Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Thomas MONGELLAZ

MONGELLAZ Thomas (1882 - 1960)
Add this
    MONGELLAZ

    Thomas

    (1882 - 1960)

    [2837] MONGELLAZ Thomas, naquit le 6 janvier 1882 à Puygros dans le diocèse de Chambéry en Savoie. Il fit ses études primaires à Puygros, et ses études secondaires à Saint Pierre d'Albigny. Entré au Séminaire des Missions Etrangères le 14 septembre 1900, il est tonsuré le 20 septembre 1901, minoré le 28 septembre 1902, sous-diacre le 24 septembre 1904, diacre le 26 février 1905, prêtre le 29 juin 1905 et part le 2 août suivant pour la Mission du Yunnan, qui se confondait alors avec toute la province du même nom. De 1905 à 1910, il est à Yunnanfou (Kunming), soit vicaire, soit professeur au Petit Séminaire de Pelongtan.

    Il étudie le chinois méthodiquement et avec persévérance : il le parlait bien et l'écrivait couramment ; mais ce trésor resta un peu caché. Il était en effet d'un tempérament nerveux et timide, et, lorqu'il était dans sa paroisse, il lui arrivait assez souvent, le dimanche, à la fin de l'Evangile, de se précipiter sur le \Credo", au lieu de se tourner vers les fidèles pour leur donner le sermon, qu'il avait d'ailleurs bien préparé.

    En 1910, il est envoyé dans la région de Tchaotong, à Sanchan, sur la frontière du Kouitcheou d'abord, puis à Paeulgay, une des vieilles chrétientés de l'extrême Nord de la province. Le pays est dur, sans route, très souvent dans les brumes. De plus, le brigandage y était une institution permanente. Aussi, en 1917, le Père Mongellaz ne fut-il pas contrarié d'avoir son changement pour Kiutsing, à cinq ou six étapes de Kunming, sur la route de Koui-Yang. Le pays était peut-être plus agréable que dans le Nord, mais la situation ne le fut pas.

    La guerre se déclara entre les deux provinces, les pirates en profitèrent et emmenèrent le Père prisonnier. Il put heureusement s'échapper, mais la secousse fut rude. Il vint à la capitale et enseigna quelque temps au Petit Séminaire. Sa santé ébranlée demandait un congé en France : il le prit de mai 1924 à mars1926.

    A son retour, il est nommé à Loufong, toujours à l'Est de la Mission ; il n'y trouve pas la paix : les brigands sont encore là. En 1929, il fait un intérim à Mongtse en l'absence du Père Leparoux qui dirige la construction d'une école des Soeurs de Saint Paul, à Kunming. A la fin de 1930, Mgr. de Guébriant lui demande d'aller porter l'aide de sa compétence linguistique à l'imprimerie de Nazareth à Hong-Kong. Il y passera cinq ans. Il a la nostalgie du Yunnan, et en 1935, il y est de retour.

    Mgr. de Jonghe a fait venir des Carmélites : il faut leur trouver un aumônier et les aider à enménager ; le Père s'y dévouera de tout coeur. Il sera toujours un confesseur disponible pour les diverses communautés ; il prêchera quelques retraites aux séminaristes et aux religieuses. En 1947, Mgr. Derouineau le charge d'instruire et de diriger les novices du nouvel institut de Soeurs chinoises en formation, jusqu'à l'arrivée d'un successeur.

    Enfin, en 1951, après la dissolution du Carmel, il prend le chemin de l'exil et arrive à Hong-Kong le 15 novembre. Il est en France le 7 janvier 1952 et à Voreppe le 12 du même mois. Il y vécut dans le recueillement et la prière ; il y mourut le 4 janvier 1960.





    Références biographiques
    AME 1905 p. 376. 1919-20 p. 64. 1922 p. 87. 1923 p. 75. CR 1905 p. 288. 1906 p. 108. 1912 p. 139. 1918 p. 45. 140. 141. 1921 p. 51-53. 1931 p. 97. 270. 1935 p. 74. 1937 p. 57. 1951 p. 26. BME 1925 p. 248. 249. 1926 p. 312. 445. 1928 p. 114. 115. 1929 photo p. 496. 1930 p. 306. 372. 736. 1931 p. 64. 1935 p. 613. photo p. 1. 1936 p. 817. 1938 p. 333. 1939 p. 497. 1951 p. 779. 1952 p. 52. 53. 131. 1960 p. 188. Echos. Miss. 1946 p. 25. EC RBac N° 60. 74. 78. 106. 508. 511. 670. 672.

    Bibliographie
    Notice Hamon.

    "
    • Numéro : 2837
    • Année : None