Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alexandre JeanLouis MONTALANT

[310]. MONTALANT, Alexandre-Jean-Louis, né le 24 juillet 1766 à Redon (Ille-et-Vilaine), partit jeune encore pour Angers, et y acheva ses études classiques qu'il avait commencées sous la direction de son oncle, curé de Bierné (Mayenne). Il entra ensuite au grand séminaire d'Angers, et fut incorporé à ce diocèse. Reçu docteur en théologie le 27 avril 1787, et ordonné prêtre le 17 décembre 1789, il fut nommé professeur de philosophie au petit séminaire.
Add this
    [310]. MONTALANT, Alexandre-Jean-Louis, né le 24 juillet 1766 à Redon (Ille-et-Vilaine), partit jeune encore pour Angers, et y acheva ses études classiques qu'il avait commencées sous la direction de son oncle, curé de Bierné (Mayenne). Il entra ensuite au grand séminaire d'Angers, et fut incorporé à ce diocèse. Reçu docteur en théologie le 27 avril 1787, et ordonné prêtre le 17 décembre 1789, il fut nommé professeur de philosophie au petit séminaire.
    Il refusa de prêter le serment à la Constitution civile du clergé, quitta le séminaire, et se retira chez une de ses tantes à Angers. Il y fut arrêté, emprisonné avec 400 autres prêtres dans le grand séminaire, et, ainsi que ses compagnons d'infortune, conduit à Paimbuf, d'où on les embarqua pour la Corogne. De là il gagna Orense, et reçut durant plus d'une année l'hospitalité chez l'évêque P. de Quevedo y Quintano, qui devait, en 1816, devenir cardinal. En 1794, il obtint grâce à l'évêque de Blois, Lauzières de Thémines, réfugié en Espagne, une place de précepteur à Pontevedra.
    D'Espagne, il entretint avec les directeurs du Séminaire des M.-E., alors en Angleterre et à Rome, une correspondance dans laquelle il exprimait le désir de se consacrer à l'apostolat lointain. Il se rendit à Londres en 1795, et en repartit le 18 août 1796 avec sa destination pour la Cochinchine ; mais en traversant le golfe de Gascogne, le navire qui le portait tomba au pouvoir d'un corsaire français, Conduit à Bordeaux, Montalant fut emprisonné avec les trois autres prêtres des M.-E. embarqués sur le même vaisseau.
    Après sa libération, il ne poursuivit pas la carrière apostolique. Il exerça le saint ministère dans le diocèse d'Angers ; en 1802 il fut nommé curé de Baugé, et, en 1809 choisi pour vicaire général par Montault des Isles. Il mourut à Angers, le 6 septembre 1842, laissant une grande réputation de vertu.
    Bibliographie. - Mandement annonçant la mort de Mgr Montault des Isles, 2 août 1839.
    Mandement pour le Carême, 20 février 1840.
    [Ces deux Mandements sont signés de Montalant et des autres vicaires capitulaires du diocèse d'Angers.]
    Notes bio-bibliographiques. - [Très incomplètes, Montalant n'ayant que très peu de temps appartenu aux M.-E.] Vie de Mgr Ch. Montault des Isles, Notice, p. 384.


    • Numéro : 310
    • Année : None