Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Edmond Joseph gustave louis edouard ( j. b.) PIERCHON

[2959] PIERCHON Edmond, Joseph, Gustave, Louis, Edouard, (J.-B.) Missionnaire Haut-Tonkin - Hung-Hoa ---------------
Add this

    [2959] PIERCHON Edmond, Joseph, Gustave, Louis, Edouard, (J.-B.)

    Missionnaire

    Haut-Tonkin - Hung-Hoa

    ---------------

    Edmond, Joseph, Gustave, Louis, Edouard (J -B) PIERCHON naquit le 13 août 1882, à Halluin, alors diocèse de Cambrai, aujourd'hui diocèse de Lille, département du Nord. Il appartenait à une famille de onze enfants. Son père était médecin des tissages. Ses études primaires achevées à Halluin, il poursuivit le cycle secondaire à Tourcoing, puis en octobre 1901, il entra au grand séminaire de Cambrai où il reçut la tonsure le 29 juin 1903.

    Le 4 octobre 1904, il arriva au séminaire des Missions Etrangères. Le gouvernement de M.Emile Combes, fortement anticlérical, se proposant d'imposer la loi du service militaire à tous les séminaristes, les directeurs du séminaire des Missions Etrangères envoyèrent tous les aspirants en dernière année de séminaire, au Collège Général de Penang; ainsi, le 6 décembre 1906, M. Pierchon s'embarqua pour la Malaisie. Minoré le 9 mars 1907, sous-diacre le lendemain,10 mars 1907, diacre le 25 mai 1907, il fut ordonné prêtre le 7 juillet 1907, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Haut-Tonkin, qu'il partit rejoindre le 10 juillet 1907.

    Il commença l'étude de la langue viêtnamienne dans l'importante chrétienté de Hoang-Xa, au bord de la Rivière Noire, non loin du Mont Ba-Vi. En 1909, Mgr. Ramond l'envoya à Vinh-Tuy, à environ 80 kms en amont de Tuyên-Quang, pour aider M.Savina, linguiste distingué qui devint son maitre dans le parler populaire viêtnamien. En 1912, il partit seconder M. Girod, titulaire du poste de Phu-Yên-Binh sur le Song-Chay. En 1914, il prit du service comme réserviste, et, en tant que \sergent-brancardier-interpète-aumônier", accompagna en France, les soldats viêtnamiens

    En 1919, de retour dans sa mission, envoyé parmi les populations de la basse Rivière Noire, il établit sa résidence à Tông-Thai. En 1926, sur la rive opposée de la Rivière Noire, avec M. Hue, il travailla dans les nouvelles chrétientés du district de Phu-Nghia, à une vingtaine de kms de Sontay. La Mission ayant décidé de bâtir un petit hôpital à Tuyên-Quang, M Pierchon proposa de s'en charger, et s'en tira fort bien.

    .En 1928, Mgr. Ramond fit appel à lui pour la construction de son Petit Séminaire, sur la colline de Hà-Tach. M.Pierchon réalisa le plan conçu pour recevoir 150 élèves environ; au début d'avril 1929, un bâtiment central de cent quinze mètres de façade et ses deux ailes étaient achevés quant à la maçonnerie; en novembre 1929, il laissa à M. Fleury le soin des petits travaux de finition; en février 1930, 54 latinistes quittèrent leurs vieilles paillotes pour habiter les nouveaux bâtiments.

    Au début de 1930, M. Pierchon fut chargé de l'important camp militaire de Tong, prévu pour recevoir environ cinq mille hommes, venant de toutes les armes et situé à cinq kms de SonTay. Après avoir obtenu un terrain à proximité du camp, il s'y installa, construisit une petite chapelle inaugurée le 21 décembre 1930 et dont Mgr Ramond bénit la cloche de 600 kgs le 15 mai 1932; il fit une école, essaya d'organiser un cercle militaire, se mit à parcourir les villages autour de ce centre pour créer des nouvelles chrétientés et plaça le tout sous le patronage de Ste Thérèse de Lisieux..

    Le 14 juin 1932, il célébra à Tong ses noces d'argent sacerdotales; ce fut l'occasion pour un confrère de célébrer en quinze strophes le bon caractère du jubilaire, ses talents de caricaturiste, son habileté de constructeur autodidacte, son élégance relative, son art consommé pour le plain-chant, sa science culinaire, son tact et son amabilité. Mais, M. Pierchon avec qui il était difficile d'avoir une conversation sérieuse, connaissait ses talents et savait ses limites. Aussi, une fois par mois, invitait il un prédicateur extraordinaire.

    En 1933, il entreprit la construction à Tong d'une "basilique" en l'honneur de Ste Thérèse, en commençant par un clocher, haut de 27 mètres, réduction du campanile de Montmartre. A Noël 1940, Mgr. Vandaele inaugura cette belle église presque terminée, en y célébrant la messe de minuit. En septembre 1940, M.Pierchon céda sa résidence aux Soeurs de St.Paul de Chartres venues de Hanoï pour diriger son école.

    Suite aux fêtes solennelles du 4 décembre 1938, à Sontay, à la mémoire des Martyrs morts pour la foi en cette ville de 1837 à 1862, on décida d'élever,sur le lieu de leur exécution, un monument en leur honneur; celui-ci fut béni le dimanche 26 novembre 1939 par Mgr.Drapier,délégué apostolique. M. Pierchon en avait élaboré le plan, et assuré la réalisation. Mgr. Vandaele le chargea également d'édifier sur les pentes du mont Bavi, une maison de repos pour les missionnaires.

    Au mois d'août 1945, M. Pierchon dût se résigner à rejoindre Hanoï, en raison des évènements politiques, et il devint aumônier militaire. Cité pendant la première guerre mondiale, cité à Tong, en 1945, pour son dévouement auprès des blessés, cité encore une fois en 1947, alors qu'il était aumônier militaire à Gia-Lam, il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur, en mars 1949. Rendu à la mission à la fin de 1948, il réussit à s'envoler pour Lao-Kay, le 24 avril 1949. De retour à Hanoï, le 24 octobre 1949, il repartit pour son poste de Tong où tout avait été annéanti; seuls ses bâtiments et son église avaient échappé à la destruction, mais pas à l'occupation de l'armée. Son église lui fut rendue en mars 1950.

    En septembre 1951, il acheva la construction d'une chapelle à Tay-Vi bénite par Mgr. Mazé le 15 novembre 1951.; puis ce fut au tour de celle de Nhan-Ly que Mgr. bénit le 26 mai 1952; il en bâtit encore une troisième à Kim-Dai en août 1952. En Juillet 1954, à la suite des accords de Genève, il resta dans sa paroisse où malgré des difficultés multiples, il entreprit d'importantes réparations à son église. Le 7 juillet 1957, il célébra à Tong ses noces d'or sacerdotales dans une église archicomble. Ses chrétiens étaient venus lui dire leur attachement. La cérémonie terminée, M.Pierchon fut contraint à donner quelques "explications" au Comité révolutionnaire, au sujet de ce rassemblement. En 1960, invité à quitter les lieux, il arriva en France le 6 mars 1960.

    Après avoir refait sa santé durant un mois, à l'hôpital Pasteur à Paris où il se montrait gai et amusant, il prit sa retraite à Voreppe. C'est là qu'il mourut le 12 février 1964

    Références bibliographiques

    AME 1907 p. 381. CR 1907 p. 326. 1912 p. 190. 1913 p. 199. 1919 p. 160. 1924 p. 86. 1926 p. 102. 1929 p. 136. 1930 p. 160. 1931 p. 151. 1932 p. 184. 185. 1933 p. 137. 1934 p. 132. 1936 p. 126. 1937 p. 131. 1938 p. 133. 134. 1940 p. 79. 1949 p. 83. 86. 192. 1950 p. 183. 1951 p. 44. 1952 p. 29. 1953 p. 34. 1955 p. 33. 1958 p. 43. 1960 p. 45. BME 1924 p. 398. photo p. 621. 1928 p. 178. 371. 1929 p. 372. 756. 1928 p. 629. 1930 p. 54. 377. 486. 493. 585. 745. 816. 1931 p. 70. 153. 154. 455. 602. 838. 1932 p. 136. 214. 547. 623. 625. 785. 1933 p. 700. 1934 p. 423. 644. photo p. 452. 1935 p. 202. 745. 892. 1936 p. 205. 208. 294. 297. 908. 1938 p. 479. 1937 p. 135. 284. 879. 1939 p. 137. 207. 358. 661. 871. 1940 p. 12. 99. 130. 132. 814. photo p. 119. 1941 p. 110. 111. 1948 p. 237. 1949 p. 116. 242. 244. 310. 311. 438. 441. 525. 596. 651. 708. 785. photo p. 440. 1950 p. 125. 198. 339. 340. 395. 509. 567. photo p. 268. 1951 p. 189. 190. 240. 364. 427. 489. 565. 635. 693. 759. 1952 p. 32. 33. 113. 182. 481. 629. 687. 1953 p. 724. 781. 1954 p. 1053. 1955 p. 91. 1957 p. 562. 884. 1958 p. 987. 1960 p. 186. 472. EPI 1964 p. 432. 731. ECM 1946 p. 27. MDA 1949 p. 128. 158. 1950 p. 159. 1951 p. 127. 1957 p. 143. EC1 N° 564. 619. 647. 670. 675. 740.

    Mémorial PIERCHON Edmond,Joseph, Gustave, Louis,Edouard page 1
    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 2959
    • Année : None