Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Hyppolyte RAGUIT

[1125]. RAGUIT, Louis-Hippolyte-Aristide, vit le jour le 15 (m) ou le 16 (é) décembre 1848 à Vendeuvre-du-Poitou (Vienne). Il fit une partie de ses études à Montmorillon, et au grand séminaire de Poitiers. Il était exorciste, quand il se présenta au Séminaire des M.-E. le 12 septembre 1868. Il fut ordonné prêtre le 25 mai 1872, et envoyé en Mandchourie le 3 juillet suivant. Après qu'il eut étudié la langue à Yang-kouan, Mgr Verrolles le mit à Cha-ling, et, en 1874, le nomma procureur de la mission à Ing-tse.
Add this
    [1125]. RAGUIT, Louis-Hippolyte-Aristide, vit le jour le 15 (m) ou le 16 (é) décembre 1848 à Vendeuvre-du-Poitou (Vienne). Il fit une partie de ses études à Montmorillon, et au grand séminaire de Poitiers. Il était exorciste, quand il se présenta au Séminaire des M.-E. le 12 septembre 1868. Il fut ordonné prêtre le 25 mai 1872, et envoyé en Mandchourie le 3 juillet suivant. Après qu'il eut étudié la langue à Yang-kouan, Mgr Verrolles le mit à Cha-ling, et, en 1874, le nomma procureur de la mission à Ing-tse.
    En 1878, on le chargea d'administrer le district de San-tai-tse. Deux ans plus tard, il accompagna Mgr Dubail au premier synode de Pékin, en qualité de théologien. Il assista au synode de Cha-ling en 1882. Il reçut la direction des chrétientés nouvelles du Hei-long-kiang, et se fixa à Paien-sou-sou. La fondation d'un poste à Hou-lan ayant suscité une persécution, à la suite de laquelle le missionnaire Noirjean fut chassé, il entreprit des démarches pour obtenir réparation, et, dans ce but, se rendit à Pékin en 1882. Ses négociations ne réussirent pas.
    En 1888, par brefs du 23 mars, il fut nommé évêque titulaire de Trajanopolis et vicaire apostolique de la Mandchourie ; préconisé le 1er juin, il reçut la consécration épiscopale à Pékin le 9 septembre de la même année. L'année suivante, il entreprit la visite de son vicariat, dont une partie venait d'être dévastée par l'inondation. Il éprouva de grandes fatigues, et mourut le 17 mai 1889 à Paien-sou-sou, dans le Hei-long-kiang. Ses restes furent profanés par les Boxeurs en 1900.
    Armes. - Ecartelé : au 1 d'azur au monogramme des M.-E. d'or ; au 2 d'azur à la comète d'or (souvenir de Léon XIII) ; au 3 d'argent au lion de gueules à la bordure de sable, chargée de 10 besans d'or, au chef d'azur chargé de 3 fleurs de lys d'or, qui est de la ville de Poitiers ; au 4 de sable au dauphin d'argent cousu de gueules, chargé d'une mitre d'argent posée sur deux demi-crosses d'or en sautoir (ce chef n'est pas reproduit partout) ; à la croix d'or brochant sur les partitions.
    Devise. - O crux ave, spes unica. - Omnis terra adoret te.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1874, p. 40 ; 1875, p.3 ; 1878, p. 64 ; 1881, p. 3 ; 1883, p. 69 ; 1885, p. 15 ; 1887, pp. 5, 215, 258 ; 1888, p. 5 ; 1899, p. 82 ; 1901, p. 85 ; 1910, pp. 379, 380. - A. P. F., lxi, 1889, p. 389. - M. C., viii, 1876, p. 162 ; ix, 1877, pp. 252, 450 ; xiii, 1881, p. 434 ; xvii, 1885, pp. 389, 424 ; xviii, 1886, p. 316 ; xix, 1887, p. 304 ; Ib., Mort de Mgr Boyer, p. 462 ; xx, 1888, Sa nomination d'évêque, p. 113 ; Ib., Son sacre, p. 604 ; Ib., Notice, p. 605 ; xxi, 1889, p. 88 ; Ib., La famine, pp. 157, 206 ; Ib., pp. 275, 353, 412.
    Sem. rel. Poitiers, 1872, p. 761 ; 1873, pp. 163, 535 ; 1874, p. 168 ; 1875, p. 621 ; 1880, p. 562 ; 1881, p. 573 ; 1882, p. 625 ; 1883, pp. 8, 678 ; 1884, p. 414 ; 1885, pp. 25, 208, 533 ; 1886, pp. 135, 649 ; 1887, pp. 370, 390, 595 ; 1888, pp. 189, 783, 817 ; 1889, Sa mort, pp. 356, 372, 441, 527 ; 1901, Notice, p. 598 ; 1904, p. 234 ; 1907, p. 428.
    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. - Les miss. cath. franç., iii, p. 370. - Arm. des Prél. franç., p. 268.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1889, p. 269.
    Portrait. - A. P. F., lxi, 1889, p. 359. - M. C., xx, 1888, p. 610. - Sem. rel. Poitiers, 1907, p. 428.


    • Numéro : 1125
    • Année : None