Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean PIN

[75]. PIN, Jean, naquit vers 1643 dans le diocèse de Nevers. Une note de nos archives dit qu'il possédait la cure de Sainte-Ninive, à Troyes ; il posséda également, au moins pendant quelque temps, le prieuré de Saint-Beauzille, au diocèse de Nîmes, résigné en sa faveur par de Lionne, dans un acte notarié fait à Vannes le 25 février 1681. Il était docteur de Sorbonne. Il partit pour les missions le 19 janvier 1681, s'arrêta quelque temps au Siam, et fut professeur de théologie au Collège général.
Add this
    [75]. PIN, Jean, naquit vers 1643 dans le diocèse de Nevers. Une note de nos archives dit qu'il possédait la cure de Sainte-Ninive, à Troyes ; il posséda également, au moins pendant quelque temps, le prieuré de Saint-Beauzille, au diocèse de Nîmes, résigné en sa faveur par de Lionne, dans un acte notarié fait à Vannes le 25 février 1681. Il était docteur de Sorbonne. Il partit pour les missions le 19 janvier 1681, s'arrêta quelque temps au Siam, et fut professeur de théologie au Collège général. Il avait un véritable esprit philosophique et une grande facilité d'élocution.
    Il alla en Chine en 1684, et débarqua à Amoy (Fo-kien) ; puis il se rendit à Fou-tcheou, et y demeura rue Y-kiu-fang. De là, il gagna Chang-tcheou où il construisit un presbytère et un oratoire, et baptisa plusieurs centaines d'infidèles. En 1686, il fut proposé pour être coadjuteur de Mgr Lopez, mais ne fut pas élu. Le 5 février 1687, il fut nommé vicaire apostolique du Tche-kiang et du Kiang-si, sans caractère épiscopal.
    En dehors de ses travaux apostoliques, il rédigea un projet de Règlement général pour la Société des M.-E., et l'envoya au Séminaire.
    Prévoyant les orages qu'allait exciter la controverse sur les Rites, il résolut d'aller exposer à Rome la situation des esprits et l'état de la question. Mgr Laneau, auquel il demanda conseil, ne l'en détourna point. Il partit donc et s'arrêta quelque temps dans l'Inde. La dernière lettre que nous possédons de lui est adressée à J.-C. de Brisacier, et datée de Surate, 25 janvier 1692. Quelques mois plus tard, le 11 mai de la même année, il mourut à Congo, dans la Perse.
    Notes bio-bibliographiques. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Lett. de Mgr Pallu, Tab. alph. - Lett. à l'év. de Langres, p. 181. - Nouv. Mém., ii, p. 287. - La Franc. pont., ii, p. 701.


    • Numéro : 75
    • Année : None