Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Pierre-David MONTROUZIÈS

[960]. MONTROUZIÈS, Jean-Pierre-David, naquit le 26 janvier 1828 à Réalmont (Tarn). Ses études au petit et au grand séminaire de son diocèse lui furent facilitées par un futur missionnaire de Cochinchine occidentale, Boyer de Lavergne. Après son ordination sacerdotale, qui eut lieu le 20 décembre 1851, il fut professeur à l'établissement Saint-Louis de Gonzague à Albi. Envoyé à Paris, à l'école des Carmes, par Mgr de Jerphanion, il obtint la licence ès-lettres.
Add this

    [960]. MONTROUZIÈS, Jean-Pierre-David, naquit le 26 janvier 1828 à Réalmont (Tarn). Ses études au petit et au grand séminaire de son diocèse lui furent facilitées par un futur missionnaire de Cochinchine occidentale, Boyer de Lavergne. Après son ordination sacerdotale, qui eut lieu le 20 décembre 1851, il fut professeur à l'établissement Saint-Louis de Gonzague à Albi. Envoyé à Paris, à l'école des Carmes, par Mgr de Jerphanion, il obtint la licence ès-lettres. Après avoir été précepteur dans la famille Murat, puis dans la famille de Braché, il entra au Séminaire des M.-E. le 1er mai 1867, et le 26 novembre suivant il partit avec sa destination pour le Tonkin méridional.
    Au lieu d'aller directement dans sa mission, il fut dirigé sur Hué, afin d'y collaborer à l'établissement d'un collège annamite que le roi Tu-duc avait prié Gauthier, le vicaire apostolique du Tonkin méridional, d'installer. Ce collège n'ayant pu être fondé, par suite du mauvais vouloir des mandarins, Montrouziès dut se borner à enseigner à quelques jeunes chrétiens la langue française et les éléments des sciences. Les autorités annamites ne purent supporter même cette faible initiative, et, en août 1871, le professeur fut forcé de quitter Hué pour le Tonkin méridional. Il résida pendant une année à Huong-phuong, dans le Bo-chinh. En 1874, il fut envoyé à Saïgon avec Michaud, pour exposer au gouverneur de la Cochinchine la persécution excitée dans le Tonkin par les lettrés. Ayant en 1875 fait un voyage en France, il en profita pour publier une petite carte du Tonkin méridional, et pour rédiger sur ce pays une étude géographique dont la publication resta inachevée. Il retourna au Tonkin en 1876, demeura à Xa-doai, et servit de secrétaire à l'évêque. Il mourut le 22 septembre 1878 à Xa-doai, province du Nghe-an.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1876, p. 25 ; 1878, p. 31. - A. P. F., xlii, 1870, Les lettrés et les missionnaires, pp. 275 et suiv. ; Ib., p. 284 ; xlvi, 1874, p. 340 ; xlvii, 1875, p. 340. - A. S.-E., xxiii, 1872, p. 255. - M. C., i, 1868, Le commandant Puech à Hué, p. 165 ; ii, 1869, p. 283 ; iv, 1871-72, L'industrie en Cochinchine, p. 299 ; vi, 1874, La persécution, p. 333 ; vii, 1875, p. 245 ; viii, 1876, Le Tong-king méridional, étude géographique, pp. 82, 94, 117, 129, 141, 154, 176 ; xi, 1879, p. 229. - Sem. rel. Albi, 1875, pp. 46, 565 ; 1878, Sa mort, pp. 8, 9, 88, 101. - Bull. Soc. acad. indo-ch., 2e sér., ii, 1882-83, p. 8.
    Un miss. albigeois en Coch., p. 57. - La Coch. rel., ii, p. 430. - Mart. et Poèt., p. 18.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1879, p. 79.
    Portrait. - M. C., xi, 1879, p. 225.

    • Numéro : 960
    • Année : None