Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri Pierre Marie PERRIN

PERRIN Henri (1858-1939)
Add this
    PERRIN Henri

    (1858-1939)


    [1619] PERRIN Henri, Pierre, Marie, naquit le 27 décembre 1858 à St Bonnet-le-Courreau, dans le diocèse de Lyon (Loire). Il fréquenta d'abord l'école des Frères, dans sa paroisse, puis il entra au Petit Séminaire de Montbrison. Ses études secondaires terminées, sur le conseil de son professeur de rhétorique, il vint frapper à la porte du Séminaire de la rue du Bac. Il y entra le 16 septembre 1880. Tonsuré le 21 septembre 1881, minoré le 23 septembre 1882, il était ordonné sous-diacre le 22 septembre 1883, diacre le 8 mars 1884, et le 20 septembre suivant, il recevait l'onction sacerdotale. Il reçut sa destination pour le Japon central. Avec un autre confrère, le Père Compagnon, qui, lui, devait mourir comme aumônier militaire sur le champ de bataille, il partit pour sa mission le 19 novembre 1884.

    Débarqués à Yokohama au début de l'année 1885, ils se rendirent immédiatement à Osaka : ils y arrivèrent la veille de la mort du supérieur de la mission, Mgr. Lancaigne. Le Père Perrin commença l'étude de la langue sous la direction du Père Cousin, jusqu'à l'automne 1885. C'est alors que le Père Cousin fut promu à l'épiscopat et devint responsable de la mission, le 21 septembre 1888. Le nouvel évêque désirant changer la situation de la chrétienté de Kobé, qui ne s'occupait que des étrangers, confia au Père Perrin la charge de fonder une paroisse pour les Japonais. Pour les atteindre plus efficacement, le Père Perrin n'habita pas la procure, et loua une maison en plein milieu japonais : ce qui alors était interdit par la loi, mais les autorités fermant les yeux, il put aller de l'avant.

    Cet état de choses dura 11 ans et ne prit fin que le jour où la maison tombant en ruines, il fut obligé de chercher un nouvel emplacement. Entre temps, la situation de la chrétienté s'était grandement améliorée. La prison de la ville devant être construite en dehors de la ville, il put, après de longs pourparlers (la ville voulait bien vendre mais à condition que le futur bâtiment soit d'utilité publique) et de nombreuses interventions de personnages influents, acheter à un prix raisonnable une partie du terrain. En 1905, la paroisse japonaise fut définitivement détachée de la paroisse étrangère. Une église fut construite et bénite le 18 septembre 1910. Jusqu'à sa mort, le Père Perrin resta responsable de ce poste qu'il avait fondé. En août 1939, atteint d'une maladie des reins, il dut entrer dans une clinique de Kobé; son état s'aggrava subitement : il mourut le 21 août 1939. Il est inhumé au cimetière étranger de Kobé.



    Références bibliographiques

    AME 1890 p. 270. 1935 p. 33. 1936 p. 104. 1939 p. 268. 1940 p. 30. CR 1884 p. 158. 1886 p. 20. 1888 p. 55. 1889 p. 49. 1890 p. 54. 1891 p. 54. 55. 1892 p. 65. 1893 p. 83. 84. 85. 1894 p. 91. 1895 p. 94. 95. 1896 p. 83. 1897 p. 66. 1899 p. 38. 39. 1900 p. 27. 1901 p. 36. 1902 p. 41. 1907 p. 38. 1908 p. 22. 1909 p. 36. 1910 p. 29. 1915 p. 23. 183. 1916 p. 25. 1917 p. 16. 179. 1920 p. 11. 1926 p. 13. 14. 1927 p. 11. 1929 p. 21. 1931 p. 23. 1932 p. 29. 1933 p. 15. 229. 1936 p. 20. 21. 1938 p. 21. 1939 p. 17. 18. 220. 272. 1930 p. 8. 1950 p. 8. 1965 p. 34. BME 1924 p. 642. 1925 p. 753. photo p. 63. 1930 p. 428. 1934 p. 773. photo p. 815. 1935 p. 334. 1936 p. 41. 1937 p. 785. 1938 p. 455. 1939 p. 35. 708. 1940 p. 94. 1949 p. 112. 1950 p. 112. 1954 p. 880. 1958 p. 967.1960 p. 527. 528. 1961 p. 376. ERB. NS 187/244. EC1 N° 407.

    • Numéro : 1619
    • Année : None