Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Georges Marie MOLLARD

[ 1208 ] MOLLARD Georges, Marie Missionnaire Tonkin Occidental (Hanoï) - Paris ----------------
Add this

    [ 1208 ] MOLLARD Georges, Marie

    Missionnaire

    Tonkin Occidental (Hanoï) - Paris

    ----------------

    Georges, Marie MOLLARD naquit le 14 janvier 1849, à Ontex, petite commune perchée sur une montagne qui domine le lac du Bourget, diocèse de Chambéry, département de la Savoie. Né dans une famille chrétienne nombreuse, l'école révéla ses aptitudes intellectuelles. Georges Marie fit ses études primaires dans son village natal. Vers 14-15 ans, il commença ses études de latin au presbytère de sa paroisse, et en 1865, entra au petit séminaire de St. Pierre d'Albigny, où il se montra un élève travailleur méthodique et tenace, remportant de nombreux prix.

    Le 8 septembre 1871, il arriva laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Il fut un aspirant ardent aux études,au jeu, aux grandes marches mais aussi un excellent confrère auquel fut confiée la charge d'infirmier. Tonsuré le 25 mai 1872, minoré le 21 décembre 1872, sous-diacre le 7 Juin 1873, diacre le 20 décembre 1873, il fut ordonné prêtre le 30 mai 1874, reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 15 Juillet 1874.

    Retenu quelques semaines à Saïgon, où Mgr. Puginier défendait les intérêts religieux du Tonkin, dans les négociations du traité de 1874. M.Mollard commença l'étude de la langue, puis, sous la conduite de M.Dumoulin, secrétaire de Mgr. Puginier, il arriva au Tonkin. M. Cosserat, administrateur intérimaire du Vicariat, le garda près de lui, au séminaire de Hoàng-Nguyên, et le confia à un catéchiste qui devint son maitre de langue. Servi par une mémoire exceptionnelle, le 27 septembre 1874, M. Mollard donna avec succès son premier sermon en viêtnamien. Ensuite, pendant quelques mois, il fut envoyé à Bai-Vang, non loin de Hoàng-Nguyên pour améliorer son viêtnamien, qu'il arriva à parler avec une rare perfection. De là, il partit s'exercer à la pratique du ministère pastoral auprès de M.Cadro, chef du district de Ke-Vinh, dans le sud de la province de Nam-Dinh.

    Au mois d'août 1876, Mgr. Puginier le nomma professeur de dogme au grand séminaire de Ke-So. Au départ de M.Perreaux pour le Laos, M.Mollard lui succéda comme supérieur du grand séminaire, et à l'enseignement du dogme, il ajouta celui de la morale, tout en s'occupant de la paroisse de Ke-So,et des villages environnants. Il fonda les chrétientés de Thuong-To et de Binh-khe.Il resta seul au grand séminaire.de 1880 à 1882; à cette date, il céda les cours de dogme à M.Berthet. En cette période troublée, Il dût aussi assurer la sécurité du séminaire et des chrétientés contre les attaques des \Pavillons Noirs" et des pirates.

    Vers la fin de 1885, rappelé à Paris, il quitta sa mission, et fut reçu directeur du séminaire des Missions Etrangères, le 4 janvier 1886. Il enseigna le dogme,(2ème-3ème année) puis l'Ecriture Sainte en 1899, la liturgie, le chant. En 1901, Il fut chargé des cérémonies et de la bibliothèque. En 1904, il fit un pélerinage en Terre Sainte et en rapporta un cahier de notes pour compléter son enseignement.

    En 1909, M.Compagnon, ayant été chargé des cours d'Ecriture Sainte et de Liturgie. au séminaire de Paris. M.Mollard passa à la communauté de Bièvres,y assurant l'enseignement de l'Ecriture Sainte, de la Liturgie et du chant. Pendant la guerre de 1914, il exerça, en plus, la charge de curé à la paroisse de Bièvres.

    Homme de régularité et de piété, ses cours étaient soigneusement et méthodiquement préparés. Soucieux de la précision dans les moindres détails, on sentait qu'il maitrisait les matières qu'il devait enseigner. Mais son débit était monotone; trop esclave de son manuel, il avait du mal à maintenir l'attention de ses élèves. Dans les questions controversées, sa discussion devenait vive et ardente pour faire sortir la vérité: celle-ci apparaissait alors sous les allures rustiques d'une paysanne de Savoie, au verbe haut et rude, les manches retroussées, les poings sur les hanches. Sa mémoire extraordinaire des textes sacrés, laissait croire qu'il connaissait l'Ecriture par coeur.

    A la fin de septembre 1922, le coeur remplissant mal ses fonctions normales, M.Mollard dût s'aliter durant un mois. En juin 1923, il demanda à prendre sa retraite à Bel-Air; après six semaines passées au pays natal, sa santé semblait s'être fortifiée, il revint au séminaire.

    Le samedi 20 octobre 1923, à 20h30, après diner, il se trouvait au second étage du séminaire, en compagnie de trois confrères dont M. Soubeyre, du Tonkin Maritime, et il devisait avec entrain. Tout à coup,ses bras s'allongèrent sur la table, et sa tête s'inclina. M.Parmentier se procura les saintes huiles, et lui fit une onction sur le front.

    Ses obsèques présidées par Mgr.de Guébriant eurent lieu le 23 octobre 1923, à 10 heures, puis sa dépouille mortelle fut conduite dans le cimetière du parc de Bel-Air. auprès de celles de MM.Favreau, Metge, Armbruster et Rouseille.



    Références bibliographiques

    AME 1892 p. 567. 1900 p. 269. 1902 p. 199. 1909 p. 216. 217. 1914 p. 20. 1919-20 p. 440. 585. 1922 p. 159. 1923 p. 236. 1939 p. 198. CR 1874 p. 39. 1885 p. 137. 1886 p. 146. 1889 p. 240. 1892 p. 255. 1898 p. 264. 1899 p. 291. 1900 p. 225. 259. 1901 p. 278. 1904 p. 289. 1907 p. 320. 426. 1908 p. 155. 1909 p. 253. 302. 1910 p. 295. 1913 p. 306. 1919 p. 119. 1923 p. 176. 204. 1935 p. 363. 1940 p. 120. 121. 144. 1947 p. 211. 1953 p. 49. BME 1922 p. 15. 1923 p. 456. photo p. 386. 1924 p. 65. 1925 p. 58. 1931 p. 878. 1939 p. 168. 1940 p. 58. 1949 p. 666. 1951 p. 743. EC1 N° 12. 21. 23. 33. 38. 49. 71. 72.



    Janvier 1995
    Mémorial MOLLARD Georges, Marie page


    "
    • Numéro : 1208
    • Année : None