Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Nicolas Victor MULLER

[690]. MULLER, Jean-Nicolas-Victor, originaire de Schweighouse-sur-Moder "Schweighausen" (Bas-Rhin), naquit le 14 avril 1830. Il fit ses études au petit séminaire Saint-Lucien, près de Beauvais, passa deux ans au grand séminaire de cette ville, et fut incorporé au diocèse. Il était tonsuré lors de son entrée au Séminaire des M.-E. le 24 septembre 1854 ; il fut ordonné prêtre le 17 mai 1856, puis envoyé au Kouy-tcheou le 1er juin suivant. Arrivé à Hong-kong, il essaya de se rendre dans sa mission en traversant le Kouang-tong ; mais il fut arrêté en route et reconduit à Canton.
Add this

    [690]. MULLER, Jean-Nicolas-Victor, originaire de Schweighouse-sur-Moder "Schweighausen" (Bas-Rhin), naquit le 14 avril 1830. Il fit ses études au petit séminaire Saint-Lucien, près de Beauvais, passa deux ans au grand séminaire de cette ville, et fut incorporé au diocèse. Il était tonsuré lors de son entrée au Séminaire des M.-E. le 24 septembre 1854 ; il fut ordonné prêtre le 17 mai 1856, puis envoyé au Kouy-tcheou le 1er juin suivant. Arrivé à Hong-kong, il essaya de se rendre dans sa mission en traversant le Kouang-tong ; mais il fut arrêté en route et reconduit à Canton. Dans une seconde tentative faite à travers le Kouang-si en compagnie de Courbon, il fut de nouveau arrêté. Enfin, après beaucoup de péripéties et de fatigues, il parvint à Kouy-yang en 1858.
    Il déploya bientôt de belles et sérieuses qualités. Dans la nuit du 1er janvier 1860, il guida les chrétiens chargés d'enlever les corps des martyrs de Mao-keou. La même année, on le chargea du district de Kouy-yang, et, en 1861, de celui de Tsen-y. En 1863, comme il se trouvait à Ta-pin-chang, le pays fut envahi par les rebelles, et il se prodigua pour protéger la retraite des fugitifs. L'année suivante, au mois de mai, il commença la fondation d'une station à Kien-si, détermina quelques conversions, et installa une pharmacie. Il entreprenait la construction d'une église, lorsque les rebelles se ruèrent sur la ville. Il essaya d'organiser la résistance et fit preuve d'une bravoure extraordinaire ; les révoltés ayant fini par l'emporter, il partit secrètement pour Kouy-yang. De là, il se rendit à Ho-tang, et réussit à organiser quatre stations de néophytes à Tchong-kia-tse.
    En 1865, il alla remplacer Vielmon à Hin-y fou, au milieu des rebelles mahométans. Ceux-ci, ayant repris la ville, massacrèrent le missionnaire le 24 avril 1866.
    Judicieux autant qu'énergique, zélé et persévérant, plein de courage et de sang-froid, Muller réalisait le type de l'apôtre propre aux expéditions difficiles. Renault lui éleva un tombeau en 1876, sur le bord de la route, à l'endroit où il avait été inhumé.
    Notes bio-bibliographiques. - B. O. P., 1890, p. 252.
    L'expéd. de Chine 1857-58, Tab. alph. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Kouang-si, Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph.

    • Numéro : 690
    • Année : None