Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie François PORCHER

[ 2419 ] PORCHER Jean Marie François Missionnaire COCHINCHINE ORIENTALE - QUINHON ---------------------
Add this
    [ 2419 ] PORCHER Jean Marie François

    Missionnaire

    COCHINCHINE ORIENTALE - QUINHON
    ---------------------

    [2419] Jean-Marie-François PORCHER naquit 26 Juin 1875, à LANGON, diocèse de RENNES, département d'ILE-et-VILAINE. Il était le neuvième enfant de la famille. Il fit ses études primaires à LANGON, à l'école des Frères. Puis son parrain l' emmena chez un oncle curé de PLECH+TEL où il commença à apprendre le latin. Il y resta environ quatre ans. En octobre 1889, il rentra au Petit Séminaire de SAINT-MEEN de RENNES où il fit ses études classiques jusqu' à la fin de la réthorique, en Juillet 1893. En Octobre de cette même année, il entrait au Grand Séminaire de RENNES.

    Le 31 Janvier 1894, il arriva, laïque, au Séminaire des Missions Etrangères.Il y fit toute sa formation, interrompue en 1896-97, par une année de caserne passée à RENNES. Tonsuré le 09 Mars 1895, minoré le 29 Février 1896, sous-diacre le 05 Mars 1898, diacre le 21 Septembre 1898, il fut ordonné prêtre le 25 Février 1899 ; Le lendemain, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la COCHINCHINE ORIENTALE (QUINHON). Il quitta PARIS le 05 Avril 1899, et s'embarqua à MARSEILLE le 09 Avril, pour rejoindre sa mission.

    Débarqué à QUINHON, le 09 Mai 1899, M. PORCHER commença l'étude de la langue viêtnamienne, sous la direction d'un catéchiste. Au mois d'Août 1899, Mgr. VAN CAMELBEKE envoya M. LABIAUSSE à PHANTHIET, et lui adjoignit M.PORCHER afin qu'il continue l'étude de la langue et se forme au ministère.

    En Janvier 1901, à l'occasion de la retraite, il fut envoyé dans la province de PHU-Y+N, où il resta jusqu'en juin 1928. M.PORCHER est le premier missionnaire,qui, sans interruption, soit demeuré si longtemps dans cette province réputée, après KONTUM, comme la plus insalubre parmi celles qui forment la mission de QUINHON.

    De 1901 à 1918, Il fut chef du district de TRA-K+ D_NG-TRE. Cette région montagneuse, sans routes, à l'ouest de la province, comprenait de nombreux hameaux reliés par des sentiers. En 1905, Mgr. GRANGEON lui adjoignit un jeune vicaire viêtnamien. Mr. PORCHER laissa à ce dernier le sommet du plateau et descendit s'installer à D_NG-TRE, au pied des montagnes, où il resta d'août 1905 à Septembre 1918. Il fit de cette chrétienté une communauté fervente où un certain nombre de chrétiens communiaient à peu près tous les jours, et la plupart deux trois fois par semaine.Il était heureux de parler de ses chrétiens ,aussi c'est avec profond regret qu'il les quitta !

    D'Octobre 1918 à Février 1927, il eût en charge le district de HOA-V_NG, avec ses dix chrétientés disséminées sur les côteaux qui bordent la route mandarine, et d'accès difficile. Il se dévoua corps et âme à son troupeau.

    Février 1927, Mgr. TARDIEU demanda à M. PORCHER de prendre la direction du disctrict de M+NG-L+NG. Il n'y resta que 15 mois, car en Juin 1928, Mgr. décida de laisser cette province aux prêtres viêtnamiens.

    En Juin 1928, M. PORCHER est nommé à H_I-DUC, dans la province de BINH-DINH. C'était un millier de chrétiens dont un certain nombre se trouvaient regroupés en deux centres plus importants, et les autres éparpillés un peu partout. Il fit une première tournée de reconnaissance et en revint un peu découragé, car tout était nouveau pour lui, pays, habitants et habitudes, mais il se mit vaillament à l'oeuvre, malgré l'âge et les premieres infirmités génantes. Et puis il y eut le terrible typhon du 16 Octobre 1932..Quelle nuit ! Trempé par la pluie, il passa des heures terribles dans sa cuisine, véritable mare, car il n'avait pas osé rester dans sa maison, craignant de la voir s'écrouler sur lui.

    Reconstruire ce que le typhon avait détruit, et les soucis divers ébranlèrent sa santé. Cela l'obligea à se rendre d'abord à QUINHON, puis à entrer à la clinique Angier à SAIGON où il resta cinq ou six semaines. De retour en Février 1933, la maladie semblait enrayée. Il rentra chez lui, et eût la joie de retrouver son église debout, puis de voir Mgr. TARDIEU la bénir le jeudi 25 mai 1933, fête de l'Ascension.

    Le 7 Juillet 1933, à midi , Mgr. et M. DAVID, en route pour le QUANG-NAM, se trouvaient à H_I-DUC. M.PORCHER était gai, sans montrer de fatigue particulière. Subitement, dans la nuit du 9 au 10 Juillet, vers 23 heures, il éprouva une hémorragie intestinale. Le médecin du poste de B_NG-SON, appelé aussitôt vint prodiguer ses soins au malade. Dans la matinée, l'Inspecteur de la milice alla chercher en auto M. JAMET, à GIA-HUU, et télégraphia à l'Evêché. Mr. PORCHER, qui souffrait beaucoup, reçut les derniers sacrements et assisté de M. JAMET, rendit le dernier soupir vers 18h30, quelques instants avant l'arrivée du P.Procureur de la Mission.

    Le corps revêtu des ornements sacerdotaux, fut transporté à l'église où les chrétiens le veillèrent jusqu'à la messe d'enterrement , chantée le lendemain par M. ALEXANDRE. Les obsèques, présidées par le P. Provicaire eurent lieu le 11 Juillet 1933, à 17 heures, en présence d'une quinzaine de prêtres, d'une dizaine d'européens, et des chrétiens du district.


    Références biographiques
    AME 1899 p. 126. 1926 p. 24. 25. 1933 p. 202. CR 1899 p. 294. 1903 p. 191. 1905 p. 159. 1908 p. 185. 1914 p. 88. 89. 1918 p. 79. 1921 p. 86. 1922 p. 103. 1924 p. 90. 1925 p. 101. 102. 1926 p. 112. 1933 p. 158. 256. 354. BME 1924 p. 185. 256. 1925 p. 505. 1928 p. 500. 1929 photo p. 454. 1932 p. 214. 1933 p. 377. 704. EC1 N° 271.





    • Numéro : 2419
    • Année : None