Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles SIMONIN (1799-1877)

[413]. SIMONIN, Charles-Emmanuel, né le 4 septembre 1799 à Saint-Barthélemy (Haute-Saône), fit ses études au petit séminaire de Luxeuil et au grand séminaire de Besançon, où il reçut le sacerdoce le 28 octobre 1828. Peu après, il fut nommé vicaire, puis curé de Breurey-lès-Faverney, et en 1832, curé de Gourgeon.
Add this

    [413]. SIMONIN, Charles-Emmanuel, né le 4 septembre 1799 à Saint-Barthélemy (Haute-Saône), fit ses études au petit séminaire de Luxeuil et au grand séminaire de Besançon, où il reçut le sacerdoce le 28 octobre 1828. Peu après, il fut nommé vicaire, puis curé de Breurey-lès-Faverney, et en 1832, curé de Gourgeon.

    Le 5 septembre 1833, il entra au Séminaire des M.-E., et le 11 mars suivant il partit pour le Tonkin occidental. Il fit naufrage près de La-fou, et perdit en grande partie les caisses qui contenaient les objets du culte et l’argent destiné aux missions du Tonkin et de la Cochinchine. Le 25 mars 1835 il arriva à Ke-vinh­ ; la même année, il fut envoyé dans la partie méridionale de la mission.

    En 1839 et 1840, la persécution très violente l’empêchant de parcourir les chrétientés, il enseigna le latin à une douzaine d’élèves dans les environs de Ke-gom. En 1841, il fut chargé du Bo-chinh demeuré sans missionnaire depuis l’arrestation du Bx Borie en 1838­ ; il résida pendant quelque temps à Con-nam. Le calme étant un peu revenu dans cette partie du Tonkin, il en profita en 1844 pour administrer son district, faire construire un presbytère et un couvent d’Amantes de la Croix à Huong-phuong. Cette période de tranquillité ne dura guère, et le missionnaire dut fuir de nouveau.

    En 1846, il appartint au Tonkin méridional, lors de la création de ce vicariat apostolique.

    En 1848, devenu presque aveugle, incapable de dire la messe et de réciter le bréviaire, il revint en France. Il recouvra la vue en célébrant à cette intention une messe votive à Notre-Dame des Victoires.

    Sans quitter la Société des Missions-Etrangères, il exerça le ministère à Bermont (Haut-Rhin), puis à Vesoul (Haute-Saône) de 1855 à 1857. Après 1860, il devint aumônier des usines de M. de Buyer à La Chaudeau, commune de Aillevillers (Haute-Saône). C’est là qu’il mourut, dans la nuit du 8 au 9 décembre 1877. Il fut enterré dans son village natal, à Saint-Barthélemy.

    Notes bio-bibliographiques. — A. P. F., viii, 1835-36, p. 394­ ; xiv, 1842, p. 427. — M. C., x, 1878, p. 117.

    Truyên sau ong phuc, p. 35.

     

    Biographie.

    — Une page émouvante des missions catholiques au XIXe siècle. Vie de M. Simonin, prêtre de la Société des Missions-Etrangères, missionnaire au Tonkin et dans la Cochinchine, 1799-1877 [avec portrait], par le R. P. Ch. Simonin, rédemptoriste, avec une lettre-préface de Mgr Besson, évêque de Nîmes. Ouvrage orné de nombreuses gravures. — En vente­ : à la Société Saint-Augustin, Desclée, De Brouwer et Cie, Lille-Paris-Bruges-Bruxelles-Rome­ ; chez l’auteur à Gérimont (Tillet) Belgique, 1909, in-12, pp. v-362.

    Comp.-rend.­ : M. C., xli, 1909, p. 276.

    • Numéro : 413
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1834