Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Claude SABATTIER (1831-1889)

[724]. SABATTIER, Claude-François, né à Aime (Savoie) le 29 mai 1831, fit ses études au petit séminaire de Moutiers. Son père s'opposant à sa vocation apostolique, il accomplit son service militaire dans l'armée piémontaise. En 1853, il devint élève du grand séminaire d'Orléans, où il reçut les Ordres mineurs, et le 19 juillet 1856 aspirant du Séminaire des M.-E. Prêtre le 29 mai 1858, il partit le 29 août suivant pour le Kouy-tcheou.
Add this

    [724]. SABATTIER, Claude-François, né à Aime (Savoie) le 29 mai 1831, fit ses études au petit séminaire de Moutiers. Son père s’opposant à sa vocation apostolique, il accomplit son service militaire dans l’armée piémontaise. En 1853, il devint élève du grand séminaire d’Orléans, où il reçut les Ordres mineurs, et le 19 juillet 1856 aspirant du Séminaire des M.-E. Prêtre le 29 mai 1858, il partit le 29 août suivant pour le Kouy-tcheou.

    Il arriva en 1859 dans ce pays qui était en pleine rébellion­ ; il resta quelque temps à Kouy-yang, puis administra le district de Kai tcheou, où le Bienheureux J.-P. Néel venait d’être mis à mort pour la foi. Il baptisa plus de 800 païens. Vers la fin de 1865, il devint supérieur du petit séminaire de Lou-tsong-koan.

    En 1868, il passa au Se-tchoan oriental. Il y administra le district de Fou-tcheou, où il eut à secourir de nombreux chrétiens chassés de leurs villages lors de la persécution de Yeou-yang et de Pen-choui. Les autorités chinoises lui ayant interdit de se rendre à Yeou-yang où Mgr Desflèches l’avait envoyé, il fut nommé professeur de philosophie au séminaire de Pee-ko-chou.

    Mis à la tête du district de Yuin-tchouan en 1871, de celui de Leang-chan en 1872, il reconstruisit, dans la ville de ce nom, l’oratoire et la résidence détruits précédemment. En mars 1876, on l’envoya à Siu-tin avec le provicaire, M. Blettery, et l’année suivante, il redevint professeur au séminaire de Pee-ko-chou où il enseigna l’Ecriture Sainte, la liturgie et le chant. En 1884, on lui confia le poste de Tchang-tcheou avec résidence fixe à Pa-teou-ouan­ ; c’est là qu’il mourut le 25 novembre 1889.

    Notes bio-bibliographiques

    C.R., 1887, p. 76.

    A. M.E., 1910, pp. 267, 270, 320.

    — Ann. rel. Orléans, 1890, p. 70.

    Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph.

     

     

    • Numéro : 724
    • Pays : Chine
    • Année : 1858