Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Adolphe RAYSSAC

[ 1885 ] RAYSSAC Adolphe (Mgr.) Premier Vicaire Apostolique de Swatow ---------- Adolphe RAYSSAC naquit le 4 novembre 1866, à Lunan, près de Figeac, diocèse de Cahors, département du Lot. Il fut tonsuré le 4 juin 1887.
Add this
    [ 1885 ] RAYSSAC Adolphe (Mgr.)

    Premier Vicaire Apostolique de

    Swatow

    ----------

    Adolphe RAYSSAC naquit le 4 novembre 1866, à Lunan, près de Figeac, diocèse de Cahors, département du Lot. Il fut tonsuré le 4 juin 1887.

    Le 31 août 1887, M.Rayssac entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 22 septembre 1888, sous-diacre le 3 mars 1889, diacre le 7 juillet 1889, ordonné prêtre le 21 septembre 1889, il reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouang-tong (Canton) qu'il partit rejoindre le 23 décembre 1889,en compagnie de MM. Henri Chanès et Kammerer destinés à la même mission.

    Arrivé à Canton, M. Rayssac fut envoyé à Tchek-kai dans le district de l'île de Sancian, où, sous la direction de M. Louis Murcier, il s'initia à la langue et à la vie missionnaire. En 1891, il fut nommé nommé dans la sous-préfecture de Loc-fung, dans l'est de la mission. En 1893, Mgr. Chausse remplaça à la tête du district de Loc-fung, M. Henri Michel, de santé délicate, par M. Rayssac qui était d'une constitution beaucoup plus solide. Son district s'étendait jusqu'à la mer, et en 1894, comptait 1.700 chrétiens. Vers le nord du Lok-fung, aidé par un prêtre autochtone, il avait la charge d'environ 1.900 chrétiens et trois cents catéchumènes Hakka.

    Au mois de mai 1902, M. Rayssac acheta une maison en ville de Lok-fung. Pour que cette maison lui soit livrée, il versa des arrhes au vendeur. Alors, la colère des notables s'enflamma contre ce dernier. Au mois de juillet suivant, la résidence de M. Rayssac fut envahie par des soldats; menacé de mort, il réussit à s'échapper, mais ses agresseurs l'ayant bientôt rejoint, le saisirent et le trainèrent à travers les rues. Le mandarin l'arracha des mains de ses bourreaux.

    En 1908, le district de Lok-fong comptait 3.700 chrétiens; trois missionnaires, MM. Rayssac, Etienne et Sicard travaillaient à l'évangélisation de cette région. M. Rayssac forma M.Joseph Péric à la vie missionnaire.

    La lettre apostolique \Solemne Domini" du 6 avril 1914 divisa en deux vicariats apostoliques la mission du Kouang-tong: Canton et Tchao-tcheou. (changé en Swatow, en 1915 ). Ce dernier vicariat fut confié à Mgr. Adolphe Rayssac qui fut sacré évêque de Cotyaeum, dans la chapelle de Nazareth, à Hong-Kong, le 1er mai 1915. Le prélat consécrateur fut Mgr.Pozzoni, vicaire apostolique de Hong-Kong, assisté de M.Robert, procureur général de la Société des Missions Etrangères et de M. François Roudière, provicaire du nouveau prélat.

    Le 3 février 1917, Mgr. Rayssac, vicaire apostolique de Swatow et administrateur du vicariat de Canton depuis 1915, reçut à Canton Mgr. de Guébriant transféré du vicariat du Kien-tchang à celui de Canton, par acte pontifical du 28 avril 1916.

    Mgr. Rayssac construisit à Swatow, dès 1915, un évêché qui devait abriter à la fois la cure et la procure, première bâtisse en béton armé en cette ville, en prévision des typhons, des tremblements de terre et autres cataclysme. En 1918, il fonda et installa le petit séminaire à Teng-hai; En 1924, M. Louis Etienne supérieur de la maison envoya cinq "philosophes" à Penang où se trouvaient déjà cinq "théologiens". Ramené à Swatow pendant quelques temps, le séminaire prit possession des nouveaux locaux, à Kit-yang, le 16 Février 1929. Le 15 février 1930, Mgr. Rayssac ordonna trois nouveaux prêtres, portant à 16 le nombre des prêtres autochtones du vicariat. En 1932, leur nombre était de 20.

    En 1922, peu de temps avant le violent typhon du 2 août, arrivèrent à Swatow, les Ursulines canadiennes; Mgr. Rayssac leur confia l'éducation des enfants des européens et des eurasiens, puis l'œuvre de la Sainte Enfance ainsi que des dispensaires et ouvroirs. En décembre 1927, trois premières novices chinoises firent leur profession temporaire en cet Institut. Malgré le chaos politique et intellectuel de la Chine à cette époque, il ouvrit, en 1923, le collège St. Joseph, école secondaire qui débuta avec trente élèves.

    Du 9 février au 22 mars 1922, à Hong-Kong, Mgr. Rayssac participa à la première Assemblée Générale de la Société des Missions Etrangères, puis le 15 novembre 1922, à la réunion à Hong-Kong, des Evêques de la 5ème région de la Chine dont la durée des travaux était prévue pour deux semaines. En mai-juin 1924, il prit part aux travaux du "concile de Shanghai" présidé par Mgr. Constantini, Délégué Apostolique.

    Malgré les troubles qui secouaient le pays, les persécutions et les tracasseries faites aux chrétiens, le 30 décembre 1924, Mgr. Rayssac quitta Swatow pour faire sa visite ad limina à Rome; il s'embarqua à Hong-Kong 4 janvier 1925, et s'arrêta en Malaisie pour revoir Mgr.Mérel, son ancien évêque, visiter ses séminaristes à Penang, et saluer à Singapour beaucoup de chrétiens chinois originaires de Swatow. Puis, à partir de Port-Saïd, il fit un pèlerinage en Terre Sainte.

    De retour à Swatow, le 16 novembre 1925, Mgr. Rayssac profita du calme relatif du pays pour visiter les chrétientés que les troubles récents avaient rendues inaccessibles. En 1926, les "Unions des Paysans" se signalèrent par leur violence contre les riches, les étrangers et la religion. En septembre 1927, ce fut le passage de l'armée rouge du général Ho, en marche vers Canton. Le raz de marée communiste causa des ravages graves et durables aux diverses chrétientés du vicariat. De ce fait, nombre de chrétiens partirent pour la Thailande, la Malaisie, ou Singapour. Le gouvernement nationaliste à son tour porta des règlements menaçant les écoles et les biens des missions.

    Mgr.Rayssac, dont la devise était "Deo juvante", garda son sang-froid et l'orage passé, répara les dégâts gardant le souci constant d'évangéliser. Pour cela, il fit appel aux Pères de Maryknoll qui arrivèrent en octobre 1925. En 1927, sous la direction de M.F. Ford, cinq Pères et un frère travaillaient dans la région de Kia-yn. En 1929, environ 6.500 fidèles furent confiés à leurs soins,.cette région étant élevée au rang de Préfecture apostolique.

    En 1930, l'influence communiste s'étendit dans la plupart des districts de la mission; M.Waguette fut enlevé par des individus armés, le 23 mars 1930; captif jusqu'au 21 août 1930, il fut libéré contre le versement d'une rançon. Ce fut avec de tels soucis que Mgr. Rayssac partit pour la France afin de participer à la seconde Assemblée Générale de la Société des Missions Etrangères qui s'ouvrit à Paris le 15 juillet 1930. Vers la mi-décembre 1930, il était de retour à Swatow.

    En 1932, une petite armée communiste occupait toujours la partie montagneuse de vicariat, et étendait ses opérations dans la plaine. Le 23 janvier 1932, Mgr. Rayssac accueillit Mgr. de Guébriant en visite dans son vicariat. En décembre 1932, sentant ses jambes trop faibles, il délégua MM.Rey et Rivière pour faire la tournée pastorale, dans la partie montagneuse de la mission

    Le 16 avril 1934, à la procure de Hong-Kong, Mgr. Rayssac souhaita la bienvenue à Mgr. Mario Zanin, nouveau Délégué Apostolique en Chine. Le 16 décembre 1934, il apprit que depuis le 10 décembre 1934, un coadjuteur lui était donné, en la personne de son procureur M. Charles Vogel. Lui-même conféra à ce dernier la consécration épiscopale, dans l'église de N.D. Auxiliatrice, à Chao-chow, dans la mission de Swatow, le 1er mai 1935, vingtième anniversaire de son propre sacre.

    Fait chevalier de la Légion d'Honneur, vers avril 1935, Mgr. Rayssac s'embarqua pour Rome en juin 1935 via le Japon et l'Amérique, en vue d'y faire sa visite "ad limina". Une hémiplégie dont il ne se remit pas parfaitement, le frappa à Marseille. Par lettre du 27 décembre 1935, Son Em. Le cardinal Préfet de la Propagande faisait savoir à Mgr. Vogel que le Saint Père avait accepté la démission de Mgr. Rayssac le 9 décembre 1935.

    En janvier 1936, Mgr. Rayssac entra au sanatorium de Montbeton. C'est là qu'il fêta en 1940, ses noces d'or sacerdotales. C'est là aussi qu'il s'éteignit le 16 juin 1941.


    [1885] RAYSSAC Adolphe.


    Références biographiques

    AME 1890 p. 164. 1915-16 p. 48. 63. 64. 1917-18 p. 239. 1919-20 p. 283. 1922 p. 161. 214. 1923 p. 180. 1925 p. 19. 85. 1928 p. 51. 58. 1929 p. 164. 1930 p. 122. 203. 261. photo p. 202. 1931 p. 20. 23. 1932 p. 192. 1934 p. 88. 184. 236. 1936 p. 250. photo p. 252. CR 1889 p. 255. 1890 p. 293. 1893 p. 151. 1894 p. 162. 1896 p. 151. 1897 p. 113. 114. 1899 p. 317. 1900 p. 127. 1901 p. 124. 1902 p. 143. 1903 p. 122. 1904 p. 138. 1908 p. 122. 1909 p. 133. 1910 p. 132. 1911 p. 111. 1913 p. 166. 1914 p. VIII. 1915 p. 3. 4. 79. 82. 84. 157. 1916 p. 90. 94. 1917 p. 64.. 68. 1918 p. 52. 1919 p. 57. 138. 1920 p. 40. 1921 p. 62. 1922 p. 74. 188. 1923 p. 88. 1924 p. 67. 155. 201. 1925 p. 74. 1926 p. 80. 1927 p. 76. 1928 p. 82. 176. 1929 p. 108. 1930 p. 124. 344. 1931 p. 122. 1932 p. 136. 1933 p. 104. 1934 p. 99. 1935 p. 239. 1936 p. 94. 283. 284. 1938 p. 103. 1939 p. 216. 1947 p. 347. 1949 p. 217. BME 1922 p. 376. 635. 678. photo p. 17. 366. 1923 p. 190. 648. 665. 1924 p. 782. photo p. 115. 445. 1925 p. 112. 174. 304. 378. 641. 785. 1926 p. 50. 707. 1927 p. 61. 1928 p. 251. 1930 p. 381. 439. 545. 737. 1931 p. 65. 84. 449. 1932 p. 46. 207. 232. 375. 857. 1933 p. 59. 1934 p. 366. 572. 795. 1935 p. 55. 358. 434. 569. 595. 826. 827. photo p. 358. 381. 1936 p. 226. 290. 844. 1937 p. 543. 747. 1938 p. 418. 788. 1939 p. 130. 1940 p. 67. 364. 1941 p. 550. 551. 716. 1957 p. 571. 1958 p. 889. 890. 892. 894. 895. EC1 n° 23. 81. 82. 87. 88. 91. 92. 93. 94. 149. 195. 201. 202. 207. 209. 319. 320. 328. 341. 357. 363. 378. 385. 410. 420. 429.
    Mémorial Mgr. RAYSSAC Adolphe page 3
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 1885
    • Année : None