Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie PILJEAN

PILJEAN Jean-Marie (1889 - 1977) [3197] PILJEAN Jean-Marie, est né le 14 septembre 1889 à Glénac, dans le diocèse de Vannes (Morbihan). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de Ploermel et entre au Grand Séminaire de Vannes. Il entre au Séminaire des Missions Etrangères le 18 septembre1909. Il est ordonné prêtre le 28 mars 1914 et est destiné à la Mission du Laos. Mobilisé dès le début de la Grande Guerre, il est d'abord combattant puis brancardier et enfin aumônier au 70ème d'infanterie.
Add this
    PILJEAN

    Jean-Marie

    (1889 - 1977)

    [3197] PILJEAN Jean-Marie, est né le 14 septembre 1889 à Glénac, dans le diocèse de Vannes (Morbihan). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de Ploermel et entre au Grand Séminaire de Vannes. Il entre au Séminaire des Missions Etrangères le 18 septembre1909. Il est ordonné prêtre le 28 mars 1914 et est destiné à la Mission du Laos. Mobilisé dès le début de la Grande Guerre, il est d'abord combattant puis brancardier et enfin aumônier au 70ème d'infanterie.

    Le 15 juin 1920, il part enfin pour la Mission du Laos qui comprenait alors tout le Nord-Est siamois en plus du moyen et bas Laos. C'est à Tharae qu'il fait ses premières armes comme vicaire du Père Combourieu. En 1925, il est nommé à Champhen. En avril 1926, il est au Petit Séminaire de Bangkok où il est spécialement chargé des séminaristes laotiens : il devait y rester jusqu'en 1942. A cette date, c'est au Séminaire de Huê, situé à An Ninh, qu'il va s'occuper des séminaristes laotiens.

    Lors du coup de force des Japonais d'août 1945, les Pères sont regroupés à Huê et, à la capitulation japonaise, c'est le viêt-minh qui s'installe. Après les accords de Fontainebleau en septembre 1946, les Pères peuvent regagner leurs postes, mais en décembre 1946, les communistes attaquent le Corps Expéditionnaire ; ce sera le début d'une guerre qui allait durer huit années. Mais les Pères de Huê sont alors conduits et regroupés à Vinh, à quelque 400 kms plus au Nord. Cette détention va durer six ans et demi et chacun sortira affaibli. Le Père Piljean rejoint la France le 10 juillet 1953. A 64 ans, on l'estime trop âgé pour retourner au Laos où la situation se détériore aussi. Il prend donc un poste d'aumônier à l'hôpital de Chauny, dans l'Aisne : il y restera jusqu'en juillet 1962. Il se retire ensuite à Voreppe, près de Grenoble, et accepte un poste d'aumônier de religieuses à Saint Martin-le-Vinoux. Au bout de deux ans, il se retire à Lauris. Les infirmités venant, le Père Piljean est transféré à Montbeton où il va devenir impotent et souffrir beaucoup des jambes. Hospitalisé à Montauban, il va y décéder d'une crise d'urémie le 7 mai 1977. Selon ses dernières volontés, son corps est ramené à Glénac où ses obsèques ont lieu le 10 mai 1977.





    Références biographiques
    AME 1919-20 p. 480. 1938 p. 188. CR 1920 p. 70. 85. 1923 p. 155. 1925 p. 130. 1947 p. 282. 1967 p. 153. 1969 p. 175. BME 1926 p. 61. 258. 515. 517. 1929 p. 120. 251. 1931 p. 309. 310. photo p. 235. 1932 p. 301. 391. 1933 p. 84. 1934 p. 883. 1935 p. 749. 1938 p. 276. 296. 1939 photo p. 296. 1940 p. 313. 1948 p. 127. 361. 1949 p. 246. 1950 p. 207. 1952 p. 647. 1953 p. 625. 655. 724. 788. photo p. 693. 1958 p. 786. 788. ECM. 1946 p. 89. 1947 p. 94. Miss. d'Asie. 1953 photo p. 127. EC1 N°541. 543. EC2 N° 240. 255. 256. 462. 740. 108/C2. 109/C2.

    Notice nécrologique
    Mémorial 1977 pp. 35-39.

    • Numéro : 3197
    • Année : None