Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emile Marie PELLETIER

PELLETIER Emile (1865 - 1930)
Add this
    PELLETIER

    Emile

    (1865 - 1930)

    [1955] PELLETIER Emile, Marie, naquit à Sceaux-sur-Huisne, dans le diocèse du Mans, le 31 mars 1865, d'une famille aisée et très considérée dans la région. Nous n'avons aucun détail sur ses premières années. Après de bonnes études, il hésita sur le chemin à suivre. Les hautes mathématiques l'attiraient. Mais en fin de compte, il entra au Séminaire de Saint Sulpice à Paris, où il demeura jusqu'au diaconat. De Saint Sulpice, le jeune diacre passa à la rue du Bac où il entra le 18 mars 1890. Il fut ordonné prêtre le 21 février 1891 et partit le 2 septembre 1891 pour la Birmanie septentrionale (Mandalay).

    Sa vie missionnaire se lit en deux étapes. Tout d'abord, le Père Pelletier fut envoyé par Mgr. Simon dans le district de Kyauksé, district encore à peu près païen. Il se mit tout d'abord à l'étude de la langue et bientôt, le Père Pelletier se trouva seul à la tête du district.

    La tâche était difficile, car tout était à créer. Il fallait avoir des chrétiens, et pour en avoir, il fallait en faire, et pour en faire, il fallait se faire connaître et prêcher la Bonne Nouvelle. C'est ce que fit le Père Pelletier, aidé en cela par un prêtre du pays. Bientôt les premières recrues arrivèrent. Mais il était de toute nécessité de fonder des villages nouveaux pour ces nouveaux chrétiens afin de les séparer des païens. Le Père Pelletier lui-même a raconté dans une brochure la formation de ces nouveaux villages. En une quinzaine d'années, le Père avait fondé de toutes pièces près de 15 villages.

    Pour mener à bien ces apostolats, une partie de la journée était consacrée au catéchisme et à sa préparation, l'autre partie le Père s'occupait des affaires matérielles. Ainsi, pendant les 28 années qu'il eut la direction du district, il en fut ainsi, sauf si la fièvre ou la dysentrie venait le déranger. Un reproche peut lui être fait : le Père était exigeant. Mais après coup...

    Après avoir passé 28 ans dans ce district au milieu de nouveaux convertis, le Père fut appelé à diriger de vieilles chrétientés. Nous sommes en 1919, le Père Vuillez venait de mourir et le poste de Chanthaywa se trouvait sans titulaire. Le Père Pelletier y fut envoyé. Ce fut pour lui une vie nouvelle. Il trouve tout, un couvent, des écoles, des chrétiens tout différents. Le Père s'adaptera à ce nouveau milieu. Il poursuivit sans relâche le même but.

    Ce qu'il soigne le plus, c'est le catéchisme. Chaque leçon est minutieusement préparée et grâce à ses efforts, la communauté chrétienne se fortifie et s'agrandit.

    Le Père Pelletier jouissait d'une santé relativement bonne. De temps en temps, une forte diarrhée venait lui faire des misères. En 1929, cette diarrhée revient pour de bon. Le 18 mars 1930, le Père Pelletier quitte son district de Chanthaywa pour venir se reposer chez son ami, le Père Jarre, à Maymyo. Mais les soins qui lui sont prodigués ne peuvent rien, le Père s'affaiblit et le 18 septembre 1930, à huit heures du soir, le Père rend son âme à Dieu.

    Les funérailles eurent lieu le 20 septembre. Vu les nombreuses difficultés, on ne put ramener la dépouille du Père dans son district. Et c'est donc dans le cimetière de Maymyo que le Père repose dans cette terre de Birmanie qu'il avait tant aimée.





    Références biographiques
    AME 1891 p. 386. 1896 p. 624. 1897 p. 815. 1923 p. 137 (art.). 139. 1930 p. 224. CR 1891 p. 239. 1892 p. 218. 1894 p. 260. 261. 1896 p. 264. 277. 285. 1896 p. 282 sq. 1897 p. 234. 235. 1898 p. 226. 1900 p. 204. 1901 p. 213. 1903 p. 245. 1904 p. 235. 1905 p. 230. 299. 1906 p. 214 sq. 350. 1907 p. 250. 251. 1908 p. 227. 1909 p. 216. 218. 1910 p. 248. 1911 p. 225. 1912 p. 268. 1914 p. 114. 115. 1915 p. 134. 1916 p. 156. 1918 p. 103. 104. 1920 p. 68. 1922 p. 137. 1923 p. 145. 236 sq. 1924 p. 115. 1925 p. 126. 1926 p. 141. 1928 p. 143. 1929 p. 190. 1930 p. 324. 1951 p. 125. BME 1927 p. 235 (art.). 329. 1928 p. 380. 1929 p. 60. 1930 p. 504. 667. 818. 820. R. MEP. N° 136 p. 130. EC1 N° 206.

    • Numéro : 1955
    • Année : None