Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Denis Eugène POYET

[ 1779 ] POYET Denis, Eugène Missionnaire COCHINCHINE ORIENTALE - QUINHON ---------- [1779] Denis, Eugène Poyet naquit de parents très chrétiens le 09 Janvier 1863, à Lyon, paroisse Ste Blandine, département du Rhône. A dix ans, il entra à l'institution Saint Vincent, en 1877, il se dirigea vers le Petit Séminaire de Verrières, où il fit toutes ses humanités ; ses deux années de philosophie se passèrent au séminaire d'Alix.
Add this

    [ 1779 ] POYET Denis, Eugène

    Missionnaire

    COCHINCHINE ORIENTALE - QUINHON
    ----------


    [1779] Denis, Eugène Poyet naquit de parents très chrétiens le 09 Janvier 1863, à Lyon, paroisse Ste Blandine, département du Rhône. A dix ans, il entra à l'institution Saint Vincent, en 1877, il se dirigea vers le Petit Séminaire de Verrières, où il fit toutes ses humanités ; ses deux années de philosophie se passèrent au séminaire d'Alix.

    Le 6 Septembre 1884, il entra laïque, comme aspirant missionnaire à Meudon, où il commença ses études théologiques. Tonsuré le 26 Septembre 1885, Minoré le 7 Mars 1886, sous-Diacre le 26 Septembre 1886, diacre le 05 Mars 1887, il fut ordonné prêtre, en la chapelle des Missions Etrangères, le 24 Septembre 1887, par Mgr. Vey, Vicaire Apostolique du Siam. Le soir même, M. Delpech le désigna pour la Cochinchine Orientale. Il quitta Paris le 14 Décembre 1887, s'embarqua à Marseille le 17 Décembre, et arriva dans sa mission vers la mi-Janvier 1888.

    Il apprit d'abord le viêtnamien à Xom-Nam, dans la province de Binh-Dinh, où il resta durant sa première année de mission, puis, l'année suivante, il se mit à l'étude de la langue Bahnar à Kon-Hngo. En effet, Mgr. Van Camelbeke l'avait destiné à la Mission Bahnar quii comptait alors 3 missionnaires et un prêtre viêtnamien: MM.VIALLETON, GUERLACH, IRIGOYEN et NGUY+N, avec 1600 chrétiens dans quatre centres .

    Le 23 Janvier 1889, Mr. POYET arriva à KONTUM, Son Supérieur, M.VIALLETON, l'installa dans une petite case au village de KON-HNGO. Le 17 Juillet 1891, mourait à ROHAI , entre KONTUM et KON-HNGO, le P. NGUY+N, curé de cette chrétienté depuis 18 ans. M. POYET lui succéda et KON-HNGO devint chrétienté secondaire.

    ROHAI était le premier et le plus important poste de la Mission. M.DOURISBOURE en parle beaucoup dans son livre :\Les Sauvages Bahnars". C'était un poste déjà bien développé .. Tout près de ROHAI, s'était formé depuis 1874, une modeste chrétienté viêtnamienne, nommée TRAI-LY., la seule dans la Mission Bahnar. Composée d'éléments divers, cette station donna beaucoup de tracas et de soucis à M. POYET. Installé au Centre de la Mission, M. POYET rendit de nombreux services à ses confrères. Il organisa le village de ROHAI, ouvrit une belle avenue centrale, large d'une dizaine de mètres, longue d'environ un km. De chaque côté, il encouragea chaque famille à élever une case propre et coquette, à cultiver un jardin. Cette chrétienté pilote se développa et devint le noyau de la ville de KONTUM... M POYET qui avait aussi obtenu la conversion du village voisin de KON-HARA resta cinq ans à ROHAI .

    En Avril 1896, M.POYET prit la direction du district de KON-KOTU qui comprenait alors tout l'est de la Mission. Il se donna corps et âme à l'administration de ses chrétientés.. Les villages de KO-T_IOK, KON-X_LAK, et KON-MAH devinrent chrétiens. Mais en 1898, Monseigneur dût envoyer M. POYET à HONG-KONG, prendre du repos à Béthanie.

    A son retour, fin 1899, Mr. POYET fut nommé chef du district de D_NG-DAI. Il s'y dépensa sans compter : il fit de nombreuses conversions, organisa ses chrétientés, construisit.. sans trop se soucier de sa santé. En 1910, fatigué, il fut appelé comme professeur au Petit Séminaire. Il n'y resta que quelques mois. Nature d'artiste, maniant avec habileté l'archet, le pinceau et la plume, il avouait être peu fait pour la vie de communauté.. "J'aimerais bien le Séminaire, disait il, mais il faudrait en supprimer la cloche " !..

    Il revint alors à D_NG-DAI où il resta quatre ans, puis fût nommé à D_NG-H+U, où pendant cinq ans, il recommença à se surmener au point qu'il fût obligé , en 1920, d'aller refaire sa santé en France.

    A son retour en 1922, il fut nommé curé de PHU-HOA.Son église brûla accidentellement. Il la reconstruisit plus solide et plus belle, son sens artistique et original se donna libre cours dans les chapiteaux et ses fameuses gargouilles.. Il en bâtit même une autre au chef-lieu de la Province, à QUANG-NGAI. Comme partout ailleurs, Mr. POYET sut se faire aimer de tous ses chrétiens. On disait : "le bon Père POYET" !..

    Fatigué, il monta se reposer au sanatorium de DALAT. Pendant quelques temps encore, il continua à travailler, termina son église, mais ses forces déclinaient !. Par obéissance, il se résolut à entrer à la clinique ANGIER à SAIGON. Durant trois mois, médecins et religieuses firent l'impossible pour le sauver, mais le coeur ne fonctionnait plus régulièrement !. Pleinement conscient de son état, il conservait sa gaieté habituelle, plaisantant volontiers avec ses visiteurs.

    Il s'éteignit doucement le samedi 07 Mai 1932, vers les 11 heures du soir.. Le lendemain sa dépouille mortelle fut transportée au Séminaire de Saigon., et le lundi matin, à 6 heures, Mr. LOUISON, son compatriote, célébra le service funèbre, en présence du Vicaire Apostolique, de toute la communauté, de nombreux prêtres. Puis, l'inhumation eût lieu au cimetière d'ADRAN.

    POYET

    Denis

    (1863- 1932)

    [1779]

    Références biographiques
    AME 1897 p. 737. 798. 1932 p. 142. 1933 p. 161. CR 1887 p. 197. 1891 p. 159. 291. 292. 1893 p. 189. 1896 p. 205. 1898 p. 161. 339. 1899 p. 191. 1900 p. 160. 1903 p. 184. 1904 p. 185. 1905 p. 155. 1914 p. 86. 1916 p. 125. 1919 p. 78. 220. 1922 p. 105. 1923 p. 262. 1924 p. 90. 1932 p. 206. 312. 417. 1933 p. 272. 287. BME 1922 p. 93. 166. 242. 1925 p. 777. 1932 p. 214. 789. EC1 N° 7. 244.


    Décembre 1993




    Mémorial POYET Denis,Eugène page

    Mémorial POYET Denis,Eugène page


    "
    • Numéro : 1779
    • Année : None