Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Aimé PENCOLÉ

[3513] PENCOLE Pierre, Joseph, Aimé, Marie Missionnaire Thanh-Hoa - Administration Générale -------------------- Pierre, Joseph, Aimé, Marie PENCOLE naquit le 2 août 1909, à Saint-Brieuc de Mauron, diocèse de Vannes, département du Morbihan. Issu d'une famille rurale comptant une fille et un autre garçon, il fit ses études primaires à l'école publique de Saint-Brieuc de Mauron; de 1921 à 1927, il parcourut le cycle secondaire au petit séminaire de Ploërmel. Un de ses oncles était prêtre.
Add this
    [3513] PENCOLE Pierre, Joseph, Aimé, Marie

    Missionnaire

    Thanh-Hoa - Administration Générale

    --------------------

    Pierre, Joseph, Aimé, Marie PENCOLE naquit le 2 août 1909, à Saint-Brieuc de Mauron, diocèse de Vannes, département du Morbihan. Issu d'une famille rurale comptant une fille et un autre garçon, il fit ses études primaires à l'école publique de Saint-Brieuc de Mauron; de 1921 à 1927, il parcourut le cycle secondaire au petit séminaire de Ploërmel. Un de ses oncles était prêtre.

    En relation suivie avec M. Depierre, alors recruteur mep, il adressa, le 20 juillet 1927, sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères où il se présenta, laïque, le 9 septembre 1927. En 1930-31, il fit son service militaire. Tonsuré le 29 juin 1932, il reçut les premiers ordres mineurs le 24 septembre 1932; Il fut exorciste-acolythe le 17 décembre 1932; sous-diacre le 2 juillet 1933, diacre le 23 décembre 1933, il fut ordonné prêtre le 1 juillet 1934, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Thanh-Hoa qu'il partit rejoindre le 16 septembre 1934. Il s'embarqua à Marseille le 21 septembre de cette même année.

    Arrivé dans sa mission, il se mit à l'étude de la langue viêtnamienne. A la messe de minuit de Noël 1934, il eût l'honneur de faire valoir ses talents de prédicateur à la cathédrale de Thanh-Hoa, devant la communauté francophone de ce chef-lieu de province. En mars 1935, tout en continuant ses études de langue, il devint vicaire de M.Constant Poncet, curé de la cathédrale de Thanh-Hoa, qui lui confia le service des malades, la direction de la chorale, et de l'école des garçons. En juillet 1936, M.Pencolé reçut en charge la chrétienté de Toan-Tan située à 8 kms de la ville, avec un certain nombre de dessertes.et il resta dans ce poste, lorsque au début de1937, la vaste paroisse de Thanh-Hoa composée d'une cinquantaine de chrétientés fut divisée en trois centres chrétiens.

    En août 1937, il fut nommé professeur de sixième au petit séminaire de Ba-Lang, sous la direction de M.Victor Lury. Mobilisé au début de mars 1940, l'autorité militaire l'envoya à Kontum et l'affecta, comme maréchal des logis, au Bataillon de Tirailleurs Montagnards. Démobilisé vers la fin du mois de mai 1941, il retrouva ses élèves au petit séminaire. Au soir du 20 mai 1945, à Ba-Lang, vers 17 heures, raconte M.Delmas \j'entends du bruit dans le couloir et une discussion violente. Discrètement, je mets l'oeil à la serrure, et que vois-je? Trois japonais qui sont en train d'arrêter le P. Pencolé, mon voisin et de le malmener". M.Delmas fit le mort, malgré les coups frappés à sa porte, et évita la prison grâce à la complicité de son servant de messe. Mais MM. Pencolé, Lury et Francheteau, accusés d'avoir empoisonné des puits, furent emmenés à la prison de Thanh-Hoa. Le 28 juin 1945, M.Francheteau y mourut; "M. Lury à bout de forces, fut ramené à l'Evêché; M. Pencolé revint immédiatement à Balang, car, -selon le récit de M.Delmas- on lui avait interdit d'aller à l'Evêché,"

    Le 13 août 1945 eût lieu la rentrée scolaire à Ba-Lang. MM.Delmas et Pencolé y restaient les seuls missionnaires-professeurs, avec un prêtre viêtnamien comme supérieur. Le 22 août 1945, vers midi, les deux missionnaires furent arrêtés et amenés au siège du "Comité Local Viêtminh" de Ba-Lang à quelques kms du petit séminaire, puis, au bout de trois jours, on les enferma dans un réduit très étroit, à la citadelle de Thanh-Hoa. Présentés au président du Comité de cette ville, après trois jours, ils furent autorisés à gagner l'Evêché où se trouvaient concentrés et internés les autres missionnaires du vicariat.

    Au début de juin 1946, M. Pencolé obtint des autorités viêtminh un laissez-passer pour faire soigner ses dents à Hanoï. Le 2 juin 1946, il prit l'unique et dernier convoi qui le conduisit à la capitale du Viêtnam. Bloqué dans cette ville, il rencontra M. Louis Pasteur, assistant du supérieur général qui venait d'effectuer la visite de la Chine méridionale. Ce dernier lui conseilla de prendre son congé en France ce qu'il fit le 5 octobre 1946, échappant ainsi à la captivité à Vinh.

    Arrivé à Toulon le 28 octobre 1946, par le "Pasteur", et le 31 à Paris, il se rendit dans sa famille. Six semaines plus tard, on lui demanda se prendre un poste d'enseignant à Beaupréau où il travailla de janvier 1947 à juillet 1949.

    Le 16 janvier 1950, il s'embarqua pour le Viêtnam à bord du "Champollion", et, après bien des péripéties, il arriva à Hanoï le 3 mars 1950. Envoyé à Nam-Dinh, Il se mit au service de cette mission. Quelques mois plus tard, Mgr.Joseph-Marie Khuê, nouveau vicaire apostolique de Hanoî le rappela pour en faire son secrétaire, en remplacement de M.Joseph Garra, délégué à l'Assemblée Générale de 1950. En février 1951, M. Pencolé, nommé vicaire à la cathédrale de Hanoï fut chargé de la communauté francophone; il s'occupa des religieuses assurant messe et conférences spirituelles au Carmel, et formation des novices des Soeurs de St. Paul de Chartres, et trouvant encore du temps pour visiter les prisonniers. En mai 1952, choisi comme conseiller et vice-supérieur de la région mep du Nord Viêtnam, il en devint le supérieur régional succédant à Mgr. Seitz nommé vicaire apostolique de Kontum, le 19 juin 1952,

    Le 27 août 1952, à Hué, il rejoignit les dix confrères de Thanh-Hoa retenus à Vinh, depuis le 26 décembre 1946, et libérés le 12 août 1952, et il les accompagna à Saigon. Suite aux accords de Genève du 20-21 juillet 1954, tout en laissant à chacun des missionnaires la liberté de son choix, il décida de rester au Nord Viêtnam, où il suivit d'un oeil averti ce qui y était vécu. En 1959, il fêta son jubilé d'argent, et l'année suivante, il reçut l'ordre de quitter le Nord Viêtnam pour le 15 janvier 1960, date d'expiration de son permis de séjour.

    Arrivé en France le 4 février 1960, il participa à l"Assemblée Générale de la Société en Août 1960; élu 3ème assistant, il fut choisi comme secrétaire général, et chargé des missions de Malaisie, de Thailande, du Cambodge, du Laos et du Viêtnam. Le 15 octobre 1961, il accompagna MM.Roger du Noyer et Louis Hoffmann, les deux premiers partants pour le diocèse de Mananjary (Madagascar). Du 4 janvier au 9 avril 1965, il visita, au titre d'assistant du supérieur général, les communautés missionnaires du Cambodge et du Viêtnam. Resté en relation avec l'archevêque de Hanoï et d'autres évêques du Nord-Viêtnam, il leur rendit de nombreux services.

    De par sa charge, il eût à rédiger une importante correspondance abordant bien des sujets; jamais il ne se laissa aller à la moindre indiscrétion.Toujours prêt à jouer le rôle du "faisant fonction" il accepta de représenter la Société partout où sa présence était souhaitée. Il participa activement à la préparation lointaine et proche de l'Assemblée Générale de la Société en 1968. A l'issue de celle-ci, il fut déchargé de sa responsabilité d'assistant, mais confirmé dans celle de secrétaire général. En 1974, en vue de la prochaine assemblée générale, il fut élu comme l'un des porte-parole des groupes de France, et y participa en tant que délégué des confrères de l'Administration Générale. A l'issue de cette assemblée, il fut nommé au service des archives, chargé de l'"Etat" de la Société, des "notices biographiques" des confrères défunts, tout en continuant de s'occuper des affaires du Nord-Viêtnam. En juillet 1976, il accompagna le Cardinal Trinh-Nhu-Khuê, archevê^que de Hanoï, et son coadjuteur Mgr.Trinh-Van-Can lors de leur passage en France. Il assura divers services dans la maison:de la rue du bac: en 1978, interim à l'économat pendant les vacances, puis service de la crypte, et à l'extérieur::messe quotidienne chez les soeurs de St.Paul de Chartres, activités auprès des viêtnamiens.

    En 1992, il accepta d'aller prendre un peu de repos à Montbeton. Après l'Assemblée Générale de 1992, il espérait pouvoir revenir à Paris, mais sa santé se dégrada très vite. Le 3 mars 1993, dans la soirée, il rendit son âme à Dieu; ses obsèques furent célébrées le 6 mars 1993; il repose dans le cimetière du sanatorium St. Raphael. à Montbeton.


    [3513] PENCOLÉ Pierre, Aimé, Marie, Joseph.



    Références bibliographiques

    AME 1934 p 187. photo p. 282. CR 1934 p. 233. 1936 p. 133. 1951 p. 37. 1953 p. 40. 1955 p. 33+note. 1958 p. 37. 43. 1960 p. 43. 96. 1965 p. 65. 1968 p. 54. 58. 1974-76 p. 244. 247. AG80-83 p. 84. AG80-82 p. 31. BME 1927 p. 648. 1934 p. 659. 600. 813. 892. 1935 p. 64. 125. 131. 281. 441. 1937 p. 363. 599. 623. 698. 734. 1939 p. 283. 658. 1940 p. 355. 356. 563. 702. 1941 p. 487. 563. 1948 p. 95. 97. 100. 1950 p. 106 (note). 337. 394. 398. 505. 632. 1951 p. 236. 694. 1952 p. 478. 689. 705. 754. photo p. 690. 1953 p. 193. 485. 486. 896. 1954 p. 70. 353. 679. 899. 902. 903. 908. photo p. 467. 1955 p. 374. 1957 p. 978. 1959 p. 278. 1960 p. 263. 385. 845. 943. 1027. 1961 p. 82. EPI 1965 p. 264. R.MEP 1961 n° ? p. 44. 1965 n° 138 p. 79. 140 p. 47. 1967 n° 149 p. 51. ECM 1946 p. 8. (art). HIR 125. 139. EC1 N° 136. 179. 293. 449. 450. 472. 478. 524. 564. 625. 654. 673. 683. 684. 686. 688. 704. 710. 723. 748. 749. 751. 752. 753. 754. 769. 71P46. 73P114. 78P267. NS 5P129. 6P190sq. 8P225. 10P289. 13P399. 14P417. 18P97. 26P4. 61P76. 69P325. 90P307. 100P270. 121P252. 124P342. 144P313. 181/60.




    "
    • Numéro : 3513
    • Année : None