Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Joseph ROSSILLON

ROSSILLON Jean (1877 - 1943) [2612] ROSSILLON Jean, Joseph, est né le 7 mai 1877 à Chessenaz, au diocèse d'Annecy (Haute-Savoie). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire diocésain. Il entre au Grand Séminaire d'Annecy en 1897 et au Séminaire des Missions Étrangères le 24 septembre 1898. Ordonné prêtre le 21 septembre 1901, il part le 13 novembre suivant pour la mission du Kouangtong.
Add this
    ROSSILLON Jean

    (1877 - 1943)


    [2612] ROSSILLON Jean, Joseph, est né le 7 mai 1877 à Chessenaz, au diocèse d'Annecy (Haute-Savoie). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire diocésain. Il entre au Grand Séminaire d'Annecy en 1897 et au Séminaire des Missions Étrangères le 24 septembre 1898. Ordonné prêtre le 21 septembre 1901, il part le 13 novembre suivant pour la mission du Kouangtong.

    Il étudie la langue tout en étant vicaire à Lo Fao (1902-1904), puis prend la direction du poste de Tsaply. En 1912, il quitte Tsaply pour aller fonder le nouveau district de Tepo : il y travaille six ans, construit une résidence, transforme l'ancienne chapelle. Pendant la guerre entre la Chine du Nord et la Chine du Sud, le Père Rossillon remplit les fonctions de parlementaire près d'un général du Kouangsi, à la satisfaction de tous : la ville de Luichow lui témoigne sa reconnaissance officielle.

    À la fin de 1918, il quitte Tepo pour s'installer à Waichow, dans le district de Shing-Tsai. En 1928, il est nommé professeur au Séminaire. Malade, il prend un congé en France (1931-1932). À la fin de 1932, à son retour, il est nommé architecte de la mission : évêché de Pakhoi, églises de Limkong, de Tepo (en lieu et place de son ancienne chapelle), de Topi, maternité de Pakhoi, chapelles pour le couvent de Lo Fao et l'orphelinat de Pakhoi, seront son oeuvre. Perclus de rhumatismes et souffrant de diabète, il doit prendre un poste moins fatiguant : ce sera Kongping, en 1936. En 1943, il doit être soigné pour une blessure au pied, à l'hôpital de Moncay; une rechute au mois d'avril le ramène à l'hôpital : le médecin l'avertit de la gravité du mal et le Père Rossillon vient mourir chez son voisin de Lo Fao, le Père Hermann. Il rend le dernier soupir le 23 mai 1943 après de longues souffrances. Cinq prêtres l'accompagnent à sa dernière demeure au cimetière chrétien de Lo Fao.


    Cousin du Père Rossillon Joseph (2181).


    Références biographiques

    AME 1902 p. 93. 1904 p. 367. 1919-20 p. 283. 1922 p. 85. 1937 p. 185. 232. CR 1901 p. 278. 1902 p. 140. 1903 p. 120. 121. 129. 1908 p. 119. 1910 p. 127. 1911 p. 112. 1913 p. 163. 1918 p. 50. 1919 p. 56. 1923 p. 93. 1925 p. 81. 1926 p. 88. 1928 p. 89. 1929 p. 115. 1930 p. 135. 136. 1933 p. 116. 1934 p. 109. 110. 1935 p. 102. 295. 1936 p. 104. 106. 1937 p. 101. 105. 1940 p. 61. 1947 p. 42. 354. 1948 p. 196-198 (notice nécro.). BME 1922 p. 240. 1923 p. 65. 123. 1928 p. 496. 1929 p. 493. 1950 p. 577. 1931 p. 66. 1932 p. 701. 858. 1933 p. 128. 129. 205. 698. 934. 1934 p. 204. 1935 p. 195. 427. 510. 666. 735. 1936 p. 55. 293. 366. 451. 483. 896. 1937 p. 50. 72. 356. 437. 874. 1938 p. 49. 475. 1940 p. 123. 556. 693. 802. 1941 p. 45. 184. 185. 187. 486. 554. 622. 757. 1948 p. 40. 175. 1949 p. 43. EC1 N° 3. 10. 16. 26. 195. 197. 253. 435. MC 1917 p. 205. 207.

    • Numéro : 2612
    • Année : None