Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lucien Emile MOSSARD

[1299] MOSSARD Lucien, Emile (Mgr) Vicaire Apostolique de Saïgon Cochinchine Occidentale. Lucien, Emile MOSSARD naquit le 24 Octobre 1851 à Dampierre-sur le Doubs diocèse de Besançon, département du Doubs, dans une famille profondément chrétienne. M.Piquet, curé de la paroisse l'envoya au Petit Séminaire de Marnay, où il fit ses études secondaires de 1866 à 1872. Il passa ensuite une année au Séminaire de philosophie à Vesoul.
Add this
    [1299] MOSSARD Lucien, Emile (Mgr)

    Vicaire Apostolique de Saïgon

    Cochinchine Occidentale.

    Lucien, Emile MOSSARD naquit le 24 Octobre 1851 à Dampierre-sur le Doubs diocèse de Besançon, département du Doubs, dans une famille profondément chrétienne. M.Piquet, curé de la paroisse l'envoya au Petit Séminaire de Marnay, où il fit ses études secondaires de 1866 à 1872. Il passa ensuite une année au Séminaire de philosophie à Vesoul.

    Le 23 Septembre 1873, il entra au Séminaire des Missions Etrangères, où il exerça la charge de règlementaire. Tonsuré le 30 Mai 1874,minoré le 19 Décembre 1874, sous-diacre le 22 mai 1875, diacre le 11 mars 1876, il fut ordonné prêtre le 23 Septembre 1876 et reçut le lendemain, sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale (Saigon), qu'il partit rejoindre le 02 Novembre suivant.

    Avant de se rendre dans sa mission, on envoya M.Mossard à Pondichéry, pour étudier le tamoul, car de nombreux indiens vivaient à Saigon et ses environs. Il resta environ une année en Inde, et arriva à Saigon en 1877.Comme il ne fut pas possible de créer une paroisse indienne, M.Mossard partit apprendre la langue viêtnamienne à Caimong où il améliora les plans de construction du presbytère. Il resta dans ce poste jusqu'en 1878. Il fut alors nommé professeur au Séminaire de Saigon.

    En 1880, il fut chargé de l'importante chrétienté de Tandinh où se trouvait l'imprimerie de la Mission. En 1882, Mgr. Colombert nomma M. Mossard curé de Chodui chrétienté nouvelle, proche de Saigon, où tout était à créer. Il se bâtit un presbytère en planches, sur pilotis; tombé malade il fut obligé de rentrer en France. Tout en se soignant, il travailla à la Procure des Missions Etrangères à Marseille, sous la direction de M.Gustave Germain. .

    En 1885,bien que mal remis, il repartit pour Saïgon, reprit la direction de la paroisse de ChoDui, et y construisit une modeste église. En 1887, il devint supérieur de l'école Taberd, fondée depuis une douzaine d'années pour les enfants eurasiens. Il y doubla le nombre des professeurs et des élèves.En 1888, quatre professeurs, tous missionnaires, avaient en charge 178 élèves. M.Mossard construisit deux vastes bâtiments, et demanda à Mgr Colombert .de confier cette oeuvre aux Frères des Ecoles Chrétiennes. De l'institution Taberd, M.Mossard passa à Cholon,pour quelque temps.

    En 1892, il arriva à Choquan. Il y acheva l'église,et en fit une des plus belles de la mission, bâtit le presbytère, la chapelle et l'infirmerie du couvent des Amantes de la Croix.Il conduisit sa paroisse avec aisance sans s'arrêter aux petits détails, il s'occupa de transformer les religieuses viêtnamiennes en véritables institutrices.

    En 1898, Mgr. Depierre le nomma curé de la cathédrale de Saigon; il prit la succession de M.Le Mée avec lequel il séjourna dans le même presbytère et pour lequel il témoigna toujours grande estime et affection. Très bon pour tous, il conquit très vite le coeur de tous ses paroissiens. En 1899, il fonda l'oeuvre des Tabernacles pour aider les paroisses pauvres.Il assura l'aumônerie du pénitencier de Poulo-Condor.

    Le 17 Octobre 1898, mourut Mgr. Depierre. Le O1 Février 1899, M. Mossard fut nommé Evêque titulaire de Médéa, et Vicaire Apostolique de la Cochinchine Occidentale.Il fut sacré à Saïgon le 01 Mai 1899 par Mgr. Cardot, Vicaire Apostolique de la Birmanie Méridionale assisté de NN.SS. Grosgeorge et Van Camelbeke.

    La Mission dont il devenait le chef comptait alors quelque deux millions d'habitants, dont 63.OOO catholiques,59 missionnaires,68 prêtres viêtnamiens,525 religieux et religieuses et 15 catéchistes.Elle était divisée en une quinzaine de districts principaux, une soixantaine de districts secondaires.et 300 chrétientés. Elle possédait un Petit et un Grand Séminaire, elle scolarisait quelques 8.000 élèves dans 160 écoles, Elle avait en charge 4 ou 5 orphelinats, et autant d'hôpitaux. Chrétiens et non chrétiens vivaient en bonne harmonie, les relations étaient bonnes entre la Mission et le gouvernement, mais plus difficiles avec le conseil colonial, en raison de la lutte politique religieuse engagée alors en France. En 1902, ce dernier supprima l'allocation versée chaque année à la Mission pour les écoles. L'Evêque répondit aux attaques de la presse par deux mémoires,en 1902 et 1903.

    En 1904, les bourses scolaires furent retirées à tous les enfants fréquentant les écoles libres. A la même époque, plusieurs journalistes entreprirent une campagne de presse contre les richesses de la Mission. Celle-ci s'accentua lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Des pamphlets, répandus à profusion, invitaient fortement les chrétiens à rejoindre les rangs de ceux que la politique française irritait.

    L'Evêché étant la propriété du gouvernement, une certaine presse attaqua à la fois ce dernier et l'Evêque qui avait la jouissance de cette maison. Mgr. Mossard , de lui-même rendit ce bâtiment à son propriétaire, constitua une société par actions, bâtit l'evêché actuel, qu'il alla habiter à la fin de 1911. Cette même année, fut promulguée la loi sur les Associations excepté les articles concernant les associations religieuses. Les hauts fonctionnaires en général témoignèrent à Mgr. Mossard estime et sympathie, et en plusieurs circonstances, tinrent compte de ses conseils.

    Mgr. Mossard s'efforça de réaliser le programme de sa devise épiscopale : \Hic est fratrum amator".Ses prêtres furent des frères ; entre lui et eux, il y eût une entente complète. Il plaça à la tête des districts et paroisses dotés de biens, des missionnaires capables de les administrer. En 1902, il réunit le petit séminaire de Tandinh, au séminaire de Saigon, et il établit l'oeuvre de St.Pierre pour l'entretien de cet établissement. Il voulut pour les élèves une éducation forte, et une instruction étendue. En 1903, grâce à un don considérable fait par M.Philippe Le-Phan-Dat, il fonda à Chi-Hoa, une maison de retraite pour les prêtres viêtnamiens. La mission de Saïgon comptait 93 prêtres viêtnamiens,et 32 missionnaires en 1919.

    Mgr. Mossard eût le souci constant de l'éducation de la jeunesse. En 1909,Il nomma M.Clair, inspecteur des écoles du Vicariat. L'institution Taberd, confiée aux Frères des Ecoles Chrétiennes continua à se développer; Les Frères fondèrent une école à Mytho et y ouvrirent avec succès,un pensionnat. En 1911, il fit établir à Bien-Hoa, pour les religieuses viêtnamiennes, une école normale dont il confia la direction aux Soeurs de St.Paul de Chartres. En 1919, à la veille de son départ pour France, il acquit au Cap St.Jacques, une vaste maison, pour y installer une autre école normale. Bien que privées de bourses et de subventions, les écoles de la Mission comptaient 10.851 élèves, en 1919.

    Mgr. Mossard par ses lettres,mandements et exhortations,par ses visites pastorales, intensifia la vie chrétienne des fidèles, encourageant la communion des enfants et la fréquentation des sacrements.

    En 1904, il publia, en collaboration avec Mgr.Bouchut un Directoire commun aux Vicariats de Saïgon et de Pnompenh. En 1907, il accepta le rattachement de la province de Binh-Thuân, à la mission de Saigon. En 1908, il construisit à Phanthiet un sanatorium pour les missionnaires.et fut à l'origine de celui de Dalat.Il fut le promoteur de plusieurs réunions d'Evêques pour étudier une meilleure organisation générale des missions et une révision du règlement de la Société des Missions Etrangères.

    Le 15 Avril 1913, il consacra Mgr.Victor Quinton,nommé Evêque de Laranda, et son Coadjuteur.En 1914, il fit un voyage en France. Malgré la guerre, il revint dans son Vicariat. Sa santé faiblissant, il s'installa pendant quelques mois au sanatorium de Dalat,, se trouva mieux et rejoignit Saigon où il fêta l'armistice de 1918.

    Les Evêques de la Cochinchine et du Cambodge l'ayant délégué à Rome pour les affaires générales de la Société des Missions Etrangères, il s'embarqua pour la France, le 02 Janvier 1920. Au début de Février,il arriva à Marseille,où une crise faillit l'emporter. Accompagné de M. Masseron,il se rendit à Dijon où sa famille l'attendait. Le 11 Février 1920, vers 21 heures,il éprouva une suffocation très forte, et quelques minutes plus tard, il rendit son âme à Dieu.

    Ses funérailles eurent lieu le 16 Février 1920, présidées par Mgr. Landrieux, evêque de Dijon. Il repose dans le caveau des Evêques de Dijon. Le conseil municipal de Saigon donna son nom à une rue de la ville.


    Bibliographie

    En collaboration avec le P.Assou, prêtre viêtnamien :
    -"Alphabet français" 6ème édition, en 1911.
    -"L'année préparatoire de grammaire par demandes et par réponses" 1889
    -"Leçons de lecture", 3ème édition, en 1907

    -Mandements : 1901, le Jubilé ;1902, la constance dans le bien; 1903, la sanctification par les actions ordinaires de la journée; 1904, le support des misères de la vie; 1905, la sanctification du dimanche; 1907, la prudence chrétienne; 1908-1910,les devoirs réciproques des enfants et des parents,des maitres et des serviteurs; 1911, du jeu; 1912, l'Eucharistie;1913, l'Education Chrétienne
    -Directoire, 1904

    Grammaire française : année préparatoire avec exercices faciles /par MM. Larive et Fleury... ; édition annamite préparée par les soins de L. Mossard, missionnaire apostolique, directeur de l'école Taberd. - Paris : A. Colin et Cie ; Saigon : Schrder Frères, [s.d.]. - 111-25 p. ; 8°.

    L'Annamite appris en quatre leçons et vingt fables / par Mgr Mossard, évêque titulaire de Médée, vicaire apostolique de Saigon. - Hongkong : Impr. de la Société des Missions Etrangères, 1900. - 137 p. ; 20 cm.




    Références biographiques
    AME 1898 p. 275. 1899 p. 86. 118. 1900 p. 96. 102. 1902 p. 153. 155-165 (art.). 323. 1903 p. 50. 103 (art.). 1904 p. 245 (art.). 1907 p. 275. 1908 p. 8. 14. 301. 1909 p. 121. 1910 p. 40. 41. 210. 1911 p. 149 (art.). 157. 158. 277. 1912 p. 40. 105. 112. photo p. 153. 1913 p. 81. 207 (art.). 307. 1914 p. 99. 171 sq. 175. 181. photo p. 48. 1915-16 p. 89 (art.). 183. 186. 1926 p. 85. 1928 p. 250. 1930 p. 148 (art.). 175. 1934 p. 25. 1937 p. 57. 58. 1938 p. 55. 57. CR décembre 1876 p. 45. 1889 p. 292. 1894 p. 356. 1896 p. 221. 1897 p. 182. 1899 p. 2. 195. 196. 223. 1900 p. 164. 167. 176. 333. 415. 1901 p. 161. 382. 1902 p. 193. 194. 320. 386. 387. 1903 p. 197. 1904 p. 189. 1905 p. 165. 1906 p. 171. 358. 1907 p. 199. 200. 208. 1908 p. 189. 393. 1909 p. 178. 1910 p. 181. 230. 346. 347. 391. 392. 1911 p. 167. 173. 267. 1912 p. 6. 173. 200. 209. 424. 429. 430. 471. 474. 475. 1913 p. 225. 1914 p. 93. 1915 p. 257. 1916 p. 129. 225. 245. 247. 1917 p. 203. 206. 207. 1918 p. 82. 135. 146. 168. 173. 1919 p. 81. 82. 204. 1920 p. VI. 54. 87. 1921 p. 148. 1922 p. 209. 210. 237. 1924 p. 148 sq. 1925 p. 166 sq. 193. 1926 p. 171. 189. 201. 1928 p. 116. 200. 1930 p. 321. 1933 p. 289. 309. 1934 p. 250. 263. 1935 p. 334. 1936 p. 246. 294. BME 1955 p. 147. 1956 p. 183. 1958 p. 291. 1959 p. 291.


    Mémorial Mgr. MOSSARD Lucien,Emile #

    Mémorial Mgr.MOSSARD Lucien,Emile



    "
    • Numéro : 1299
    • Année : None