Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Arsène Jean Louis RIGOTTIER

RIGOTTIER Arsène (1912-1988)
Add this
    RIGOTTIER Arsène

    (1912-1988)


    [3566] RIGOTTIER Arsène, Jean, Louis, est né le 28 mars 1912 dans le petit village de Gois, près de Novalaise, dans le diocèse de Chambéry (Savoie). Il fit ses études primaires à Novalaise, et ses études secondaires au Petit Séminaire de La Villette. Après une année de philosophie au Grand Séminaire de Chambéry, il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 5 septembre 1930. Il fut ordonné prêtre le 5 juillet 1936. Affecté à la mission de Salem, il s'embarqua pour l'Inde le 15 septembre 1936 et arriva à Salem en octobre 1936.

    Après une année d'étude du tamoul et de l'anglais dans la paroisse de Koviloor, il fut envoyé à Namakkal. C'était un centre de mission d gentes", au temps où de nombreux hindous de basse caste demandaient le baptême pour devenir chrétiens. Le Père Rigottier se dévoua avec beaucoup de zèle à cette oeuvre de conversion et de formation des pauvres gens. Il travailla ainsi pendant 3 ans dans ce centre. Il fut alors envoyé à Idappadi où il ne resta qu'un an. En 1941, il fut nommé procureur de la mission de l'évêché de Salem. Plutôt doué pour la Pastorale, il dut s'adapter à son nouveau poste. Il ne fut pas tellement homme de bureau, ni administrateur, mais avec son large sourire, il se fit toujours très accueillant pour les confrères et autres visiteurs.

    En mars 1949, le successeur de Mgr. Prunier, MEP, fut enfin nommé par Rome. Mgr. Selvanathar devint le premier évêque indien du diocèse de Salem. Désormais, nos missionnaires devaient travailler sous l'autorité d'un évêque indien. Cela posait problème aux missionnaires européens, habitués jusqu'ici à travailler sous l'autorité d'un évêque MEP. Cette situation n'avait pas été prévue, et quelques missionnaires préférèrent quitter la mission, pour aller travailler ailleurs. Le Père Rigottier, lui, demanda à prendre son premier congé régulier en France. Il partit donc en 1949, et comme il hésitait à revenir en mission, il essaya de se réintégrer dans son diocèse de France, à Belmont Tramonet, où il s'occupa spécialement des jeunes travailleurs. Mais la nostalgie de l'Extrême Orient revint toujours un peu plus fort dans son esprit, et il pensa à un deuxième départ en mission. On lui proposa la Malaisie, le diocèse de Penang.

    Arrivé à Singapore le 21 janvier 1953, il fut envoyé comme vicaire d'un Père indien à Taiping, avec la consigne de créer un nouveau poste dans l'une des dessertes de cette paroisse, à Sittiawan. Ce centre est situé à une centaine de kilomètres de Taiping, dans un pays de plantations de caoutchouc et de palmiers à huile. Il parcourut sa paroisse de long en large et il établit un groupe tamoul de J.O.C., afin de trouver des leaders parmi les jeunes.

    En mars 1962, il fut nommé curé de la paroisse de N.D. de Lourdes, à Ipoh. Cette paroisse était considérée, en ces temps-là, comme une paroisse tamoule, car nous avions, en Malaisie, des paroisses tamoules et des paroisses chinoises. Le Père Rigottier trouva là un champ d'apostolat magnifique. Il fit preuve d'une ouverture d'esprit remarquable, toujours prêt à mettre en place des initiatives pastorales qu'il jugeait nécessaires pour vivre avec son temps. En particulier, il essaya d'introduire dans la liturgie tamoule de l'Eucharistie, des innovations culturelles pratiquées en Inde. Toutefois, les Indiens de Malaisie ne montrèrent qu'une faible propension pour ces choses.

    Après 7 ans de ministère à Ipoh, il fut nommé à Penang, curé d'une nouvelle paroisse : St Jean de Britto. Cette paroisse comprenait 90% d'Indiens, des travailleurs manuels et quelques Indiens de profession libérale. Ici comme à Ipoh, il instaura une liturgie vivante, il noua des contacts personnels avec ses paroissiens. Il construisit une école maternelle, destinée surtout aux enfants pauvres.

    En 1982, il partit en congé en France et à son retour, il fut nommé aumônier des Petites Soeurs des Pauvres, à Batu Lanchnag, dans l'île de Penang. Il est heureux près des Soeurs. Il célèbre ses cinquante ans de sacerdoce en juin/juillet 1986. Les religieuses, les prêtres et même quelques membres de sa famille venus de Savoie pour la circonstance, tous lui souhaitent "ad multos annos".

    Pourtant, tout le monde sait que le cancer l'a touché. Plusieurs mois auparavant, il avait subi une opération, qui lui permit de retrouver un peu de santé. En 1987, il retourne en congé, car il veut dire adieu à son pays, sa famille et ses amis. Puis il revient à Penang en bonne forme physique. Jusqu'à Noël, tout va bien. Mais la maladie ira en s'aggravant. Sans doute, il est très entouré par les Soeurs, qui lui prodiguent les soins nécessaires. Au moment du Jubilé d'or du Père Belleville, se sentant un peu mieux, il alla prendre l'apéritif avec les prêtres présents. Tout le monde s'étonne de sa résistance. Sa famille vint le revoir, mais cette fois, ce fut pour assister à sa mort, le 13 juillet 1988. Ses obsèques furent célébrées par l'archevêque de Kuala Lumpur, un ancien disciple du Père Rigottier.

    Le Père Catel, MEP, l'un de ses vicaires, résume bien la vie missionnaire du Père Rigottier : "Il a été une illustration vivante du modèle que le Concile du Vatican II a proposé à l'Église dans "Gaudium et spes" : une vie au service des hommes, quels qu'ils soient et où qu'ils soient". Il était ouvert, tolérant et bon.



    Références bibliographiques

    AME 1936 p. 239. photo p. 284. CR 1936 p. 233. 1937 p. 224. 227. 1957 p. 67. 1958 p. 64. 65. 1961 p. 71. 1962 p. 86. 1963 p. 25. 1964 p. 62. 1965 p. 123. 1966 p. 154. 155. 1969 p. 118. 120. 121. 1974-76 p. 172. AG80-81 p. 174. 80-82 p. 162. 85/176. BME 1930 p. 511. 1936 p. 688. 921sq. 1937 p. 73. 153. 295. 605. 893. photo p. 41. 372. 373. 1938 p. 65. 278. 634. 852. 1939 p. 220. 441. 444. 515. photo p. 272. 303. 1940 p. 147. 221. 538 (art). 838. 1941 p. 569. 1948 p. 155. 1949 p. 788. 1953 p. 123. 306. photo p. 393. 1954 p. 373. 688. 932. 1955 p. 1000. 1957 p. 473. 1958 p. 515. 1961 p. 942. EPI 1962 p. 696. 1964 p. 136. Enc. PdM. 3P2. R.MEP n°133 p. 12. Hir. n°191/193. EC1 N° 340. 470. 530. 715. 727. NS 20P181. 182. 26P26. 31/C2.p. 150. 151. 36/C2. 42P177. 98/C2. 102/C2. 215/74. 232/C2.

    "
    • Numéro : 3566
    • Année : None