Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François NOYER (1876-1939)

[ 2590 ] NOYER François, Firmin Missionnaire Kouy-tchéou ------ François, Firmin Noyer naquit le 11 avril 1876, dans une famille de cultivateurs aisés, au hameau des Infrux, paroisse de Bonnefon, commune de Saint-Chély d'Aubrac, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Deux surs l'avaient précédé, il était le seul fils dans ce foyer.
Add this

    François, Firmin Noyer naquit le 11 avril 1876, dans une famille de cultivateurs aisés, au hameau des Infrux, paroisse de Bonnefon, commune de Saint-Chély d'Aubrac, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Deux sœurs l'avaient précédé, il était le seul fils dans ce foyer.

    Il commença ses études primaires à l'école de Bonnefon, puis passa à celle de Saint-Chély, tenue par les Frères des Ecoles Chrétiennes. M.Molinier, vicaire de la paroisse, l'initia à la langue latine. Entré en sixième au Collège de l'Immaculée Conception d'Espalion, en octobre 1892, il passa en quatrième à la rentrée de 1893, puis, en classe de seconde à la fin de la même année. En juillet 1896, à la fin de son année de rhétorique, il décrocha plusieurs prix.

    Le 16 septembre 1896, M. Noyer entra laïque au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 25 septembre 1897, minoré le 23 septembre 1899, sous-diacre le 22 septembre 1900, diacre le 2 mars 1901, ordonné prêtre le 23 juin 1901, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Kouy-tchéou (Kweiyang) qu'il partit rejoindre le 31 juillet 1901.

    Arrivé à la mi-décembre 1901, après un temps consacré à l'étude du chinois qu'il arriva à parler clairement, M. Noyer, au mois de novembre 1902, prit possession du poste de Ta-pao, autrement dit Gan-Houa-Hien (Tékiang), au nord est de la province, et à dix journées de marche du centre de la Mission. A la suite de l'affaire des Boxers, de nombreux chinois se présentaient pour devenir "adorateurs". En 1905, M. Noyer remarquait :.."Bon nombre de ceux qui viennent à nous se figurent volontiers que saluer le prêtre une fois et faire inscrire son nom sur un grand registre, sont des œuvres amplement suffisantes pour s'assurer une place convenable dans le ciel…" En 1906, il baptisa 56 catéchumènes..

    En 1907, M. Noyer succéda à Mgr.Seguin, dans la direction du petit séminaire, et il écrivait : .."L'ancien supérieur de Lou-tchong-kouan me laisse une communauté exemplaire.." En 1908, l'entrée au petit séminaire fut de trente élèves et de 11 au grand séminaire. Mais la maladie l'obligea deux ans après, à reprendre la vie de district, d'abord à Inkiang, en 1908, où une centaine de familles demandaient à étudier la religion, puis à Pin-fa, au sud-est de Kweiyang, poste missionnaire à deux étapes de Kweiyang. En arrivant à Pin-Fa, il y trouva église, presbytère, écoles déjà bâties. En 1911, il se déclarait satisfait de la ferveur de ses chrétiens; pas un enfant chrétien ne fréquentait les écoles païennes qui faisaient courir des dangers à la foi des jeunes générations. En 1914, pour la mobilisation, il fit un voyage à Hang-Keou.

    M.Noyer fut souvent invité à précher des retraites soit au clergé chinois soit aux grands séminaristes. En 1917, il acheva l'oratoire de Sy-Teou-Gay, dédié à N.D. de Lourdes, et y organisa des pélerinages. En 1922, les deux écoles chrétiennes de Pin-Fa et de Sy-Teou-Gay étaient très fréquentées, malgré des difficultés crées par l'opium et l'esprit d'indépendance de la jeune génération concernant le mariage.

    En 1925, année de famine, les brigands tentèrent par deux fois de s'emparer de la mission de Pin-fa, où trouva refuge une partie de la population de la ville. Les murs en pierre de la mission résistèrent à la fusillade des agresseurs qui insultèrent les assiégés et M. Noyer. Dans le même temps, celui-ci intervint en faveur du village voisin de In-tchang qui fut très éprouvé par les brigands. En 1926, à la fin de la retraite annuelle des missionnaires, la deuxième semaine après Pâques, M. Noyer fêta ses noces d'argent sacerdotales.

    Le 29 mai 1930, son église, sa résidence, les écoles, la pharmacie, tout fut pillé par quelques centaines de soldats. Les non-chrétiens prirent conscience qu'il leur serait difficile désormais de compter sur la protection de l'Eglise et des missionnaires, en cas de danger. Aussi, bien des sympathies disparurent, tandis que la fièvre d'indépendance, et d'insubordination gagnait chez les jeunes. En cette même année, M. Noyer rappelé à Kweiyang, fut nommé aumônier des religieuses autochtones du Sacré-Cœur et des religieuses canadiennes. Il accorda une grande importance à leur formation spirituelle intellectuelle et catéchétique.

    Au printemps de 1932, M. Noyer accepta la gestion de la procure de la mission, en remplacement de M.Gros, parti en congé. Mais le 13 septembre 1932, il fut frappé par une attaque d'hémiplégie qui l'obligea à cesser tout ministère, sa langue demeurant embarrassée, sa jambe et son bras droits lui refusant tout service. M.Louis Puech le remplaça dans ses fonctions d'aumônier et de procureur. Retiré dans un bâtiment de l'évêché, peu à peu, M.Noyer se remit assez pour célébrer sa messe et se promener dans le jardin.

    En 1939, la maladie resserrant son étreinte, M. Noyer ne pouvait plus faire un pas, se lever ou s'asseoir, sans le secours d'autrui. Gai et serein, il accepta ce dépouillement sans se plaindre. Pendant les dernières semaines, il ne lui resta plus ni appétit, si sommeil, ni vigueur, ni moyen de se faire comprendre. Dans la nuit du 28 octobre 1939, il perdit connaissance; en l'espace d'un quart d'heure à une demi-heure, il exhala son dernier soupir, assisté par Mgr.Larrart et M.Derouineau.

     

    Notes biographiques.

    AME 1901 p. 268. 1917-18 p. 367. 1939 p. 268.

    CR 1901 p. 278. 1903 p. 117. 1904 p. 130. 1905 p. 99, 100. 1906 p. 113. 1907 p. 312. 1908 p. 113. 1911 p. 102. 1914 p. 63. 1917 p. 61. 1922 p. 68-99. 1925 p. 66-7. 1930 p. 105. 1932 p. 115. 1933 p. 88. 1935 p. 300. 1939 p. 220-82. 1940 p. 50

    BME 1923 p. 443, 736-56. 1924 p. 666, 731. 1925 p. 109, 700. 1926 p. 379. 1927 p. 28, 695. 1928 p. 434. 1930 p. 373, 817. 1932 p. 291, 541, 865. 1933 p. 200, 932. 1935 p. 592. 1936 p. 942. 1939 p. 128, 862. 1940 p. 49, 121.

    EC1 n° 411.

    • Numéro : 2590
    • Pays : Chine
    • Année : 1901