Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

pierre charles louis PINABEL

[1073]. PINABEL, Pierre-Charles-Louis, originaire de Gonneville (Manche), vint au monde le 15 juillet 1844. Il fit ses études au petit et au grand séminaire de son diocèse, et après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 22 mai 1869, il entra au Séminaire des M.-E. le 21 juin suivant. Parti avec sa destination pour le Kouy-tcheou le 3 août 1870, il fut, peu après son arrivée à Hong-kong, désigné pour le Tonkin occidental, à cause de l'état troublé de la Chine.
Add this
    [1073]. PINABEL, Pierre-Charles-Louis, originaire de Gonneville (Manche), vint au monde le 15 juillet 1844. Il fit ses études au petit et au grand séminaire de son diocèse, et après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 22 mai 1869, il entra au Séminaire des M.-E. le 21 juin suivant. Parti avec sa destination pour le Kouy-tcheou le 3 août 1870, il fut, peu après son arrivée à Hong-kong, désigné pour le Tonkin occidental, à cause de l'état troublé de la Chine.
    Au début de 1871, il arriva dans sa mission, et, l'année suivante, commença d'administrer un district dans la province du Ninh-binh. La persécution l'obligea bientôt d'en sortir et de se réfugier dans la ville même de Ninh-binh. De 1877 à 1879, il fut successivement procureur de la mission et professeur de rhétorique au petit séminaire de Phuc-nhac. Dans ce dernier poste, il annota, croyons-nous, la Concordance des Evangiles traduite par le Bx Th. Vénard, et traduisit en annamite l'Imitation de Jésus-Christ et plusieurs volumes de Sermons. Ce dernier travail est demeuré manuscrit.
    En 1880, Mgr Puginier l'envoya tenter l'évangélisation du pays sauvage qu'on a appelé le Laos tonkinois, ou encore Chau-Laos ; en trois ans, il fonda plusieurs postes, éleva dix-huit oratoires, et détermina d'assez nombreuses conversions. Mais alors, excités contre les missionnaires par l'expédition française au Tonkin, les mandarins suscitèrent une persécution. Pinabel fut arrêté, mis à la cangue, et pendant quelques jours eut beaucoup à souffrir. Remis en liberté, il se rendit au collège de Phuc-nhac.
    Il était à ce moment très épuisé ; aussi mourut-il bientôt après, le 3 juillet 1885, à Ke-so, comptant 15 ans d'une carrière apostolique bien remplie.
    Bibliographie. - Sách gu~ò~ng phúc (Imitation de Jésus-Christ). - Imprimerie de la mission, Ke-so, 1888, in-12, pp. 300.
    Id. - Imprimerie de la mission, Ninh-binh [en caract. lat. accentués].
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1881, p. 62 ; 1882, pp. 60, 114 ; 1883, p. 11 ; 1884, p. 184 ; 1885, p. 76. - A. P. F., liii, 1881, p. 389 ; lvi, 1884, p. 216 ; lviii, 1886, p. 61. - M. C., xv, 1883, Mission des Chau-Laos, p. 397 ; xvi, 1884, Dangers, p. 133 ; Ib., p. 208 ; xvii, 1885, p. 479. - Rev. cath. Coutances, 1878, p. 197 ; 1884, p. 540 ; 1885, p. 841. - Bull. Soc. Géog. [Paris], 7e sér. 1884, p. 417.
    Le Tonk. de 1872 à 1886, pp. 208, 214. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph.
    Portrait. - A. P. F., lvi, 1884, p. 203. - M. C., xvii, p. 469.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1885, p. 207.


    • Numéro : 1073
    • Année : None