectures de Tsin-chen et de Pin-chan, puis passa à Jen-cheou, avec résidence à Nien-keou. « On peut dire qu’il a ouvert la sous-préfecture de Jen-cheou, jusqu’alors presque entièrement fermée au christianisme, et où ses successeurs ont récolté de si riches moissons. Il parcourait les villages, accompagné de catéchistes qui prêchaient en sa présence sur les places publiques. Le peuple accourait en foule, car dans le pays on n’avait jamais vu d’Européen, ni entendu parler du christianisme. Parmi ceux qui embrassèrent la foi, tous n’ont pas persévéré­ ; néanmoins beaucoup demeurèrent fermes, et fondèrent des centres chrétiens aujourd’hui florissants. »

    En 1877, Mgr Lepley l’envoya dans la sous-préfecture de Tsin-ki­ ; il y resta près de dix ans, y prépara le poste de Fou-lin, fort important pour les relations avec le Kien-tchang, et ensuite, en 1884, résida à Houang-mou-tchang. Il dota d’oratoires plusieurs chrétientés.

    On lui confia, en 1891, le soin de fonder à San-kouan-leou une école préparatoire pour les enfants qui donnaient des marques de vocation ecclésiastique. C’est là qu’après la persécution de 1895, il recueillit tous les élèves du grand séminaire qui venait d’être détruit. En 1897, il se rendit au sanatorium de Béthanie, à Hong-kong, et y mourut le 22 septembre de la même année.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1890, pp. 73, 76­ ; 1891, p. 97.

    A. M.E., 1909, pp. 36, 37, 39.

    Bull. rel. Bayonne, 1897, pp. 47, 737.

    • Numéro : 1092
    • Pays : Chine
    • Année : 1871