Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Camille Numa MORGE

[ 2968 ] MORGE Camille, Numa Missionnaire Setchoan Méridional - Suifu -------------- Camille, Numa MORGE naquit le 4 décembre 1880, à Chaillon, diocèse de Verdun, département de la Meuse. Il fit ses études secondaires, dans son diocèse, puis se dirigea vers le grand séminaire de Verdun, où il reçut les ordres mineurs, le 1 juillet 1903.
Add this

    [ 2968 ] MORGE Camille, Numa

    Missionnaire

    Setchoan Méridional - Suifu

    --------------

    Camille, Numa MORGE naquit le 4 décembre 1880, à Chaillon, diocèse de Verdun, département de la Meuse. Il fit ses études secondaires, dans son diocèse, puis se dirigea vers le grand séminaire de Verdun, où il reçut les ordres mineurs, le 1 juillet 1903.

    Le 16 septembre 1905, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-Diacre le 22 décembre 1906, diacre le 23 février 1907, ordonné prêtre le 29 juin 1907, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Setchoan Méridional (Suifu) qu'il partit rejoindre le 13 août 1907.

    Arrivé dans sa mission le 1 janvier 1908, Mgr. Chatagnon le garda près de lui pendant deux mois, puis en mars 1908, il l'envoya à Yang-hien, à l'extrémité nord-est de la mission, pour apprendre la langue chinoise sous la direction de M.Cadart. En janvier 1910, M. Morge fut nommé chef du district de Kia-Kiang près de Kia-ting.Il y demeura près de onze ans et il construisit une église dans sa résidence centrale.

    En septembre 1921, envoyé à Min-chan, il garda la direction de ce poste jusqu'en 1927. Dans cette ville, il y avait une vaste chapelle, résidence, écoles de garçons et de filles qu'il développa. Dans les derniers jours de janvier 1926, MM.Morge et Vincent se rendaient à la retraite annuelle; avec un certain nombre d'autres voyageurs; ils tombèrent entre les mains de brigands qui obligèrent leur radeau à aborder, mais bien que fouillés, ils s'en tirèrent à bon compte. En effet, la situation politique en Chine était de plus en plus embrouillée, c'était le temps de l'anarchie. En janvier 1927, Mgr. Renault lui confia le district de Tchang-chan.

    En 1928, M.Morge fut nommé professeur de théologie, au grand séminaire de Tiao-houang-leou, près de Sui-fu. En 1930, Mgr.Renault lui confia la charge du district de Nan-ki (Lang-ki), sur les bords du Fleuve Bleu. Dix-huit mois plus tard, M. Morge partit en congé en France pour refaire sa santé.

    A son retour en avril 1933, il reprit son poste. A la fin du mois de novembre 1934, Mgr. Renault fit la visite pastorale de son distrcit. En 1936, M.Morge eût la joie de voir M.Montillon, mis à la tête du district de Che-houi-ki à une petite journée de Nan-ki (Lang-ki). En 1937, ce dernier construisit en cette ville, et à la demande de M. Morge curé du lieu, une église dédiée à Ste Thérèse de Lisieux. En 1939, sa santé s'altéra. Eprouvant de fortes douleurs à la poitrine, en septembre 1939, il se rendit à Sui-fu, puis le 15 octobre 1939, il alla à Chengtu où il séjourna deux mois et demi. Il consulta le Dr.Béchamp qui le soumit à un régime, et lui donna des médicaments appropriés.

    Se sentant beaucoup mieux, il quitta Chengtu le 18 décembre 1939, en camion, avec l'intention de gagner Kia-ting en deux jours; de là, il comptait s'embarquer ensuite pour sa résidence de Nan-ki (Lang-ki), afin d'y célébrer Noël. Mais à son passage à Kia-kiang, son ancien district où il était resté onze ans, il fut retenu par ses anciens paroissiens. Du 18 décembre 1939, jour de son arrivée, au 23 décembre 1939, il se porta très bien, visita les malades, entendit 80 confessions.

    Doué de belles qualités d'esprit et de coeur, M. Morge souffrait d'une forte myopie. Cette infirmité, sérieux handicap, fut pour lui la cause de quelques aventures pittoresques, et influença son comportement. Il se montrait exigeant et parfois intransigeant envers ses fidèles. qu'il voulait instruits. Ses écoles jouissaient d'une grande renommée, en raison de leur bonne tenue, et de leurs résultats. Pétillant d'esprit et malgré la causticité de son caractère, il sut se faire de nombreux amis.

    Mais le 23 décembre 1939, environ deux heures après son repas du soir, se sentant très mal, il alla se coucher. C'est là, à Kia-kiang, que le 24 décembre 1939, vers 0h.30, il rendit son âme à Dieu, entouré des chrétiens de la station. Le 2 janvier 1940, ses funérailles se déroulèrent à la cathédrale de Sui-fu. Mgr. Renault donna l'absoute; le corps fut ensuite conduit au cimetière de San-kouan-leou où il repose à côté de M. Dubois.

    Références biographiques

    AME 1907 p. 381. 1919-20 p. 360. CR 1907 p. 326. 1917 p. 46. 1922 p. 47. 48. 1923 p. 64. 1924 p. 44. 1925 p. 51. 1929 p. 289. 1939 p. 56. 220. 297. 1940 p. 132. BME 1926 p. 247. 1928 p. 167. 1932 p. 723. 1935 p. 47. 1940 p. 117. 1956 p. 476. 477. 1929 p. 235. 1932 p. 537. 723. 1936 p. 279. 1937 p. 348. 1939 p. 852. 1940 p. 266. EC1 N° 246. 247. 258. 415.



    • Numéro : 2968
    • Année : None