Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Robert OGENT (1908-1982)

[3451]. OGENT Robert (1908-1982) né à Caen le 7 janvier 1908, admis au Séminaire des M.-E. en 1925, ordonné prêtre le 19 décembre 1931, partit pour Rangoon le 22 avril 1932. Après létude de langlais et du birman, il fut envoyé, en 1933 à Zaungdan, puis, en 1946, à Myaungmya. Vers 1950, il devint curé de Maryland. De 1953 à 1982, il assuma la charge de supérieur régional, tout en administrant la paroisse St-John. Il mourut à Rangoon le 11 mai 1982. Références biographiques
Add this

    [3451] OGENT Robert, naquit à Caen le 7 janvier 1908. Ses études primaires achevées, il entra au Petit Séminaire de Caen où il accomplit ses études secondaires de 1919 à 1925. C'est durant cette année là que Robert fit sa demande d'entrée aux Missions Etrangères. Mais il était déjà en relation avec le Père Depierre. Malgré quelques difficultés pour quitter le diocèse de Bayeux, le jeune Robert Ogent fut admis le 17 août 1925 et il entra à Bièvres le 18 septembre ; il n'avait que 18 ans. Il fit son service militaire de mai 1927 à mai 1928. Après quoi, il revint à la rue du Bac pour continuer ses études normalement. Il fut ordonné prêtre le 19 décembre 1931. Le 11 février, il recevait sa destination pour la Mission de Rangoon, dans la Birmanie du Sud. Il partit donc pour Rangoon le 22 avril 1932 et il y arriva le 23 mai suivant.

    50 années d'apostolat débutaient. Elles furent bien remplies et jusqu'au bout, le Père Ogent fut fidèle à sa vocation. Son séjour en Mission peut être facilement divisé en deux étapes. En Mission proprement dit, durant près de vingt années et le reste comme Supérieur régional de la Birmanie.

    En Mission proprement dit, de 1932 à 1953

    Il commença tout d'abord par apprendre la langue anglaise, instrument indispensable pour tout apostolat. Puis, en janvier 1933, il fut dirigé sur Thonzé pour étudier le birman sous la houlette du Père Pavageau.

    Après avoir étudié le birman à Thonzé, le Père Ogent fut envoyé à Zaungdan, dans le district d'Henzada, district où l'on trouve surtout des villages carians et chins, ethnies plus ou moins birmanisées et qui parlaient du moins le birman. Zaungdan était un vaste district. Le Père était seul mais il s'y donna de tout son coeur. Il visita tous les villages, qu'ils soient carians ou qu'ils soient chins. Le Père rencontra davantage de consolations en milieu chin qu'en milieu carian.

    En 1937, il est nommé vicaire forain et chargé de superviser tout le district d'Henzada. Son état de santé ne lui a pas permis de faire tout ce qu'il avait envisagé. En  1938, une certaine agitation chez les carians de la plaine vint contrecarrer ses projets. Les conversions sont nombreuses, surtout en milieu chin. Il met ses ouailles sous la protection de la Vierge et il entreprend d'élever une grotte de Lourdes à Zaungdan même.

    Puis c'est la guerre. Les Japonais sont là... la rebellion des Carians contre les Birmans s'intensifie. C'est alors une succession de pillages et d'incendies dans tous les coins. Les églises, les résidences et les oeuvres sont détruites ou saccagées.

    En 1946, le Père Ogent est envoyé à Myaungmya pour relever les ruines de ce poste. Nous sommes alors dans le district de Bassein. Peu après, il reçut le renfort du Père Narbaitz, jeune missionnaire qui prendra la relève et passera toute sa vie dans ce poste.

    Le Père Narbaitz pouvant continuer seul, le Père Ogent demande et obtient un congé en France. Il sera en France de mai 1947 à janvier de l'année suivante.

    De retour en Mission, le Père Ogent est nommé curé du poste de Maryland, dans le district d'Henzada. Le secteur est plus ou moins calme. Le Père fait de son mieux pour visiter ce grand poste en plein milieu carian. Les Carians, toujours en lutte contre les Birmans, occupent Maryland, mais à l'approche des troupes gouvernementales, ils prennent la fuite. Le Père va à la rencontre des troupes birmanes, il met l'armée au courant de la situation et ainsi, grâce à l'initiative et au courage du Père Ogent, Maryland fut épargné. Le Père Foulquier, frère de Mgr. Foulquier de Mandalay, avait construit un poste missionnaire magnifique. Mais la vie de brousse du Père Ogent va prendre fin.

    Supérieur régional de 1953 à 1982

    En effet, le Père Bazin, Supérieur régional, est choisi comme vicaire apostolique de Rangoon. Le Père Ogent fut alors nommé pour le remplacer. Pour cette raison, il dut quitter Maryland pour Rangoon. Durant les premières années, il eut sa résidence à l'évêché de Rangoon, puis ensuite il prit en charge la Paroisse de Saint John Cantonnement, jusqu'alors dirigée par le Père Picot.

    Que dire de tout ce temps ? Aussi longtemps qu'il le put, le Père fut très régulier à visiter les confrères là où ils se trouvaient, même dans les postes les plus reculés, comme ceux des Chins Hills et du Père Calmon chez les Carians. Ses visites étaient très attendues et apportaient bien de l'aide à tous les confrères.

    En 1965, les jeunes missionnaires sont obligés de quitter la Birmanie. La situation est très préoccupante. Les sorties de Rangoon sont quasiment impossibles. A l'occasion du tricentenaire de la Société en 1963, le Père Ogent avait pu se rendre en France, mais après cette date, vu la situation, il continua à demeurer à Rangoon, assumant sa charge de Supérieur régional et de curé de Saint John.

    Mais le poids des ans, les privations se font sentir. Le mardi 4 mai 1982, il n'est pas allé à l'église pour la messe. Sa cuisinière s'inquiéta et demanda de l'aide. On trouva le Père inconscient et allongé près de son lit. Tous les soins donnés furent sans effet et le Père décéda le mercredi 11 mai 1982. Il avait 75 ans et il allait commencer sa 50ème année de vie sacerdotale et apostolique en Birmanie. Avec le décès du Père Ogent, c'est 126 ans de l'Histoire des Missions Etrangères dans l'archidiocèse de Rangoon qui s'achèvent. Le Père repose dans le caveau réservé aux prêtres et religieux au cimetière de Saint Francis, Tamwe, à Rangoon.

    Une vie toute donnée au Seigneur vient de s'achever, certainement le Père Ogent continue à veiller sur ceux qu'il a tant aimés.

     

    Références biographiques

    AME 1932 p. 96. 137.

    CR 1932 p. 311. 1934 p. 187. 1935 p. 195. 1937 p. 190. 1938 p. 187. 192. 1939 p. 173. 1947 p. 95. 1948 p. 118. 1950 p. 105. 1951 p. 92. 93. 1952 p. 70. 1953 p. 64. 1957 p. 69. 1958 p. 66. 72. 1960 p. 71. 76. 1961 p. 74. 75. 1962 p. 94. 1963 p. 98. 1964 p. 63. 1965 p. 127. 1966 p. 165. 166. 1967 p. 111. 112. 1975-76 p. 178. 179. 1982 p. 188.

    BME 1925 p. 714. 1932 p. 311. 562. 559. 631. 1933 p. 225. 1934 p. 139. 1935 p. 819. 820. 1941 p. 497. 772. 1948 p. 119. 1949 p. 58. 317. 444. 657. 1950 p. 572. 694. 695. 1951 p. 241. 505. 1952 p. 413. 414. 637. 1954 p. 76. 84. 366. 370. 484. 548. 693. 1955 p. 554. 709. 1092. 1956 p. 574. 671 sq. 1957 p. 375. 1958 p. 555. 1042. 1072. 1959 p. 92. 648. 874. 875. 1960 p. 177. 555. 1961 p. 83. 317. 391. 592.

    EPI 1963 p. 719. 874. 1965 p. 402.

    EC1 N° 92. 238. 243. 454. 460. 548. 648. 677. 687.

    EC2 N° 1P4. - 2P57. - 5P148. 149. - 6P189. - 12P356. - 20P184. 186. - 28P91. - 35P280. - 37P24. - 54P210. - 83P74. - 107P152. - 110/C2. - A82/46ss.

     







    • Numéro : 3451
    • Pays : BIrmanie
    • Année : 1932