Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles SALOMEZ (1872-1924)

[ 2305 ] SALOMEZ Charles, Léon Missionnaire Cochinchine Orientale - Quinhon ------------- [2305] Charles, Léon Salomez naquit le 27 Novembre 1872, à Lille, paroisse de Fives-Notre-Dame, diocèse de Cambrai, département du Nord. D'abord élève au pensionnat St. Gabriel, il entra, en 1886, au Petit Séminaire de Cambrai, et passa au Grand Séminaire de philosophie de Solesmes, en 1891. Tonsuré le 29 Juin 1892, il fit sept mois de service militaire, et fut nommé surveillant au Collège d'Aire sur la Lys.
Add this

    [2305] Charles, Léon Salomez naquit le 27 Novembre 1872, à Lille, paroisse de Fives-Notre-Dame, diocèse de Cambrai, département du Nord. D'abord élève au pensionnat St. Gabriel, il entra, en 1886, au Petit Séminaire de Cambrai, et passa au Grand Séminaire de philosophie de Solesmes, en 1891. Tonsuré le 29 Juin 1892, il fit sept mois de service militaire, et fut nommé surveillant au Collège d'Aire sur la Lys.

     

    Le 6 Août 1894, il entra au Séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 21 Septembre 1895, Sous-Diacre le 27 Septembre 1896, Diacre le 13 Mars 1897, il fut ordonné prêtre le 27 Juin 1897, reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Orientale (Quinhon) et le 04 Août suivant, partit rejoindre sa Mission.

     

    Arrivé à QUINHON, le 10 Septembre 1897, M. Salomez apprit la langue viêtnamienne à Go-thi, et le 2 Février 1898, il monta vers la Mission Bahnar (Kontum). Il étudia cette nouvelle  langue à Kon-Monei, et le 2 Juillet 1898, il accompagna M. Guerlach, chez les Bonnuine. Le 27 Septembre 1899, malade,  il dut  redescendre à Tourane pour rétablir sa santé.

     

    Pendant quelques mois, Il fut curé de Le-son, district voisin, puis  nommé curé de Phu-hoa, dans la province du Quang-ngai, le 2 octobre 1900. En 1904, après un court séjour à Tourane et à Phanrang, il devint directeur de l'orphelinat de Go-thi, puis, en 1906, de celui de Long-song.

     

    En Septembre 1909, il eût en charge la paroisse de Cay-vong, près de Nhatrang, à laquelle devait s'ajouter plus tard celle de Ha-dua, vieille chrétienté où il mourut , le 22 Décembre 1924.

     

    M. SALOMEZ lisait peu, par contre, il causait beaucoup avec les viêtnamiens. Il fut le meilleur collaborateur de l'un de nos confrères qui publia des notes sur les moeurs et les superstitions. Celui-ci n'eût qu'à mettre en forme ses conversations avec lui, lorsqu'ils étaient voisins, ou à recopier ce que plus tard,il lui écrivait  presque illisiblement sur des bouts de papier. Il avait sur la politique indigène et celle de la France en ce pays des vues justes et d'une prévoyance avisée. Tel article dicté par lui sur ce sujet, et donné à un journal de Chine, fit le tour de la presse indochinoise.

     

    Apprécié des Viêtnamiens, aimé des Européens,il était, au dire du Journal "L'IMPARTIAL":... "le meilleur homme de la terre ;...Il ne comptait que des amis .. Ce prêtre n'était point un homme morose, il respirait au contraire la gaieté et savait réconforter ses pénitents.." Un autre journal " le CAMLY" en annonçant sa mort, rappellait l'oeuvre de développement accomplie  par lui :  ...."On n'oubliera pas qu'il y a quinze ans à peine, à dix kilomètres de la citadelle, il n'y avait que la forêt vierge.Aujourd'hui, grâce à l'énergie du pauvre Père, la haute vallée de la rivière de NHATRANG est peuplée et cultivée.." Il venait d'ailleurs de recevoir la décoration viêtnamienne du KIM-KHANH.

     

    Le 22 Décembre 1922,  vers une heure de l'après-midi, se sentant indisposé, M SALOMEZ appela son serviteur qui alla chercher du secours pour aider  le Père à gagner son lit..Il perdit alors l'usage de la parole. Par signes, il demanda le sacrement des malades. On courut prévenir M. GARRIGUES, son confrère voisin ; Quand celui-ci arriva, M.SALOMEZ était décédé depuis un quart d'heure environ. Il avait succombé à une congestion cérébrale.

     

    Les obsèques eurent lieu la veille de Noël, en présence de tous les prêtres de la province, de deux missionnaires venus de PHAN-RANG, de deux mandarins, et d'une foule très nombreuse. Il repose maintenant dans l'église de HA-DUA, qu'il avait restaurée et agrandie.

     

     

    Références biographiques

    AME 1897 p. 772. 1898 p. 166.

    CR 1897 p. 278. 1898 p. 161. 339. 1899 p. 189. 1900 p. 159. 160. 1903 p. 182. 1905 p. 157. 1910 p. 179. 1914 p. 89. 1915 p. 105. 1918 p. 80. 1921 p. 87. 1922 p. 102. 1923 p. 115. 116. 1924 p. 90. 230. 1925 p. 154.

    BME 1925 p. 54. 173. 180.

    EC1 N°  76.

     

     

     

     


     

     

    • Numéro : 2305
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1897