Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Régis Antoine MOURGUE

[3588] MOURGUE Régis, Antoine, Jean-Marie Missionnaire Lanlong (Anlung) - Malacca - Penang ------------ Régis, Antoine, Jean-Marie MOURGUE naquit le 25 novembre 1912, à Montregard, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Fils de Jean, boulanger-restaurateur et d'Alexandrine Chomarat, la famille comprenait cinq enfants dont quatre garçons. Après ses études primaires à Montregard, Régis parcourut le cycle secondaire au collège-petit séminaire du Sacré-Coeur à Yssingeaux.
Add this

    [3588] MOURGUE Régis, Antoine, Jean-Marie

    Missionnaire

    Lanlong (Anlung) - Malacca - Penang

    ------------
    Régis, Antoine, Jean-Marie MOURGUE naquit le 25 novembre 1912, à Montregard, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Fils de Jean, boulanger-restaurateur et d'Alexandrine Chomarat, la famille comprenait cinq enfants dont quatre garçons. Après ses études primaires à Montregard, Régis parcourut le cycle secondaire au collège-petit séminaire du Sacré-Coeur à Yssingeaux.

    Le 12 mars 1931, il présenta sa demande d'admission au Séminaire des Missions Etrangères. Ayant reçu une réponse positive le 18 mai 1931, il entra laïque, au séminaire de Bièvres, le 6 septembre 1931. En 1933-34, il fit son service militaire à Grenoble. Ordonné prêtre par Mgr. de Jonghe d'Ardoye, le 4 juillet 1937, ce même soir, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Lanlong (Anlung), qu'il partit rejoindre le 14 septembre 1937. Il s'embarqua à Marseille le vendredi 17 septembre 1937.

    Le 23 octobre 1937, M. Mourgue arriva à Yunnanfu; le 26 octobre 1937, M.Huc, procureur de Lanlong, vint au devant de son jeune confrère. Le 5 novembre 1937, tous deux prirent l' autobus pour le Kweichow, et le 9 novembre parvinrent à Pingni. Là, malgré son passe-port parfaitement régulier, la police créa quelques ennuis à M.Mourgue. Après bien d'autres contretemps, il parvint enfin à Lanlong, le 19 novembre 1937; il fut le premier jeune missionnaire à inaugurer la route Yunnanfu-Lanlong par Panshien. Après l'avoir béni; Mgr. Carlo lui donna le nom de Mâo.

    Mr.Mourgue commença l'étude de la langue chinoise à l'evêché de Lanlong, sous la conduite d'un ancien grand séminariste. Il s'exerça même au maniement du pinceau; pour se familiariser avec le pays, il visita les principaux postes de mission; en la fête de l'Assomption 1938, il donna son premier sermon. .En septembre 1938, il se rendit à Hanoï pour consulter la Faculté, allant aussi au devant de M.Pélardy, nouveau confrère destiné à Lanlong. A son retour, vers la fin novembre 1938, il fut nommé vicaire de M.Malo, à Wangmu-Paopaochou, au nord-est de la mission. Prenant à Wangmu la succession de M. Pouvreau, décédé le 27 octobre 1938, il s'occupa de la jeunesse et des écoles, s'acquit la sympathie de tous par son contact facile, visita la région de Chatsin, malgré les difficultés crées par le conflit sino-japonais, les brigands, l'insécurité et quelques sérieux problèmes de santé. En juillet 1939, en effet, il fit une rechute de paratyphoïde assez vite enrayée. Le 4 juillet 1941, affaibli par la fièvre, il arriva à l'évêché de Lanlong, en chaise à porteur. En 1942, vu son état de santé, il fut nommé supérieur du petit séminaire, succédant à M. Gustave Williate. Ces années de guerre furent un temps de dures épreuves.

    En 1947, M Mourgue accompagna en France M. Huc, mal remis d'un accident avec fractures aux deux jambes. Le 30 avril 1948, il regagna sa mission et en juillet de la même année, reprit son travail au petit séminaire. Peu après, il fut nommé à Ta-Yen. Le 13 janvier 1949, sa résidence et son église furent entièrement pillées et sacagées par la bande communiste \Tong la Kong Tang" très mobile. Lui-même pût s'enfuir de justesse à la faveur de la nuit errant dans les hautes herbes; il trouva refuge chez M.Pelardy à Tchèchou (Cheshu), puis à Anlung. A la faveur d'une accalmie, il rentra chez lui, à Ta-Yen; les brigands informés de son retour, vinrent de nuit pour le prendre. Averti par un chrétien, M.Mourgue et son personnel eurent juste le temps de s'échapper.

    Fin mai 1949, M. Mourgue rejoignit son nouveau poste de Shin-y-shien, dans un secteur où règnait l'insécurité, malgré la présence des forces de l'ordre. En octobre 1949, il se disait satisfait de la rentrée scolaire, malgré des nuages annonciateurs de bourrasque. Comme bien d'autres centres, Anlung passa bien vite sous régime maoiste. La situation s'aggrava l'année suivante, et la persécution religieuse devint monnaie courante. Dans les premiers mois de 1951, arrivèrent les troupes communistes. En avril 1951, M.Mourgue reçut défense de sortir en ville; en mai 1951, il fut surveillé de très près. Ayant posé une demande de rapatriement qui fut agrée par les nouveaux maitres, le 26 octobre 1951, il quitta la Chine pour Hong-Kong où il arriva le 26 novembre 1951

    Après quelques semaines de repos à Hong-Kong, M.Mourgue fut affecté à la mission de Malacca, qu'il partit rejoindre le 4 ou 5 février 1952. Il fut alors chargé de la communauté chinoise à Kluang, ville de moyenne importance, au centre de l'Etat de Johore, à 120 kms de Singapour. Il se mit à l'étude de l'anglais, et se familiarisa avec le dialecte hakka. En juin 1953, il fut envoyé tout au nord ouest du diocèse, à environ 60 kms de la frontière thailandaise.à Alor Star, capitale du sultanat de Kédar, où il construisit une église, bénite par Mgr. Olçomendy le 29 septembre 1954. il y bâtit un presbytère, encourgea les oeuvres scolaires, l'action sociale dans les six "nouveaux villages" où, en raison de la guerilla, les paysans chinois avaient été regroupés. Il distribua des secours réguliers aux familles pauvres, chrétiennes ou non. La presse de Singapour fit l'éloge de son organisation.caritative. Il s'occupa aussi des communautés chinoises de Sungei Patani, au sud de Alor Star, et dans l'extrême nord, de celles de Changlun et Kangar. En 1957, dans cette ville, capitale de l'Etat de Perlis, il bâtit une chapelle bénite par Mgr.Chan le 10 janvier 1958, et une école, la première à être ouverte par les chrétiens. En 1955, fut crée le nouveau diocèse de Penang, confié à Mgr. Francis Chan. Ce dernier le nomma membre de son conseil épiscopal.

    En avril 1958, il partit en congé en France où il arriva le 4 mai suivant, et regagna sa mission le 24 février 1959, s'embarquant à Marseille à bord du "Viêtnam". A son arrivée en mars 1959, il fut nommé curé de la paroisse de Bukit Mertajam, fondée voilà quatre-vingt ans. Il combla les dettes de son prédécesseur. Mais bientôt il donna des signes de fatigue et de découragement, et en avril 1960, malade, il dût rentrer en France où il arriva le 2 mai 1960.

    En 1962, au diocèse de St.Etienne, il accepta la charge d'aumônier dans un sanatorium à Izieux d'abord, puis en 1966, dans l'hôpital-hospice de Muret, en Hte Garonne. Revenu à St.Etienne, en 1967, il exerça son ministère chez les Petites Soeurs des Pauvres, s'occupant de leur juvénat de langue anglaise, des personnes âgées retirées à "Ma Maison", ainsi que d'une clinique proche. En 1969, son état de santé l'obligea à entrer en observation à l'hôpîtal St.Jean de Dieu à Lyon. Au bout de un mois, il put reprendre son travail. Opéré d'un polype à l'intestin, en décembre 1972, puis de la vésicule biliaire en 1982, il reprit ses fonctions chez les Petites Soeurs des Pauvres. Frappé d'hémiplégie en juillet 1986, il donna sa démission d'aumônier de clinique, et prit sa retraite à "Ma Maison"chez les Petites Soeurs des Pauvres. Le 10 août 1992, à la suite d'une attaque qui lui fit perdre l'usage de la parole et l'immobilisa, il fut transporté au Centre Hospitalier de Saint-Jean-Bonnefonds à St.Etienne. C'est là qu'il s'éteignit doucement le samedi 29 août 1992.


    Références biographiques

    AME 1931 p. 175. 1937 p. 239. CR 1937 p. 233. 1939 p. 82. 83. 1940 p. 54. 1947 p. 38. 259. 1949 p. 61. 1957 p. 66. 1958 p. 65. 1961 p. 71. BME 1931 p. 614. 1937 p. 674. 724. 817. 868. 894. 1938 p. 45. 46. 47. 116. 335. 539. 614. 689. 758. 1939 p. 46. 47. 50. 128. 273. 565. 653. 724. 791. 863. 1941 p. 331. 474. 687. 1948 p. 26. 180. 233. 1949 p. 239. 519. 520. 587. 705. 706. 778. 1951 p. 254. 440. 644. 779. 1952 p. 60. 129. 198. 483. 1953 p. 50. 1954 p. 683. 688. 1955 p. 56. 818. 1957 p. 470. 471. 1958 p. 510. 511. 658. 1959 p. 369. 1960 p. 641. Hir n°193 p. 1 - 221. ECM n° 5 p42. EC1 N° 362. 462. 508. 510. 641. 656. 678. 743. NS. 121P253 - 124P346.

    "
    • Numéro : 3588
    • Année : None