Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Simon Jude Alphonse MIHIÈRE

[571]. MIHIÈRE ou MIHIÈRES, Simon-Jude-Alphonse, vint au monde le 12 février 1821 à Simiane (Bouches-du-Rhône). Après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 17 mai 1845, il fut professeur au petit séminaire d'Aix. Entré le 16 février 1848 au Séminaire des M.-E., il partit pour le Kouy-tcheou le 9 août suivant. On le chargea des chrétientés de la sous-préfecture d'Ou-tchoan. Il fit quelques conversions à Santou-kiong, à Ma-teou-chan, à Hioung-choui, et fonda une station à So-mi-kong.
Add this
    [571]. MIHIÈRE ou MIHIÈRES, Simon-Jude-Alphonse, vint au monde le 12 février 1821 à Simiane (Bouches-du-Rhône). Après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 17 mai 1845, il fut professeur au petit séminaire d'Aix. Entré le 16 février 1848 au Séminaire des M.-E., il partit pour le Kouy-tcheou le 9 août suivant. On le chargea des chrétientés de la sous-préfecture d'Ou-tchoan. Il fit quelques conversions à Santou-kiong, à Ma-teou-chan, à Hioung-choui, et fonda une station à So-mi-kong. En 1854, il eut en outre sous sa direction le district qui comprenait alors Se-lan, Mei-tan, Su-yang et Jen-hoai. En 1857, il passa dans la préfecture de Ganchouen, et peu après à Kouy-yang et à Tsen-y.
    En 1860, l'évêque Faurie le nomma directeur de la Sainte-Enfance, et, en 1861, provicaire. La même année, en septembre, il fut envoyé à Pékin, afin d'obtenir des réparations pour le pillage du séminaire, et la mort des séminaristes et des chrétiens martyrisés à Tsin-gai le 29 juillet précédent. Ayant appris en cours de route que le secrétaire de la Légation de France, de Kleczkowski, était parti pour Canton, il le rejoignit dans cette ville ; à la suite de leurs entrevues, un accord passé entre la Légation et le vice-roi des deux Kouang, Lao, donna satisfaction à la mission. Peu après cet accord, un missionnaire, J. Néel, et quelques chrétiens ayant été décapités à Kai tcheou, ce fut encore Mihière qui alla à Pékin porter les plaintes du Vicariat. Les négociations terminées - et elles furent laborieuses, - il reprit le chemin de sa mission, et, le 23 mars 1864, il était à Kouy-yang. Il en repartit bientôt pour conduire Muller à Kien-si, afin d'y fonder une station ; puis il passa quelque temps à Gan-chouen, et enfin regagna le district de Tsen-y. En 1867, il acquit un terrain et des maisons dans cette ville, et y transféra l'oratoire et le presbytère.
    Le 16 juillet 1868, Mgr Guillemin, avec l'assentiment de Mgr Faurie, nomma Mihière supérieur du Kouang-si et pro-préfet. Le missionnaire se rendit alors à Canton ; mais au printemps de 1871, il n'avait pas encore pu pénétrer dans la région qui lui était confiée. Faurie, en revenant du concile du Vatican, prépara avec lui un plan d'action, que Mihière n'eut pas le temps d'exécuter, puisqu'il mourut le 16 octobre de la même année à Kouy-yang. Ses restes reposent sur la colline de Ta-yn-po, à environ 2 km 1/2 de Kouy-yang.
    Le Memorandum chinois (1871) lui attribue faussement des démarches qu'il ne fit jamais et qu'il n'avait pas à faire.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 30 ; 1876, p. 19 ; 1889, p. 262. - A. P. F., xxv, 1853, p. 126 ; xxxiv, 1862, p. 106 ; xliv, 1872, p. 67. - M. C., iv, 1871-72, pp. 27, 328. - A. M.-E., 1907, p. 77.
    Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Hist. miss. Kouang-si, Tab. alph. - L'expéd. de Chine 1860. Tab. alph. - Le Memorandum, pp. 51, 53. - Vie de Mgr Albrand. p. 362.
    Portrait. - Lithographie Jh. Brémond, imprimerie Lemercier, Paris. - M. C., iv, 1871-72, p. 332.


    • Numéro : 571
    • Année : None