Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Pierre REY

REY Jean-Pierre (1858-1930)
Add this
    REY Jean-Pierre

    (1858-1930)


    [1525] REY Jean-Pierre (archevêque de Tokyo), est né le 3 novembre 1858 à Juliénas, dans le diocèse de Lyon (Rhône). Fils de vignerons beaujolais, il était le benjamin d'une famille de cinq enfants. Le vicaire de la paroisse lui donna les premières leçons de latin, puis il devint élève de la \Manécanterie de Claveisolles". Il entra ensuite au Petit Séminaire de Saint Jodard, fit sa Philosophie à Alix. Il y reçut la tonsure le 2 juin 1878. À l'occasion d'un pèlerinage à La Salette, il décida de devenir missionnaire et il partit pour le Séminaire des Missions Étrangères. Minoré le 22 décembre 1879, sous-diacre le 13 mars 1881, diacre le 24 septembre suivant, il fut ordonné prêtre le 4 mars 1882. Il reçut sa destination pour le Japon septentrional, dont le centre était Tokyo. Parti le 12 avril 1882, il arriva à Yokohama le 28 mai, accueilli par Mgr. Ozouf, alors vicaire apostolique.

    Le Père Rey fut d'abord nommé à Kanda, vicaire du Père Évrard. Mais dès le mois de septembre, il devient adjoint du Père Faurie, qui dirigeait l'orphelinat, installé dans les dépendances du poste de Azabu. Il seconda également pendant trois ans les curés successifs tout en ayant la charge d'une desserte à Honjo.

    En octobre 1885, il est nommé professeur au Séminaire de Tsukiji. En 1886, il revient à l'orphelinat comme responsable de l'établissement. En 1887, il le transportait sur le terrain de Sekiguchi, qui venait d'être acheté par la Mission. Tant qu'il fut chargé de l'orphelinat, le Père Rey poursuivit un double but : installer et développer des métiers qui permettaient aux jeunes orphelins de gagner leur vie -ensuite- orienter vers les carrières libérales ceux d'entre eux qui montreraient des aptitudes et du goût pour les études. En 1893, l'évêque lui donna un compagnon pour le seconder, mais se sentant fatigué, en 1896, il demanda et obtint un congé en France.

    Il dut prendre un long repos de cinq ans. En 1901, complètement rétabli, il revenait au Japon, et fut nommé successivement à Yokosuka, Odawara, Shizuoka. Au mois d'octobre 1908, le Père Rey était nommé aumônier des Soeurs de Saint Maur à Yokohama; l'année suivante, il joignait à cette charge celle de procureur de la mission de Tokyo et devenait vicaire général.

    Après la mort de Mgr. Bonne, un bref pontifical du 1er juin 1912 le nommait archevêque de Tokyo. Le 25 juillet, il fut sacré dans l'église de Sekiguchi par Mgr. Berlioz, évêque de Hakodaté. Le nouvel archevêque avait pris comme devise ces paroles de l'Écriture : "In te Domine speravi". La première épreuve qu'il rencontra ce fut la guerre européenne. La Mission avait perdu, les années précédentes, plusieurs missionnaires, et voici que la mobilisation générale appelait huit de ses jeunes missionnaires. Mgr. Rey n'hésita pas : il prit en charge quelques postes : Kamakura, Yokosuka, Odawara, et même le lointain Matsumoto.

    Après la guerre, une nouvelle épreuve l'attendait : le grand tremblement de terre du 1er septembre 1923, qui détruisit huit postes de fond en comble, sans espoir d'être indemnisé par les compagnies d'assurances. Cependant, avec l'aide des missionnaires et des chrétiens, il releva les ruines, prépara de nouveaux postes dans les centres populaires de Tokyo et de sa banlieue. C'est ainsi que Koenji et Hongo furent fondés.

    Le projet d'un Grand Séminaire inter diocésain était à l'étude : en attendant, il favorisait les vocations et envoyait volontiers à Rome ou en France les meilleurs sujets. Démissionnaire le 6 mars 1926, il est nommé évêque "in partibus" de Philippopolis et assistant au trône pontifical. Il se retira à Ueda. Vers 1929, sa santé commença à décliner. Malgré les soins, il s'endormit dans le Seigneur le 25 mai 1930. Il est inhumé dans le cimetière de Aoyama, à Tokyo.

    Bibliographie:

    Wa-futsu jisho = Dictionnaire japonais-français des mots usuels de langue japonaise / par Pierre Rey, m. a. et Hiroyoshi Tanaka. - Tokyo, 1888. - 10-200-2 p. ; 18 cm.






    Références bibliographiques

    AME 1912 p. 276. 331. 1913 p. 171. 205. photo p. 164. 1914 p. 153. 1915-16 p. 149. 1919-20 photo p. 446. 1921 p. 68. 1923 p. 162. 163. 207. 1925 p. 18. 1926-27 p. 337. 390. 1930 p. 183. 1936 p. 101. 1937 p. 203. CR 1882 p. 103. 1888 p. 36. 1889 p. 44. 1891 p. 34. 36. 262. 1895 p. 60. 1899 p. 19. 1902 p. 13. 1903 p. 12. 1904 p. 10. 1905 p. 8. 1911 p. 13. 1912 p. 6. 8. 17. 1913 p. 5. 20. 73. 1914 p. 12. 15. 16. 1915 p. 5. 11. 203. 1916 p. 1. 10. 1917 p. 1. 6. 16. 183. 1918 p. 1. 5. 34. 1919 p. 1. 5. 216. 1920 p. 2. 1921 p. 1. 4. 1923 p. 1. 5. 1925 p. 1. 7. 1926 p. 1. 5. 1927 p. 14. 172. 219. 222. 1928 p. 1-3. 5. 1929 p. 309. 1930 p. 1. 251. 319. 1931 p. 2. 1932 p. 4. 318. 332. 1933 p. 2. 300. 302. 1934 p. 8. 1935 p. 6. 1938 p. 3. 1939 p. 280. 1947 p. 180. BME 1922 p. 22. 103. 500. 625. 1923 p. 46. 87. 1924 p. 448. 523. 704. 1925 p. 555. 694. 1926 p. 40. 41. 195. 370. 371. 439. 625. 755. 760. 1927 p. 42. 176. 367. 368. 370. photo p. 713. 1928 p. 46. 109. 153. 233. 359. 745. 1929 p. 285. 422. 541. 738. 1930 p. 427. 429. 1939 p. 631. 706. photo p. 681. 1949 p. 27. 1951 p. 725. 1954 p. 634. 635. 1959 p. 763sq. 897. EC1 N° 46. 199.

    "
    • Numéro : 1525
    • Année : None