Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre OSOUF (1829-1906)

OSOUF Pierre-Marie Mgr (1829-1906) JAPON
Add this

    [684]. OSOUF, Pierre-Marie, né le 26 mars 1829 à Cérisy-la-Salle (Manche), fit ses études au collège de Saint-Lô et au grand séminaire de Coutances­ ; il reçut le sacerdoce le 11 juillet 1852. L’état de sa santé ne lui permettant pas alors de se présenter aux M.-E., il resta dans son diocèse, et remplit pendant trois ans les fonctions de secrétaire à l’évêché.

    Devenu plus robuste, il entra au Séminaire des M.-E. le 2 août 1855, et le 1er juin 1856, il partit pour l’Extrême-Orient avec la mission d’installer une procure à Singapore. Il se rendit d’abord à Hong-kong, d’où le 8 mars 1857 il alla à Singapore conduit par le procureur général Libois. Le terrain où devait être bâtie la maison fut acheté le 24 mars suivant­ ; les travaux commencèrent le 6 avril, et la première messe fut célébrée dans la chapelle le 5 janvier 1858. Osouf dirigea pendant cinq ans cette procure dont il fut le premier titulaire. En 1862, il passa comme sous-procureur à Hong-kong, et devint en 1866 procureur général. Il exerça ses fonctions avec habileté et prudence.

    Ce fut lui qui, plus encore que Patriat, fit les plans du sanatorium de Béthanie à Hong-kong et de son élégante chapelle.

    En 1875, appelé au Séminaire des M.-E. pour y être directeur, il fut reçu le 11 juillet, le lendemain nommé secrétaire du Conseil, et peu après chargé de la direction des Frères.

    L’année suivante, 1876, le 20 juin, par le bref Pastoris æterni (Jus Pont. de Prop. Fid., vi, 2e part., p. 302), le Japon ayant été divisé en deux vicariats apostoliques, Osouf fut nommé vicaire apostolique du Japon septentrional et évêque d’Arsinoé, par brefs en date du 19 décembre 1875. Il fut sacré à Paris dans l’église du Séminaire des M.-E. le 11 février 1877, par Forcade, premier vicaire apostolique du Japon de 1846 à 1852.

    La mission qui lui était confiée ne possédait que 1 235 catholiques.

    Dès le début de son administration, en 1877, il appela les Marianistes à Tôkiô­ ; ce fut l’origine des établissements florissants que cette Congrégation a fondés au Japon (Collèges de Yokohama, Tôkiô, Osaka, Nagasaki, grav., M. C., xl, 1908, pp. 258, 259, 270, 271). En 1878, il fit construire, d’après ses propres plans, la cathédrale de Tôkiô, dans le quartier Tsukiji.

    Sa mission ayant fort peu de ressources, il se décida, en 1884, à aller faire une quête en Amérique­ ; il fut rappelé de ce pays en 1885 par Léon XIII, qui lui confia une lettre à remettre à l’Empereur du Japon. Dans cette lettre Etsi magno (Leonis XIII acta, v, p. 59­ ; Acta S. Sed., xviii, p. 209) du 12 mai 1885, le Pape adressait au Souverain de solennels remerciements pour la liberté qu’il accordait à la religion catholique. Les années suivantes furent marquées par la fondation de quelques chrétientés et la construction de plusieurs églises­ ; par la création de deux vicariats apostoliques­ : le Japon central en vertu du bref Quæ rei (Leonis XIII acta, viii, p. 157) du 20 mars 1888, et Hakodaté par les Lettres apostoliques Ex officio (Leonis XIII acta, xi, p. 82) du 17 avril 1891­ ; enfin par l’institution de la hiérarchie catholique dans l’empire du Soleil levant.

    Le Pape donna à Osouf mission de faire connaître et agréer cette dernière mesure au gouvernement japonais. « Les combinaisons et les démarches multiples et compliquées du prélat dans cette circonstance constituent un vrai chef-d’œuvre de diplomatie. » La hiérarchie fut constituée par les Lettres apostoliques Non majus (Leonis XIII acta, xi, p. 174­ ; Acta S. Sed., xxiv, p. 257) du 15 juin 1891. Osouf devint archevêque de Tôkiô ayant pour suffragants les évêques des trois autres diocèses­ : Nagasaki, Osaka, Hakodaté. La publication de cet acte solennel eut lieu les dimanches 27 septembre et 4 octobre de la même année. Le diocèse de Tôkiô, tel qu’il restait sous le gouvernement d’Osouf, comptait­ : 27 missionnaires, 59 religieux et religieuses, 22 catéchistes, 1 séminaire avec 6 élèves, 28 écoles ou orphelinats avec 1 658 enfants­ ; 9 660 catholiques, sur une population de 13 800 000 habitants.

    Le mouvement irrésistible qui emportait le Japon vers les progrès matériels ne permit pas au catholicisme d’avancer aussi rapidement qu’on l’espérait. Mgr Osouf tint deux synodes­ : l’un en 1890 à Nagasaki, et l’autre en 1895 à Tôkiô. En 1902, il demanda pour la seconde fois un coadjuteur­ ; P.-X. Mugabure ayant été nommé, il le sacra le 22 juin. Il mourut le 27 juin 1906 à Tôkiô. Il se distinguait par beaucoup de prudence, de bonté, de piété­ ; malheureusement il ignorait la langue japonaise, et sa carrière de procureur ne l’avait qu’imparfaitement préparé au rôle de chef de mission.

    Armes. — D’azur à l’ancre d’or terminée en croix ancrée, au chef cousu de gueules chargé du sigle des M.-E. d’argent.

    Devise. — Deus meus adjutor meus.

    Bibliographie. — Extraits des procès-verbaux des réunions générales des missionnaires du Japon septentrional. — Yokohama, 1883, in-8, pp. 94 + tab.

    Acta et Decreta primæ Synodi regionalis Japoniæ et Coreæ Nagasaki habitæ. A. D. 1890. Cum mutationibus a S. Cong. de Propaganda Fide inductis. — Typis Societatis Missionum ad Exteros, Hong-kong, 1893, in-8, pp. 125.

    Acta et Decreta primæ provincialis Synodi Tokiensis. A. D. 1895. Cum mutationibus a S. Cong. de Propaganda Fide inductis. — Typis Societatis Missionum ad Exteros, Hong-kong, 1896, in-8, pp. 56.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1874 (déc.), pp. 36, 38­ ; 1875, p. 54­ ; 1876, pp. 3, 43­ ; 1877, pp. 4, 5­ ; 1878, p. 8­ ; 1879, p. 10­ ; 1880, p. 11­ ; 1881, pp. 13, 17­ ; 1882, pp. 12, 108­ ; 1885, pp. 9, 25, 33­ ; 1886, pp. 27, 33­ ; 1887, p. 49­ ; 1888, pp. 33, 46­ ; 1889, p. 34­ ; 1891, pp. 2, 25, 74, 261­ ; 1892, p. 20­ ; 1893, p. 37­ ; 1894, p. 41­ ; 1895, p. 46­ ; 1896, p. 40­ ; 1897, pp. 42, 73­ ; 1898, p. 38­ ; 1899, p. 9­ ; 1900, p. 5­ ; 1901, p. 5­ ; 1904, pp. 11, 38.

    A. P. F., xlix, 1877, p. 147­ ; l, 1878, Aperçu général sur le Japon septentrional, p. 187­ ; li, 1879, Fondation de trois résidences et de sept chrétientés, p. 197­ ; lxvi, 1894, p. 151­ ; lxxviii, 1906, pp. 398, 476. — A. S.-E., xxviii, 1877, p. 155­ ; xlviii, 1897, pp. 6, 90­ ; xlix, 1898, p. 97.

    M. C., ii, 1869, Bénédiction de la chapelle de Sancian, p. 205­ ; iv, 1871-72, Révocation des décrets de persécution au Japon, pp. 311, 352­ ; v, 1873, Mort de M. Caillet, p. 562­ ; vii, 1875, pp. 476, 542­ ; viii, 1876, pp. 303, 616­ ; ix, 1877, pp. 62, 220­ ; Ib., Sa réception par le Pape, p. 243­ ; Ib., Son arrivée à Yokohama, p. 410­ ; x, 1878, p. 301­ ; xii, 1880, Incendies à Hakodaté et à Tôkiô, p. 98­ ; xiii, 1881, p. 257­ ; xiv, 1882, p. 400­ ; xvi, 1884, Au concile de Baltimore, p. 548­ ; xvii, 1885, Reçu en audience par le Mikado, p. 518­ ; xix, 1887, p. 196­ ; xxiii, 1891, pp. 28, 542, 567­ ; xxiv, 1892, p. 548­ ; xxv, 1893, p. 593­ ; xxvi, 1894, Tremblement de terre au Japon, p. 413­ ; xxvii, 1895, pp. 124, 233­ ; xxviii, 1896, Typhon, p. 506­ ; xxxiii, 1901, p. 101­ ; xxxviii, 1906, pp. 323, 431.

    A.M.E., 1899, Attaque des protestants contre les catholiques, réplique du R. J. Dooman, p. 26­ ; 1902, Ses noces d’or, p. 320. — Rev. cath. Coutances, 1872, p. 469­ ; 1876, p. 197­ ; 1877, Notice, pp. 278, 323, 355, 380, 397­ ; 1878, pp. 150, 298, 570­ ; 1879, pp. 411, 489­ ; 1881, p. 504­ ; 1884-85, A Cérisy-la-Salle, p. 655­ ; 1885-86, Réception par l’empereur du Japon, p. 84­ ; Ib., p. 153­ ; 1902, pp. 109, 898­ ; 1903, p. 326­ ; 1906, Sa mort, p. 466­ ; Ib., p. 690­ ; 1907, Notice, pp. 407, 425, 454, 474. — Voix de N.-D. Chartres, xxi, 1877, p. 116­ ; xxxv, 1891 (supplém.). pp. 200, 201. — Sem. rel. Vannes, 1873, p. 735. — Echo de N.-D. de la G., 1885, p. 989. — Bull. Assoc. Saint-Lô, 1907, p. 4.

    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — La Rel. de Jésus, i, p. 571­ ; ii, pp. 258, 359 et suiv., 375, 379, 410, 509 et suiv., 518, 527, 536, 553 et suiv. — Le culte de N.-D. de Lourd., p. 231. — An anecd. hist., Tab. alph. — L’Evang. au Jap., pp. 19 et suiv., 259. — Rapport du R. P. Vigroux sur l’hôp. des lépr. à Gotemba, p. 1. — Arm. des Prél. franç., p. 265.

    Allocution de Mgr Cousin à l’occasion de l’imposition du Pallium à Mgr Osouf, 19 mars 1892.

    Collect., 16 juin 1893­ : n° 1395­ ; 25 juin 1902­ : n° 2317.

    Notice nécrologique. — C.R., 1906, p. 277.

    Biographie. — Notice biographique sur Sa Grandeur Mgr P.-M. Osouf archevêque de Tôkiô [avec portrait] (par M. Ligneul). — Mission catholique, Tôkiô, 1906, in-12, pp. 70.

    Portrait. — A. P. F., lxxviii, 1906, p. 404. — M. C., xxxviii, 1906, p. 431. — La Rel. de Jésus, ii, p. 353. — Voir Biographie.

    • Numéro : 684
    • Pays : Singapore Japon
    • Année : 1856