Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alphonse Ferdinand PANET

PANET Alphonse (1872-1951) [2373] PANET Alphonse, Ferdinand, naquit le 2 mars 1872 à Montchenu, dans le diocèse de Valence (Drôme). Il fit ses études dans son diocèse et entra au Grand Séminaire de Valence. Il entra minoré au Séminaire des Missions Étrangères le 8 octobre 1896. Il fut ordonné prêtre le 26 juin 1898, et partit pour la mission de Coïmbatore le 27 juillet suivant.
Add this
    PANET Alphonse

    (1872-1951)


    [2373] PANET Alphonse, Ferdinand, naquit le 2 mars 1872 à Montchenu, dans le diocèse de Valence (Drôme). Il fit ses études dans son diocèse et entra au Grand Séminaire de Valence. Il entra minoré au Séminaire des Missions Étrangères le 8 octobre 1896. Il fut ordonné prêtre le 26 juin 1898, et partit pour la mission de Coïmbatore le 27 juillet suivant.

    À Coïmbatore, il étudia les langues, le tamoul et l'anglais. Mgr. Bardou l'envoya à Wellington, assistant du Père Foubert, qui l'initia au ministère pastoral et à l'évangélisation de cette tribu importante des Nilgiris, appelée Badagas. Il réussit à fonder parmi eux, une petite colonie de nouveaux chrétiens à Nerkambay.

    À cette époque, la paroisse de Wellington s'étendait jusqu'à Kotagiri. L'évêque créa une nouvelle paroisse à Kotagiri, et envoya le Père Panet comme curé. Il resta deux ans dans cette nouvelle paroisse, allant visiter les chrétiens disséminés dans les plantations de thé et de café, sans oublier l'évangélisation des Badagas.

    Mgr. Bardou le rappela alors à Coïmbatore au Collège Saint Michel, pour enseigner les sciences et diriger le pensionnat. Il fit ce travail pendant trois années et, comme il rêvait de brousse, on l'envoya comme curé à Karamatampatty, à une vingtaine de kilomètres de Coïmbatore. Il y avait là une vieille église et un centre de pélerinage à Notre Dame du Rosaire. Il y avait aussi un antique presbytère, qui fut la demeure du premier vicaire apostolique de la mission, Mgr. Marion de Brésillac. Le Père Panet se dévoua au bien spirituel de ses chrétiens, de l'école primaire près de l'église, mais il appréciait aussi les moments de silence et de solitude qu'on trouve facilement dans un poste de campagne.

    En 1908, son évêque eut besoin d'un procureur pour la mission: il appela le Père Panet pour remplir cette fonction. Le Père finit par accepter, par obéissance. Le poste de procureur est difficile : il doit être à la fois comptable, majordome, fournisseur des biens de la mission. Il fut pendant 18 ans, un procureur sage et prudent, prenant les intérêts de la mission mais aussi bon et charitable pour les confrères.

    Pendant la guerre de1914-18, il fut mobilisé en France comme vaguemestre dans la zone des armées. Après la victoire, il revint à Coïmbatore pour y continuer son travail de procureur. Il resta procureur jusqu'en 1932, date à laquelle Mgr. Tournier succéda à Mgr. Roy. Le Père Panet s'effaça discrètement devant la nouvelle administration. Il obtint un congé de 6 mois, pour aller voir sa soeur religieuse de St Paul de Chartres en Corée. Revenu en Inde, il fut nommé curé de la paroisse du Sacré Coeur d'Ootacamund, puis de la paroisse de Ste Thérèse, dans une autre localité d'Ootacamund, à Finger Post. Il construisit le presbytère de l'église Ste Thérèse et également les locaux de l'école primaire.

    En 1948, il devint aumônier du couvent de Nazareth à Ootacamund et aumônier du noviciat des Soeurs franciscaines de Marie à Lovedale-Kaity. C'est à lui qu'on doit cette gentille phrase. Il disait quand il allait confesser les soeurs : \Je m'en vais épousseter les anges."

    Il eut le bonheur de fêter ses noces d'or sacerdotales dans l'intimité, et bientôt, en raison de son âge, il perdit la mémoire et se retira à l'hôpital Ste Marthe de Bangalore, où il vécut encore trois ans, et une attaque de pneumonie l'emporta. Il expira paisiblement le 2 novembre 1951, après avoir reçu les derniers sacrements de la main du Père Trideau, aumônier de l'hôpital. Le Père Panet fut un excellent missionnaire. Bien doué sans prétention, un peu froid quoique méridional, judicieux et zélé, il remplit avec un grand esprit les importantes fonctions qu'on lui confia.



    Références bibliographiques

    AME 1898 p. 233. 1936 p. 44. 1937 p. 189. CR 1898 p. 272. 1901 p. 260. 1907 p. 297. 1926 p. 218. 1937 p. 222. 1938 p. 220. 1939 p. 203. 204. 1940 p. 109. 1951 p. 113. 114. 176. BME 1929 photo p. 80. 1932 p. 477. 638. 884. 1933 p. 127. 146. 236. 366. 389. 438. 641. 1935 p. 69. 680. 823. 1936 p. 919. 1937 p. 376. 672. 892. 1938 p. 712. 1939 p. 738. 1940 p. 827. 1941 p. 63. 275. 1949 p. 190. EC1 N° 508.

    "
    • Numéro : 2373
    • Année : None