Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste PENICAUD

[ 2350 ] PENICAUD Jean-Baptiste, Michel, Marie, Louis (Mgr.) Missionnaire Kouang-tong Vicaire Apostolique de Pakhoi. ---------
Add this
    [ 2350 ] PENICAUD Jean-Baptiste, Michel, Marie, Louis (Mgr.)

    Missionnaire Kouang-tong

    Vicaire Apostolique de Pakhoi.

    ---------

    Jean-Baptiste, Michel, Marie, Louis PENICAUD naquit le 14 mai 1874, à Limoges, paroisse St. Pierre, diocèse de Limoges, département de la Haute Vienne. Par sa mère, il était parent de Mgr. Gay, auxiliaire du cardinal Pie. Il avait quatre frères dont l'un devint bénédictin, un autre fut curé archiprêtre dans le diocèse, et une sur. Il fit ses études secondaires au Collège ecclésiastique de sa ville natale, puis passa au grand séminaire où il reçut la tonsure le 27 mai 1893.

    Le 26 octobre 1894, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 29 février 1896, sous-diacre le 13 mars 1897, diacre le 26 septembre 1897, ordonné prêtre le 5 mars 1898, il reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouang-tong (Canton), qu'il partit rejoindre le 11 mai 1898.

    Arrivé à Canton dans la première quinzaine de juin 1898, et pour l'étude de la langue, Mgr. Chausse le confia à M. Antoine Fourquet, chef du district de Sanhing, région à l'ouest de Canton. En 1899, M. J.B. Pénicaud continua sa formation apostolique dans les environs de Tongkoun, à l'est de Canton. En décembre 1899, il fut envoyé à Tonghing sur la frontière du Tonkin auprès de M. Grandpierre, qui était seul dans cette région. Là, il y fit la visite des chrétientés des \Cent Mille Monts".

    Vers la fin de 1900, M.J.B. Pénicaud prit la direction de la procure de Swatow, et fut chargé des chrétientés voisines de la ville. En 1902, il fut mis à la tête du district de Ling-shan au nord ouest de Pakhoi. Il construisit une résidence à Tsaply (Tchapli), centre du district du Hoppou, où il installa son vicaire; après la fête de l'Assomption de 1904, il se fixa à Ping-ti-tong. En 1904, il y souffrit des incursions et des exactions des pirates; en 1905, le calme revenu, il compléta la formation spirituelle de ses nombreux catéchumènes dans les districts de Ling-shan et de Yam-tchao, et bâtit une chapelle et une résidence à San-tin-po.

    En 1906, ses néophytes furent victimes de diverses vexations, d'injustices et de persécutions. Lui-même vit sa résidence pillée; on répandit le bruit que fait prisonnier par les "Pavillons Noirs", il avait été mis à mort. En 1907, en raison des exactions commises par de fortes bandes de pirates, beaucoup de chrétiens se réfugièrent à la mission de Pakhoi et à l'île de Waichow. Dans leur fuite, ils furent attaqués par une bande de pirates à Koukpou, un peu en amont de Lim-tchao, où sept chrétiens furent massacrés.

    En 1908, ne pouvant rentrer dans son district mis à feu et à sang, M.J.B.Pénicaud s'installa à Lien-tcheou, au nord de la province. En 1909, il s'offrit comme volontaire pour aller dans l'île de Haï-nan, où les chrétiens étaient tièdes et peu nombreux. Il se fixa à Hoi-hao, le plus important port de l'île, où il construisit une chapelle, puis une habitation convenable. Le 19 mars 1910, arriva un groupe de religieuses de Saint Paul de Chartes, qui y fondèrent un ouvroir, s'occupèrent de l'orphelinat, de l'hôpital, et ouvrirent une école pour les jeunes filles.

    En 1914, M.J B Pénicaud fut mobilisé, et en 1915, envoyé en France. Affecté d'abord comme infirmier dans un hôpital de Limoges, il devint rapidement interprète-aumônier auprès des travailleurs chinois. Démobilisé en 1919, et en attendant son retour en Chine, il s'occupa d'une paroisse de banlieue à Limoges.

    En 1920, il regagna sa mission, et séjourna quelques semaines à Fort-Bayard, pour se familiariser avec la langue de cette région; Mgr. de Guébriant lui confia le district de Topi, depuis peu détaché du district de la Sainte Trinité au Loui-Chow. Cette même année, il fut appelé à Wai-chow où, il s'occupa de la création du petit séminaire pour préparer l'érection d'un nouveau vicariat apostolique.

    En 1921, la division de la mission de Canton, donna naissance au vicariat apostolique du Kouang-tong occidental et de Hai-nan, confié à Mgr. Auguste Gauthier. M.J.B. Pénicaud fut choisi comme provicaire, nommé supérieur du petit séminaire; Il prit part à la conférence épiscopale de Hong-Kong qui s'ouvrit le 15 novembre 1922. En 1925, ayant remis à M. Grégoire la direction du séminaire, il administra le vicariat apostolique pendant la visite "ad limina" de Mgr.Gauthier, (1925-août 1926); contraint par sa santé, Mgr.Deswazières démissionna de sa charge de vicaire apostolique de Pakhoi, M. J.B. Pénicaud devint alors administrateur apostolique du vicariat.

    Le 16 décembre 1929, Mgr. J-B Pénicaud fut nommé évêque d'Assus et vicaire apostolique de Pakhoi. Cependant, avant de se faire sacrer, atteint de la cataracte, il se rendit en France pour consulter l'oculiste, et prendre part aux travaux de l'Assemblée Générale de la Société qui s'ouvrit à Paris le 15 juillet 1930. Le dimanche 9 novembre 1930, dans la cathédrale de Limoges, il reçut la consécration épiscopale des mains de Mgr. de Guébriant, assisté de Mgr. Arlet, évêque d'Angoulême, et de Mgr.de Durfort, évêque de Poitiers. Le jeudi 12 février 1931 il s'embarqua à Marseille, arriva dans sa mission, en mai 1931, et s'installa à Pakhoi.

    En 1931, Mgr. J.B. Pénicaud accueillit les quatre premières surs "Catéchistes missionnaires de Marie Immaculée" pour s'occuper de l'orphelinat et de l'hôpital. En janvier 1932, il accompagna Mgr. de Guébriant dans sa visite de la mission de Pakhoi. Il organisa les diverses uvres de son vicariat, visita les districts, fit construire une aile pour agrandir le séminaire. En 1931, son séminaire comptait quinze élèves, et au Collège général de Penang, deux séminaristes faisaient leur première année de théologie, deux autres commençaient leur philosophie.

    Le 24 septembre 1933, sous la présidence de Mgr.J.B. Pénicaud, M.Rossillon procéda à la bénédiction du nouvel évêché-procure de Pakhoi. Ce bâtiment spacieux, "maison des missionnaires", permit de les recevoir tous ensemble à l'occasion des retraites annuelles. En janvier 1937, Mgr. J.B. Pénicaud participa à Canton à la réunion des Ordinaires du sud de la Chine présidée par Mgr. le Délégué Apostolique et suivie d'un Congrès d'Action Catholique en cette ville.

    L'année 1938 fut marquée par la guerre et ses conséquences, par les bombardements japonais sur Pakhoi, Lim-chow, Waichow, par une reprise de la piraterie dans la région de Tung-hing et Ling-shan, par l'occupation d'une bonne moitié du vicariat par des troupes de secours venues du Kouang-si, par un mouvement de persécution dans les districts de la Sainte Trinité et de Topi, et par la maladie de plusieurs confrères. En septembre 1938, en raison de son état de santé, Mgr. Pénicaud nomma deux vicaires délégués, MM.Cellard et Poulhazan, l'un pour l'est et l'autre pour l'ouest du vicariat.

    En mars 1939, Mgr. J.B Pénicaud fut nommé président du sous-comité d'aide pour les réfugiés chinois à Pakhoi, dans lequel toutes les missions chrétiennes étaient représentées. Quatre camps de réfugiés furent ouverts. La guerre et les bombardements aériens s'intensifiant, il mit largement les enclos de la paroisse, de l'hôpital et de son évêché à la disposition des gens de Pakhoi. Le 20 octobre 1939, une bombe tomba au milieu du jardin de l'évêché, et un éclat entama largement une colonne de la véranda du bâtiment. Outre les familles de quelques notabilités, quelques quatre cents malheureux, des aveugles, boiteux, manchots vivaient sur le terrain de l'évêché; huit grands foyers y étaient installés, assurant deux fois par jour, la distribution gratuite de nourriture.

    A la fin de février 1940, le Saint Siège, en confiant à Mgr. Deswazières la direction du vicariat de Pakhoi, accepta la démission de Mgr. Pénicaud, en raison de l'état général de sa santé, et sa quasi cécité. Le 24 juin 1940, celui-ci se retira au sanatorium de Béthanie à Hong-kong où il arriva le 5 juillet 1940.

    Les japonais ayant occupé Hong-Kong, à la fin de décembre 1941, Mgr. J.B. Pénicaud partit à Keso dans le vicariat apostolique de Hanoï. Il gagna ensuite Saïgon, où Mgr. Cassaigne lui confia l'aumônerie d'une maison religieuse de la ville.

    Depuis longtemps atteint de prostatite, transporté à la clinique Saint Paul, à Saïgon, pour y être opéré, il y décéda le 19 janvier 1943.



    Références biographiques

    AME 1898 p. 179. 1900 p. 148. 1912 p. 332. 1915-16 p. 32. 1930 p. 25. 45. 125. 203. 260. photo p. 202. 1931 p. 18. 20. 36. 91. photo p. 19. 1932 p. 242. 1933 p. 229. 1934 p. 137. 1935 p. 91. 1936 p. 235. 252. 1937 p. 41. 232. 1938 photo p. 270. 1939 p. 232. 1940 p. 92. CR 1898 p. 127. 271. 1901 p. 124. 1902 p. 142. 1903 p. 121. 1905 p. 115. 1906 p. 117. 118. 1909 p. 128. 1910 p. 128. 129. 1911 p. 110. 1912 p. 162. 1913 p. 164. 1920 p. 40. 1921 p. 59. 1922 p. 86. 1923 p. 93. 1925 p. 80. 1927 p. 80. 1928 p. 86. 1929 p. 114. 1930 p. 133. 244. 1931 p. 127. 1932 p. 141. 1933 p. 109. 1934 p. 104. 1935 p. 100. 295. 1936 p. 100. 1937 p. 99. 1938 p. 103. 1939 p. 95. 1940 p. 58. 59. 62. 63. 1947 p. 153. 1948 p. 156. 186. 188. 197. 206. BME 1922 p. 65. 678. photo p. 366. 1924 p. 461. 1926 p. 639. 1929 p. 243. 1930 p. 127. 443. 509. 511. 517. 756. 1931 p. 66. 317. 906. 1932 p. 48. 134. 544. 619. 701. 859. photo p. 229. 1933 p. 290. 449. 539. 934. 1934 p. 545. 870. 872. 890. 1935 p. 1. 195. 435. photo p. 381. 1936 p. 55. 483. 521. 744. 896. 1937 p. 50. 201. 301. 435. 515. 593. 1938 p. 49. 119. 402. 692. 841. 1939 p. 55. 352. 504. 655. 787. 865. 1940 p. 56. 275. 345. 494. 692. 1941 p. 185. 1948 p. 34sq. 181. 182. 371. 372. EC1 N° 33. 147. 187. 188. 198. 201. 202. 204-207. 209. 210. 212. 215. 433. 434.

    "
    • Numéro : 2350
    • Année : None