Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri SIMONIN (1908-1990)

[ 3501 ] SIMONIN Henri, Charles Missionnaire Moukden - Yingkow - Administration Générale -------------- Henri, Charles SIMONIN naquit le 23 juin 1908, à Hankéou (ou Hankow), ce port situé sur le Yang-tsé-kiang, à mille kms à l'intérieur de la Chine, où son père, en fonction dans le négoce avait épousé Elisabeth Rendelmann. Ainsi dès le berceau, Henri connut trois langues : le chinois, l'anglais et le français. C'est peut être une explication de sa riche personnalité.
Add this

    Henri, Charles SIMONIN naquit le 23 juin 1908, à Hankéou (ou Hankow), ce port situé sur le Yang-tsé-kiang, à mille kms à l'intérieur de la Chine, où son père, en fonction dans le négoce avait épousé Elisabeth Rendelmann. Ainsi dès le berceau, Henri connut trois langues : le chinois, l'anglais et le français. C'est peut être une explication de sa riche personnalité.

     

    Revenu au pays natal, son père se fixa à Russey, diocèse de Besançon, département du Doubs. Après ses études primaires à Russey, Henri fit son cycle secondaire au petit séminaire de Maîche de 1919 à 1925, et obtint la première partie du baccalauréat.

     

    Le 19 septembre 1925, M.Simonin entra laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Là, il se lia d'une profonde amitié avec quelques confrères intellectuels dont M.Maurice Quéguiner, futur supérieur général de la Société des Missions Etrangères. Mais après le sous-diaconat reçu le 29 juin 1931, il tomba malade, ce qui retarda son départ en mission. Diacre le 29 juin 1933, ordonné prêtre le 23 septembre 1933, il reçut sa destination, au soir du dimanche 1 juillet 1934, pour le vicariat apostolique de Moukden qu'il partit rejoindre le dimanche 16 septembre 1934. Après un court séjour à Osaka, il s'embarqua à Kobé, avec M. Piou, le 6 novembre 1934, tous deux à destination de la Mandchourie, devenue "Etat du Mandchoukuo" depuis le 1 mars 1932.

     

    Les deux jeunes missionnaires arrivèrent à Moukden le 11 novembre 1934, au matin. Le lendemain M. Piou continua vers Kirin, quant à M. Simonin, après avoir pris contact avec les "tons mandchous" à l'évêché de Moukden, il partit au début de décembre 1934, chez M. Toudic à Kao-chan-touen pour continuer ses études de langue chinoise. Il trouva également "au milieu des montagnes boisées de cette contrée, l'occasion d'exercer ses connaissances de botaniste."

     

    En 1936, après un an et demi d'étude de langue, M.Simonin fut nommé à la tête du district de Ying-Kow, ville portuaire de 120.000 habitants où régnait une plus grande sécurité que dans d'autres districts où sévissait le brigandage. En mai 1937 et du 3 au 9 juin 1939, il participa à la retraite des missionnaires préchée à Moukden par le P.A.Valensin,sj..

     

    Lors de la déclaration de la guerre, convoqué à Tien-tsin, il partit le 8 septembre 1939, mais réformé en raison de ses accrocs de santé antérieurs, il fut de retour à Moukden, le 20 septembre 1939. Peu après "le décret Mandel" permit aux missionnaires de rester à leur poste. M. Simonin regagna donc Ying-Kow où il travailla jusqu'en 1944.

     

    Le 3 avril 1944, à Leao-Yang, ville d'environ 100.000 habitants, mourut M. Chanel, titulaire du poste. Comme successeur, Mgr. Blois choisit M.Simonin qui y travailla jusqu'en 1946. Après la défaite japonaise du 15 août 1945, arrivèrent dès le 19 août 1945, à Moukden les troupes russes, puis, le 13 mars 1946, l'armée libératrice et nationaliste de Chang-kai-chek. Pour éviter tout affrontement, les russes se retirèrent après avoir aidé les forces communistes à se rendre peu à peu  maitres des campagnes.

     

    Le 18 mai 1946, Mgr. Jean-Marie Blois décéda à Moukden. Devenu vicaire capitulaire, M.Vérineux replia en septembre-octobre 1947, 25 séminaristes et 90 religieuses chinoises sur Pékin-Nankin d'abord, et enfin sur Formose. En décembre 1948, les communistes contrôlaient toute la Mandchourie.

     

    Le 17 mars 1946, pour remplacer M.Pierre Cambon, à la procure de la mission, à Moukden, Mgr. Blois fit appel à M.Simonin. Les bouleversements politiques ne lui rendant pas la tâche facile, ce fut sans doute pour lui une des périodes difficiles de sa vie, car après sept mois, M.Vérineux le remplaça dans cette charge. Quant à lui, le 16 octobre 1946, il fut mis à la tête de la paroisse St. François-Xavier à Moukden qui de paroisse japonaise devint alors paroisse internationale.

     

    Par décret du 11 avril 1946, instituant la hiérarchie en Chine, Moukden devenu Shen-Yang, fut élevé au rang d' archevêché. Il resta vacant à la mort de Mgr.Blois, mais fut administré par M.Vérineux, vicaire capitulaire, jusqu'au 14 juillet 1949, date à laquelle Mgr. Pi en devint le titulaire. Le diocèse de Ying-Kow, comprenant huit préfectures détachées de l'ancien vicariat apostolique de Moukden, fut crée et confié à Mgr. Vérineux nommé premier évêque de ce nouveau diocèse, le 14 juillet 1949. Empêché par les nouvelles autorités de quitter Shen-Yang, Mgr. Vérineux demanda à M. Simonin de se rendre à Ying-Kow où il avait résidé pendant près de huit ans, afin de préparer la venue de l'évêque. Ce projet n'eut pas de suite, car aucun missionnaire ne fut autorisé à sortir de Shen-Yang jusqu'à leur expulsion définitive.

     

    M.Simonin sortit de Mandchourie et arriva à Béthanie, Hong-Kong le 20 mars 1951; le 11 avril suivant, il s'embarqua sur le "Granville" et arriva en France le 8 juin 1951. Le 30 juin 1951 il fut nommé professeur de sciences naturelles au petit séminaire Th.Vénard à Beaupréau où il enseigna pendant deux ans.

     

    À la rentrée de 1953, M.Simonin devint assistant de M.Monjean au service des archives de la Société. Pendant tout le temps de son séjour à Paris, Il assura l'aumônerie des Soeurs Clarisses de l'avenue de Saxe, succédant dans cette charge à M.Paul Gros. En 1960, M. Maurice Quéguiner, élu nouveau supérieur général, le prit à mi-temps, comme secrétaire particulier.

     

    Vers la fin de 1970 et sur les conseils de M. Maurice Quéguiner, il accepta l'aumônerie de l'hôpital de Soissons où il commença ses nouvelles fonctions, le 1 mars 1971. Il y resta jusqu'en 1977..M. Alphonse Colin, aumônier des Soeurs de N.D., à Fontenay-aux-Roses, près de Paris étant décédé le 6 avril 1977, M.Simonin prit ce poste qui lui convenait mieux. Heureux, il put s'adonner à la botanique, l'entomologie, la minéralogie, la mycologie, la philatélie, la photograhie etc. Il était membre actif de la Société de Géographie, de l'Association des Naturalistes parisiens, des Amis du Museum....Ses collections de timbres,de fossiles, de papillons provoquaient étonnement et admiration.

     

    Transporté à Montbeton vers le 20 octobre 1990 il y décéda au matin du 27 octobre 1990.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1934 p. 187. photo p. 282.

    CR 1934 p. 233. 1947 p. 5. 1948 p. 14.

    BME 1925 p. 444. 1934 p. 659. 660. 813. 853. 857. 892. 1935 p. 44. 1939 p. 785. 1948 p. 166. 1950 p. 445. photo p. 190. 1951 p. 114. 257. 313. 416. 513. 1953 p. 627. 1955 p. 566. 663. 1958 p. 280. 1961 p. 93.

    R.MEP 1963 n° 125 p. 48 (photo).

    HIR 126. 130/4. 144. 259.

    EPI 1963 p. 735.

    MDA 1948 p. 28. 126. 1956 p. 44. 705. 1959 p. 184-187. 1960 p. 20. 28. 112. 1962 p. 92. 123. 186.

    EC1 N°  85. 293. 232. 500. 501. 539. 578. 579. 584. 633. 669. 740. 754.

    EC2 N° 30P112. 40P103. 144/C2. 170/411. 207/172. 254/C2.

    • Numéro : 3501
    • Pays : Chine
    • Année : 1934