Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

félix nicolas joseph MIDON

[1075]. MIDON, Félix-Nicolas-Joseph, né le 7 mai 1840 à Bonvillers (Meurthe-et-Moselle), fit ses études classiques au petit séminaire de Pont-à-Mousson, et ses études théologiques au grand séminaire de Nancy. Après son ordination sacerdotale, qui eut lieu le 21 mai 1864, il fut vicaire à Lunéville, puis à Nancy, dans la paroisse Saint-Sébastien.
Add this
    [1075]. MIDON, Félix-Nicolas-Joseph, né le 7 mai 1840 à Bonvillers (Meurthe-et-Moselle), fit ses études classiques au petit séminaire de Pont-à-Mousson, et ses études théologiques au grand séminaire de Nancy. Après son ordination sacerdotale, qui eut lieu le 21 mai 1864, il fut vicaire à Lunéville, puis à Nancy, dans la paroisse Saint-Sébastien.
    Il entra au Séminaire des M.-E. le 25 septembre 1869, et le 3 août 1870 partit pour le Japon. Avant d'y pénétrer, il attendit six mois à Hong-kong, où il s'occupa de quelques Japonais chassés de leur pays par la persécution. Il se rendit avec eux à Yokohama, et alla étudier la langue à Nagasaki, tout en enseignant le français. Vers la fin de 1872, il devint interprète de la Légation de France à Yokohama ; cependant il ne cessa point d'exercer le saint ministère, et ses qualités s'affirmèrent assez rapidement pour que Mgr Petitjean le nommât provicaire en mars 1874. Il remplit aussi les fonctions d'aumônier chez les religieuses du Saint-Enfant-Jésus (Dames de Saint-Maur), et aida par ses prédications les missionnaires chargés des paroisses de la ville. En 1875 et 1876, pendant l'absence de Petitjean qui s'était rendu à Rome, il gouverna la mission.
    A partir de 1876, époque de la division du Japon en deux vicariats apostoliques, il fit partie du Japon septentrional, et dès le début y fut provicaire. Il l'administra seul, pendant que Mgr Osouf, en vue de recueillir des aumônes, parcourait l'Amérique (1883-1885).
    Le 20 mars 1888, par le bref Quæ rei (Leonis XIII acta, viii, p. 157), le Japon central ayant été détaché du Japon septentrional et érigé en vicariat apostolique, Midon en fut, le 23 du même mois, nommé le chef, avec le titre d'évêque de Césaropolis, et sacré le 11 juin suivant dans l'église du Sacré-Cœur, à Yokohama.
    Le nouveau vicariat comprenait la partie de la grande île de Nippon située à l'ouest du lac Biwa, plus le Shikoku et les îles qui en dépendent, en tout près de 85 000 kilomètres carrés. La population totale était de 13 184 650 habitants, sur lesquels on comptait seulement 2 185 catholiques. La mission était divisée en 8 districts : Tsu, Kioto, Osaka-est, Osaka-ouest, Kobé, Okayama, Hiroshima, Matsuyama. Il y avait 15 missionnaires, 13 religieuses européennes du Saint-Enfant-Jésus de Chauffailles, 16 églises ou chapelles, 16 écoles ou orphelinats avec 788 élèves.
    Après son sacre, Midon alla s'installer à Osaka. Il visita son vicariat, augmenta le nombre des districts, développa l'œuvre de la Sainte-Enfance, fonda quelques écoles, et commença à Kioto la construction d'une église dont la bénédiction fut faite le 1er mai 1890.
    Quelques mois auparavant, en mars, il avait avec les trois autres vicaires apostoliques du Japon et le provicaire de la mission de Corée tenu le synode de Nagasaki.
    Lors de la création de la hiérarchie catholique au Japon le 15 juin 1891, il fut ce même jour nommé évêque d'Osaka ; peu de temps avant il avait été fait chanoine d'honneur de Nancy, son diocèse d'origine.
    En 1892, sa santé étant gravement ébranlée, il revint en France ; le 12 avril de l'année suivante, en route pour Rome, il mourut à la procure des M.-E. à Marseille. C'était un bon administrateur ; et, comme à un esprit judicieux et pratique, il joignait de l'énergie, de l'activité, un dévouement à toute épreuve, il fit un bien réel.
    Armes. - D'azur à la barre d'argent, avec le chiffre couronné de Marie (un M. à l'antique), en chef, et en pointe une fleur de chrysanthème, tigée et feuillée de sinople ; sur le tout d'or au Sacré-Cœur de gueules.
    Devise. - Propter eum qui dilexit nos.
    Bibliographie. - Allocution prononcée le 19 mars 1892 dans la cathédrale de Tôkyô, à l'occasion de l'imposition du sacré Pallium à Sa Grandeur Mgr P.-M. Osouf, archevêque de Tôkyô. - Imprimé par Hakubunsha, n° 1, Shichome, Ginza, Tôkyô, in-8, pp. 9.
    Acta et decreta primæ synodi regionalis Japoniæ et Coreæ Nagasaki habitæ A. D. 1890. Cum mutationibus a S. Cong. de Propaganda Fide inductis. - Typis Societatis Missionum ad Exteros, Hong-kong, 1893, in-18, pp. 125.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1876, p. 3 ; 1884, p. 13 ; 1885, pp. 27, 28, 32 ; 1886, p. 31 ; 1887, p. 56 ; 1888, pp. 34, 46 ; 1889, pp. 46, 48 ; 1891, pp. 2, 45 ; 1892, p. 54. - A. P. F., xlix, 1877, Incendie à Yeddo, p. 261 ; li, 1879, p. 203 ; lviii, 1886, Audience accordée par le Mikado à Mgr Osouf, p. 24 ; lx, 1888, p. 412 ; lxv, 1893, p. 319. - A. S.-E., xliv, 1893, pp. 256, 288, 291 ; xlv, 1894, p. 300. - M. C., vii, 1875, pp. 2, 3, 135 ; viii, 1876, Les chrétiens et les autorités japonaises, pp. 14, 98 ; Ib., p. 189 ; ix, 1877, Incendie de Yeddo, p. 86 ; x, 1878, Inauguration de l'église de Yeddo, p. 506 ; xvii, 1885, Etude sur la question religieuse au Japon, p. 18 ; xx, 1888, Sa nomination d'évêque et son sacre, pp. 113, 314 ; Ib., pp. 387, 488, 620 ; xxii, 1890, Conversion des descendants de saint Jacques Ichikawa Kizaemon, p. 620 ; xxiv, 1892, Progrès de la foi au Japon, p. 274 ; xxv, 1893, Sa mort, pp. 180, 192 ; Ib., p. 215.
    B. O. P., 1893, p. 711. - Sem. rel. Lorraine, 1872, p. 514 ; 1891, p. 127 ; 1893, p. 291 ; 1899, p. 298 ; 1900, p. 1031 ; 1901, p. 498. - Sem. rel. Besançon, 1882, p. 211. - Sem. rel. Limoges, 1875, p. 90. - Le Lorrain, 1893, n° du 15 avril. - Echo N.-D. de la G., 1893, p. 409.
    Le culte de N.-D. de Lourd., p. 51. - La Rel. de Jésus, ii, pp. 201 et suiv., 273, 304, 329 et suiv., 336, 339, 349, 488, 492, 511, 520 et suiv., 521. - Arm. des Prél. franç., p. 264.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1893, p. 269.
    Biographie. - Mgr Midon, évêque d'Osaka (avec portrait), par l'abbé Marin docteur ès-lettres, lauréat de l'Académie française, professeur à La Malgrange, avec une préface de Mgr A. Hacquard, vicaire apostolique du Sahara et du Soudan, et sous le patronage de Mgr Turinaz, évêque de Nancy. - P. Lethielleux, libraire-éditeur, 10, rue Cassette, Paris, in-8, pp. xv-360.
    Comp.-rend. : M. C., xxxiii, 1901, p. 348. - Sem. rel. Lorraine, 1901, p. 591.
    Portrait. - M. C., xxv, 1893, p. 210. - La Rel. de Jésus, ii, p. 524. - Voir Biographie.


    • Numéro : 1075
    • Année : None