Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri Philippe ROUVELET

ROUVELET Henri (1876 - 1928) [2523] ROUVELET Henri, Philippe, est né le 29 juin 1876 à Saint-Préjet-du-Tarn, canton de Massegros, département de la Lozère, au diocèse de Mende, fils de Philippe Rouvelet et de Esther Julié. Il fait ses études secondaires à Saint Affrique (Aveyron), dans un ancien collège de Jésuites, renommé pour sa bonne tenue et l'excellence de son enseignement. De là, il va au Séminaire de Saint Sulpice, où il reste seulement un an, le temps de mûrir sa vocation missionnaire et de recevoir la tonsure.
Add this
    ROUVELET Henri

    (1876 - 1928)


    [2523] ROUVELET Henri, Philippe, est né le 29 juin 1876 à Saint-Préjet-du-Tarn, canton de Massegros, département de la Lozère, au diocèse de Mende, fils de Philippe Rouvelet et de Esther Julié.

    Il fait ses études secondaires à Saint Affrique (Aveyron), dans un ancien collège de Jésuites, renommé pour sa bonne tenue et l'excellence de son enseignement. De là, il va au Séminaire de Saint Sulpice, où il reste seulement un an, le temps de mûrir sa vocation missionnaire et de recevoir la tonsure.

    Entré au Séminaire des Missions Étrangères de Paris à la rue du Bac le 6 octobre 1896, il y est ordonné prêtre le 24 juin 1900 et destiné au vicariat apostolique de Corée. Parti de Paris le 1er août 1900, il arrive à Séoul le 9 octobre suivant.

    Quelques semaines seulement après son arrivée en Corée, il est envoyé pprendre la langue et s'initier aux choses coréennes" à la desserte de Kai-song qui, située à environ 70 km au nord-ouest de Séoul, est une desserte de la paroisse de Yak-hyon, ou "Séoul-hors-les-murs", dont le curé est le Père Doucet. Kai-song est une ville historique qui s'appelait autrefois Song-do et a été la capitale de la Corée du 10è au 14 siècles. Le Père Rouvelet ne ménage aucun effort pour ressembler le plus possible aux gens du pays, bien parler la langue et se conformer aux us et coutumes. En 1901, la desserte de Kai-song devient le siège d'une paroisse dont le premier curé est précisément le Père Rouvelet. La paroisse de Kai-song recouvre alors deux ou trois autres arrondissements du sud de la province du Hoang-hai. Quand il laisse la place au Père Le Gendre, son successeur à Kai-song en 1909, la paroisse compte 1.579 chrétiens, dont 188 en ville de Kai-song, et les autres dispersés dans 14 dessertes.

    En mai 1909, le Père Rouvelet est nommé à la succession du Père Léon Curlier, à Kong-ju, alors ville chef-lieu de la province du Choung-chong méridional. Il aime recevoir chez lui ou aller voir chez eux ses confrères "voisins" (le Père Krempff est à 60 ou 70 km au nord, le Père Vermorel à la même distance au sud, le Père A. Gombert à seulement 40 km au sud-est), le seul moyen de locomotion étant les jambes du missionnaire ou celles de son cheval. Quand il retrouve ses confrères, le Père Rouvelet déborde de gaieté, mais ce qui le caractérise particulièrement, c'est sa pitié pour les malheureux, atteints de misères physiques ou morales, faisant siennes ces misères au point de ruiner sa santé, qui d'ailleurs n'a jamais été très brillante.

    Mobilisé pour la guerre, il quitte la Corée le 12 août 1914. On le trouve tour à tour à Montpellier, à Salonique, à Tarente où il se dévoue au point de tomber d'épuisement et de devoir faire deux séjours à l'hôpital. Une fois démobilisé, le Père Rouvelet s'empresse de retourner en Corée où il arrive le 23 septembre 1919 et retrouve sa paroisse de Kong-ju, où un tout jeune prêtre coréen avait assuré l'intérim.

    Deux ans plus tard, il est nommé curé de la ville et de l'arrondissement de Non-san, à une trentaine de kilomètres au sud de Kong-ju. Cette nouvelle paroisse est détachée de celle de Napaoui, où réside alors le Père Saucet. C'est à croire que les frontières officielles ne gênaient pas trop les vicaires apostoliques ni les missionnaires de l'époque. En effet, la paroisse de Napaoui faisait partie du vicariat de Mgr. Demange, tandis que tout l'arrondissement de Non-san faisait partie de celui de Mgr. Mutel. Dans sa toute nouvelle paroisse de Non-san, le Père Rouvelet commence par vivre dans une installation de fortune, puis en 1922 il achète le terrain sur lequel il construit un presbytère convenable et une église provisoire, laissant à son futur successeur (qui sera le Père Julien Gombert) le soin de bâtir une véritable église. Mais la santé du Père Rouvelet est bien mauvaise et, dans l'espoir d'une amélioration, le vicaire apostolique le nomme au Séminaire de Séoul, où il pourra bénéficier d'un meilleur régime alimentaire. Le Père Rouvelet est donc au Séminaire durant l'année 1923-1924, mais sa santé ne s'améliore pas du tout.

    En 1924, le Père Rouvelet est nommé à Taejon, de nouveau dans la province du Choung-chong méridional. En raison de son importance, notamment pour les communications, cette ville a supplanté Kong-ju comme chef-lieu de la province. Une paroisse y a été créée en 1919 et possède un vaste terrain qui a l'inconvénient d'être tout à fait à l'extérieur de la ville. Mais la solitude ne déplaît pas au Père Rouvelet qui construit là une chapelle dédiée à Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, dans laquelle il peut heureusement conserver le Saint Sacrement.

    Mais sa santé ne cesse de décliner et, en 1926, le Père Rouvelet se rend à Shanghai pour se faire soigner. De là, il est envoyé en France et il arrive à Marseille en fin décembre 1927. Entré immédiatement à l'hôpital, il subit tout de suite deux transfusions de sang, qui ne produisent aucune amélioration. En avril 1928, le Père Rouvelet se rend dans sa famille, aux Vignes, en Lozère, et y reçoit Extrême-onction. À la faveur des beaux jours, il peut à nouveau se lever et célébrer la messe, ce qui lui sera possible jusqu'à la veille de sa mort, qui survient le 10 juin 1928. Ses restes sont inhumés aux Vignes, près de ceux de sa mère.



    Références bio-bibliographiques

    AME 1900 p. 252. 1911 p. 211. 1915-16 p. 93. 1917 p. 109. 1928 p. 171. CR 1900 p. 264. 1902 p. 74. 1908 p. 47. 1911 p. 43. 1922 p. 25. 1925 p. 28. 1928 p. 26. 206. BME 1929 p. 289. 1937 p. 498. 786. 1939 p. 114. 1959 p. 860. EC1 N° 145. 158.


    "
    • Numéro : 2523
    • Année : None