Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vincent Philippe MILLACET

[3442] MILLACET Vincent, Philippe Missionnaire Chungking -----------
Add this

    [3442] MILLACET Vincent, Philippe

    Missionnaire

    Chungking

    -----------

    Vincent, Philippe MILLACET naquit le 6 décembre 1906, au coeur du pays basque, à Tardets-Sorholus, diocèse de Bayonne, département des Pyrénées-Atlantiques. François, son père exerçant la profession de peintre, sa mère,Gracianne Caubet, étaient commerçants. Leur foyer compta deux garçons et une fille. Vincent fit ses études primaires à Tardets, puis de 1918 à 1924, il parcourut le cycle secondaire au Collège de Mauléon. En octobre 1924, il se dirigea vers le grand séminaire de Bayonne où il fit la philosophie et deux ans de théologie et où, le 29 juin 1929, il reçut les seconds ordres mineurs. Pendant ce temps, il fit son \service militaire" comme "détaché" au collège des Lazaristes, à Damas.

    Le 6 septembre 1929, M.Millacet entra au Séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 20 septembre 1930, diacre le 20 décembre 1930, ordonné prêtre le 29 juin 1931, par Mgr. de Guébriant, il reçut , ce même soir, sa destination pour le vicariat apostolique de Chungking qu'il partit rejoindre le 7 septembre 1931. Il embarqua à Marseille, le 11 septembre 1931, sur le "d'Artagnan".

    En novembre 1931, pour l'étude de la langue chinoise et sa formation missionnaire, Mgr. Jantzen confia M. Millacet à M. Joseph Bourgeois, supérieur du petit et grand séminaire, à Chungking. En février 1933, M.Millacet fut chargé de la paroisse de Ho-tcheou où tout en se perfectionnant en chinois, et en s'habituant à la pastorale, il ouvrit un dispensaire. Malgré la guerre civile qui faisait rage dans la province, il resta dans ce poste jusqu'en juillet 1935. Un problème de santé le conduisit alors au petit séminaire, où, comme professeur, il enseigna jusqu'en février 1936.

    Rétabli, il fut jugé apte, en février 1936, à exercer la charge de chef du district de Nan-tchouan (Nanchwan) où il trouva une majorité des chrétiens.adonnés à l'opium. A trente kms de cette ville, à Kankiapa, station secondaire de quatre cents fidèles, où M.Prat faisait ses premières armes, il construisit une église à trois nefs tout de pierre et de briques, bénite le 7 octobre 1937 par Mgr. Jantzen. Après le décès de M.Claval, provicaire, le 24 janvier 1938, M.Millacet fut nommé provicaire et vicaire délégué. En juillet 1938, il devint aumônier général des dix groupes de la "Croisade Eucharistique" établis dans la mission.

    Le 5 septembre 1938; en raison de son mauvais état de santé, et d'une toux inquiétante, M.Millacet partit en congé en France où il arriva le 12 novembre 1938. Mobilisé au début de septembre 1939, trois nuits passées sur la paille de la chambrée lui ayant occasionné une broncho-pneumonie, il fut déclaré inapte. En octobre 1939, malgré sa santé déficiente,.il prit la charge de professeur à Beaupréau, mais il ne put y rester longtemps. Revenu au pays natal, il se soigna puis prit du service à l'école St. Sauveur de Tardets.

    En janvier 1945, il devint aumônier des Soeurs des Missions Etrangères à La Motte, près de Toulouse. En 1947, on lui confia la direction de la maison de Beaugrand, à St. Jean-la-Bussière, non loin de Lyon où il s'occupa de la formation des "aspirants-frères" de la Société. Il assista aux funérailles de son évêque, Mgr. Jantzen, décédé à Montbeton le 28 août 1953.

    Le 2 février 1961, M. Millacet prit la direction du sanatorium St. Raphaël à Montbeton, succédant à M.Carriquiry décédé subitement le 23 décembre 1960. Il se dévoua au service des confrères âgés et, pendant huit ans, administra le sanatorium. Le 7 janvier 1969, à sa demande, il fut déchargé de cette tâche devenue trop lourde pour lui; en mars 1969, M.Emile Dewonck le remplaça.

    Rentré au pays natal, après un an de repos, M.Millacet accepta de prêter son concours pour l'aumônerie de la Cité Secours de Lourdes. Mais se rendant compte assez vite que cette charge le dépassait, il demanda à en être relevé. Il se retira alors à Tardets-Sorholus, où tout en aidant le clergé paroissial; il se mit au service des personnes âgées et de la communauté des Soeurs Franciscaines qui les hébergeait.

    En novembre 1985, il fut hospitalisé à la suite d'un infarctus, et de l'hémiplégie du côté droit. En septembre 1987, bien que victime d'une attaque qui le rendit dépendant, la directrice de la maison St. Joseph le garda. M. Millacet prit alors sa retraite définitivement auprès de ceux-là même dont il fut l'aumônier souriant et apprécié. C'est là que le 18 décembre 1991, il rendit son âme à Dieu.

    Références biographiques

    AME 1931 p. 178. photo p. 229. 1938 p. 86. 184. CR 1931 p. 275. 1932 p. 79. 1936 p. 50. 51. 1937 p. 51. 1938 p. 55. 56. 1939 p. 52. 1948 p. 147. 1957 p. 91. 1960 p. 98. 1961 p. 96. 1962 p. 108. BME 1929 p. 448. 1931 p. 692. 851. photo p. 823. 1936 p. 278. 1937 p. 346. 860. 1938 p. 251. 534. 685. 1939 p. 881. 1940 p. 484. 1950 p. 698. 1953 p. 803. 1961 p. 238. 1932 photo p. 613. EPI 1962 p. 85. R.MEP n°115 p. 46. Hir n°114 p. 2. 126 - 146 p. 3. - 147 p. 3. - 160. - 175 p. 2. - 203 p. 3. - 213. EC1 N° 176. 224. 228. 390. 409. 468. 485. 544. 651. 692. 733. NS. 16P34. 17P65. 135/C3.

    "
    • Numéro : 3442
    • Année : None