Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vincent Joseph ROUX

[ 1027 ] ROUX Vincent, Joseph Missionnaire Kouy-tcheou ------- Vincent, Joseph ROUX naquit le 25 décembre 1840, au hameau de la Trelfiache, paroisse de Saint-Vincent-des-Landes, diocèse de Nantes, département de la Loire Atlantique. Cet ancien zouave de Pie IX fut ordonné diacre le 21 décembre 1867. Le 28 juillet 1868, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Ordonné prêtre le 22 mars 1869, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Kouy-tcheou, qu'il partit rejoindre le 3 août 1869.
Add this

    [ 1027 ] ROUX Vincent, Joseph

    Missionnaire

    Kouy-tcheou

    -------

    Vincent, Joseph ROUX naquit le 25 décembre 1840, au hameau de la Trelfiache, paroisse de Saint-Vincent-des-Landes, diocèse de Nantes, département de la Loire Atlantique. Cet ancien zouave de Pie IX fut ordonné diacre le 21 décembre 1867.

    Le 28 juillet 1868, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Ordonné prêtre le 22 mars 1869, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Kouy-tcheou, qu'il partit rejoindre le 3 août 1869.

    M. Vincent Roux assista aux funérailles de M. J.B. Aubry décédé à Hin-y-Fu le mardi 19 septembre 1882. En 1886, il avait le soin de 1.054 chrétiens du district de Tchen-Lin, (Tchen-Nin), ville située sur la grande route impériale du Yun-nan, et sous-préfecture dépendant de Gan-chouen-fou. Ses écoles plus florissantes que les années précédentes comptaient 60 élèves environ. A la \phamacie" de l'église, en 1888, il en ajouta une autre à l'intérieur de la ville de Tchen-lin, estimant "qu'un médecin est peut être plus utile qu'un prédicateur".

    En 1893, M. Vincent Roux fit régulièrement l'administration de son district, sans molestation de la part des non chrétiens; mais constatant que la "fumigation de l'opium" gagnait du terrain, il ressentit de plus en plus la nécessité d'instruire ses néophytes, citant ce mot du général de Charrette: "On ne nait pas soldat; mais on le devient par l'instruction". Ce fut par l'entremise de ce dernier sous les ordres duquel il avait servi comme zouave pontifical, que le Saint Père lui envoya, en 1894, à l'occasion de ses vingt-cinq ans de sacerdoce, une médaille en reconnaissance de ses services.

    En 1895, reprenant le compte-rendu de l'année précédente, présenté par M. Vincent Roux, le "Bulletin de l'œuvre des Partants" racontait comment à Tchen-Lin, la réception du baptême avait délivré des emprises du démon, une femme et sa fille contraintes par la famine à fuir le Yun-nan.

    Le 21 avril 1896, à Tchen-lin, M.Vincent Roux assista en ses derniers moments, M. Joseph Chauvel jeune missionnaire; le surlendemain, accompagné de deux prêtres chinois et de ses 300 chrétiens, il le conduisit à sa dernière demeure. Cette même année,un mouvement vers le christianisme se manifesta dans le district de Tchen-lin (Tchen-nin) auprès des chinois, et chez les autochtones "Long-kia" et "Y-kia"; au total une soixantaine de familles étaient disposées à entrer en catéchuménat.

    En 1899, il reconstruisit son église devenue trop petite, et, dit il, grâce à une médaille de St.Benoit, il obtint un acte de donation d'un petit coin de jardin de son riche voisin nécessaire à l'agrandissement de son église. En 1900, tout en surveillant la construction de son église, il s'imposait de passer une grande partie de la journée sur le chantier qui attirait une foule de curieux. Il en profitait pour les exhorter à devenir chrétiens.

    En 1904, M.Vincent Roux recensait 1.670 chrétiens dans le district de Tchen-lin qui lui était confié. En 1906, il ouvrit au christianisme, le village de Yao-jou, situé à trente lis de Gan-tchouen. En 1908, accompagné de nombreux musiciens et d'un millier d'hommes environ, portant des oriflammes, il se porta à la rencontre de Mgr. Seguin. "..Entrés en ville (de Tchen-lin) écrit il, nous avons dû traverser une foule de huit à dix mille curieux que le bruit de la poudre, et surtout le spectacle de l'arrivée d'un évêque avaient attirés.."

    En 1909, il fonda des chrétientés dans les environs de Tchen-Lin, construisant des oratoires et dressant des plans en vue de l'avenir. En 1913, son école comptait plus de cent élèves en majorité non-chrétiens auxquels il faisait une instruction chaque dimanche.

    En Juin 1914, M.Vincent Roux se rendit à Mou-you-se pour accompagner M. Séraphin Bazin à ses derniers instants. Lui même décéda le 25 décembre 1917, à Tchen-lin.

    (1027) ROUX

    Réf. biographiques. - AME 1895 p. 376, 1906 p. 5, 6, 1908 p. 338-39, 1917-18 p. 346. - CR 1882 p. 123, 1886 p. 66, 1887 p. 105, 1888 p. 99, 100, 1891 p. 120, 1892 p. 121, 130-31, 1893 p. 141, 1894 p. 153, 1895 p. 166, 1896 p. 136, 379-81, 1897 p. 107, 1898 p. 121, 1899 p. 141-46, 1900 p. 122, 1901 p. 113, 1902 p. 131, 1903 p. 118, 1904 p. 129, 1905 p. 101, 1908 p. 106-07-12, 1909 p. 121, 1913 p. 154, 334-36, 1914 p. 206-07, 1918 p. 49, 198, 1947 p. 138. - BME 1931 p. 131.
    Juin 1999
    Mémorial ROUX Vincent, Joseph page 2
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 1027
    • Année : None