Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles Théophile ROUCOULES

[2453] ROUCOULES Charles, Théophile Missionnaire Tonkin Occidental (Hanoï) - Tonkin Maritime (Phat-Diêm) Montbeton --------
Add this
    [2453] ROUCOULES Charles, Théophile

    Missionnaire

    Tonkin Occidental (Hanoï) - Tonkin Maritime (Phat-Diêm)

    Montbeton
    --------

    Charles, Théophile ROUCOULES naquit le 19 Novembre 1874, au hameau de Luzençon, paroisse de St. Georges de Luzençon, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Il appartenait à une famille de quatre enfants: deux garçons et deux filles. Une tante était moniale chez les Bénédictines de N.D. d'Orient. Il fit ses études primaires à St.Georges; alors qu'il avait déjà 14 ans, l'Abbé Guiraudou, vicaire de la paroisse lui donna des leçons de latin, et en octobre 1889, le dirigea vers le petit séminaire de Belmont où il termina ses études secondaires en juillet 1893. Au mois d'octobre 1893, il entra au grand séminaire de Rodez où il passa une année.

    Le 2 octobre 1894, il arriva au Séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 22 septembre 1895, minoré le 26 septembre 1897, sous-diacre le 24 septembre 1898, diacre le 25 février 1899, il fut ordonné prêtre le 25 juin 1899, par Mgr. Jourdan de la Passardière, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 2 août 1899.

    Il fut incardiné au nouveau vicariat du Tonkin Maritime lors de la création de ce dernier le 15 avril 1901. En Novembre 1902, Mgr. Marcou envoya MM. Patuel et Roucoules à Yên-Khuong (ou Muong-Deng en langue thai) pour relever de leurs ruines, ces chrétientés du Laos tonkinois jadis florissantes; Il y avait là plusieurs milliers de chrétiens baptisés ou encore catéchumènes. La tourmente de 1885 avait tout ravagé. Les missionnaires s'établirent tout près de l'endroit que M.Pinabel d'abord, puis M.Verbier avaient choisi comme chef lieu de ce district, et où ce dernier fut assassiné en février 1895. Ils rencontrèrent de nombreuses difficultés, mais au bout de quelques mois de séjour ils comptaient déjà une quarantaine de fidèles.

    En 1904 se créait à Muong-Pun. une nouvelle paroisse, dans le Muong-Xôi. Mgr. Marcou pria M.Recoules de s'y installer. mais rien n'était préparé comme logement. Il y eût des demandes de conversion, mais beaucoup ne semblaient pas fermes. Toutefois, après deux mois de présence, le village de Muong-Pun éleva une cure-chapelle et une vingtaine de personnes commencèrent à apprendre les prières. M.Roucoules les baptisa. En 1905, prêt à se transporter à Xiêng-Men, il tomba malade, dut être évacué et aller passer quelques mois à Hong-Kong pour refaire sa santé. De ce fait, la cure de Muong-Pun fut abandonnée.

    A son retour, il fut nommé au poste missionnaire de Na-Mun, (frontière du Viêtnam et du Laos) où il y avait eu autrefois 400 chrétiens. Ce district, abandonné par M.Bourlet depuis plus de un an, comptait 5 chrétientés avec 194 néophytes, et 69 catéchumènes. M.Roucoules reçut des demandes de conversion à Muong-Kiên et à Muong-Pao, dans la sous-préfecture de Xam-To. Il resta à Na-Mun de 1905 à 1909. Sa tâche fut d'entretenir la paroisse et d'empêcher l'exode de sa population. En 1907, il tenta un gros effort d'évangélisation dans le Sam-Teu.

    En 1909, après le départ de M.Rey appelé à la maison de Nazareth, à Hong-Kong, M.Roucoules s'occupa du district de Ban-Nghiu. En Juillet 1909, les chefs Tay Rouges des quatre cantons formant le territoire Hua-Phan se réunirent et décidèrent de se faire instruire de la religion. La population Tây-Rouge fut invitée à imiter ses dirigeants. On pria M.Roucoules de se fixer à Ban-Viên,au centre du Muong-Xôi.

    A la fin de 1909, M.Roucoules atteint d'une encéphalite aigüe, à Na-Mun, fut transporté moribond à Ban-Nghiu, d'où il gagna Phat-Diêm, en radeau et en barque. Il fut dirigé sur le sanatorium de Béthanie à Hong-Kong où il se reposa pendant plusieurs mois; puis, en Juillet 1910, sa santé étant fortement ébranlée, il reprit le bâteau pour la France. Il ne reviendra pas dans sa mission, mais son souvenir resta vivace dans le Muong-Xôi où on n'oublia pas le \Po Hiên".

    En 1912 et en 1913, il demanda à rentrer dans sa mission, mais il se heurta au refus des médecins. En 1914, l'autorisation de départ lui fut accordée, mais la mobilisation le retint en France. D'abord affecté à l'usine de Paulelles, près de Port-Vendres, un an après, il fut détaché à la Poudrerie de Toulouse; il servit ensuite comme infirmier, pour terminer comme interprète dans un bataillon de travailleurs indochinois.

    Démobilisé, il alla se reposer à Montbeton; le 17 mai 1919, il fut nommé assistant du supérieur du sanatorium de Montbeton, malgré son vif désir de repartir en mission. Le 23 Juin 1924, il célébra ses noces d'argent; ; Au début de 1948, il sentit ses forces décliner: la paralysie le gagna lentement. Le 15 mai 1948, il donna sa démission d'Assistant du Supérieur de Montbeton et laissa cette charge entre les mains plus jeunes de M. Bos. Le 24 juin 1949, il fêta ses noces d'or à Montbeton,et reçut, à cette occasion, de très nombreux témoignages de sympathie. Il fut, pour ses confrères malades, un infirmier toujours vigilant et attentif, d'une charité et d'un dévouement peu communs. Il fut l'âme de cette maison, veillant au spirituel et au matériel.

    Le dimanche 22 novembre 1953, après avoir communié, sans agonie, il rendit son âme à Dieu. Ses obsèques eurent lieu le mardi 24 novembre présidées par M. Lacroix, Supérieur de Montbeton. Ses restes mortels reposent dans le cimetière du sanatorium St. Raphael.


    Références biographiques
    AME 1899 p. 232. 1907 p. 95. 150. 1908 p. 92. 102. CR 1899 p. 295. 1903 p. 168. 169. 1906 p. 168. 1909 p. 170. 1919 p. 248. 1921 p. 138. 1933 p. 293. 306. 1947 p. 197. 227. 1948 p. 146. 1949 p. 151. 1951 p. 120. 1953 p. 80. 1954 p. 85. BME 1922 p. 93. 683. 1924 p. 611. 1923 p. 298 (art.). 1925 p. 249. 1931 p. 317. 1933 p. 535. 564. 1935 p. 214. 1936 p. 8. 9. 11. 12. 1937 p. 543. 1949 p. 534. 1954 p. 93. 1955 p. 1021. EC1 N° 23. 37. 65. 78. 215. 279. 303. 327. 357. 461. 470. 548. Bulletin de l'Union sacerdotale de Lisieux : avril 1994 p. 15.





    "
    • Numéro : 2453
    • Année : None