Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre De MONJOUR (QUINQUET-)

[ 3721 ] (QUINQUET) De MONJOUR Pierre, Régis, Marie, Maurice Missionnaire Saïgon ---------- Pierre, Régis, Marie, Maurice De MONJOUR naquit le 10 septembre 1921, à Dijon, paroisse Saint-Michel, diocèse de Dijon, département de la Côte d'Or. Fils de Paul-Marie Quinquet de Monjour, notaire, et de Edmée-Agathe Blondel, il était le septième enfant d'une famille qui en compta neuf. Il eût comme parrain le philosophe Maurice Blondel, frère de son grand oncle maternel.
Add this

    [ 3721 ] (QUINQUET) De MONJOUR Pierre, Régis, Marie, Maurice

    Missionnaire

    Saïgon

    ----------

    Pierre, Régis, Marie, Maurice De MONJOUR naquit le 10 septembre 1921, à Dijon, paroisse Saint-Michel, diocèse de Dijon, département de la Côte d'Or. Fils de Paul-Marie Quinquet de Monjour, notaire, et de Edmée-Agathe Blondel, il était le septième enfant d'une famille qui en compta neuf. Il eût comme parrain le philosophe Maurice Blondel, frère de son grand oncle maternel.

    Du 1er octobre 1928 au 12 juillet 1940, il fit toutes ses études, des classes élémentaires à la philosophie, au collège Saint-François de Sales de Dijon qui avait été fondé par l'Abbé Christian de Brétenières, frère du saint martyr Just de Brétenières, apparenté à la famille de Monjour. Son enfance se déroula dans une ambiance religieuse entretenue au collège, au scoutisme, et en famille. L'aumônier du couvent des Surs de Cluny proche de la maison familiale, était un frère de M. Henri Bocat, missionnaire des M.E, au Kien-Tchang, en Chine.

    Après un entretien avec MM.Dépierre et Fuma, M. Pierre de Monjour, le 24 septembre 1940, fit sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères, où il entra le 6 octobre 1940. Tonsuré en décembre 1941, minoré en juin 1942 et 1943, sous-diacre en juin 1944, diacre en décembre 1944, ordonné prêtre le 22 avril 1945, il fut pendant six mois vicaire de M. Joseph Tessier, à Bièvres. Ayant reçu sa destination pour le vicariat apostolique de Saïgon, et agrégé à la Société des Missions Etrangères, le 15 septembre 1945, il partit rejoindre sa mission, le 5 novembre 1946.

    Du 15 février 1947 au 15 janvier 1948, M. Pierre de Monjour étudia la langue viêtnamienne au Cap Saint-Jacques, puis le 25 janvier 1948, il fut nommé vicaire de M. Robert Séminel, à la cathédrale de Saïgon où il travailla jusqu'en juin 1953. Il partit alors en congé en France où il arriva le 19 juin 1953. Le 13 janvier 1954, il quitta Marseille pour regagner Saïgon.

    A son retour, il se rendit à Mytho, où pendant six mois, il se remit à l'étude de la langue viêtnamienne. Le diocèse de Saïgon venant d'être remis aux mains d'un évêque viêtnamien, M. Pierre de Monjour fut rappelé à Saïgon et nommé économe de la maison Bienheureux Marchand, maison \locale-régionale" pour la région Sud-Indochine. C'est là qu'il résida de 1955 à 1975. Au ministère d'accueil des confrères, il ajouta celui de l'aumônerie complète de l'Institution Saint Paul, (Sainte-Enfance) dirigée par les Surs de Saint Paul de Chartres, où il assura catéchismes, confessions, et prédications jusqu'en 1969.

    En Avril 1955, M. Pierre de Monjour, fut nommé supérieur local de la communauté missionnaire de Saigon-Dalat. Il succéda, dans cette charge, à M. Robert Séminel décédé à Saïgon, le 15 avril 1955. Son mandat lui fut renouvelé, en avril 1958; il fit un court séjour en France du 6 février au 17 mars 1959. En 1961, en plus de son travail ordinaire, il remplaça pour un court interim, M. Louis Villacroux pour le service de la communauté francophone de Saïgon. En 1964, s'y ajouta la charge de vice-supérieur régional. A partir de 1965, il assura en outre, une partie de l'aumônerie auprès des élèves du Couvent des Oiseaux, à Saïgon.

    Après deux congés en France, l'un du 22 mai 1969 au 22 janvier 1970, et l'autre du 26 mai 1974 au 12 décembre 1974, M. Pierre de Monjour reprit son travail ordinaire à la maison "régionale-locale" à Saïgon. De 1970 à 1975, il fut aumônier en second du Lycée Jean-Jacques Rousseau à Saïgon.

    Après la chute de Saïgon le 30 avril 1975, et la mise en place d'un nouveau régime, M. Pierre de Monjour dut regagner la France, où il arriva le 13 août 1975. Le 25 octobre 1975, il fut nommé assistant de M.Gonthier, au séminaire de Bièvres. Mais sa santé se détériorant, il se vit dans l'obligation de quitter Bièvres, et se décida pour un retour dans son diocèse d'origine.

    De 1977 à 1982, il prit du ministère à Beaune, puis, à partir de 1983, à la paroisse St.Bernard de Dijon, et enfin, à celle de la Bse Elisabeth de la Trinité, à la Fontaine d'Ouche, quartier neuf à l'ouest de Dijon. Pendant ses vacances, il visita ses confrères à Hong-Kong, au Japon, en Indonésie, à l'île Maurice... Mais l'une de ses plus grandes joies fut de participer, le 27 juin 1992, à Nanterre, à l'ordination sacerdotale de son neveu, Antoine de Monjour, missionnaire au Japon. Enfin, le 22 avril 1995, il célébra ses noces d'or sacerdotales.

    Au début de l'hiver 1995, une visite médicale révéla une tâche sur le lobe inférieur de son poumon droit. Pour soigner cette affection maligne, au cours de la troisième semaine de mars 1996, une intervention chirurgicale fut pratiquée à l'hôpital du Bocage. M. Pierre de Monjour très fatigué fut mis sous oxygène. A cela s'ajouta une expectoration séreuse que les efforts de la kinési ne parvinrent pas à enrayer. C'est là qu'il décéda le samedi saint 6 avril 1996, à 21h.15, alors qu'à l'église de la paroisse Bse Elisabeth de la Trinité, et à la rue du Bac était chanté l'Exsultet.

    Ses obsèques, présidées par Mgr.Coloni, furent célébrées le mercredi 10 avril 1996, en l'église Bse Elisabeth de la Trinité. Dans son homélie, M.Abel Troger évoqua le ministère de celui qui fut son confrère à Saïgon, notant sa délicatesse de l'accueil dans une totale disponibilité, son don de l'écoute et enfin sa haute idée du service, basée sur un sentiment profond de simplicité et d'humilité.


    (3721) QUINQUET de MONJOUR Pierre Marie Maurice

    Réf. biographiques. - CR 1947 p. 126, 1950 p. 92-6, 1957 p. 51, 52, 55, 1958 p. 54; 1960 p. 56, 1963 p. 73, 1964 p. 37, 1965 p. 81, 1969 p. 80. - BME 1948 p. 222-3, 1949 p. 18, 54; 1950 p. 203, 1951 p. 498, 1952 p. 574, 1953 p. 294, 494, 723-87, 1954 p. 275, 910, 1955 p. 567, 908, 1957 p. 262-3, 1958 p. 787, 862, 1959 p. 369, 466, 1961 p. 673-75. - EPI 1962 p. 489, 595, 1964 p. 801-18. - EC1 n° 426-39-49, 542-51-78, 640-55-58, 696, 715-28. - EC2 6C3, 10 p. 303, 17 p. 84-5. 21 p. 213-14. 22C2. 28C2. 30 p. 111. 41 p. 144. 55 p. 250. 65 p. 211. 76C2. 77 p. 245. 82C2. 83 p. 77, 84 p. 114. 87 p. 219. 89C2 p. 273-75. 91 p. 332. 108 p. 184. - HIR n° 116 p.-2. 126. 147/3. 186.



    Mémorial (Quinquet) de MONJOUR Pierre, Régis, Marie, Maurice page 2
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 3721
    • Année : None