Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre jean Joseph PANIS

[1198] PANIS Pierre, Jean, Joseph Missionnaire de QUINHON -------------------- [1198] Pierre, Jean, Joseph PANIS naquit le 29 Avril 1850, au petit hameau de LAYSSAC/LA MOTHE, paroisse de FRONS, commune de CAMJAC,Canton de NAUCELLE, diocèse de RODEZ, département de l'AVEYRON. Ses parents, Pierre Jean PANIS et Marie Anna ESPIE étaient pieux, et jouissaient d'une honnête aisance. Leur foyer compta cinq enfants auxquels ils donnèrent une solide éducation chrétienne. L'un devint missionnaire, une fille se fit religieuse.
Add this

    [1198] PANIS Pierre, Jean, Joseph

    Missionnaire de QUINHON
    --------------------

    [1198] Pierre, Jean, Joseph PANIS naquit le 29 Avril 1850, au petit hameau de LAYSSAC/LA MOTHE, paroisse de FRONS, commune de CAMJAC,Canton de NAUCELLE, diocèse de RODEZ, département de l'AVEYRON. Ses parents, Pierre Jean PANIS et Marie Anna ESPIE étaient pieux, et jouissaient d'une honnête aisance. Leur foyer compta cinq enfants auxquels ils donnèrent une solide éducation chrétienne. L'un devint missionnaire, une fille se fit religieuse.

    Joseph était l'ainé de la famille. A 9 ans, il fut mis en pension chez l'instituteur de la Paroisse de FRONS. De nature un peu espiègle, mais toute de franchise, le jeune PANIS fut remarqué par son curé qui en fit son servant de messe, lui donna des leçons de latin, et l'envoya , en 1864, au Petit Séminaire de Saint Pierre près de RODEZ. Il rentra en cinquième. Il sût toujours se maintenir dans une bonne moyenne. En 1869, ses humanités finies, il entra en philosophie au Grand Séminaire de RODEZ. Son père aurait voulu le garder à la maison en sa qualité d'ainé, mais rien ne fit changer la décision prise par Joseph de devenir prêtre. Arriva la guerre de 1870. Il espérait être un de ces valeureux soldats qui allaient batailler. Un ami de la famille, conseiller de la Préfecture, le fit réformer comme faible de poitrine. De retour au Séminaire, il y resta jusqu'aux vacances de Juillet 1871. A la rentrée d'Octobre 1871, il était à la rue du bac, à PARIS.

    Au Séminaire des Missions Etrangères, il fut tel qu'il avait été à Saint Pierre et au Grand séminaire de RODEZ : jovial, appliqué, d'une piété solide. Tonsuré le 25 Juillet 1872, minoré le 21 Décembre 1872..Il devint sous-diacre le 7 Juin 1873, diacre le 20 Décembre 1873 ; il fut ordonné prêtre le 30 Mai 1874, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de COCHINCHINE ORIENTALE (QUINHON). Parti de PARIS le 1er Juillet 1874, il s'embarqua à MARSEILLE, le 5 Juillet de la même année, en compagnie de Mr. MARTIN Jean, Joseph destiné à la même mission.

    Arrivés à Saigon par les Messageries, les deux jeunes missionnaires continuèrent leur route en jonque viêtnamienne jusqu'à TOURANE où ils arrivèrent en Septembre 1874. Après quelques jours de repos; ils vinrent à cheval jusqu'à GIA-HUU, chez Mgr. CHARBONNIER. C'est là que Mr. PANIS s'initia à la langue viêtnamienne. Il y mit tant d'ardeur qu'en peu de temps, il fut capable de confesser et de prêcher. Il ne se contenta pas d'en avoir une connaissance superficielle, il voulut la posséder à fond. Tous les jours, et cela jusqu'à la fin de sa vie, Mr. PANIS donna plusieurs heures à l'étude de la langue viêtnamienne.. Petrus KY, un des plus grands lettrés de l'Indochine, reconnaissait en lui une science profonde dans la langue et les us et coutumes du pays !.

    En 1875, il fut envoyé dans le district de G_-THI, comme vicaire, mais il n'y resta pas longtemps. Une vacance s'était produite au Séminaire de LANG-S_NG, il y fut appelé pour combler le vide. Il y fit une année de professorat. La chrétienté de G_-THI ayant perdu son curé, les chrétiens le demandèrent à Monseigneur qui céda, non sans regret !.

    Revenu comme curé dans son ancien poste, Mr. PANIS y déploya durant 7 ans, tous ses talents . De nouvelles chrétientés furent fondées : KIEU-DONG, AN-SON,AN-DUOC, D+P-DA. Les anciennes s'agrandirent. Pour instruire et visiter un tel district, il forma des catéchistes et fit appel à des chrétiens volontaires.

    En Juin 1884, Mgr. VAN CAMELBECKE, nouvellement sacré, le nomma Supérieur de son Petit Séminaire à LANG-S_NG. En1885, au moment de la persécution (1884-87) occasionnée par l'expédition française au TONKIN, pour échapper aux lettrés,Supérieur, professeurs et élèves vinrent se réfugier à QUINHON. Là, Il reçut, en plus, la charge de l'aumônerie des troupes en cette ville.

    En mai 1887, la persécution passée, ce fut le retour à LANG-SONG. Les ruines matérielles relevées, les cours reprirent comme jadis. Lorsque le Petit Séminaire fut entièrement réorganisé, on demanda à M.PANIS de passer la main à un autre, pour qu'il prenne en charge la Procure de la Mission. Puis il fut nommé curé de CU-VA, où il dirigea religieuses,orphelins et chrétiens. Il y resta jusqu'en Juillet 1894, date à laquelle il fut nommé Supérieur du Petit Sémaire à DAI-AN. Il y remplit sa charge avec conscience et compétence !..

    Malade, il partit se reposer à HONGKONG, puis les médecins lui conseillèrent un retour en France.

    En Juillet 1902, il s'embarqua pour la France, où il arriva le 12 Août 1902. Son vieux père et sa vieille mère étaient encore en vie ! Quelle joie de part et d'autre ! Sa santé rétablie, il repartit le 13 Novembre 1904 pour sa mission.

    Il fut nommé curé de la grande chrétienté de GO-THI. Il y resta 16 ans, jusqu'en 1920. Ce fut son dernier poste comme missionnaire en activité.

    A l' âge de 70 ans, le corps refusant d'obéir à l'esprit, il se résigna à la retraite. Il choisit d'abord LANG-SONG, puis DAI-AN, enfin l'hôpital de KIM-CHAU où il termina ses jours, soigné par les soeurs de Saint Paul de Chartres.

    Vers le 15 Février 1931, il reçut les derniers sacrements des mains de M.. ESCALERE. Le 24 Février, Dieu le mandait en son paradis.

    Ses funérailles eurent lieu à LANG-SONG, où se trouvaient en ce moment là, tous les confrères de la Mission,réunis pour la retraite annuelle..Elles furent présidées par les deux Evêques. De nombreux prêtres viêtnamiens vinrent rendre à leur ancien professeur et supérieur les derniers devoirs, et prier pour lui.

    La Messe fut célébrée par Mr. GARRIGUES, et l'absoute donnée par Mgr. TARDIEU. Les chrétiens de GO-THI nombreux portèrent et accompagnèrent Mr. PANIS à sa dernière demeure.

    PANIS

    Pierre

    (1850 - 1931)

    [1198]

    Références biographiques
    AME 1931 p. 94. CR décembre 1874 p. 39. 1881 p. 72. 1882 p. 67. 1883 p. 19. 1888 p. 134. 1891 p. 157. 1892 p. 177. 1893 p. 191. 1894 p. 205. 1896 p. 198. 1901 p. 286. 1902 p. 189. 1905 p. 157. 1907 p. 369. 1914 p. 87. 1918 p. 80. 1924 p. 92. 1931 p. 169. 276. 1931 p. 339. 361. 1935 p. 316. BME 1924 p. 185. 339. 461. 603. 1930 p. 422. 1931 p. 318. MC 1925 p. 8. EC1 N° 216.




    Décembre 1993


    Mémorial PANIS Joseph,Pierre,Jean page

    Mémorial PANIS Joseph,Pierre,Jean page


    • Numéro : 1198
    • Année : None