Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alexis Adolphe PÉAN

[813]. PÉAN, Alexis-Adolphe, né le 15 mars 1838 à Oisseau (Mayenne), fit ses études classiques au collège Sainte-Croix du Mans et au petit séminaire de Précigné, 1856-1858 ; il commença ses études théologiques au grand séminaire du Mans. Entré laïque au Séminaire des M.-E. le 15 octobre 1859, il fut ordonné prêtre le 14 juin 1862, et envoyé au Siam le 18 août suivant. Après quelques mois de séjour à Nakhon Xaisi, on le chargea d'administrer Petriou, Vat-huang, Bang Pla Soi, et plusieurs postes voisins.
Add this
    [813]. PÉAN, Alexis-Adolphe, né le 15 mars 1838 à Oisseau (Mayenne), fit ses études classiques au collège Sainte-Croix du Mans et au petit séminaire de Précigné, 1856-1858 ; il commença ses études théologiques au grand séminaire du Mans. Entré laïque au Séminaire des M.-E. le 15 octobre 1859, il fut ordonné prêtre le 14 juin 1862, et envoyé au Siam le 18 août suivant. Après quelques mois de séjour à Nakhon Xaisi, on le chargea d'administrer Petriou, Vat-huang, Bang Pla Soi, et plusieurs postes voisins. Ses succès furent assez marqués ; en 1865 et en 1866, il baptisa plus de deux cents néophytes, développa les stations de son district, et fonda un poste à Hua Samrong.
    Député des missions du Siam, de la Presqu'île de Malacca et de la Birmanie, il fut reçu directeur du Séminaire des M.-E. le 9 décembre 1867 ; il devait le rester durant 26 ans. Pendant ce temps, il fut 23 ans, de 1868 à 1891, professeur de théologie morale, et 9 ans, de 1872 à 1881, directeur des aspirants, élu et réélu aux élections dont voici les dates : 1872, 9 juillet 1874, 30 juin 1877, 4 juillet 1880. De 1881 à 1883, il dirigea la maison établie provisoirement à Bolognano, dans le Tyrol ; en 1883, il fut pendant quelques mois supérieur de la section du séminaire installée à Meudon ; de 1884 à 1889, directeur spirituel des aspirants, charge qu'il a seul exercée. En même temps, il remplit les fonctions d'assistant du supérieur du Séminaire pour l'extérieur, à la suite des élections des 7 juillet 1883, 5 juillet 1886, 8 juillet 1889, 4 juillet 1892.
    Quand l'Œuvre des Partants fut fondée par Madame la vicomtesse de Saint-Jean, en 1883, on lui en donna la direction, dans laquelle il montra du tact et de l'habileté. Il garda cette charge jusqu'à la fin de sa vie. Il mourut au Séminaire des M.-E. à Paris, le 28 novembre 1893, et fut inhumé au cimetière Montparnasse. M. Delpech a caractérisé ainsi son enseignement : \ Il était clair et sûr. Il se tenait également à l'écart des opinions trop larges et des opinions trop étroites, dans ce juste milieu où un vieil adage place la vertu. "
    Des très nombreuses conférences qu'il fit aux aspirants pendant qu'il en était le directeur, nous citerons seulement ces belles paroles sur la vocation sacerdotale et apostolique :
    " Ne considérez pas trop la disproportion effrayante qui existe entre vous et la hauteur immense de cette vocation céleste : vous seriez pris de vertige, et vous tomberiez dans l'accablement. Considérez plutôt votre Maître et Seigneur Jésus, qui vous a pris par la main dès votre enfance, qui ne vous a jamais abandonnés, qui vous a toujours tendu les bras ; précipitez-vous aveuglément dans ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qui vous a tant aimés, vous en particulier, aspirants des M.-E., et qui vous dit maintenant : Veni, viens, mon bien-aimé, mon fidèle, veni de Libano coronaberis. Oh ! ne crains rien, tu seras mon ami, mon prêtre, un autre moi-même ; c'est vrai, tu es pauvre, mais je suis riche ; tu es pécheur, mais je suis Celui qui pardonne tout à la faiblesse. Viens, tu seras mon prêtre, mon pêcheur d'hommes. Tu auras toujours avec toi, je te le promets, quelques grains de froment et quelques gouttes de vin. Tu m'appelleras, et je viendrai ; tu me porteras en toi, tu seras Christophore, tu me donneras aux autres ; nous irons ensemble, oui, toujours ensemble, jusqu'au bout du monde ; moi, je serai ta lumière et ta force, ta voie, ta vie ; et toi, tu seras mon instrument, mon vicaire ; nous irons refaire à l'image de Dieu les âmes dégradées, nous irons les nourrir, les grandir, les sauver, nous irons sauver le genre humain. "
    Bibliographie. - Lettre aux aspirants du Séminaire des M.-E. dans leurs familles. Bordeaux, 18 janvier 1871. - In-8, pp. 4 [autographie].
    C.-R. 1871. Le Séminaire des M.-E. pendant la guerre de 1870-71 et pendant la Commune. - In-8, pp. 27.
    Tous les comptes-rendus ci-dessous indiqués ont été imprimés à l'imprimerie de l'Œuvre de Saint-Paul, G. Picquoin, 51, rue de Lille, Paris.
    Séminaire des M.-E. Œuvre des Partants. Allocution, février 1884 (lire 1885). - In-8, pp. 7.
    Séminaire des M.-E. Œuvre des Partants. Compte-rendu, 8 mars 1886. - In-8, pp. 16.
    Séminaire des M.-E. Œuvre des Partants. IIIe Compte-rendu annuel, 3 mars 1887. - In-8, pp. 15.
    Séminaire des M.-E. Œuvre des Partants. IVe Compte-rendu annuel, 3 mars 1888. - In-8, pp. 16.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1877, p. 47 ; 1880, p. 94 ; 1883, p. 112 ; 1886, p. 146 ; 1889, p. 240 ; 1892, pp. 254, 255.
    B. O. P., 1889, Compte-rendu de l'Œuvre, p. 67 ; 1890, Compte-rendu, p. 195 ; 1891, Compte-rendu, p. 323 ; 1892, Compte-rendu, p. 481 ; 1893, Compte-rendu, p. 673 ; 1894, Notice, p. 49. - A. M.-E., 1913, p. 100. - Sem. rel. Laval, 1893-94, Notice, pp. 116, 264.
    Le culte de N.-D. de Lourd., p. 4. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1893, p. 284.
    Portrait. - Peinture, est à la maison de campagne du Séminaire des M.-E., à Meudon (S.-et-O.). - B. O. P., 1894, p. 49.


    "
    • Numéro : 813
    • Année : None