Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André ROOST

[132]. ROOST, André, né à Rouen (Seine-Inférieure), licencié en théologie, procureur du collège des Trésoriers, partit de Paris, non en 1713, comme il est dit dans la première partie du Mémorial, mais le 15 janvier 1714, d'après les Mémoires de M. Aumont. Il passa toute sa carrière apostolique au Collège général, d'abord comme professeur de philosophie, puis comme supérieur ; pendant un certain temps il y fut seul prêtre et remplit les fonctions les plus diverses, y ajoutant même la charge de provicaire de la mission.
Add this
    [132]. ROOST, André, né à Rouen (Seine-Inférieure), licencié en théologie, procureur du collège des Trésoriers, partit de Paris, non en 1713, comme il est dit dans la première partie du Mémorial, mais le 15 janvier 1714, d'après les Mémoires de M. Aumont. Il passa toute sa carrière apostolique au Collège général, d'abord comme professeur de philosophie, puis comme supérieur ; pendant un certain temps il y fut seul prêtre et remplit les fonctions les plus diverses, y ajoutant même la charge de provicaire de la mission.
    Dans une lettre du 5 novembre 1718, il exposa aux directeurs du Séminaire des M.-E., qui l'approuvèrent, son plan d'études, de discipline, de conduite spirituelle pour le Collège qu'il dirigeait. Il y ajouta le règlement de la maison ; nous en résumons les principales dispositions : Les élèves étaient divisés en 6 classes. Lever à 5 heures et prière ; récitation de prime à 5 heures 1/2 ; étude à 6 heures ; messe à 7 heures ; déjeuner à 8 heures suivi d'une 1/2 heure de récréation ; étude à 9 heures ; classe à 10 heures jusqu'à 11 h 1/2 ; plain-chant à 11 h 1/2 ; à midi dîner suivi d'une récréation jusqu'à 2 heures, étude ; classe à 3 h 1/2 jusqu'à 5 heures ; travail manuel dans le jardin de 5 h. à 6 h 1/2 ; récitation du chapelet, souper, récréation ; à 8 heures récitation des complies, lecture spirituelle, prière, étude ; coucher à 9 h 1/2. Le dimanche était exclusivement consacré à la piété : lecture spirituelle, homélie, messe chantée, étude de l'Ecriture Sainte.
    Quoique M. Roost eût signé l'acceptation de la bulle Unigenitus, il fut plusieurs fois accusé d'être janséniste ; il s'en justifia devant son évêque, de vive voix et par écrit, particulièrement dans un mémoire daté de 1725. Un prêtre chinois qui jouit de quelque célébrité dans la mission du Se-tchoan, André Ly, le défendit de toute tendance janséniste dans son enseignement. Il mourut au mois de juillet 1729, au Collège général, à Mahapram près de Juthia.
    Notes bio-bibliographiques. - B. O. P., 1891, p. 426.
    Journ. d'A. Ly, pp. vi, 462.


    • Numéro : 132
    • Année : None