Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul Pierre Auguste RODHAIN

RODHAIN Paul (1868 - 1914) [1943] RODHAIN Paul, naquit le 12 août 1868 à Aboucourt, dans le diocèse de Nancy. Il entra aux Missions Etrangères le 17 octobre 1886, fut ordonné prêtre le 21 février 1891 et partit pour la Mission de Pondichéry le 15 avril 1891.
Add this
    RODHAIN

    Paul

    (1868 - 1914)

    [1943] RODHAIN Paul, naquit le 12 août 1868 à Aboucourt, dans le diocèse de Nancy. Il entra aux Missions Etrangères le 17 octobre 1886, fut ordonné prêtre le 21 février 1891 et partit pour la Mission de Pondichéry le 15 avril 1891.

    A son arrivée en Mission en septembre 1891, il fut placé comme professeur au Collège colonial de Pondichéry. Il était sévère, même intransigeant en matière d'études et de discipline. Sans doute sa sévérité était un peu excessive, son évêque l'envoya alors en paroisse, à Alladhy, et sous la direction du curé, M. Fourcade, il se mit à l'étude du tamoul. Doué d'une belle intelligence, il voudrait apprendre le tamoul à fond, et se sert beaucoup de dictionnaires et de grammaires. Son étude du tamoul sera surtout livresque, car il ne se soucie guère de parler avec les gens. Il est scrupuleux également dans l'administration des sacrements, et finalement, son essai de vie apostolique demeure infructueuse.

    Il est nommé alors au Petit Séminaire, où il consacrera tout son temps à l'enseignement d'une façon très méthodique et minutieuse. Il ne quitte ses livres que pour dire son bréviaire et faire des exercices spirituels. En cela, le Père Rodhain fut un prêtre exemplaire.

    Il fut un missionnaire assez original, peu expansif, d'un caractère légèrement teinté de misanthropie, vivant à l'écart de ses confrères, ne prenant jamais les récréations avec eux et préférant la solitude de sa chambre. Il ne causait pas beaucoup. On pourrait dire que sa vie fut celle d'un bénédictin, laborieuse et silencieuse. Il restera professeur jusqu'à la fin de sa vie.

    Il finira par se retirer dans notre Sanatorium Saint Théodore, à Wellington, dans les montagnes des Nilgiris. C'est là qu'il mourut et fut enterré dans le petit cimetière des Pères. Un de ses anciens élèves disait :\Le Père Rodhain fut un saint prêtre". C'est un témoignage qui nous rappelle que la sainteté s'obtient par la dévotion à son devoir et... le silence.





    Références biographiques
    AME 1914 p. 214. CR 1891 p. 239. 1911 p. 241. 1914 p. 121. 139. 194.

    "
    • Numéro : 1943
    • Année : None