Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène MUGNIER

[2691] MUGNIER Eugène Missionnaire Cochinchine Orientale - Quinhon. ----------------- Eugène MUGNIER naquit le 13 Juillet 1880, à Avressieux, diocèse de Chambéry, département de la Savoie. Il entra en cinquième au Petit Séminaire de Pont-de-Beauvoisin, en Savoie.
Add this
    [2691] MUGNIER Eugène

    Missionnaire

    Cochinchine Orientale - Quinhon.
    -----------------

    Eugène MUGNIER naquit le 13 Juillet 1880, à Avressieux, diocèse de Chambéry, département de la Savoie. Il entra en cinquième au Petit Séminaire de Pont-de-Beauvoisin, en Savoie.

    Le 15 Septembre 1897, il entra laïque au Séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 19 novembre 1898, il reçut les ordres mineurs le 23 Septembre 1899, puis partit faire une année de service militaire.Sous-diacre le 22 Février 1902, diacre le 28 Septembre 1902,il fut ordonné prêtre le 07 Mars 1903, reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Orientale (Quinhon), qu'il partit rejoindre le 29 Avril 1903.

    Le 30 mai 1903, il arriva à Quinhon où son frère Gaspard vint le rejoindre en 1906.De Juillet 1903 à Mars 1904, il étudia la langue viêtnamienne à Trakieu, chez son compatriote M. Bruyère. A la rentrée de Mars 1904,on lui confia la chaire de philosophie au Grand Séminaire de Dai-An. C'est dans ce cadre qu'il aima passionément qu'il passa toute sa vie. \In nidulo meo moriar", disait-il !.

    En Novembre 1911, M.Mugnier succéda comme Supérieur du Grand Séminaire, à Mgr.Jeanningros qui venait d'être nommé Coadjuteur. Pendant la guerre, il eût le rare mérite de parer à toutes les perturbations que la mobilisation jetait dans le personnel enseignant. Il maintint les études et la discipline à leur niveau normal, grâce à son calme imperturbable, à son énergie souriante,à sa capacité de travail ordonné que rien ne paraissait presser.

    Intelligence vive et très nette, il allait immédiatement au noeud de la question et à la décision à prendre; en pratique, se défiant de lui-même, il devenait parfois indécis. Son commerce était agréable; caractère toujours égal et gai, sachant se mettre à la portée de chacun,il était fort apprécié de ses élèves.

    Le 15 Mai 1920, il dut descendre à Quinhon, où pendant un grand mois,le dévouement du docteur et les soins des religieuses infirmières parvinrent à l'arracher à la mort. Insuffisamment remis, en Septembre, il reprit son travail quotidien. La mort de Mgr.Jeanningros , le 21 mars 1921,l'affecta profondément.

    Le 27 Juillet 1921,il entra à la clinique Angier à Saigon, et le 12 Août suivant, il subit une grave opération dont il ne vit jamais la guérison. Le 27 Septembre suivant au lieu d'aller se soigner en France, il rentra à Dai-An pour y préparer un de ses ordinands à la prêtrise; deux jours après,il regagna l'hôpital de Quinhon, d'où on l'évacua sur Saigon le 02 Janvier 1922. Le 18 mars 1922,à 14h30, il rendit son âme à Dieu. Pendant ses dix-huit ans de Dai-An, il avait travaillé à la formation de trente neuf prêtres viêtnamiens.



    Références biographiques
    AME 1903 p. 377. 1917-18 p. 326. 328. 1922 p. 119. CR 1903 p. 305. 1914 p. 92. 1922 p. 106. 223. 1948 p. 153. BME 1922 p. 252. EC1 N° 4. 11.





    "
    • Numéro : 2691
    • Année : None