Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul Marie RAMOND

[1485] RAMOND Paul-Marie (Mgr) Vicaire Apostolique de Hung-Hoa Haut-Tonkin ----------- Paul-Marie RAMOND naquit le 18 mars 1855, à Briols, paroisse située sur le territoire de la Commune de Montlaur, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Il fit ses études secondaires au petit séminaire de St. Pierre, près de Rodez, puis passa au grand séminaire de ce diocèse où il fut ordonné diacre le 7 juin 1879.
Add this

    [1485] RAMOND Paul-Marie (Mgr)

    Vicaire Apostolique de Hung-Hoa

    Haut-Tonkin

    -----------

    Paul-Marie RAMOND naquit le 18 mars 1855, à Briols, paroisse située sur le territoire de la Commune de Montlaur, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Il fit ses études secondaires au petit séminaire de St. Pierre, près de Rodez, puis passa au grand séminaire de ce diocèse où il fut ordonné diacre le 7 juin 1879.

    Le 8 septembre 1879, il entra au Séminaire des Missions Etrangères, pour terminer ses études écclésiastiques. Ordonné prêtre le 4 Juillet 1880, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 18 janvier 1881.

    Dès son arrivée, il se mit à l'étude de la langue viêtnamienne, puis il devint le compagnon de son Evêque dans ses tournées épiscopales, véritables missions itinérantes comportant prédications, confessions, examen des catéchumènes, baptêmes, règlement des affaires litigieuses...

    En 1884,dans la région actuelle de Phu-Ly, il fut chargé du district de Nam-Xang qui comptait une vingtaine chrétientés. Les catéchumènes y étaient très nombreux et le nombre de baptêmes impressionnant. Il fonda de nouvelles chrétientés. En 1889, en prenant sur le district de Nam-Xang, on créa d'abord celui de Ngoc-Lu, avec 1.500 néophytes, puis en 1892, celui de Vinh-Da, et on prépara même une troisième division. Mais, en février 1893, le bruit se répandit que résidents et mandarins voyaient les conversions d'un mauvais oeil, et qu'ils ordonnaient de revenir à la religion traditionnelle, sous peine de châtiments; certains chrétiens influents furent arrêtés ou condamnés; apeurés, un certain nombre de catéchumènes et de nouveaux convertis signèrent des lettres d'apostasie. M. Ramond ne se laissa pas décourager; monté sur son fier coursier, il continua à visiter et à défendre ses chrétiens.

    Le 18 avril 1895, M. Ramond fut nommé evêque de Linoë et premier Vicaire Apostolique du Haut Tonkin, territoire détaché du Tonkin Occidental. Ce nouveau Vicariat comprenait les provinces de Son-Tay, Hung-Hoa, et Tuyên-Quang et englobait aussi les territoires habités par les groupes ethniques Muong: Xa, Meo, Thaï, Tho, Man. On estimait à envrion 17.000 le nombre des chrétiens, dispersés dans 115 stations. Le 15 octobre 1895, Mgr Ramond reçut la consécration épiscopale, en la cathédrale de Hanoï, en même temps que Mgr. Marcou, des mains de Mgr. Gendreau, assisté de Mgr. Pineau du Tonkin Méridional, et de Mgr. Velasco du Tonkin Septentrional. On donna au nouvel Evêque 12 missionnaires, 12 prêtres viêtnamiens et 15.000 frs. Tous se mirent à l'oeuvre.

    Installé à Hung-Hoa, centre de la nouvelle Mission, Mgr. Ramond, malgré la mort de M. Ambroise Robert, le 27 juin 1896, ouvrit le 1er septembre 1896, un collège-Petit Séminaire à Ha-Tach, avec 22 élèves dont il confia la direction à M. Bessière. Puis il commença aussitôt la visite des chrétientés longtemps délaissées et éprouvées par l'insécurité, la famine , le choléra et la piraterie. En 1897, à Song-Chay, il fut heureux de retrouver vivant le souvenir de Mgr. Retord. Dans ce même temps, plusieurs églises furent bâties ou achevées ainsi à Tuyên-Quang, à Lao-Kay; une léproserie fut fondée à Huong-Phong à 5 kms de Hung-Hoa, avec 26 pensionnaires, tous chrétiens. Après s'être rendu dans toutes les stations, il entreprit l'ouverture de nouvelles chrétientés, en des territoires peu connus.

    Dans ce but, en novembre 1898, il envoya M. Brossier faire un voyage d'exploration de 34 jours, dans le bassin de la Rivière Noire, où aucune chrétienté n'existait encore. En février 1899, en vue de connaitre la pays, il demanda à M.d'Abrigeon de partir de Lao-Kay, de descendre à Pho-Lu, puis de se diriger sur Ha-Giang, centre militaire important, non loin de la frontière chinoise, pour y ouvrir une station missionnaire et s'occuper des européens et des populations Man et Tho. Le 17 juillet 1900, M.Karrer partit pour Ha-Giang afin de prêter main forte à M.d'Abrigeon. En décembre 1899, M.Girod visita le canton de Tu-Le, territoire des Meo, des Man, des Thai et des Muong, et, avec la bénédiction de Mgr Ramond,\mais pas les piastres", fonda le poste de Phu-Yen-Binh, en janvier 1902. Depuis Hoa-Binh, en remontant la Rivière Noire, MM. de Cooman et Laisi prirent contact avec les groupes "Châu." M.Granger, en décembre 1900, quitta Yên-Bai et s'installa à Nghia-Lo; en janvier 1901, M.Jordan alla l'y rejoindre. Un peu plus tard, M.Granger s'établit chez les Meo, à Cao-pha, et M.Antonini alla à Nghia-Lo comme compagnon de M.Jordan. En Août 1901, en vue d'y créer un poste missionnaire, Mgr Ramond envoya M.Blondel reconnaitre la région entre le Fleuve Rouge et la Rivière Claire, reliée à Yên-Bai par une route.

    En ce début de siècle, bien que les conversions fussent plus nombreuses, surtout dans les provinces de Son-Tây et Phu-Tho, Mgr. Ramond rencontra des difficultés de toutes sortes: indifférence des païens, exemples des Européens qui ne montraient pas le chemin du Paradis, tracasseries et hostilité de certaines autorités envers les missionnaires, sécularisation de cinq "ambulances" militaires tenues par les soeurs, ruines et famine causées par les typhons.ou la sécheresse etc..

    En Juin 1899, il inaugura et bénit sa cathédrale. En 1905, il connut la joie de faire la procession de la Fête-Dieu à Hung-Hoa et de célébrer ses noces d'argent sacerdotales entouré de ses missionnaires et prêtres viêtnamiens. En 1910, malgré l'insécurité, la piraterie la guerilla menée depuis quelques années par Dê-Tham, chef des rebelles, dans la Haute Région, il présida neuf triduums en l'honneur des martyrs. et il pût relever les ruines causées pendant la période de la piraterie; beaucoup de paillotes servant de lieu de culte furent remplacées par des églises.

    Chaque année, Mgr. Ramond, lors de ses visites pastorales, s'enquérait de l'évangélisation des non chrétiens; Il accordait une grande importance aux comptes-rendus annuels des travaux des missionnaires et des prêtres viêtnamiens qu'il citait largement. Sa connaissance de la géographie humaine de son vicariat lui permit de développer les paroisses existantes, de créer de nombreuses chrétientés nouvelles, et d'implanter des hôpitaux dans les centres importants, tels que Son-Tây, Yên-Bay, Tuyên-Quang, ainsi que plusieurs maisons de retraites pour les personnes âgées. Il s'interessa aux écoles, et donna toute son attention à son Collège petit séminaire.dont le nombre d'élèves ne cessa de croitre, puis à ses grands séminaristes.

    En 1920, Mgr Ramond, délégué par le groupe des Missions du Tonkin se rendit à Rome, où du 7 mai au 11 juin 1920, dix commissions établirent un projet de Règlement de la Société, en 286 articles qui fut adressé, pour vote, à chacun de ses membres. Il participa ensuite à l'assemblée générale qui se tint à Nazareth,à Hong-Kong, du 9 Février au mardi 22 mars 1921. Mgr profita de son séjour en Europe pour rendre visite à sa famille, et pour célébrer, à Paris, le 15 octobre 1920, puis dans son vicariat, le 25ème anniversaire de sa consécration épiscopale.

    De haute taille, de forte corpulence,au teint sanguin, avec une barbe patriarche, il faisait l'admiration de tous. Il fut l'organisateur et l'animateur de son vicariat, multipliant et visitant districts et chrétientés tant chez les viêtnamiens, les européens, que dans le monde peu connu des minorités ethniques. La formation des catéchumènres, des catéchistes, retint toute son attention. Le recrutemnt et la formation dans les Séminaires fut pour lui une question primordiale..Arrivé au Tonkin en 1881, il assista à la transformation complète du pays, en de nombreux domaines. .

    Du 15 novembre au 5 décembre 1934, Mgr. Ramond prit part au " Premier Concile Plénier de l'Indochine" qui se tint à Hanoï, sous la présidence de Mgr. Dreyer, Délégué Apostolique. Vers 1933, se sentant moins robuste, il demanda au St. Siège un Coadjuteur. Ce dernier lui fut donné en la personne de M. Vandaele, procureur de la mission. Celui-ci reçut la consécration épiscopale le 8 décembre 1936, dans la cathédrale de Hung-Hoa, des mains de Mgr.Chaize, assisté de NN.SS. Eloy et de Cooman, Mgr. Ramond présidant au trône.

    En avril 1938, suite à une certaine tension entre lui-même et son coadjuteur, Mgr. Ramond admit, non sans difficultés, qu'il ne pouvait plus exercer sa charge. Il envoya sa démission de Vicaire Apostolique de Hung-Hoa. Celle-ci ayant été acceptée le 21 mai 1938, notification officielle en fut donnée à tous, prêtres et fidèles, le dimanche 4 septembre 1938. Durant ses 43 ans d'épiscopat, marqués par sa fidélité à sa devise "in virtute et patientia", la population catholique était passée de 16.000 à 64.000, le nombre de prêtres viêtnamiens de 12 en 1895 à 58 en 1939, plus de 300 villages avaient été évangélisés. Les oeuvres caritatives et éducatives s'étaient largement développées. La léproserie de Huong-Phong, qui avait absorbé, en 1913, d'autres petits centres pour lépreux, comptait environ 300 malades en 1935.

    En 1939, Mgr.Ramond se retira au Tàm-Dao, dans la mission de Hanoï, mais l'exil lui pesait trop. En octobre 1942, il s'installa au petit séminaire de Ha-Tach. Là, sa vie fut celle d'un ermite : il passait six ou sept heures par jour, priant dans sa chapelle privée. En juillet 1943, il gagna la station d'altitude de Chapa.où il continua à mener sa vie de prière.

    Le 6 janvier 1944, dans la maison des missionnaires de Chapa, Mgr. Ramond, doyen des évêques de la Société, premier vicaire apostolique du Haut Tonkin (Hung-Hoa), rendit son âme à Dieu, sans jamais avoir été malade. Son coadjuteur l'avait précédé dans la tombe,le 21 novembre 1943. On lui fit des obsèques aussi solennelles que possible. Sa dépouille mortelle repose tout près de l'église de Chapa.
    RAMOND

    Paul

    (1855 - 1944)

    [1485]

    Références biographiques
    AME Lettres :1890 p. 176. 179. 1893 p. 701. 1895 p. 367. 372. Articles : 1899 p. 272. 1900 p. 296. 1901 p. 312. 1902 p. 184. 231. 1903 p. 248. 1906 p. 180. 1910 p. 274. 1912 p. 105. 106. 107. 1917-18 p. 3. 1919-20 p. 284. 565. 1923 p. 195. 1925 p. 15. 1926-27 p. 173. 382. 1928 p. 150. 151. 210. 1929 p. 252. 255. 1930 p. 168. 169. 170. 203. 1932 p. 71. 73. 76. 77. 192. 1933 p. 196. 1934 p. 181. 234. 1935 p. 37. 52. 131. photos p. 278. 279. 1936 p. 184. 235. 236. 1937 p. 13. 14 photo p. 42. photos p. 248. 249. 1938 p. 186. 1939 p. 9. 36. 37. CR 1881 p. 103. 1882 p. 56. décembre 1884 p. 92. 1886 p. 89. 1888 p. 114. 1890 p. 250. 251. 1892 p. 155. 160. 1893 p. 165. 166. 1894 p. 182. 1895 p. 3. 186. 190. 355. 1896 p. 169. 178. 399. 400. 1897 p. 139. 151-160. 376. 378. 1898 p. 151-157. 1899 p. 182-186. 1900 p. 131. 150-155. 1901 p. 146-153. 1902 p. 169-176. 1903 p. 157-162. 359. 361. 362. 1904 p. 166-172. 356. 357. 358. 359. 435. 1905 p. 139-145. 358. 1906 p. 149-155. 361. 363. 364. 365. 366. 395. 405. 1907 p. 181-189. 1908 p. 161-170. 355. 356. 357. 358. 1909 p. 156-163. 1910 p. 135. 158-166. 322. 326. 1912 p. 173. 185-191 p. 1911 p. 143-151. 267. 1913 p. 193. 198-203. 1914 p. 77. 78. 1915 p. 95-98. 1916 p. 111-115. 1917 p. 78. 82. 85-87. 1918 p. 66-70. 71. 1919 p. 70-72. 157. 158. 159. 160. 1921 p. 74-76. 1922 p. 93-96. 206. 207. 1923 p. 107-111. 1924 p. 84-86. 208. 209. 1925 p. 92-95. 1926 p. 94. 101-105. 195. 1927 p. 96-101. 1928 p. 102-106. 1929 p. 130. 135-143. 317. 318. 319. 320. 321. 322. 1930 p. 155-164. 1931 p. 149-156. 335. 336. 337. 338. 1932 p. 182-189. 1933 p. 135-148. 278. 1934 p. 130-135. 275. 285. 1935 p. 128-134. 271. 303. 304. 364. 1936 p. VI. 123-129. 1937 p. 128. 129-134. 266. 275. 1938 p. 136 (démission). 1940 p. 83. 1947 p. 67. 356. 1948 p. 163 (notice). 1949 p. 163. 182. 183. 185. 187. 190. 199. 201. 206. 207. 208. 210. 1951 p. 172. BME 1922 p. 3. 32. photo p. 17. 1923 photo p. 299. 1924 photo p. 621. 1926 p. 52. 54. 633. 1927 p. 383. 1928 p. 371. 693. 1929 p. 247. 299. 440. 634. 691. photo p. 368. 1930 p. 241. 496. 584. 743. 755. 1931 p. 70. 151. 225. 226. 294. 376. 453. 529. 758. 839. 1932 p. 622. 862. 1933 p. 61. 699. photo p. 452. 1934 p. 206. 874. photo p. 663. 1935 p. 130. 202. 363. 891. photo p. 57. 1936 p. 453. 524. 1937 photo p. 79. 1938 p. 407. 695. 1939 p. 138. 357. 1940 p. 561. 622. 1941 p. 190. 1948 p. 90. 1950 p. 64. 1954 p. 353. RHM 1924 p. 149. MC 1914 p. 509. 1918 p. 40. 1923 p. 27. 1924 p. 101. 1925 p. 149. 1927 p. 37. 1928 p. 401. 1929 p. 83. 1932 p. 73. 333. 334. 1934 p. 552. 1938 p. 196. 1939 p. 94. MDA 1948 p. 79. EC1 N° 436.

    Décembre 1994


    Mémorial Mgr RAMOND Paul, Marie page


    "
    • Numéro : 1485
    • Année : None