Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Gérard Gustave PATROUILLEAU

PATROUILLEAU Jean (1890-1945)
Add this
    PATROUILLEAU Jean

    (1890-1945)


    [3331] PATROUILLEAU Jean, Gustave, Gérard, naquit le 16 mars 1890 à Cadillac-sur-Garonne, dans le diocèse de Bordeaux (Gironde). Sa vocation missionnaire ne se révéla qu'après sa vingtième année. En effet, conformément à la tradition familiale, il s'engagea dans la profession de voyageur de commerce en vins. Durant la guerre 1914-18, il servit d'abord dans l'armée du Maroc. Envoyé au front comme brancardier, il rapporta \la Croix de guerre", mais aussi des blessures et des infirmités, qui, s'aggravant avec les années, lui rendront la marche difficile. À trente et un ans, le 7 septembre 1921, il entra au Séminaire des Missions Étrangères. Tonsuré le 26 mai 1921, il reçoit les ordres mineurs le 20 décembre 1924. Sous diacre le 19 décembre 1925, diacre le 29 mai 1926, il est ordonné prêtre le 18 décembre de cette année. Ayant reçu sa destination pour la mission de Tokyo, il s'embarqua le 24 avril 1927 et arriva dans sa mission le 24 juin 1927.

    Le nouvel archevêque, Mgr. Chambon, lui confia la direction du Petit Séminaire, établi à Sekiguchi, au siège même de l'archevêché. Il y resta jusqu'en 1932. Cette année là, à la demande de Mgr. Blois, évêque de Moukden, il accepta de se mettre au service de la communauté catholique japonaise demeurant dans cette ville. Sur les conseils et avec l'approbation de l'évêque, il fit venir des religieuses de la congrégation de l'Enfant Jésus, dite " de Saint Maur", afin qu'elles puissent prendre en charge l'éducation des jeunes filles. En octobre 1937, une nouvelle église fut inaugurée en plein quartier japonais, l'ancienne église servant à la communauté coréenne. Durant la guerre de Mandchourie, son principal ministère se fit parmi les malades. À la fin des hostilités, ce furent les résidents japonais qui se trouvèrent dans une triste situation. Le Père Patrouilleau recueillit les réfugiés, ouvrit une école pour les enfants du voisinage, abrita même dans sa maison une quinzaine d'orphelins. L'un d'eux fut atteint du typhus : il l'installa dans sa chambre, le soigna. C'est alors qu'il fut frappé du même mal. Le 12 décembre 1945, il rendit son âme à Dieu.



    Références bibliographiques

    AME 1926-27 p. 358. 1932 p. 190. 1933 p. 90. CR 1927 p. 167. 1928 p. 4. 1930 p. 2. 257. 1932 p. 63. 1933 p. 47. 53. 1936 p. 37. 1938 p. 35. 1939 p. 30. 1947 p. 365. BME 1927 p. 191. 261. 455. 502. 684. 713. 1928 p. 161. 1930 p. 428. 561. 1931 p. 813. 823. 868. 927. 1932 p. 46. 361. 449. 1933 p. 49. 687. 727. 1936 p. 726. 795. 1936 p. 428. 729. 1939 p. 226. 264. 1940 p. 240. 1948 p. 8. EC1 N° 125. 130. 371. 387. 444.

    "
    • Numéro : 3331
    • Année : None