Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Claude MICHE

Jean-Claude Miche (1805-1873) Un évêque des Missions étrangères en Indochine, aux prémices de la colonisation française Bernard Patary
Add this

    Jean-Claude Miche
    (1805-1873)
    Un évêque des Missions étrangères en Indochine,
    aux prémices de la colonisation française

    Bernard Patary


    Comment connaissons-nous les circonstances de la vie de Mgr Miche ? Deux de ses confrères, missionnaires et historiens, Adrien Launay et Louis-Eugène Louvet, lui ont consacré plusieurs chapitres, à la fin du XIXe siècle.1 Plus récemment, entre les deux guerres mondiales, Le Foyer Vosgien, (Mgr Miche est originaire des Vosges), a publié une assez longue série darticles biographiques, sous la plume de son fondateur, labbé André Litaize. Des historiens contemporains le mentionnent, se cantonnant à son rôle dans les négociations qui aboutirent à létablissement du protectorat français au Cambodge.2 Mais la source principale consiste en plusieurs centaines de ses lettres manuscrites, conservées dans les archives de la Société des Missions étrangères de Paris.3 La plupart sont adressées à ses confrères, quelques-unes à lune de ses surs, à son frère Joseph-Victor, au supérieur du séminaire de Saint-Dié. De son vivant, les Annales de luvre de la propagation de la foi en publièrent une dizaine, la majeure partie restant toutefois inédite. 4 Témoignage de première main sur la vie dun missionnaire français au XIXe siècle, elles fournissent un riche matériau à lhistoire des missions catholiques dans une partie de lAsie qui était alors mal connue par les Occidentaux. Elles touchent essentiellement à la vie des chrétiens au Vietnam, au Cambodge et au Laos, aux voyages et aux tribulations des missionnaires, notamment pendant une période demprisonnement au Vietnam, aux relations enfin, entre les royaumes locaux et les autorités françaises, aux prémices de la colonisation

    1 Le prêtre Vosgien

    1.1 Origines

    Jean-Claude Miche naquit à Bruyères (Vosges) le 9 août 1805. A cette date, la présence de sa famille est attestée dans la région depuis un siècle. Il est le cadet de nombreux enfants ; quatre surs et six frères, nés de deux mariages successifs. Sa famille compte des cultivateurs et des artisans, notamment des charpentiers, comme son arrière grand-père et son père, ou des tailleurs de pierre, tels son grand-père et son grand-oncle. Les vocations religieuses, en revanche, y sont rares et proviennent exclusivement de la famille proche de Jean-Claude. Son frère Joseph-Victor fut ordonné prêtre.5 Un autre de ses frères aînés, Jean-Baptiste, donna trois de ses six enfants à lEglise : son second fils, Jean-Baptiste, né en 1822, qui fut curé de la Chapelle-aux-Bois, (où il mourut en 1883) et deux de ses filles, Marie-Louise-Elisabeth et Julie-Scolastique, nées respectivement en 1826 et 1831, retirées au couvent des religieuses du Saint-Cur de Marie, à Nancy. Ce phénomène est assez courant au XIXe siècle. Il existe en effet des familles de prêtres et de religieux, et des filiations sacerdotales doncle à neveux ont été fréquemment observés. Le cas de Jean-Claude Miche semble donc assez typique. Ses parents étaient-ils particulièrement dévots, voulurent-ils donner à deux de leurs fils les plus doués la chance de faire des études, le fait quil soit le cadet eut-il une quelconque importance ? Cest possible.6 Rappelons aussi que, sous le régime du concordat, lobtention dune position ecclésiastique présentait quelque avantage matériel.7

    1. 2 Environnement culturel et religieux

    Jean-Claude Miche grandit pendant une période de renaissance du Catholicisme, commencée après la chute du 1er Empire. Ce réveil de la religiosité fut notamment obtenu par la rechristianisation des campagnes. De nombreuses congrégations enseignantes, masculines et féminines, sont alors fondées ou réformées. Les missions de lintérieur connaissent un développement remarquable, comme lattestent encore aujourdhui, dans les villages ou aux carrefours, les croix de mission. Cest le temps des apparitions de la Vierge ; Catherine Labouré reçoit ses visions en 1830, déclenchant le fameux pèlerinage à la chapelle de la médaille miraculeuse, à Paris, rue du Bac. Les religieuses du Saint-Cur de Marie qui, rappelons-le, recrutèrent deux des nièces de Jean-Claude Miche, sont directement issues de cette dévotion mariale. De grands pèlerinages régionaux jouissent dune notoriété croissante ; dans les Dombes, le curé dArs, Jean-Marie Vianney, dont la prédication commence en 1830, lannée de lordination de Jean-Claude Miche , attire de plus en plus de visiteurs.
    Les missions de lextérieur sont, elles aussi, en plein essor. L Eglise de France a tiré la leçon de la Révolution ; elle entend désormais opposer à luniversalité des droits de lhomme celle des droits de Dieu. En 1815, dix ans tout juste après la naissance de Jean-Claude Miche, le séminaire des Missions étrangères, fermé pendant la Révolution, rouvre ses portes, rue du Bac à Paris. Dans les paroisses, la vie des grands missionnaires est donnée en exemple aux fidèles, à linstar du diocèse de Besançon, grand pourvoyeur de missionnaires où, sous limpulsion des jésuites, le culte de Saint François-Xavier, missionnaire au Japon, se répand largement. A la sortie du grand séminaire, de plus en plus de jeunes prêtres quittent leurs diocèses pour devenir missionnaires, chez les jésuites, aux M.E.P. bien sûr, ou dans lune des congrégations nouvellement fondées, maristes, oblats ou assomptionnistes , au grand dam des évêques locaux. Simultanément, des publications pieuses se répandent dans les foyers catholiques. On lit les lettres édifiantes des missionnaires, publiées à partir de 1808, par luvre de la propagation de la foi, fondée en 1819 à Lyon par Pauline Jaricot et son frère Philéas, (qui entra par la suite aux Missions étrangères). Destinée à subvenir aux besoins des missions, cette fondation connaît très vite un immense succès. LOPF édite une revue, les Annales de la propagation de la foi, dont le tirage frise les 200 000 exemplaires en 1860. On y découvre le récit des exploits des missionnaires, la description détaillée de leur martyre, la peinture des murs et des paysages des lointaines terres de mission. Les dons affluent : 313 000 francs en 1833, trois millions douze ans plus tard. Notons que, si le dixième de lensemble de ces dons, (souvent de petites sommes), provient de la région lyonnaise, lEst occupe la deuxième place, devançant la Bretagne.
    Comment la région des Vosges se comporte-t-elle en matière de religion, comparée au reste de la France ? La pratique y est majoritaire et ne se cantonne pas aux grandes fêtes carillonnées, contrairement au Bassin parisien, à la Bourgogne ou au nord du Massif central. Restées attachées à lEglise, les Vosges se situent entre deux régions où se recrutent de nombreux jeunes prêtres, le Nord et la Franche-Comté. Notons également quelles constituent en quelque sorte une marche catholique, aux confins de la Suisse et de lAllemagne protestantes et du nord du Massif central, région de faible pratique, voire anticléricale. Cet environnement religieux, à la fois triomphaliste et sur la défensive a contribué, peut-être plus quun autre, à éveiller des vocations de missionnaires convaincus de la nécessité de défendre et de propager le catholicisme. Comme partout ailleurs à partir du XIXe siècle, lorigine sociale des prêtres y est essentiellement populaire : les fils des familles bourgeoises nentrent que rarement dans les ordres, désormais. Les jeunes prêtres proviennent majoritairement des milieux dartisans, de petits commerçants, de domestiques, de journaliers. Tel est le cas exactement de Jean-Claude Miche ; sa famille compte des cordonniers, des serruriers, des domestiques, des vitriers, des charrons, des cabaretiers, des soldats.8

    1. 3 Apprentissage du sacerdoce (1830-1836)

    Après des études au collège épiscopal de Senaide, Jean-Claude Miche entre au grand séminaire de Foucharupt.9 Il est ordonné à St Dié, le 5 juin 1830. Cette date mérite un bref commentaire ; la même année, deux mille trois cent cinquante-sept nouveaux prêtres ont été ordonnés en France. Cest alors un record absolu, fruit de leffort de redressement de lEglise depuis la Restauration. Non seulement les places vacantes peuvent être comblées dans les paroisses, mais on crée de nouvelles succursales, en particulier dans les campagnes. On a fait observer que lorigine populaire des prêtres compensait aux yeux de leurs paroissiens les plus modestes , les effets de la longue formation dispensée en latin dans les grands séminaires, destinée à former des hommes à part, au dessus du commun des mortels. Dextraction modeste, le futur explorateur de la région du Mékong était fort opportunément habitué à une vie rude. Peut-être ses racines rurales expliquent-elle également lintérêt quil porta, lors de ses voyages, à lacclimatation des plantes ? Jean-Claude Miche devient vicaire à Moyenmoutier, paroisse dont son frère Joseph-Victor était le curé. Deux ans plus tard, en 1832, il est nommé vicaire à Fraize, fonction quil occupe jusquà son entrée au séminaire des Missions étrangères, le 10 septembre 1835. Comme il est déjà prêtre, il ne reçoit quune rapide formation : théologie morale,10 notions de géographie, la pastorale consistant en témoignages et en recommandations de missionnaires retraités ou de passage à Paris. Létude de la langue du pays imparti au nouveau missionnaire commence pendant la traversée qui, jusquà louverture du canal de Suez en 1869, dure environ six mois. Enfin, chaque « partant » reçoit, en guise de viatique, un exemplaire des Monita de Pallu et Lambert de la Motte.11 Jean-Claude Miche sembarque pour la Cochinchine le 27 février 1836, à lâge de trente et un ans.12  Conformément à la tradition des Missions étrangères, il na appris son affectation que quelques jours plus tôt, lors de la cérémonie du départ, dans lélégante et sévère chapelle de la rue du Bac.


    2 Le missionnaire

    2.1 Premières années en Asie : Penang, Bangkok, Battambang (1836-1840)

    Jean-Claude Miche ne peut se rendre directement en Cochinchine, car les chrétiens y sont persécutés. La dynastie alors au pouvoir est celle des Nguyen, dont la capitale se trouve à Hué, en Annam. Le Vietnam nest unifié que depuis 1802, grâce à lempereur Nguyen Anh. Ce dernier, en partie grâce à laide dun missionnaire français, Mgr Pigneau de Béhaine, était parvenu à rassembler la totalité du pays sous son autorité.13 Il régna sous le nom de Gia-Long jusquen 1820. Lempereur du Vietnam, monarque absolu, reçoit linvestiture du Céleste empire. Ladministration, codifiée par Gia-Long, copie celle de la Chine et repose sur une caste de fonctionnaires lettrés, les mandarins. Contrairement aux Chinois, Gia-Long, eu égard au soutien quil avait reçu des missionnaires français, laissa une assez grande liberté aux chrétiens. Il nen fut pas de même avec ses successeurs.14 Depuis 1830, les appétits des Européens ont grandi. La Chine des Mandchous, jusquici protectionniste, (le commerce étranger nétait toléré quà Canton seulement), subit de fortes pressions des Britanniques et des Français qui veulent lui arracher la liberté de trafic et de commerce. Les Vietnamiens, voisins de la Chine, se sentent menacés. En 1833, sous le règne de Minh Mang, un édit impérial, dénonçant le christianisme comme un « assemblage de faussetés », inaugure la politique de persécution religieuse.
    A cause de cette conjoncture hasardeuse, la destination de Jean-Claude Miche nest pas clairement arrêtée. Il passe dabord par Singapour, puis réside temporairement au Collège général de Penang, en Malaisie : « Arrivés le 5 décembre sur le navire portugais le César.  Nous pensons retourner bientôt à Pinang où nous serons probablement mandés par M. Régereau. Là, nous pourrons plus facilement quà Syngapour, apprendre la langue annamite, si nous devons aller en Cochinchine, langlais et le malais si nous restons à la disposition de Mgr de Bide. »15 Jean-Claude Miche a, semble-t-il, apprécié son séjour à Penang : « Longtemps nous nous souviendrons des beaux moments que nous avons passés avec vous et nous nous les rappellerons toujours avec plaisir. »16 Larrivée en Cochinchine par la mer étant déconseillée, il est finalement décidé quil se rendra dabord à Bangkok, dans le seul but de gagner ensuite sa mission par lOuest, en traversant le Cambodge : « Mgr le coadjuteur a écrit à M. Miche quil était destiné au Cambodge. De plus, votre lettre mapprenant combien il était difficile dentrer en Cochinchine, jenvoie ce cher confrère au Cambodge. Vous aurez la bonté de lui faire passer tout ce qui lui est nécessaire et quil vous demandera : son viatique, du vin de messe, de la farine, le dictionnaire latin-cambodgien, une feuille de pouvoir et les objets dont il a besoin pour aller au Cambodge. Le 22 décembre, Mgr Taberd mécrit encore : je ne crois pas que le Tongking veuille de missionnaire. Dans le cas que M. le procureur permettrait au missionnaire destiné à présent pour le Tongking daccompagner M. Miche, jy consens aussi ; ils seront les apôtres du Cambodge et des environs. Car ils nignorent pas que le terrain voisin où il y a tant de petits royaumes est primo occupans. »17 Miche séjourne donc provisoirement à Bangkok, apprenant le khmer auprès de chrétiens cambodgiens, réfugiés au Siam pour échapper aux persécutions religieuses. Au royaume de Siam, à la différence du Vietnam et du Cambodge, les relations entre les autorités et les chrétiens sont relativement bonnes. En 1833, lannée même de la promulgation du décret de persécution de Minh Mang, le roi Rama III a officiellement autorisé lentrée des missionnaires français. Tacitement, il compte sur eux pour influencer en sa faveur les chrétiens vietnamiens, afin quils servent ses menées hégémoniques dans la région.
    En novembre 1838, Miche peut enfin réaliser la première partie de son dessein. Accompagné par un autre missionnaire, Pierre Duclos, il se rend à Battambang, au Cambodge : « Je ne puis être que très heureux avec un aussi bon confrère et ami que M. Duclos. Cest demain que nous partons : sept Cambodgiens nous conduisent à six journées de Bangkok en barque. Trois autres nous accompagneront et nous serviront de guides jusquà Battambang. Vous comprenez quun si long voyage occasionnera de grands frais, aussi je crains bien que notre bourse, toute grasse et toute dodue quelle est, ne perde de son embonpoint. »18 Le périple, qui dure presque un mois, est épique. Au départ, les voyageurs sont incités à faire quelques présents au général en chef des armées siamoises. En échange, on les pourvoit de trois lettres de recommandation, « qui enjoignaient aux mandarins des villages où nous devions passer de nous fournir des éléphants, des buffles et des voitures. »19 Cest la fin de la saison des pluies. Ils se déplacent dabord en barque, harcelés par les moustiques, chassant à coup de fusil, pour compléter leurs insuffisantes provisions, dénormes oiseaux qui pullulent sur la rivière. Arrivés à Paknam par une chaleur étouffante, ils laissent la barque, se font remettre quatre tombereaux, mais nobtiennent des mandarins que deux éléphants, dont un très vieux ; ils réussissent à former une caravane de douze personnes et senfoncent dans la jungle, avec pour tout bagage des livres, leurs ornements sacerdotaux et du vin de messe pour deux ans. Le voyage devient très rapidement cauchemardesque : « Le premier jour fut un jour de supplice ; chaque pas de léléphant nous donnait un telle secousse que nous nous cramponnions comme des chats de peur de tomber. Malgré notre désir de faire diligence, nous nous arrêtâmes avec plaisir, nous étions déhanchés. Aussitôt que les éléphants furent déchargés, notre premier soin fut dallumer un grand feu pour éloigner les tigres. » Les choses vont de mal en pis : un éléphant senfuit, un autre meurt en route, les provisions viennent à manquer, une partie de la caravane ségare dans la jungle et un matin, lunique tombereau qui leur reste perd une roue en pleine forêt. La situation pourrait sembler désespérée, mais Jean-Claude Miche conserve une confiance inébranlable en la divine providence : « Nous avions perdu une roue, Dieu nous donna une roue. Quoi, direz-vous, Dieu a fait un miracle pour vous ! () Conduits, jaime à le penser, par la main de la Providence, nous nous enfonçâmes dans la forêt. Après avoir erré à laventure à travers les buissons, dans un lieu retiré et rempli de broussailles nous aperçûmes devinez quoi ? Une roue ! » Le tombereau réparé, ils peuvent sortir de la jungle et cheminent des jours durant dans une plaine immense, « couverte de grandes herbes au milieu desquelles bondissaient des troupeaux de cerfs et de buffles sauvages. » Pour les attirer, fusil en main, Miche imite le cris des petits : «  Les cerfs accourent vers moi et sarrêtent. Tous avaient les yeux sur moi sans pouvoir discerner si jappartenais réellement à leur espèce. » Enfin, alors que leur colonne vient de senliser dans la boue des marécages, des chrétiens venus à la rescousse les conduisent à léglise au son du tambour. Le 25 décembre 1838, les deux missionnaires chantent la messe de minuit au milieu de leurs ouailles.
    Ils résident désormais à Battambang, ville située au nord-ouest du lac Tonlé Sap, non loin dAngkor et sur la route de Phnom Penh, logés dans une maison traditionnelle : « Cette cabane, toute misérable quelle est, les payens la supposent remplie dor et dargent parce quelle est habitée par des Européens. Ils ont déjà essayé de lincendier au milieu de la nuit. » Le thème de lopulence supposée des Européens revient à plusieurs reprises dans les lettres. Mais il ny a nulle richesse dissimulée, bien au contraire. Linconfort du séjour sadditionne à la fatigue causée par le voyage et le 28 mai, Miche écrit, non sans humour, au supérieur du Collège général : « Si vous me voyiez aujourdhui, vous ne me reconnaîtriez plus tant je suis décharné. Jai été assez étourdi pour perdre une clef qui me cause bien des maux depuis que je ne lai plus ; je crois quelle sera cause de ma ruine car le coffre restant toujours ouvert, vous sentez que tout sen va. Vous comprenez que jai perdu la clef des pays-bas. »20 Pendant toute cette période, les deux hommes partagent lexistence dune petite communauté chrétienne, constituée pour lessentiel de descendants de métis portugais et de négociants chinois. Mais la persécution antichrétienne sétendant au Cambodge, il leur faut vivre dans une semi clandestinité. Le Cambodge, en effet, est écartelé entre deux suzerains rivaux, le royaume de Siam à louest et lAnnam à lest, respectivement dénommés « père et mère du royaume. » Le roi du Cambodge reçoit sa couronne du souverain siamois et paye un tribut à lempereur dAnnam : du brillant empire Khmer, il ne reste rien. En 1835, le roi Ang Chan III disparaît sans laisser dhéritier, son fils Pukambo étant mort avant lui.21 Le Vietnam, dont lascendant sur la cour cambodgienne est alors supérieur à celui du Siam, annexe une partie du pays et place sur le trône une fille du défunt monarque, Ang Meï, laquelle devint folle après une régence de douze années. Les décrets anti-chrétiens de lempereur dAnnam sappliquent donc à son vassal cambodgien.
    Cest alors quun nouveau rebondissement survient dans les affaires intérieures du Cambodge, contraignant les missionnaires à repartir, un an après leur arrivée. Lon doit à Jean-Claude Miche une extraordinaire description de ces événements, relatés dans une lettre adressée à son frère Joseph-Victor.22 Il y raconte la révolte du prince Khmer Neac ang Em. Ce prince, lun des trois héritiers de la dynastie cambodgienne, portait le titre fictif de roi de Battambang.23 Le 24 décembre 1839, profitant du départ dune partie de la garnison siamoise, le roi prend la tête dune insurrection quil a lui même ourdie et sempare de la forteresse. Lescarmouche qui sensuit ne fait que deux victimes, le portier de la demeure du gouverneur et lune des concubines de ce dernier. Alors que les chrétiens hésitants se disposent à suivre les insurgés, Miche leur déclare : « Vous êtes sujets du roi de Siam. Quiconque prend les armes contre le représentant de son autorité se constitue dans un état de rébellion contre Dieu et contre le roi. » Les chrétiens, cependant, finissent par céder aux menaces des rebelles. La veille de Noël, le roi décide de partir pour Phnom Penh et dy emmener tous les habitants de Battambang, afin dy rejoindre une prétendue armée de secours : « Figurez-vous une population de huit ou dix mille âmes se remuant, sagitant au milieu des ténèbres, fuyant comme une armée en déroute () Tout était en mouvement, les hommes les femmes, les enfants, les vieillards () Depuis sept heures du soir jusquà onze heures, je vis passer devant chez nous plus de mille barques. A minuit, nous étions les deux seuls habitants de Battambang. » Miche et Duclos avaient bien été invités à suivre les chrétiens, mais ils ne pouvaient sans risques se rapprocher de la Cochinchine et avaient résolument décliné loffre. Les deux missionnaires se retrouvent donc seuls dans la ville désertée, avec quelques vieilles femmes infirmes et un ivrogne ; ils en sont réduits à voler des poulets dans les basses-cours pour ne pas mourir de faim. Ayant trouvé une pirogue, dont Miche bouche les trous de la coque avec des lambeaux de sa soutane, les deux hommes sapprêtent à sembarquer, ayant résolu de se mettre en quête, sur les rives du fleuve, de villages propices à la poursuite de lévangélisation. Or, les troupes siamoises, accourues pour réprimer la révolte, rentrent dans la ville quelles mettent à sac : « Voyant que notre position devenait de jour en jour plus critique, à raison du grand nombre de soldats qui affluaient, nous jugeâmes que le poste nétait plus tenable et nous nous déterminâmes à quitter le Cambodge. » Le 7 janvier 1840, ils peuvent séchapper, munis de passeports difficilement arrachés aux mandarins. Leurs conditions de voyage sont plus pénibles quà laller : « Nayant plus de barque, nous nous embarquons dans un pétrin. » Ils rallient Bangkok au bout dun mois, le 2 février. Cette lettre nous apprend encore que le général en chef des armées siamoises transforma léglise de Battambang en salle de comédie ; que la population en fuite, interceptée par les troupes annamites, fut disséminée par la force dans diverses bourgades et que le prince Neac ang Em fut transféré à la capitale impériale. Une lettre de décembre 1841 nous en dit davantage sur son sort : « Le roi de Battambang na pas été décapité par Minh Mang, comme tout le monde le publiait ; il est resté jusquau mois de septembre dernier dans les prisons de la capitale. Thieû Tri lui a rendu la liberté et la fait conduire à Penompenh, ancienne capitale du Cambodge, avec pouvoir de monter sur le trône, aimant mieux sans doute voir le Cambodge replacé aux mains de ces faibles rois que davoir les Siamois pour voisins. Le bruit court que les rebelles nont pas voulu se soumettre à la domination de ce prince parce quil sest livré aux annamites et quils lont mis à mort : mais ceci mérite confirmation. »24
    Jean-Claude Miche na point renoncé pour autant à se rendre en Cochinchine, la terre des martyrs : « Réfugié à Bangkok depuis trois semaines, jattends tous les jours une occasion pour me rendre à Macao et de là en Cochinchine », écrit-il.25 Mais on le réclame au Collège général de Penang : « Je pense que vous savez déjà quun prince cambodgien sest révolté à Battambang contre les Siamois, que la chrétienté est perdue, que nos deux confrères sont de retour à Bangkok pour revenir à Syngapour . Que M. Miche vienne me trouver au Collège. Ce cher confrère sait déjà le cochinchinois, il peut maider et me remplacer en cas de mort ou de rappel en ma chère mission. Toute ma crainte est que la vie sédentaire ne plaise pas à ce cher confrère et que lenseignement ne soit pas de son goût. » En février, Miche se rend en Malaisie, par Singapour : « M. Miche et M. Duclos sont arrivés au Collège de Pinang. M. Miche assez fatigué mais en bonne santé, M. Duclos maigre, méconnaissable, ayant la dysenterie depuis assez longtemps. »26 Voilà Jean-Claude Miche devenu professeur. On lui confie les élèves cochinchinois, puisquil parle leur langue : « Jamais le Collège général navait été aussi nombreux. Nous avons sept élèves chinois et trente et un élèves cochinchinois et on nous en annonce encore de nouveaux pour lannée prochaine, soit de Chine, soit de Cochinchine ; tous les jours, jai la classe à faire, le dimanche, explication du catéchisme en latin, en cochinchinois pour ceux qui ne lentendent pas encore et le soir instruction en latin puis en cochinchinois. »27 De sa retraite de Penang, il suit de près les événements politiques. Il évoque par exemple, dans lun de ses courriers, un décret de Minh Mang obligeant les Cambodgiens à porter le costume annamite et donnant lordre denlever deux filles du roi du Cambodge pour en faire ses concubines ; aussitôt, une insurrection éclate, réprimée par lAnnam avec laide du Siam : « Dans ces conditions, que deviendront nos pauvres chrétiens ? »,28 sinterroge-t-il. Il a aimé le Collège général, y faisant si bonne impression quon lui en proposa le supériorat, quelques années plus tard, alors quil se trouvait emprisonné à Hué. Mais M. Régereau, qui chercha en vain à le retenir, avait raison de douter du goût de son confrère pour cette vie protégée.29

    2.2 Provicaire en Cochinchine : Go-Thi (1840-1842)

    Après la mort le 31 juillet 1840, de Mgr Taberd, Vicaire apostolique de la Cochinchine, la mission est dirigée par son coadjuteur, Etienne Cuenot.30 Ce dernier vit dans la clandestinité au Vietnam depuis cinq ans, à Go-Thi, ville côtière proche dAn Nhon. Il a besoin de renforcer les effectifs de sa mission. Or, la situation diplomatique semble évoluer favorablement et la persécution religieuse sest momentanément atténuée. Mgr Cuenot en profite donc pour battre le rappel de ses troupes, car il ne lui reste plus quun seul missionnaire, François Bringol, qui meurt en décembre 1841. Jean-Claude Miche part aussitôt pour la Cochinchine avec Duclos. Dans une lettre à sa sur, il raconte en détail les péripéties du voyage, de Penang au port de Binh Dinh, doù une barque les conduit à Go-Thi : « Notre petite bande apostolique se composait de huit personnes, trois missionnaires et cinq élèves cochinchinois qui venaient de terminer leurs études au collège de Pinang. Des jonques mandarines rôdant sans cesse autour de nous, nos bateliers nous placèrent à fond de cale et nous recommandèrent un silence absolu : il y allait de leur vie et de la nôtre. »31 A plusieurs reprises, ils manquent tomber entre les mains des douaniers : « Le port de Binh Dinh où nous entrions est formé par un bras de mer de quatre lieues détendue ; vers le milieu, à loccident est la maison de la douane dont les nombreux satellites sillonnent la rade en tout sens pour empêcher la contrebande. Deux barques qui cherchaient capture sapprochèrent de nous. Vous comprenez sans que je vous le dise, quen pareille circonstance le cur bat un peu plus vite quà lordinaire ; car la mort vue de près, sy exposât-on pour Dieu et pour Dieu seul, a toujours dans ses traits quelque chose qui fait peur. » Enfin, le 19 juin 1841, ils accostent en Cochinchine : « Si M. Barran a reçu la lettre que jai eue la joie de lui écrire, il y a quatre mois, vous êtes déjà informé de lentrée de trois nouveaux missionnaires en Cochinchine. Ce sont MM. Duclos, Chamaison et votre serviteur. Peu de jours après notre arrivée, Mgr de Metellopolis eut la prudence de ne pas nous conserver tous auprès de sa grandeur, de peur de nous exposer au danger de nous voir tous emportés par un seul coup de filet. »32
    A peine installé, Miche est nommé Provicaire. En quoi son activité consiste-t-elle ? : « Depuis mon arrivée, jai toujours partagé le petit réduit de Mgr Cuenot, moccupant soit à enseigner les premiers éléments de la langue latine à quelques élèves sur le point de partir pour le collège général de nos Missions, soit à compléter le cours de théologie des élèves plus avancés, qui ont quitté avec nous le séminaire de Pulo-Pinang. »33 Le nombre de catéchumènes, instruits secrètement dans les maisons chrétiennes par des catéchistes parlant leur langue, saccroît : « Dans le petit village de Go-Thi où je réside avec Mgr Cuenot, quarante-huit adultes ont reçu le baptême. »34 A laction des catéchistes sajoute celle des prêtres indigènes, pour la plupart instruits au collège de Penang. Ils suppléent les missionnaires, contraints par les circonstances à être discrets : « Une seule imprudence suffirait à rallumer le volcan. » Ce sont ces prêtres qui, « pouvant paraître avec moins de danger que nous, continuent de distribuer aux chrétiens de leurs districts respectifs les secours spirituels indispensables et vaquent plus ou moins à ladministration selon limminence du péril. » Les efforts des missionnaires semblent porter leurs fruits, en dépit de la dénonciation de prêtres indigènes ou de chefs de villages chrétiens, arrêtés puis libérés, « contre quelques ligatures données à ces petits mandarinets. »35 Car la persécution, loin dentraver la marche de lévangélisation, semble laccélérer : « Le sang des martyrs, dont le sol annamite a été arrosé commence à porter ses fruits, Aujourdhui, comme dans les siècles passés, lEglise de J.C., baignée dans le sang de ses enfants, nen devient que plus féconde. On annonce de toutes part à Mgr le Vicaire apostolique les plus belles dispositions de la part des infidèles pour embrasser la foi. Le glaive du tyran tout fumant encore du sang de nos frères égorgés et menaçant toutes les têtes, nest point un empêchement aux écoulements de la grâce divine ; partout on parle de conversions et souvent ce sont des conversions qui étonnent. » Cette entreprise nest pas sans entraîner des frais : « La mission se voit obligée à de grandes dépenses, afin de pourvoir à la subsistance de ces nombreux disciples durant tout le temps de leur catéchuménat. Nous courons maintenant dassez grands dangers. Comme la disette commence à se faire sentir dans cette province, des gens affamés descendent des montagnes, se réunissent en troupes de trente à quarante hommes et vont attaquer les hameaux à la faveur des ténèbres. Mais à quelle uvre pourrait-on employer plus efficacement les secours que lAssociation de la Propagation de la Foi nous alloue ? », déclare Jean-Claude Miche, reconnaissant. Les Annales de luvre de la propagation de la foi ont édité plusieurs de ses lettres, soulevant ladmiration mêlée deffroi de leurs lecteurs qui savent, en contrepartie, se montrer généreux. En 1841, Miche organise le synode de Go-Thi, convoqué par Mgr Cuenot, « afin de régler les affaires de la mission, détablir des règles uniformes de conduite et de sacrer pour coadjuteur Mgr Dominique Lefebvre, évêque dIsauropolis. Tout se passa sans accidents, grâce à la fidélité des chrétiens comme à la prudence du Vicaire apostolique et de ses prêtres : Heureusement, écrivait M. Miche à cette occasion, quil ny a pas nécessité de renouveler souvent de pareils tours de force, car on ne les recommencerait pas impunément sans une providence toute spéciale. »36

    2.3 Laffaire des trois mandarins (1842)

    Doù provenait donc laccalmie relative de la persécution des chrétiens au Vietnam ? La Chine, qui refusait de céder aux instances de lAngleterre, laquelle exigeait de faire librement le commerce de lopium cultivé en Inde, était entrée en guerre. En 1839, le Vice-roi Lin Tseu-siu avait fait saisir et brûler une importante cargaison de cette drogue à Canton. Les Anglais ripostèrent par le blocus de cette ville, déclenchant la guerre de lOpium, qui dura deux ans. Alors quil était encore professeur à Penang, Miche, que la situation internationale préoccupait, avait suivi ces événements dassez près : « La guerre de Chine est enfin terminée mais je pense que les Anglais se sont laissés enfoncer de la plus jolie manière. Il fut arrêté que les Anglais auraient lîle dHong Kong et que les Chinois payeraient six millions de piastres à lAngleterre. Or, dès que la flotte a cessé de menacer Canton, le commissaire en bon et rusé chinois, désavoue toutes les stipulations arrêtées. Les détails sont authentiques, je les tiens de M. Rosamel, capitaine de la corvette française la Danaïde, qui vient de Macao. »37 De nombreux navires de guerre européens, anglais mais aussi français, croisent depuis lors dans les parages des côtes vietnamiennes. En janvier 1840, Minh-Mang décide denvoyer une ambassade à Paris pour sonder les intentions françaises : composée de trois mandarins, elle est officiellement chargée de renouer les relations commerciales entre les deux pays. Si le gouvernement de Louis-Philippe sest engagé au côté de lAngleterre, cest quil trouve un intérêt économique à louverture des ports chinois au commerce français, conformément aux contours donnés par Guizot aux objectifs de lexpansion française : « Posséder sur les points du globe qui sont destinés à devenir de grands centres de commerce et de navigation, des stations maritimes sûres et fortes, qui servent de points dappui à notre commerce, où il puisse venir se ravitailler et chercher refuge. »38 Les envoyés de Minh Mang ne rencontrent pas le roi, mais plusieurs de ses ministres, dont le maréchal Soult, duc de Dalmatie, président du Conseil et ministre de la guerre. Lors des entretiens, le sort des missionnaires français est évoqué. Les ambassadeurs dAnnam ayant dissipé tous les soupçons au sujet des persécutions, le séminaire des Missions étrangères adresse à Soult un rapport accablant à ce sujet. Le cardinal préfet de la Propagande, responsable à Rome des missions, est saisi de laffaire : finalement, le Saint Siège alerte Louis-Philippe. Jean-Claude Miche a été directement mêlé à cette affaire. En octobre 1842, Soult écrit à Jean Jurines, secrétaire du Conseil des Missions étrangères : « Je ne puis trop mempresser de vous témoigner lindignation que ma fait éprouver la lecture de la lettre qui vous a été écrite de Cochinchine par M. labbé Miche. Les détails renfermés dans cette lettre sont tellement atroces et si injurieux pour le caractère français quils nont pas le moindre degré de vraisemblance. Sans savoir à qui de pareils propos pourraient être attribués, je les repousse comme attentatoire à lhonneur de larmée française et de mon pays. Je vous demande de vouloir bien écrire de nouveau en Cochinchine pour leur donner le désaveu le plus complet. »39 En effet, dans une lettre relatant le retour des trois ambassadeurs à Hué, Miche avait rapporté les propos de lun dentre eux : « Le lendemain, je fus présenté au mandarin de la guerre. Il me dit : tous ces prêtres qui sen vont chez vous ne sont que des misérables sans feu ni lieu. Sil plait à votre roi de leur couper la tête, quil le fasse, nous ne le regretterons pas. Serait-il possible quun employé du gouvernement français eut parlé de la sorte ? Si le rapport de ce petit mandarin est infidèle, nest-il pas bien dur pour nous de nous voir traquer au nom de nos compatriotes ? », sindigne Jean-Claude Miche, qui dit tenir ses informations dun prêtre annamite, proche dun mandarin attaché au ministère impérial.40 Quoiquil en soit, les navires de lescadre de Chine reçoivent lordre « de protéger, le cas échéant, les missionnaires, sans cependant engager le drapeau de la France. »41

    2.4 Captivité (1842-1843)

    Or, lempereur mourut des suites dune chute de cheval, tandis que se dénouait laffaire des trois mandarins : « Toutes les affaires de lEtat sont en stagnation depuis la mort de Minh-Mang, parce que, selon la coutume du pays, le nouveau souverain nose faire aucun acte dautorité royale avant davoir reçu linvestiture des mains de lempereur. Des ambassadeurs sont en Chine pour la solliciter ; à leur retour, cest-à-dire dans deux mois, nous saurons quel avenir on nous réserve. »42 Mgr Cuenot en profite et senhardit : « Il avait envoyé en 1839 plusieurs catéchistes déguisés en marchands pour explorer les montagnes à louest de la Cochinchine et sonder les dispositions des habitants. »43 Leur rapport encourage le Vicaire apostolique à tenter lexpédition. Il décide denvoyer ses missionnaires dans les montagnes, afin de rencontrer et peut-être dévangéliser les tribus de Bahnars qui y vivent. Doù lui vient cet intérêt pour les peuples montagnards ? Dune part, ils nont été en contact ni avec le bouddhisme, ni avec lislam, ce qui fait deux des recrues potentielles, vierges de tout endoctrinement. Dautre part, les montagnes étant encore mal connues, les missionnaires y seront relativement à labri des mandarins. Mgr Cuenot charge Jean-Claude Miche et Pierre Duclos de cette tâche. Les deux hommes attendent les fêtes du Têt, le premier de lan vietnamien et partent discrètement de Phu Yen, (au sud de Go-Thi) : « Je vais sortir de la province de Binh Dinh pour me rendre par mer dans celle de Phu-Yen. Là je prendrai quelques volontaires dont je formerai une caravane et, dans les premières quinzaines de février, lorsque les payens seront plongés dans leurs orgies du premier jour de lan, nous tâcherons de nous soustraire aux investigations de la douane et descalader les montagnes. »44 Mais leur caravane comporte en tout, avec les catéchistes et les porteurs chrétiens, seize personnes. Passant de villages en villages, ils finissent par être repérés et dénoncés aux mandarins.
    Le 16 février 1842, ils sont arrêtés et ramenés à Phu-yen : « On me lia les mains, puis on me mit à la cangue, pour me ramener à la ville de Phu-Yen, chef-lieu de la province de ce nom ; là, je fus chargé de chaînes et plongé dans les cachots avec les plus insignes scélérats du royaume. Dans le cours de plus de soixante interrogatoires que jai subis, les mandarins ont tout mis en uvre pour mengager à lapostasie, avec promesse de me rendre la liberté si je foulais aux pieds la croix. Jai été livré quatre fois au supplice et quatre fois le Seigneur a secouru ma faiblesse. »45 Interrogés, battus, ils sont transférés à Hué, deux mois et demi plus tard : « Après plus de deux mois de souffrance dans les prisons de Phu-Yen, jai enfin été  conduit avec M. Duclos jusquà la ville royale, en vertu dun édit du roi. » Ils y arrivent le 13 mai et retrouvent, dans les cachots de la prison impériale, trois missionnaires du Tonkin occidental, Berneux, Charrier et Galy, précédemment incarcérés.46 Tout au long de sa captivité, Miche fait preuve dun remarquable courage. Défiant le quan an, (juge des affaires criminelles), il met les rieurs de son côté : « Vos mandarins envoyés en France lannée dernière ont foulé le sol français () On les a accueillis avec générosité et vous, vous nous avez chargé de cangues. Il faut avouer que vous vous entendez en fait de reconnaissance ! Tout le monde rit, même les mandarins qui mappellent thàng qui quai (c'est-à-dire fin matois). »47 Il désarçonne le tribunal : « Comment sappelle le roi de France ? Le juge resta muet. Si jétais grand mandarin, repris-je, et si je menaçais de te frapper à mort pour te faire prononcer ce nom, le rotin te lapprendrait-il ? Eh bien voilà où jen suis. Tu me demandes ce que jignore, les tortures ne me lapprendront pas. »48 Refusant de parler, même sous la torture, pour ne pas risquer de compromettre les communautés chrétiennes, il reçoit 54 coups de rotin en deux mois et demi , il paye pour obtenir la libération de ses guides : « Quatorze chrétiens ont été arrêtés sur les terres du roi de feu et six autres dans la province de Phù Yen. Mais grâce aux sommes importantes que lon a déboursées, tous sont relâchés sauf six de mes conducteurs. »49 Il semble se rire de son sort : « Monsieur Fontaine mapporte deux lettres de Paris qui annoncent ma nomination de supérieur du Collège de Pinang : cela me fait une belle cuisse ! Franchement, il faudrait bien des supériorités semblables pour valoir ma chaîne, que je néchangerais pas pour le trône de Louis-Philippe. Je ne crois pas avoir été aussi heureux de ma vie que je le suis maintenant. Et cependant, je nai encore fait quun pas dans la voie qui conduit au martyr. Que sera-ce quand sonnera lheure du départ pour un monde meilleur ? Mais il paraît loin ce moment fortuné que jappelle de tous mes vux () Mes confrères ne peuvent parler quà voix basse et nous, nous jouons, nous chantons : ils se cachent avec soin dans la crainte dêtre pris : nous, nous sommes à labri de cette crainte. Notre sort nest-il pas digne denvie ? »50 Le courage du confesseur de la foi de Hué devint presque légendaire. Lorsque, presque dix ans après les faits, Henri Mouhot rencontra Jean-Claude Miche, il en fit le portrait que voici : « Mgr Miche est très petit de taille, mais sous une enveloppe chétive, il concentre une vitalité et une énergie extraordinaire. Nétant que simple missionnaire, il fut emprisonné avec un de ses confrères et frappé de verges, affreux supplice qui a chaque coup fait jaillir le sang. Cela fait horriblement souffrir, dit lautre missionnaire à Mgr Miche, et je crains de navoir pas la force de supporter une nouvelle épreuve. Soyez tranquille, lui répondit celui-ci, je demanderai à recevoir les coups pour vous. Et il en fut comme il lavait dit. Cest le propre des enfants de notre vaillante nation de savoir souffrir et mourir le sourire sur les lèvres. »51
    En France, depuis le retour à Paris des restes de Pierre Borie, mort au Vietnam en 1838, dont les reliques sont dabord conservées dans une chambre, au séminaire de la rue du Bac, le culte des martyrs est en plein renouveau.52 Lafflux des visiteurs et larrivée des reliques dautres martyrs décident les directeurs du séminaire à aménager une salle dexposition, où lon se presse pour vénérer les dépouilles des victimes de la persécution, contempler leurs objets personnels ou observer des instruments de torture. La réputation du « séminaire des martyrs » commence à se répandre. De leur côté, les Annales de lOPF vulgarisent une littérature qui glorifie dans un style emphatique propre au catholicisme dalors, imprégné de romantisme lhéroïsme et labnégation des confesseurs de la foi, français et indigènes. Dans ces récits, les mêmes séquences se succèdent, non sans rappeler le déroulement de la Passion : arrestation, (souvent sur une dénonciation), détention, interrogatoires iniques, avanies, chantages destinés à obtenir des aveux ou un reniement, flagellation, condamnation à mort, exécution capitale en place publique, inhumation furtive par des fidèles qui récupère la tête du condamné lorsque celle-ci a été jetée au fleuve. Aucun détail horrible nest épargné aux lecteurs. Il sagit, en suscitant leur compassion, de les inciter à prodiguer aux missionnaires un soutien tant spirituel que matériel : « Recommandez-moi aux prières de vos chers paroissiens que je noublie pas dans mes fers. Que de larmes essuie cette uvre éminemment catholique de la Propagation de la Foi ! Que de plaies cette admirable Société guérit tous les jours ! Cest à ses libéralités que nous sommes redevables, je me fais un devoir de vous le dire. »53 Les lettres de Jean-Claude Miche sécartent parfois de ce style convenu et regorgent dinformations concrètes. Elles signalent par exemple, que les interrogatoires prennent une tournure politique, car lon soupçonne les missionnaires de machinations contre les autorités annamites : « Navez-vous pas été faire la guerre à Gia Dinh ? », demande le gouverneur de Phu-Yen, qui prétend quun européen nommé Diu serait à la tête de la sédition dans cette province.54 Elles contiennent des descriptions imagées de la prison de Tràn Phû, à Hué : « Qui na vu que les prisons dEurope peut difficilement se faire une idée de celles du TongKing ; cest pourquoi je vais vous décrire notre nouveau manoir. » Elles racontent la vie quotidienne des gardiens qui, partageant leur temps entre la surveillance des prisonniers et celle des moutons de lempereur, sentraînent sur des mannequins de paille au maniement du rotin, sous les yeux de leurs prochaines victimes. Elles font le portrait moral du tortionnaire, individu ignorant et naïf, persuadé que sur une carte de géographie confisquée aux missionnaires, le jaune sert à désigner « les lieux qui recèlent des mines dor, pour les livrer aux Européens », alors quil sagit des terres inconnues ; brute, dont les vices naturels proviennent de ses carences spirituelles : « Les sanglots, les cris de douleur, les gémissements plaintifs des confesseurs de la foi étaient pour ces idolâtres aux entrailles de bronze une musique délectable. Oh ! Que lhomme est méchant quand la religion na pas réformé son cur ! »55 Justifiés par la pureté de leurs intentions, les missionnaires et les chrétiens restent indifférents aux souffrances dici bas : « Le désir de procurer en obéissant à Dieu un bonheur éternel à nos semblables est un sentiment plus vif et plus fort en nous que lattachement à la vie. On ne craint pas de mourir quand on ne veut que le bien ! »56 Lidolâtrie elle, engendre tous les vices, non seulement individuels, mais sociaux : « Lorsque je considère le régime auquel ils sont soumis, je crois fermement quune armée de Cochinchinois nest et ne peut être quune troupe desclaves () Toujours frappants ou frappés, ils ne connaissent pas dautre inspiration que celle du rotin ; la crainte est le seul mobile qui les fasse agir. »57 Les missionnaires veulent donc contribuer à lémancipation de ces sociétés humaines quoppriment des tyrannies obscurantistes : « Partout où lEvangile de Jésus-Christ a jeté ses racines, la dignité de lhomme a été reconnue, le pauvre et le faible ont été traités avec un respect religieux. Mais malheur aux états qui repoussent cette bienfaisante lumière ! Ils nont pas besoin que Dieu les punisse, ils se châtient eux-mêmes ! »58 Cette conception illustre bien le projet des missionnaires. Il sagit dinstiller, au cur même des états indigènes, les idées porteuses de progrès de la civilisation occidentale, mais en les fondant sur des valeurs chrétiennes.




    2.5 Libération

    Miche et ses compagnons sont condamnés à mort. Mais lempereur Thieû Tri décide de surseoir à lexécution lorsque, le 25 février 1843, la corvette lHéroïne entre dans le port de Tourane (Danang). Son commandant, Favin-Lévêque, est chargé dune mission diplomatique et commerciale : « Les marins de lHéroïne descendaient de temps à autre à terre. Un jour, ils aperçurent derrière un massif de plantes, se dissimulant à moitié, un annamite qui les regardait avec anxiété. Dès quil se vit découvert, il se mit à faire de rapides signes de croix, en posant en même temps un doigt sur sa bouche. Les marins, en hommes intelligents, firent eux aussi le signe de la croix et, en indiquant à lindigène quil navait rien à redouter, sapprochèrent de lui. Tout en continuant à faire le signe de la croix et à regarder avec crainte autour de lui, lAnnamite remit une lettre à lun des matelots. La lettre était adressée au commandant de lHéroïne par un jeune prêtre des Missions-Etrangères, M. Chamaison. Elle annonçait la détention et la condamnation à mort de cinq missionnaires. »59 Favin-Lévêque prend alors une initiative. Il lance un ultimatum, menaçant de mouiller lancre devant la barre de la rivière de Hué, face au palais impérial. Le 7 mars, il fait parvenir, non sans difficultés, une lettre au grand mandarin Ong-Qué, premier ministre et beau père de lempereur : « Cinq infortunés, cinq français placés sous le poids dune condamnation à mort, sont détenus depuis bientôt deux ans, dans les cachots de Hué-Fo et y souffrent journellement les tourments les plus affreux. La France a entendu leurs cris de détresse et je viens, au nom de Sa Majesté le roi des Français, réclamer leur mise en liberté, pour les ramener dans leur patrie. Déjà, et grâces en soient rendues au Dieu qui dirige la pensée des rois comme celle des simples mortels, déjà Sa Majesté le roi de Cochinchine a, dans sa justice et sa clémence, suspendu le glaive du bourreau prêt à frapper la tête de ces malheureux. Que sa majesté veuille bien donner un libre cours à ses sentiments généreux. En agissant ainsi, elle évitera non seulement les chances funestes dune rupture possible avec la France, mais elle attirera sur son règne et son auguste personne les actions de grâces et les bénédictions de tous les Français. »60 Le 12 mars, les prisonniers français montent à bord de lHéroïne, où ils sont reçus avec les honneurs militaires.

    3 L Evêque de Dansara

    3.1 Vicariat de Cochinchine occidentale : Lai-Thieu, Pinhalu (1844-1850)

    Favin-Lévêque avait donné sa parole quaucun des missionnaires ne retournerait au Vietnam. Il refuse donc de céder à leurs instances et de les déposer sur la côte, mais il fait une exception cependant pour Duclos, malade et Miche, qui laccompagne. Lors dune escale à Singapour, il leur laisse regagner la terre ferme.61 A peine sauvé des geôles annamites, Miche confie son compagnon à des confrères et repart pour le Cambodge. Il vit caché désormais, non loin de Saigon, à Lai-Thieu. En 1844, la mission de Cochinchine est divisée ; un vicariat de Cochinchine occidentale est créé et confié à Mgr Lefebvre. Le 11 mars, un bref de ce prélat désigne Jean-Claude Miche comme coadjuteur, nomination quil ne souhaitait pas, semble-t-il : « Le sujet que sa Grandeur a en vu pour le coiffer dun haut bonnet, cest votre serviteur. Aux premières ouvertures qui mont été faites, ma réponse a toujours été la même : transcat a me calix iste. »62 Aussitôt, Miche met sur pied une expédition destinée à rapatrier lévêque, réfugié à Singapour, dans son nouveau vicariat. Cest un échec. Arrêté, condamné à mort puis libéré, lui aussi, par la marine française, Mgr Lefebvre ne rejoint la Cochinchine que deux ans plus tard, en 1846, et demeure dès lors dans la clandestinité, à Thi-nghe. Cette même année, le Vietnam accroît davantage encore son emprise sur la partie cambodgienne du delta du Mékong.
    Le 13 juin 1847, à Lai-Thieu, Mgr Lefebvre sacre Jean-Claude Miche, évêque de Dansara et lui confie la partie cambodgienne du vicariat apostolique.63 Jean-Baptiste Ranfaing, missionnaire en Thaïlande et originaire lui aussi de Bruyères-en-Vosges, salue ainsi cette promotion : « Mon compatriote, M. Miche, mécrit quil a été nommé évêque de Dansara. Cela ne ma pas étonné. Il a et la carrure et les vertus qui font les grands évêques et les saints.»64 A peine nommé, le nouvel évêque, quune arrestation menace, doit senfuir. Il se cache à Tay-ninh, au nord de Saigon, mais retourne bientôt au Cambodge. En 1848, le roi Ang Duong, avec lequel il entretient dexcellentes relations, lautorise à occuper à Thonol le domaine dune ancienne chrétienté. Mgr Miche sy installe et la nomme Ponhéalu (Pinhalu), appellation que portait, au XVIIIe siècle, une paroisse située sur la même rive du Mékong, mais plus au Sud.65 Il y attire les catholiques dispersés dans le reste du royaume cambodgien. Son diocèse, quil gouverne avec laide de quatre missionnaires, Cordier, Aussoleil, Silvestre et Bouillevaux, compte deux paroisses, Ponhéalu et Battambang qui ne rassemblent, à elles deux, que 600 catholiques environ. La situation intérieure du Cambodge est très instable, car la monarchie est fragile et les efforts des missionnaires peuvent être ruinés à tout moment : « Le Cambodge tout entier est sous les armes. Les Chams, race malaise issue du Ciampa, se sont révoltés et après avoir incendié la ville de Compong Luong, ils ont refoulé les soldats du roi jusquaux pieds des remparts de la capitale, puis ils ont opéré leur retraite en bon ordre et se sont réfugiés en Cochinchine. Notre roi qui est convaincu que les mandarins annamites ont trempé dans cette affaire, se met en garde contre ces derniers. Je dis plus, il est tout disposé à tomber sur les arrières de larmée annamite. Jespère toujours que Dieu détournera de nous le fléau de la guerre ; le peuple, qui voit la guerre imminente se prépare à fuir. Si vous apprenez un de ces quatre matins, que je suis seul à Pinhalu, nen soyez pas étonné. »66 Malgré tout, Mgr Miche se dépense sans compter, résolu à consolider les communautés chrétiennes, à fonder un collège, un couvent de religieuses Amantes de la Croix et à entreprendre lévangélisation des villages répartis sur les bords du Mékong. Un an plus tard, ces objectifs atteints, il sapprête à rejoindre Mgr Lefebvre lorsque la peste, venant de Thaïlande, déferle sur le Cambodge.67 Lévêque de Dansara renvoie aussitôt la barque qui était venue le prendre et décide de rester au milieu de ses ouailles. Il décrit ainsi les ravages causés par lépidémie : « A Bangkok, ce fléau dévastateur avait moissonné 40 000 victimes et au dire de quelques-uns 60 000. A Battambang, il avait enlevé les deux tiers de la population. Lorsquil arriva dans nos parages, quoiquil sévît avec moins de violence que dans les deux villes précitées, les vivants ne suffisaient pas pour inhumer les morts. Les uns les jetaient au fleuve et empoisonnaient leau ; les autres traînaient les cadavres à quelques pas de leurs maisons et les abandonnaient à la voracité des vautours et des corbeaux. » Le prélat, à son tour, est contaminé : « Moi-même, jai été aux prises avec elle à deux reprises différentes et la dernière fois, jai vu le tombeau de bien près ; mais les prières de mes néophytes, bien plus que les ressources de lart médical, mont rendu à la vie. » Il ordonne des processions et des prières publiques : « La mère de miséricorde, écrit-il, récompensa cette ferveur par une protection remarquable, car notre village na eu guère à déplorer que 8 décès. »68 A peine rétabli, il remonte le fleuve, à la recherche de villages à christianiser : « Pour mon propre compte, écrit-il à lun de ses confrères, je nai eu pour siège et pour cathédrale que ma barque. Pour vous donner une preuve de ma bonne volonté, je vous nomme par la présente, chanoine de ma barque. » Simultanément, il envoie Charles Bouillevaux, qui dirige la chrétienté de Ponhéalu, en reconnaissance plus au nord. Dès 1850, celui-ci visite les ruines dAngkor, quil contribua à faire connaître en Occident.69

    3.2 Vicariat du Cambodge et du Laos (1850-1864)

    Dans une lettre du 25 novembre 1849, lévêque de Dansara annonçait la convocation par Pie IX, pour 1850, dun concile des évêques de Chine et dIndochine à Hongkong afin, « de délibérer sur le projet dériger nos vicariats apostoliques en évêchés titulaires et quelques-uns en Archevêchés, de subdiviser plusieurs missions et de créer de nouveaux vicariats apostoliques. » Il ne comptait pas se rallier au projet pontifical qui lui semblait prématuré, du fait de linstabilité de la position actuelle des missions : « Je suis décidé à voter contre les deux projets. »70 Cependant, en 1850, le Saint Siège détache le Cambodge et le Laos de la mission de Cochinchine occidentale et, par un bref du 27 avril de la même année, Mgr Miche est désigné pour ladministration du nouveau vicariat apostolique. Or, il ne semble pas avoir approuvé les frontières dévolues à son propre vicariat apostolique, en partie à cause des difficultés de déplacement dans cette région et aurait préféré que lon rattachât le Laos au Siam et le Cambodge à la Cochinchine : « Vous avez su probablement avant moi que le Cambodge vient dêtre détaché de la Cochinchine occidentale pour former avec le Laos un nouveau vicariat apostolique qui mest dévolu. Je regrette que ceux qui ont sollicité cette mesure aient agi sans connaissance de cause car cest encore un problème de savoir si on peut pénétrer au Laos par le Cambodge. Jai fait une tentative il y a deux ans pour remonter le grand fleuve du Cambodge jusquau Laos mais elle na pas réussi parce que les eaux étaient fort basses à raison de la sécheresse. A mi chemin je me suis vu arrêter par des cataractes et des récifs dont le lit du fleuve est pour ainsi dire pavé », affirme-t-il le 15 juin 1851 à M. Libois, procureur des Missions étrangères à Hong Kong.71
    Sa nomination est, de plus, à lorigine dun assez sérieux démêlé avec Mgr Lefebvre, dont il a été le coadjuteur et qui la sacré évêque. Lincident est relaté dans une lettre du 26 mai 1852. Le vicaire apostolique de Cochinchine occidentale refusait dallouer plus du quart du temporel attribué aux missions de Cochinchine à celle du Cambodge. Miche en réclamait le tiers, pour une mission où tout était à faire. Cette attitude, écrit-il, serait imputable à lamour propre. Le prélat aurait « prophétisé » lélection dun autre missionnaire, Jean Borelle, au vicariat du Cambodge et non celle de Mgr Miche, dont le caractère était sans nul doute moins docile. Mgr Lefebvre refusait donc de se ranger à la décision de Paris : « Mon cher M. Borelle, cest vous qui êtes lélu du Seigneur pour le vicariat du Cambodge. Que voulez-vous que jy fasse, moi pauvre diable, cest Dieu lui-même qui le veut !!! », ironise Mgr Miche, contrefaisant son confrère.72 Cependant, Miche est bel et bien nommé par une lettre du séminaire de la rue du Bac : « Cette lettre ne laissait aucun doute sur le fait de ma nomination. Je la communiquai à Mgr Lefebvre qui en fut tout morfondu car cela lui fit comprendre quil sétait trop avancé et quil allait passer pour un visionnaire aux yeux de tout le monde. Il me répondit : je veux bien croire que vous êtes nommé : comme en pareil cas une défense absolue de ma part de vous rendre au Cambodge pourrait paraître à certains esprits non pas illégale mais trop dure ; je vous laisse libre extérieurement parlant mais intérieurement non ! Cette dernière phrase me paru plus quextraordinaire. Pour sonder les intentions de sa grandeur, et massurer si la boussole marquait encore le nord, je lui écrivis en ces termes : pour me conformer tout à la fois à vos deux volontés contradictoires, je partirai extérieurement de corps, mais je resterai en Cochinchine intérieurement et en esprit. »73 Mgr Lefebvre lui enjoint alors de ne rejoindre son poste quen cas de maladie. Fort opportunément tombé malade, Jean-Claude Miche peut partir et satteler à sa nouvelle tâche.
    Son élévation au rang de Vicaire apostolique na pas fait que des mécontents. Jean Claudet, missionnaire en Thaïlande, sen réjouit ouvertement. Dans une lettre adressée au séminaire de Paris, il réclame lintervention du nouveau vicaire apostolique comme négociateur dans un conflit qui oppose Mgr Pallegoix à ses missionnaires : « Mgr de Dansara connaît très bien le système des bouddhistes ; il a été informé de ce qui sest passé lannée dernière au sujet de loffrande des animaux. Si la sacrée congrégation se refusait à donner une décision définitive sur nos affaires et quelle voulut charger un vicaire apostolique voisin dexaminer le cas et de juger sur les lieux, je ne vois aucun prélat plus apte à cette négociation que lest Mgr Miche. »74 De quoi sagissait-il ? Pendant leffroyable épidémie de 1849, Rama III avait consulté ses devins. Daprès eux, les étrangers seraient responsables du fléau, pour avoir tué un trop grand nombre danimaux. Aussi avaient-ils conseillé au roi dexiger des Européens de Bangkok quils fissent dans des pagodes, loffrande de poules et de canards vivants. Sollicité par les chefs des communautés chrétiennes, Mgr Pallegoix accepta de se plier à la volonté royale, après avoir reçu toutefois la promesse formelle quil ne sagissait pas dun rite superstitieux ; mais huit de ses missionnaires refusèrent dobtempérer, ce qui leur valut dêtre chassés du Siam sur ordre du monarque, au motif quils nobéissaient ni au roi, ni à leur évêque ! La sacrée congrégation de propaganda fide trancha finalement laffaire en 1850, autorisant les offrandes, sans que Mgr Miche neût à intervenir.

    3.3 Difficultés de lévangélisation du Laos

    Lévêque de Dansara, quoique résidant au Cambodge, sest rapidement soucié de lévangélisation du Laos, en dépit des obstacles quil avait rencontrés pour se rendre dun pays vers lautre et qui lui avaient fait déplorer leur réunion en un même vicariat apostolique. Après le bannissement des huit missionnaires de Bangkok, il lui vient dailleurs une idée : « Si les missionnaires expulsés de Bangkok ne peuvent plus y rentrer, jespère que quelques uns dentre eux viendront me rejoindre pour commencer lentreprise du Laos. Ils sont moulés pour cela : ils connaissent la religion, la langue et les usages du pays. »75 Avant lui, Mgr Cuenot sy était essayé, lançant une expédition terrestre vers le Laos depuis le Vietnam, sans aboutir : « Des lettres dernièrement venues du Cambodge nous annoncent que la mission du Laos par la Haute Cochinchine a échoué ? Cest une grande peine pour Mgr Cuenot. »76 Deux missionnaires sont envoyés à la frontière du Laos, pour tenter dévangéliser les Penongs et les Stiengs : « Je me suis mis à luvre pour tenter une expédition au Laos. M. Beuret, nouveau missionnaire, a été adjoint à M. Cordier. Ils se sont embarqués sur le Meycon (Mékong) le 22 juillet 1852 et après bien des peines, ils sont arrivés sains et saufs à la frontière du Laos où ils ont eu mille maux à se fixer. Un Chinois payen, mauvais garnement, a failli faire échouer leur sainte entreprise en publiant que ces européens sont puissants et dangereux ; que si lun deux venait à mourir dans le pays, la France lèverait une armée pour venger sa mort et mettre tout le pays à feu et à sang. Ces calomnies toutes grossières quelles étaient ont malheureusement produit leur effet, une terreur panique sest emparée du mandarin et du peuple et lon a refusé de les recevoir. Enfin, après bien des pourparlers, on a fini par permettre aux deux missionnaires dacheter une cabane dans le village. Ils y sont maintenant depuis 3 mois, occupé de létude de la langue. »77 Les deux hommes sinstallent effectivement dans un village dénommé Queue-de-buf, près de Stung-Treng, point de communication entre les deux pays. Ils étudient la langue, tentant déteindre la terreur que leur présence a dabord soulevée parmi les autochtones.  Puisque le fleuve nest navigable que pendant sa crue, Mgr Miche, pour maintenir le contact avec ce poste avancé, se met à la recherche dune voie terrestre : « Cette voie, je lai trouvée et je vais en faire lessai de suite. MM. Bouillevaux et Aussoleil vont sembarquer pour se rendre dans la province de Campong Siem, qui est située entre le grand fleuve et le lac du Cambodge. Arrivés là, ils quitteront leur barque et se rendront par terre à la frontière du Laos. Jai obtenu du roi une lettre qui ordonne aux mandarins cambodgiens de mettre à la disposition de nos confrères la voiture et les éléphants nécessaires au transport de leur petit bagage. »78 Cette première tentative dévangélisation du Laos échoue à cause du décès prématuré de François Beuret, du moins si lon en croit le rapport publié par les Lettres communes.79 Mgr Miche reconnaît bien sûr que cette disparition contrarie ses plans : « Je vous ai donné avis en octobre dernier de la mort de M. Beuret, décédé à Stung Trung le 14 septembre 1853. Cette mort prématurée ma dautant plus affligé que le cher confrère avait toutes les qualités requises pour réussir au poste qui lui était assigné et que son décès nous fait rétrograder dune année. Ne pouvant laisser M. Aussoleil seul au Laos, je lui adjoins M. Silvestre. Je ne crois pas que le Laos soit plus malsain que les contrées que jhabite. »80 Mais il porte simultanément sur cet échec un jugement dune tout autre nature : « Jai eu lieu de me convaincre que mes confrères cultivaient un sol ingrat, qui ne promet aucune récompense à leurs travaux. »81 Il nest pas, cependant, homme à renoncer sans combattre. Le Laos étant sous la domination du Siam, cest à Bangkok quil convient de chercher une solution : « Nos confrères vivent au Laos, au milieu dune population dont lesprit servile offre bien peu despoir de conversion : cest la crainte de déplaire aux mandarins et den être maltraités qui les retient enchaînés aux pieds de leur idole. Une lettre du roi de Siam lèverait bien des difficultés, mais je doute que nous puissions lobtenir. »82 En 1855, il se rend tout de même à Bangkok pour demander au roi lautorisation denvoyer des missionnaires au Laos. Là-bas, il compte sur lappui de Mgr Pallegoix, devenu lami et le confident du nouveau souverain siamois, Rama IV.83 Malheureusement, ce prélat nest pas à Bangkok et, la saison des pluies approchant, il faut songer à repartir au plus vite. Sans lappui de son confrère, Mgr Miche tente sa chance auprès du souverain et obtient gain de cause. Le voyage de retour, en janvier 1856, est éprouvant à cause de linondation :
    « Mes éléphants traversèrent cette plaine ayant de leau jusquau ventre. Quant aux voitures, on détela les buffles et les conducteurs portèrent tour à tour les effets et les charrettes à travers cette mer jusquau hauteurs voisines. »84 Rentré au Cambodge, dûment muni de lautorisation royale, il envoie aussitôt lun de ses missionnaires vers lest du pays : « M. Aussoleil ma accompagné jusquà lentrée du grand lac et de là je lai envoyé vers lest pour visiter certaines peuplades connues sous le nom de Cuey : cest une race qui tient à la fois des Cambodgiens et des sauvages évangélisés par Mgr Cuénot. Il paraît, daprès les renseignements pris sur les lieux par ce cher confrère, quil y aurait de bien grandes difficultés à vaincre pour instruire ces peuples. Ils sont nomades, dispersés par petits groupes au milieu de leurs forêts. Le riz quils récoltent leur suffit à peine pour la moitié de lannée ; une fois à bout de leur petite provision, ils vivent de plantes et de tubercules sauvages. Les missionnaires qui travailleraient à leur instruction seraient obligés de les suivre et manqueraient souvent du nécessaire. Ajoutez à cela quils sont adonnés aux superstitions, ont aussi leurs pagodes et leurs talapoins. »85 Quelques mois plus tard, il dresse un piètre bilan de tous ces efforts : « La lettre de passeport que javais obtenue du roi de Siam ne nous a été daucune utilité. Les mandarins siamois en ont éludé la teneur et ont su si bien faire jouer les ressorts de leur politique tortueuse quils ont forcé MM Aussoleil et Silvestre de revenir au Cambodge. Il paraît que la mission des sauvages va fort mal : les sauvages baptisés lan dernier ont presque tous apostasié. Les deux postes les plus rapprochés du Cambodge vont être abandonnés. Cest vraiment déplorable que tous les soins que Mgr Cuénot a donnés à cette partie de la mission naboutissent à rien. » En dépit des autorisations concédées à Bangkok, que les missionnaires produisent à chaque contrôle, les mandarins nont de cesse quils ne soient parvenus à les retarder : « Qui sait, note Mgr Miche désabusé, peut-être quune lettre secrète partie de Bangkok a prescrit aux gouverneurs la conduite quils ont tenue envers nos confrères : cela sest vu plus dune fois dans le pays. »86 Il ne se décourage pas pour autant et organise en 1857 une nouvelle tentative qui, endeuillée par la mort dun autre missionnaire, nobtient pas plus de succès que les précédentes.87
    En réalité, lévêque ne se fait plus dillusions sur la possibilité de convertir les habitants du Laos. Déjà, au début de lannée 1856, il brossait un tableau pessimiste des chances de réussite : « Les principaux obstacles que présente la conversion des laotiens sont : 1° Lesclavage : il y a au moins la moitié de la population qui est esclave. Lautre moitié comprend les hommes de corvée et les maîtres des esclaves. Leur conversion offre les mêmes difficultés (entre les esclaves et les hommes de corvée) que celle de ces derniers à cause de la dépendance servile où ils sont par rapport à leurs chefs. Il y a deux sortes desclaves : les esclaves pour dettes, ce sont les plus nombreux et les esclaves qui sont achetés chez les sauvages pour les revendre ou pour les garder sils leur plaisent. Or presque tous ces esclaves ont été réduits en esclavage contre toute justice. 2° Le manque de liberté religieuse : il ny a aucune loi qui défend aux laotiens de se faire chrétiens. Mais les mandarins, soit pour plaire au roi de Siam, soit par préjugé, ou par haine contre le christianisme, ou peut-être encore par crainte de froisser les croyances populaires détournent leurs administrés de se faire chrétiens. Les convertis se voient menacés dêtre réduits en esclavage. 3° Lindifférence de ces peuples, leur indolence, leur attachement obstiné à toutes les superstitions du bouddhisme : on dirait que Dieu pour les punir de labus déplorable quils ont fait des lumières de la raison, les a plongé dans cet affreux aveuglement : ut videntes non videant. Ils comprennent tous que la religion chrétienne est belle, la plupart avouent même quelle est la seule vraie et cependant, nous navons pas vu un seul parmi eux qui fût convaincu de la nécessité de lembrasser. 4° Les difficultés de circuler librement pour pouvoir prêcher. »88 Mgr Miche, on le voit, relève plusieurs sortes dobstacles rédhibitoires à lévangélisation de ce pays. Certains se rapportent à la situation politique intérieure ; la difficulté de circuler pour pouvoir prêcher, le manque de liberté religieuse. Dautres proviennent des coutumes sociales et culturelles ; lesclavage, qui lie les esclaves à la religion de leurs maîtres, le poids des superstitions. Mais le principal réside dans la nature anthropologique même de ce peuple, indifférent à la vérité par indolence, incapable daller vers elle par entêtement. Il y a, dans le troisième paragraphe, une étonnante contradiction : comment les Laotiens pourraient-ils être à la fois superstitieux et avoir abusé des lumières de la raison ? Cette dernière expression est assez surprenante. Mgr Miche, entraîné par sa plume, commet-il une sorte de lapsus, qui lui fait dénoncer à propos du Laos le rationalisme des Lumières, source de scepticisme en Occident ? Serait-ce une façon involontaire de reconnaître que les Laotiens, loin dêtre conformes au mythe occidental du bon sauvage , sont au contraire doués de raison, ce qui précisément rend la tâche des prédicateurs bien plus ardue ? Est-ce pour cela que les « sauvages » des montagnes de lest ou des villages isolés des rives du grand fleuve, sont devenus petit à petit la cible privilégiée des missionnaires ? 89 Quoiquil en soit, lespoir de christianiser le Laos paraît mince. Trois ans plus tôt, lévêque de Dansara affirmait pourtant : « Quelles sont me direz-vous, nos espérances pour lavenir ? Nos espérances ! Elles reposent toutes sur linconnu. Cest vers le Laos que nous portons nos regards. Et à défaut du Laos, nous nous jetterons sur les sauvages de lest. »90 Faut-il en déduire que déjà, la mission du Cambodge ne lui paraissait plus prometteuse ? Il semble bien, en effet, que le prélat sen soit relativement désintéressé à partir de 1853. Des rapports quil envoie à Paris, les Lettres communes retiennent quil nattend plus grand-chose de ce pays : « Mgr Miche, ainsi que nous le disions lannée dernière, nayant que peu à faire au Cambodge, a tourné principalement ses efforts et ses espérances vers le Laos, qui fait aussi partie de sa mission. »91

    3.4 Les désillusions au Cambodge

    Pourquoi le Cambodge reste-t-il imperméable à lévangélisation, jusquà provoquer la désaffection de Jean-Claude Miche pour cette partie de son vicariat apostolique ? La monarchie cambodgienne est partiellement mise hors de cause car ses relations avec les missionnaires sont plutôt stables : « Nous sommes toujours en très bon rapports avec les autorités du Cambodge, constate le prélat en janvier 1856, et le voyage que jai fait à Bangkok na pas peu contribué à les consolider. Le roi a cessé dappeler nos chrétiens à la capitale pour y prendre part à quelques cérémonies superstitieuses. »92 Quelques années plus tôt, avant le voyage à Bangkok, les choses nallaient pas si bien : « Vous savez sans doute que le roi du Cambodge a témoigné jusquici beaucoup de bienveillance aux missionnaires. M. Borelle mécrit que ses bonnes grâces déclinent à vue dil, et quil se montre très froid à leur égard. Cela ne métonne pas car ce prince est linconstance même. Il voudrait trouver en eux des chimistes, des minéralogistes et malheureusement ils ne peuvent satisfaire ses désirs. Nolite confidere in principibus. »93 Cela éclaire un aspect du comportement des royautés asiatiques à légard des occidentaux, dont elles attendent un concours moins spirituel que technique. Une lettre du 18 décembre 1859 nous apprend dailleurs à ce sujet, que Mgr Miche a fourni au roi du Cambodge les instruments lui permettant de battre monnaie.94 Les raisons du médiocre résultat obtenu au Cambodge se trouvent donc ailleurs. Les Annales, qui se font lécho des rapports que le vicaire apostolique adresse à ses confrères parisiens, dépeignent en termes peu flatteurs la population du Cambodge composée, « dindigènes fanatisés par le bouddhisme et dune nature apathique, démigrés annamites, la plupart insolvables et qui fuient leurs créanciers et de Chinois marchands et fumeurs dopium, surtout ceux qui habitent les villes. Il ny a à peu près que les Chinois des campagnes qui puissent être évangélisés avec quelque fruit. »95 On reconnaît là un lieu commun : la ville est corruptrice, la campagne préserve linnocence des individus. En France, au même moment, cest aussi principalement vers les campagnes que se porte leffort de rechristianisation. Un confrère de Mgr Miche, Antoine Basset, conteste formellement, pour sa part, cette distinction : « Les chinois qui font des jardins ou des champs sont aussi voleurs, joueurs, fumeurs dopium que ceux des villes. Avec les mêmes vices et plus attachés aux superstitions du pays, ils ont moins dindépendance et de courage pour oser ce débarrasser des préjugés locaux. Le pain de lintelligence les trouve complètement indifférents. Ce quils demandent cest la nourriture grossière, animale du corps. Ceux qui, venant de la Chine depuis de longues années ont épousé des femmes cambodgiennes sont cambodgiennisés. Leur femmes, tout dévouées aux bonzes et à Samonotudom sont de vraies ministres de Satan. »96 Deux figures typiques apparaissent ici : celle du paysan fruste adonné aux superstitions parce quinculte, bestial, parce que vivant près des bêtes et celle de la femme qui induit en tentation. En Asie, la dépravation revêt une forme singulière, lopiomanie : « Les chinois qui habitent les villes sont tous adonnés à lopium. Ailleurs, cette passion est modérée par la loi civile. Au Cambodge, le roi lui-même est le premier marchand dopium du pays et le corrupteur de son peuple. Ses navires ne reviennent de Singapour que chargés dopium. » déplore Mgr Miche, car il ny a rien à faire contre cette habitude.97
    Dans quelle direction faudrait-il orienter les tentatives de lévangélisation ? Lévêque de Dansara esquisse à la fois un bilan et un programme : « Il est certain, pour quiconque a vécu quelques années au Cambodge, quon ne pourra jamais obtenir quelque succès que ce soit parmi les Cambodgiens, à moins que par le rachat des esclaves pour dette : mais cette voie est longue et dispendieuse. »98 Linstitution de lesclavage pour dette est ancienne et invétérée, au Cambodge comme au Laos.99 On tombe en esclavage pour avoir contracté un emprunt que lon ne peut rembourser. La contrainte par corps sapplique alors jusquà lannulation de la dette. Le créancier peut racheter sa dette, mais lesclavage néteint que les intérêts de celle-ci, pas le capital ; or les taux dintérêt, légalement fixés à 30 %, sont en fait pratiquement libres, usuraires au point que le débiteur est à la merci de son créancier, parfois jusquà la fin de ses jours. Les intérêts dépassant très rapidement le capital, le rachat de la dette devient quasi impossible. Si Mgr Miche se mêle, dès sa nomination épiscopale, de ces questions, cest parce quil arrive que les missionnaires se portent acquéreur desclaves : « Pour régulariser la correspondance et lenvoi des provisions, ces Messieurs seront obligés dacheter quelques esclaves, car dici je nai pratiquement personne à ma disposition pour cela et nous ne pouvons convenablement aller frapper sans cesse à la porte du roi. »100 Cest aussi parce que des chrétiens indigènes et parfois les missionnaires eux-mêmes, (sans pour autant devenir esclavagistes), pratiquent lusure. En février1854, contestant lopinion de certains de ses confrères à ce sujet, le prélat envoie à Rome une lettre circonstanciée pour demander des instructions : « Dans le courant de cette année, jai reçu deux lettres de Rome qui métaient adressées, dont lune du cardinal Fransoni qui mannonçait la réception de ma lettre concernant les esclaves de ce pays et lautre qui contenait la réponse à mes doutes sur cette question. » 101 Rome lui donne entière raison et enjoint aux missionnaires de sen tenir à la loi et non à la coutume : « Jai appris quon enseignait à Pinang quon peut dans chaque pays retirer du prêt lusure fixée par la loi civile. Cest une erreur ! En Cochinchine, comme en Chine, le taux légal est de 30 pour 100. Il y a 2 ans, Mgr Lefebvre a écrit une lettre circulaire à ses prêtres pour leur enjoindre de ne pas inquiéter ceux qui prêtent à plus de 30 pour 100. Jai voulu arrêter sa circulaire, je lai combattue, il a tenu bon. Alors jai déféré laffaire à Rome. La réponse vient darriver et la doctrine de la circulaire est condamnée. La Sacrée Congrégation veut quon examine dans chaque cas particulier sil y a des titres extrinsèques et combien on peut pourvoir selon les qualités de ces titres, et elle défend de fixer un taux. Ici la loi civile permet de retirer du prêt ce que lon veut. Les plus modérés prêtent à 60 pour cent et le plus grand nombre à 200 et 300 pour cent. La loi ne sy oppose pas. Ces taux exorbitants seraient cependant légitimes selon la doctrine quon prête aux professeurs du Collège. Je ne puis croire cela. »102 La décision romaine nobligeant que les missionnaires et bien sûr, le cas échéant, les chrétiens indigènes, il est peu probable que le rachat desclaves pour dettes en ait été facilité. Nous savons seulement quen 1858, Mgr Miche a racheté un esclave pour dette que son maître battait et qui souhaitait devenir chrétien.103 Mais le témoignage dAntoine Basset quant à lefficacité du rachat des dettes pour la conversion est plutôt dubitatif : « Voici comment sopèrent les conversions parmi les chinois. Un chrétien rencontre-t-il quelquun de sa connaissance, un jeune homme qui na pas de travail. Il lengage à venir me demander à embrasser la religion, parce que nous nourrissons les catéchumènes pendant quils apprennent le catéchisme. Celui-ci y consent comme à un pis-aller. Mais il faut commencer par payer les dettes. Le baptême conféré, mon néophyte part pour aller gagner sa vie et souvent, on ne le revoit plus. »104
    Chaque année, les Annales de lOPF et les Lettres communes, sappuyant sur les informations fournies par les vicariats apostoliques, publient des statistiques. Pour lannée 1856 au Laos, par exemple, elles annoncent : « Confessions annuelles, 324, nombre de chrétiens, 507, baptêmes dadultes, 33, baptêmes denfants de payens, 408. »105 Il est habituel de trouver, dans ces tableaux établis par les missionnaires, le nombre des baptêmes in extremis denfants. Mgr Miche fait observer quau Cambodge, « il est très rare quon puisse parvenir jusquauprès des enfants malades parce que les Cambodgiens payens observent un régime superstitieux qui consiste à fermer la porte de leur maison quand un enfant est malade. »106 Les circonstances des conversions ne sont pas précisées ; il nest pas possible den mesurer la solidité. Au total, les recensement faits par les missionnaires semblent indiquer quau cours de cette période dune dizaine dannées, le nombre de chrétiens au Cambodge comme au Laos na guère progressé, ne dépassant pas le millier.

    4 Un intermédiaire entre les puissants

    4. 1 Débuts de la colonisation du Vietnam (1856-1862)

    Le 16 septembre 1856, le Catinat jette lancre à Tourane, port de la capitale impériale. Porteur de lettres et de présents, il attend larrivée de Charles de Montigny, plénipotentiaire chargé dune mission diplomatique auprès de lempereur Tu Duc.107 Or, lattitude de lempereur dAnnam à légard des Occidentaux sétait considérablement durcie, allant jusquà interdire formellement tout contact avec eux. En butte à la mauvaise volonté des mandarins, le commandant du Catinat fait bombarder les forts de Tourane, afin dobtenir que les lettres soient portées à Hué et que lon ravitaille son navire. Montigny ne paraissant pas, le navire français repart pour Hongkong, décision que les Vietnamiens interprètent comme un aveu de faiblesse. Au mois doctobre, un second navire, la Capricieuse, mouille à son tour dans le port de Tourane. Le commandant Collin entame les négociations, en labsence de Montigny. Au nom du gouvernement français, il demande la liberté de commerce, la résidence dun consul à Hué, le droit détablir un comptoir à Tourane, (droit accordé autrefois par Gia Long) et la liberté religieuse pour les missionnaires et les chrétiens. Alors même que se déroulent ces pourparlers, Tu Duc met ses armées sur le pied de guerre. Montigny narrivant toujours pas, les français lèvent lancre sans avoir rien obtenu et regagnent Hongkong. Montigny ne parvient à rallier Tourane quen 1857. Son navire, quittant la Thaïlande, est dérouté par un typhon ; il doit faire relâche à Singapour, se rendre à Bornéo, puis à Manille. Il met enfin le cap sur Tourane, où il narrive que le 23 janvier, à bord dun petit navire à vapeur. Mgr Miche est du voyage, en tant quinterprète et ami des rois de Siam et du Cambodge. Le 21 novembre 1856, il écrit de Singapour, à M. Martin, supérieur du Collège de Pinang : « Vous savez que M. de Montigny en quittant Bangkok, a passé par Campot pour me prendre et me conduire en Cochinchine. Cest le 22 octobre que nous avons mis à la voile. Arrivés sur les côtes du Ciampa, nous avons trouvé la mousson du Nord Est si bien carabinée quaprès 8 jours dune lutte inutile et dangereuse nous avons été forcés de mettre le cap sur Singapour. Nous manquions de charbon, nous allions manquer de vivre et la machine était toute détraquée. Je pense que nous pourrons partir au commencement de décembre. Mais en faisant le grand tour par les Célèbes et Manille. Ce contretemps pourra faire échouer la mission de M. de Montigny à Hué, car le Catinat et la Capricieuse, qui nous attendent depuis longtemps à Tourane, ne nous voyant pas venir, pourront fort bien partir pour la Chine et le cas échéant, M. le Plénipotentiaire naura pas assez de force pour intimider le gouvernement annamite en cas de besoin. » Cest exactement ce qui sest passé. Privé de lappui des canonnières, les négociations, quil reprend pourtant, nont guère de chance de succès. Il quitte finalement la Cochinchine en février, débouté de toutes ses requêtes, mais en recommandant expressément les missionnaires à lempereur Tu Duc. Après son départ, les persécutions reprennent avec une violence telle quun évêque missionnaire en Cochinchine, Mgr Pellerin, décide de rentrer en France pour réclamer le secours du gouvernement.108 A Biarritz, en 1858, il obtient une entrevue avec Napoléon III, qui lui promet dagir. Napoléon III, quant à lui, cherche lappui des catholiques. Malgré lattentat dOrsini en janvier 1858, il a conservé son soutien à la cause de lunité italienne. Préjudiciable à la papauté, cette politique lui vaut lhostilité croissante des milieux catholiques. En allant au secours des missionnaires, il espère apporter la preuve de ses bonnes dispositions envers lEglise.109
    Entre 1858 et 1860, deux nouvelles interventions anglo-françaises ont eu lieu en Chine, afin dassurer la sécurité des marchands et des missionnaires. Pékin est occupé et deux traités sont signés, (Tien-tsin en 1858, Convention de Pékin en 1860), accordant aux Occidentaux louverture de nouveaux ports et linstallation de missions chrétiennes dans lintérieur de lEmpire. Cest également sous prétexte de protéger les missionnaires quen 1858, lescadre franco-espagnole de lAmiral Rigault de Genouilly, de retour de Chine, reçoit lordre de bombarder Tourane. LAmiral faisait ainsi le premier pas français vers la colonisation du Vietnam, rapidement suivi par la prise de Saigon, en 1859. Entre 1861 et 1864, les troupes françaises des amiraux Charner et Bonard se lancent à la conquête des trois provinces de lest de la Cochinchine, Bien Hoa, Gia Dinh et Dinh Tuong, régions-clés de lapprovisionnement en riz. Tu Duc, harcelé de toutes parts, (une révolte vient déclater au Tonkin), finit par céder. Il se résigne à signer, le 5 juin 1862, le traité de Saigon, qui ouvre trois ports, dont Tourane, au commerce français et garantit la liberté religieuse aux missionnaires et aux catholiques.

    4. 2 Le Protectorat français au Cambodge (1863)

    En 1856, avant de se rendre à Tourane, Montigny aurait dû rencontrer Ang Duong. En 1854, ce dernier avait envoyé un émissaire auprès du consul de France à Singapour, afin de solliciter laide de Napoléon III contre ses deux envahissants voisins, les royaumes de Siam et dAnnam. Il avait notamment fait savoir que les territoires situés entre la branche occidentale du Mékong et le golf de Siam (la région de Ha Tien), annexés en 1846 par le Vietnam, était véritablement terre cambodgienne et réclamait leur restitution. La mission Montigny au Cambodge échoue cependant pour plusieurs raisons. En premier lieu parce que la diplomatie française vise avant tout à conserver de bonnes relations avec le royaume de Siam, avec lequel Montigny signe un traité en 1856. Cest dailleurs par lintermédiaire des Siamois que Montigny a tout dabord tenté de rencontrer le roi Khmer. Or le royaume de Siam cherche à renforcer son emprise sur ce quil considère comme une « province tributaire », au fur et à mesure que lautre suzerain du Cambodge, lAnnam, aux prises avec les français, saffaiblit. Mgr Miche cherche à faciliter lentrevue : « Lorsque je sus que M. de Montigny passerait au Cambodge avec lintention de saboucher avec le roi lui-même, jen donnais avis à sa majesté. Les mandarins sopposaient au départ de sa majesté de peur de porter ombrage à la cour de Siam qui craint toujours que le monarque cambodgien ne sappuie sur les européens pour se rendre indépendant. Malgré cela, le roi ma fait dire quil viendrait lui-même et il envoya un mandarin à Kampot pour lui préparer des appartements. »110 Or, ce mandarin est un espion de la cour de Siam. Les semaines passent et Montigny narrive toujours pas : « Nous voilà en septembre et M. de Montigny attendu tous les jours depuis plus dun mois ne paraît pas encore. Il paraît que le roi de Siam est la cause de ce long retard. Il retient les français à Bangkok pour donner au roi du Cambodge le temps nécessaire de faire les préparatifs pour recevoir nos compatriotes dune manière splendide. Cest le roi du Cambodge qui me donne avis de tout cela. En conséquence, on fait une levée en masse dans toutes les provinces de lOuest ; non pas de soldats mais de poules, de canards et de cochons pour héberger son excellence et sa suite. Le pauvre peuple ne peut pas soccuper de la plantation des rizières. Les uns réparent la route, les autres construisent des maisons de relais pour les mandarins et leur suite, ceux-ci vont couper du bois pour les bateaux à vapeur. Le roi vient de menvoyer deux mandarins pour me prier de faire mon possible afin dengager M. de Montigny à passer en Basse Cochinchine pour se rendre jusquà la capitale en remontant le fleuve du Cambodge. Voyez-vous la ruse ? Les Cochinchinois sopposeront au passage du bâtiment français. Ceux-ci iront de lavant et sil le faut donneront une bonne peignée aux Annamites. Le roi du Cambodge rira dans sa barbe ou peut-être profitera-t-il de lembarras de ses ennemis pour tomber sur eux. Je ne puis croire que M. de Montigny donne dans ce plan. Ce serait nuire aux négociations quil se propose dentamer avec Hué, à moins quil neût reçu de lempereur des instructions qui autorisent une telle conduite. »111 Montigny enfin arrive à Kampot, mais aussitôt le roi tergiverse car il a reçu une missive de Bangkok, qui laccuse de haute trahison, le soupçonnant « dappeler les français dans son royaume pour se rendre indépendant ». Une autre lettre est simultanément envoyée à Mgr Miche, dans laquelle le roi de Siam cherche à lamadouer, regrettant notamment les difficultés rencontrées par les missionnaires au Laos : « Telle est la politique siamoise », soupire Mgr Miche. Finalement, Ang Duong ne paru jamais : « Le roi prétexta un malaise quil navait pas et ne vint pas : il envoya ses trois premiers ministres à Kampot avec quelques présents en sucre et poisson sec pour les bâtiments français et en ivoire et soie pour lempereur. M. de Montigny leur demanda sils avaient des lettres de plein pouvoir pour traiter : leur réponse fut négative. »112 En revanche, ils étaient porteurs dune lettre adressée à lévêque de Dansara. Curieusement, le roi Khmer sy plaignait non du Siam, mais de la Cochinchine, qui lui avait enlevé près de la moitié de son héritage et demandait à Mgr Miche quil traduisît sa lettre à M. de Montigny, « pour obtenir aide et secours ». Il est probable quelle lui avait été dictée par les mandarins au service du Siam. De plus Montigny, que Mgr Miche juge « cassant », auquel il reproche de « gâter les affaires » et de ne jamais écouter ses conseils, charge un missionnaire, Arsène Hestrest, de faire savoir au roi cambodgien quen échange de la protection française, il pourrait avoir à céder lîle de Koh Tral (Phu Quoc), dans le golfe de Siam, parce quelle présente un intérêt stratégique pour la marine. Hestrest est fort mal reçu et sa démarche provoque même un accès de persécution religieuse à Battambang, où des chrétiens sont forcés à assister aux cultes superstitieux. Lévêque de Dansara se rend chez le roi : « Lurbanité, lui dis-je, doit être observée au moins aussi strictement entre deux puissances quentre des particuliers et quand sest la plus forte qui se trouve offensée, il peut en résulter de graves conséquences. »113 Le roi, entouré despion, parvient à lui chuchoter : « Que voulez-vous que je fisse ? Si vous étiez venu vous-même, nous aurions traité laffaire en tête à tête. Voilà donc la clef du mystère, semblable à un automate, il na de mouvements que ceux qui lui sont imprimés par la main de fer du roi de Siam. »
    Peu après la prise de Saigon par la marine française, en 1859, une révolte éclate en Basse Cochinchine. Elle est fomentée, si lon en croit Mgr Miche, par le roi lui-même, sur les conseils de deux missionnaires : « Mgr Lefebvre et M. Borelle ont fait dire au roi du Cambodge quils le verraient avec plaisir attaquer les Annamites par le Nord. Notre monarque, poussé par le désir davoir sa part du gâteau, la fait, à mon grand déplaisir. Quelle honte pour la France de mendier lappui du Cambodge pour réduire la Basse Cochinchine.»114 Les troupes cambodgiennes, comptant prématurément sur un soutien militaire français qui tarde à se manifester, essuient une défaite : « Les Cochinchinois nont quà se montrer pour causer une déroute générale et, dans ce cas, sen est fait de tous nos établissements. » déclare lévêque de Dansara, qui milite désormais pour une intervention française énergique au Cambodge : « Le sentiment de Monseigneur, écrit Jean-Baptiste Barreau, cest que sen est fait du Cambodge si les français ne viennent au plus tôt achever la guerre de Cochinchine. Fiat ! Peut-être quun changement dans les affaires du gouvernement emmènera une meilleure disposition vers la religion. »115 En dépit de ces troubles, linfatigable prélat occupe son poste sans désemparer : « Par suite de la guerre du Cambodge avec la Cochinchine, guerre bien plus innocente que celle de Garibaldi en Italie, tous nos chrétiens ont été continuellement employés à larmée, au point que nos églises étaient presque désertées. Il ne restait que les femmes et les enfants. Il reste encore une vingtaine de catéchumènes. Il y a eu 1462 confessions et 1387 communions. Le nombre denfants de payens baptisés in art. mortis est de 400. »116 Lallusion à Garibaldi nest pas surprenante de la part dun ecclésiastique appartenant qui plus est, à une société religieuse desprit ultramontain, lunité italienne portant préjudice aux intérêts territoriaux de la papauté.
    En novembre 1860, le roi Ang Duong séteint.117 Dans tout le pays, les hommes doivent se raser la tête et porter, jusquà la repousse des cheveux, des vêtements blancs en signe de deuil : « Vous savez déjà, écrit Mgr Miche, que notre vieux monarque est décédé en octobre dernier. En bon bouddhiste, il a ordonné dans son testament de déchiqueter sa chair pour la donner en aumône aux vautours et aux corbeaux ; les charcutiers ont été payés davance ! »118 La disparition du roi et lavènement de son fils aîné Norodom, naltèrent pas davantage les relations de la cour cambodgienne avec les missionnaires. Certes, Mgr Miche ne sent aucune estime pour le jeune monarque : « Son fils aîné lui succède et le fait déjà regretter. Cest un jeune homme distrait, sans aplomb, à qui la couronne a fait tourner la tête. »119 Son entourage est pire encore, bien que partiellement composé de chrétiens : « Il choisit ses mandarins parmi la fine fleur de la canaille. Nous avons maintenant trois de nos chrétiens grands mandarins. Si javais eu voix dexclusion, je naurais rejeté que ces trois mauvais garnements qui sont dorigine portugaise. Il faut subir ce méfait. » Dans une lettre plus ancienne, le prélat sindignait déjà des intrigues menées auprès du roi par « un portugais mormon polygame. »120 Le schisme de Goa, au cours duquel missionnaires français et portugais saffrontèrent pour la suprématie sur les territoires des missions en Indes et en Malaisie a, semble-t-il, laissé quelques mauvais souvenirs ! Si lévêque de Dansara nest pas dupe, il nest pas inquiet non plus. Il sait que Norodom, élevé à Bangkok, est une créature du Siam et na pu accéder au trône quavec lassentiment du monarque siamois : « Je suis toujours en très bon termes avec la nouvelle majesté. Mais je ne my fie pas. Elle sait que le roi de Siam, son suzerain, maime et mestime et cela suffit pour la maintenir dans les bornes du devoir et de la stricte équité envers nous. »121
    En dépit de léchec de la mission Montigny, le Cambodge reste un élément non négligeable de la stratégie française en Cochinchine. Il pourvoit aux besoins en viande du corps expéditionnaire (7 à 8000 bufs) et se trouve sur une route commerciale, drainée par le cours inférieur du Mékong et aboutissant à Saigon. Enfin, lAngleterre, déjà présente en Malaisie, exerçant maintenant son influence sur le Siam, menace les positions françaises dans la région. Paris en vient donc à envisager non seulement de se substituer à lEmpire dAnnam au Cambodge, mais aussi den écarter le royaume de Siam. Mgr Miche sattendait à une reprise des négociations. En février 1861, il écrit : « Les grosses cloches nont pas encore sonné. Les présents de lempereur au roi du Cambodge sont à Saigon. Nous allons donc voir un contre-amiral ou vice-amiral au Cambodge. On fera un traité car il y a des relations internationales à régler. Je tiens à me trouver sur les lieux quand le moment sera venu de mettre la main à luvre afin de sauvegarder les intérêts de ma mission, fut-ce en pure perte. »122 Il voyait juste. Les ambassades se succèdent au Cambodge. LAmiral Charner, commandant le corps doccupation française à Saigon, envoie à Norodom un message damitié en mai 1861 : « Nous avons eu à Kampot, note Mgr Miche, la visite dun vapeur français. Le bon, lexcellent commandant Lespès avait été député de Saigon par M. Charner pour présenter enfin à notre roitelet les présents de lempereur (2 vases de porcelaine de Sèvres ; margaritas ante porcos). Il avait ordre de sentendre avec moi. Je lai donc conduit à ma résidence et jai fait mon possible pour lui procurer une réception splendide. Jai réussi et jai grandi dun mètre ! »123
    Cest alors quune guerre civile déchire le pays, opposant Norodom à son frère Siwotha, jeune prince que Mgr Miche avait rencontré lors des funérailles de leur père : « Dernièrement, le plus jeune frère, otage du roi de Siam, est revenu au Cambodge pour assister aux funérailles de son père. Il sest empressé de me faire une visite et il a eu le front de me dire à loreille ; le jour où vous voudrez, je serai roi du Cambodge. Je lui répondis que je nétais rien au Cambodge, que je ne fais pas de politique et que mon unique soin était dinstruire mes chrétiens et de leur apprendre à servir Dieu et le roi avec une fidélité inviolable. Malheureusement pour moi, le roi de Siam est convaincu que je suis tout au Cambodge et cest pour cela quil cultive mon amitié. »124 A la rébellion sajoute soudain une révolte des Chams. Réfugiés en Basse Cochinchine, où ils vivent pauvrement, explique Mgr Miche, ils se sont alliés aux Malais, musulmans comme eux, qui les suivent aveuglément, reconnaissant en eux des descendants du prophète. Les chrétiens sont parmi leurs premières victimes : « Le lendemain matin, des Malais et des Chams ont pénétré dans notre église pendant loffice et se sont avancés insolemment jusquau Maître-autel. Avertis de se retirer, ils ne lont fait quen murmurant des menaces. »125
    Le prélat, plus que jamais convaincu de la nécessité dune ingérence française au Cambodge, ne cesse denvoyer des lettres à lamirauté, à Saigon : « Je donne tous les renseignements capables de faire tourner lexpédition à bonne fin, soit pour la France, soit pour les missions. »126 La plupart sont interceptées : « Un chef de brigand avait arrêté et brûlé à plusieurs reprises mes lettres à M. Charner. Que dis-je ? Ce Robespierre du Cambodge avait décapité un de mes courriers, coupable du seul crime davoir été trouvé nanti dune de mes lettres à ladresse de M. lamiral. »127 Mais la ténacité finit par payer. A plusieurs reprises, un bâtiment de la marine française se montre à proximité des côtes cambodgiennes, rétablissant temporairement le calme : « Vous savez quà ma demande, M. Desvaux, commandant supérieur de My-Tho, nous a expédié une canonnière qui est arrivée ici le 1er septembre. Elle a reparu dans nos eaux deux autres fois et chaque fois, sa courte apparition a produit un excellent effet, en dépit des instructions beaucoup trop limitées données à M. le commandant Salmon qui sest montré envers nous comme un véritable ami. »128 Lopération était apparemment destinée à soustraire les missionnaires aux rigueurs de la guerre civile en les rapatriant vers la Cochinchine pacifiée : « Lunique but de la mission de cet officier était de nous prendre à son bord et de nous conduire à son bord à My-Tho. Inutile de vous dire que cette offre a été refusée ; que seraient devenue les brebis en labsence du pasteur ? » Non seulement Mgr Miche reste à son poste, mais il parvient à obtenir du chef des rebelles une indemnité de 60 barres dargent, qui est distribuée aux chrétiens de Battambang et surtout à ceux de Phnom Penh, plus directement exposés aux pillages : « Tout fut promis, car le canon rayé faisait peur. » Peu après, il apprend que les Siamois, toujours poussés à maintenir leur tutelle sur le Cambodge, tentent de porter le prince révolté sur le trône, à la place de son frère : « On est venu mannoncer que quatre bateaux à vapeur siamois venaient darriver à Kampot amenant le prince rebelle pour monter sur le trône ! Jai peine à en croire mes oreilles. Nous attendions le prince légitime dans la huitaine et la même nouvelle porte quon va le conduire de Battambang à Bangkok. Cest tout juste le contraire quil fallait faire. » Norodom, en effet, est provisoirement assigné à résidence à Bangkok. Lamirauté française nignore rien de ces manuvres, dont lAngleterre tire les ficelles : « La politique dusurpation que mène le Siam depuis laffaiblissement par nos armes de la Basse Cochinchine, que dirige une main plus puissante, réduira à néant, si nous ny prenons garde, ladmirable position que nous avons en Cochinchine. »129 Cependant, la décision dagir nest pas encore prise. En revanche, la France cherche à éteindre la rébellion par des moyens détournés. Dans une lettre du 6 mai 1862, Mgr Miche raconte que neuf francs-tireurs, quil surnomme « les neuf garibaldiens français », sont logés chez lui. Ce petit groupe, composé de « deux sergents libérés du service, dun nègre de la Martinique, de deux cuisiniers, de deux maîtres dhôtel et de deux matelots », fait discrètement des opérations de sabotage dans les lignes rebelles : « Il paraît que le gouvernement français qui a des vues sur le Cambodge, les soutient en secret. Si lAngleterre et Siam font une réclamation on dira que ce sont des gens sans mission et sils échouent on les désavouera. Je ne me suis pas caché pour leur dire quils me compromettent. Cest chez moi quils logent et quils mangent, quils préparent leur armement et cest chez moi encore quils entassent leur butin. Comment voulez-vous que je ne passe pas pour être lâme de tout ? Nos hauts bonnets à Saigon font volontiers de moi un moyen ; sauf à ces voltairiens à me sacrifier au besoin. Je nentends pas les choses de cette oreille. Nos flibustiers partiront demain pour une seconde expédition. Dieu veuille que jen sois délivré. La bande noire se dévore elle-même : je nentends parler à ma table que de provocation en duel, de balles logées dans la poitrine et de six pouces de fer enfoncés dans le corps. Canailles ! »130
    En 1862, lamiral Bonard se rend au Cambodge, visite Angkor, observe la situation quil juge préoccupante, le royaume de Siam cherchant plus que jamais à renforcer son emprise sur le Cambodge, qui senfonce dans le désordre. Des bandes armées écument le pays ; Mgr Miche lui-même est menacé : « M. Cordier (provicaire de Mgr Miche) annonce quil a reçu des nouvelles du Cambodge. La barque envoyée pour porter des lettres à Mgr Miche, ses deux rameurs et les lettres ont été saisis par les pirates des mandarins : lun des deux rameurs sur lesquels on a fait jouer le rotin pour tâcher den obtenir des révélations a réussi à séchapper et cest de lui que M. Cordier nous dit avoir reçu beaucoup de nouvelles extrêmement tristes. Une lettre de Mgr Miche datée du 15 janvier et arrivée à My-Tho par une barque payenne confirme ces nouvelles. Le bruit qui avait couru est bien exact ; les rebelles voulaient semparer de Mgr Miche et de ses missionnaires et même de ses chrétiens pour les livrer aux mandarins annamites. »131 En février 1863, le contre-amiral de la Grandière, successeur de Bonard, arrive à Saigon. La Cochinchine est soumise, il peut donc regarder en direction de Phnom Penh. Or, en juin, il apprend par Jean-Claude Miche que Norodom, rentré de Bangkok, rechercherait la protection de la France.132 La Grandière, avant même que Paris nait donné son aval, dépêche un aviso à Oudong, (la capitale traditionnelle des Khmers), avec à son bord le capitaine de frégate Doudart de Lagrée.133 Une entrevue à lieu avec le monarque : Mgr Miche traduit. Le 11 août 1863, Doudart signe avec Norodom un traité dont larticle 1er dispose que : « S.M. lempereur des Français accorde sa protection au roi du Cambodge. » En échange, le roi accepte linstallation dun résident français, reconnaît la liberté de circulation aux français, le droit de prêcher aux missionnaires, accorde à la France divers avantages économiques, notamment lexploitation des forêts pour la construction des navires, interdit le commerce de lopium et cède un terrain à Phnom Penh où lon construira un fort.134 Subitement, Norodom recule, cédant devant lindignation du Siam qui sestimait spolié de ses droits sur le Cambodge : « La cour de Siam va de lavant, déclare le traité nul et va députer ici trois grands mandarins pour couronner le roi du Cambodge, à la barbe des officiers français qui sont en station à une lieue et demi de la capitale. Je crains fort que la France ne fasse une reculade. »135 Mais Norodom vient à résipiscence et, le 3 juin 1864, il est couronné à Oudong en présence des officiers de la marine française.136 Grâce au traité de protectorat, la France contrôlait désormais le cours inférieur du Mékong, voie qui, espérait-on, permettrait datteindre la Chine intérieure. Il ne restait plus à La Grandière quà uvrer pour rétablir de bonnes relations avec le Siam : le traité franco-siamois de 1867 y pourvut, moyennant quelques modifications de frontières, au détriment du Cambodge.137

    5 La stratégie apostolique de Mgr Miche

    5.1 Incertitudes dune entente avec la marine

    Jean-Claude Miche sest donc trouvé au cur des événements qui préludèrent à limplantation de la France en Indochine. A partir de 1858, il espère ouvertement une action militaire dans son vicariat apostolique. Il aurait pourtant de bonnes raisons de se méfier des conséquences dune mainmise française sur la région. Lors des opérations qui avaient permis de libérer les missionnaires emprisonnés dans les geôles annamites, une controverse avait momentanément divisé les milieux catholiques. Lintervention de la marine au secours des prisonniers de lempereur dAnnam était une nouveauté : elle plut à lEglise.138 Charrier et Galy, les compagnons de captivité de Jean-Claude Miche avaient été acclamés comme des héros à leur retour en France et les conseils centraux de luvre de la propagation de la foi cherchèrent à tirer parti de la situation, engageant le gouvernement à montrer désormais plus de fermeté. La mission du prêtre et celle du marin ne sétayaient-elles pas ? : « Le marin porte à travers les mers et sur toutes les plages le nom et le drapeau de la France ; partout où il aborde, il rencontre le prêtre, louvrier humble et trop souvent dédaigné de la foi catholique, mais aussi de la grandeur française ; il est témoin des transformations opérées par ses travaux ; il le voit faire de sauvages des hommes civilisés, dennemis de létranger des amis ; il se rend compte de lanalogie de luvre évangélique avec son uvre personnelle, et il traite lapôtre en ami, presque en compagnon darmes. »139 Mais les hautes instances des M.E.P. se montrèrent beaucoup plus circonspectes. Alors que le culte des martyrs était en plein renouveau elles tinrent, dans un esprit providentialiste, à rappeler les vertus du sacrifice librement consenti par les missionnaires, dont le sang, selon une antique tradition chrétienne, est censé féconder les terres païennes : « Nos chers confesseurs vous ont peut-être dit comme à nous que leurs plus beaux jours sont ceux quils ont passés en prison, avec lespérance de nen sortir que pour aller porter leurs têtes sous la hache du bourreau. Nous laisserons donc agir la Providence, et si le tyran annamite a encore soif de sang français, il en trouvera de tout prêt à couler dans les veines de ces jeunes missionnaires qui sont allés plus nombreux prendre la place de ceux que son glaive a moissonnés. »140 Par ailleurs, les missionnaires se méfient viscéralement des européens, quils côtoient sur les bateaux pendant les traversées ou dans les pays de mission. Lorsquen 1858, Mgr Pellerin sétait rendu à Biarritz pour plaider la cause des victimes de la persécution auprès de Napoléon III, son initiative navait pas fait lunanimité, certains redoutant le prix à payer pour cette éventuelle protection : « On a beaucoup discuté cette démarche de Mgr Pellerin auprès du gouvernement français. A mon point de vue, je tiens à dire que je suis de ceux qui la regrettent, parce que le pouvoir civil a coutume de faire payer trop cher la prétendue protection quil accorde. Je me rappelle ces graves paroles dun évêque missionnaire : Ceux qui parlent de la protection des troupes européennes simaginent que les soldats ne font quaider et défendre. Je soutiens quils font plus de mal en un jour par leurs débauches que vingt missionnaires ne peuvent en réparer en un an. »141 Jean-Claude Miche partage cette suspicion, nhésitant pas à dénoncer à loccasion, « de mauvais français scandaleux. »142 De plus, létat major de la marine ne compte pas que des catholiques bienveillants, mais aussi, selon le mot de Mgr Miche, des « voltairiens ».143 Il y a encore une autre raison, proprement ecclésiastique celle-ci, dhésiter à rechercher lappui de la marine : « Nous savons que le gouvernement français à la coutume dériger des évêchés titulaires dans ses colonies et quil en supporte les frais. Qui sait si nous ne rencontrerons pas quelques obstacles. » Après létablissement du régime des amiraux en Indochine, dans les premières années de la IIIe République toujours concordataire, des querelles de préséance nont effectivement pas manqué déclater entre Mgr Miche, devenu vicaire apostolique de Cochinchine et les aumôniers de la marine.

    5.2 Les fruits de lalliance

    En dépit de ses réticences et avant même la fin des opérations en Cochinchine, Mgr Miche se prononçait en faveur de lexpédition militaire française : « Jattends avec impatience des nouvelles de lintervention des français dans les affaires de Cochinchine. Quy fera-t-on ? Si on occupe une partie du pays, cela pourra nous faire du bien ici. Si on se contente dun traité, notre position sera toujours aussi précaire que par le passé. »144 Quels fruits la politique de la canonnière et le protectorat ont-ils portés au Cambodge ? En premier lieu, les rapports de forces se renversent au profit des missionnaires français. Les autorités locales, sentant le vent tourner, cherchent à se concilier les bonnes grâces des nouveaux maîtres : « On connaît partout les bonnes intentions dont le roi est animé à notre égard. Il ne fait pas un secret du projet quil a conçu de me confier ses deux fils pour faire leur éducation, les baptiser et les instruire comme je voudrai, sauf à leur faire faire quelques études en France, car il veut en faire des français ! Il nous a donné une lettre royale revêtue de son sceau qui nous permet de prêcher la religion de J.C. dans tous ses états et à ses peuples de lembrasser. Cependant nallez pas conclure de là que la moisson est déjà mûre. Ce serait une grande erreur. Tant que quelques princes ou quelques grands personnages nauront pas donné le branle aux conversions par leur exemple, le peuple sera toujours timide pour entrer dans cette voie de peur de déplaire à ses chefs. »145 Une partie de la population, qui leur était précédemment hostile, se rallie aux missionnaires, appâtée maintenant par les protections et laisance relative dont ils jouissent et qui rejaillissent sur lensemble des chrétiens : « Aujourdhui, il faut être chrétien pour être respecté. Des païens, les plus riches commerçants de Penompink, se réfugient auprès de nous et cherchent à Pinhalu un asile quils ne trouveraient pas si assuré partout ailleurs. Depuis un mois, les chrétiens de Basse Cochinchine arrivent ici par centaine : persécutés par les mandarins, pillés, dévastés par des bandes de brigands, ils viennent chercher près de nous une sécurité quils ne peuvent plus trouver dans leur patrie. Tous les jours, je fais des distributions de riz à 8 ou 900 de ces infortunés dont un bon nombre na apporté au Cambodge que ses quatre membres, mais mon grenier sépuise et la faim renaît tous les jours. »146 Trois ans après létablissement du protectorat, Mgr Miche, ayant quitté le Cambodge pour Saigon, montrait rétrospectivement un fort optimisme : « La population, tyrannisée jusquà présent par les mandarins, appelaient les Français comme des libérateurs. Ces libérateurs sont venus maintenant, les Cambodgiens dans lallégresse entendent volontiers la Bonne Nouvelle. »147 Mais quelques années plus tôt, il semblait se faire encore assez peu dillusion sur la sincérité de ces conversions : « Il ny a pas un Cambodgien qui ne sache aujourdhui quon ne peut pas toucher impunément à un cheveux des chrétiens. Aussi bon nombre des payens se déclare-t-ils chrétiens en arrivant aux douanes afin déviter toute vexation, et beaucoup plus encore viennent me demander un passeport. Mon sceau est un véritable passe-partout. »148

    5.3 Un projet : le rattachement de la Basse Cochinchine au vicariat du Cambodge

    Très tôt, lévêque de Dansara paraît avoir douté quil fût possible de convertir les populations cambodgiennes et laotiennes. Dés la création de son vicariat apostolique, dont il avait immédiatement critiqué les frontières, un idée lui était venue : « Si javais été appelé à donner mon avis dans cette affaire, jaurais voté pour quon adjoignit au Cambodge la dernière province de Basse Cochinchine où il y a quatre ou cinq petites chrétientés qui auraient servi de noyau pour en former dautres. En cas dinsuccès au Cambodge, chose qui est hors de doute, les missionnaires auraient pu travailler avec fruit sur une terre féconde. »149 Aussi, lorsque la France parut décidée à sinstaller durablement en Cochinchine, cest vers cette région quil tourne plus que jamais ses regards : « Les raisons qui ont guidé Mgr Lefebvre en demandant lérection du Cambodge en vicariat apostolique vont disparaître complètement avec loccupation française de toute la Basse Cochinchine, car désormais, les relations entre les deux pays néprouveront plus aucune entrave et seront fixées par un traité damitié et de commerce. Cest ce que mont écrit les chefs de lexpédition ainsi que M. le Consul de France à Bangkok. Mu par ces considérations et après mêtre entendu avec mes missionnaires, je viens décrire une lettre à la Sacré congrégation de la Propagande pour quelle daigne rattacher au vicariat apostolique du Cambodge les 3 provinces occidentales de la Basse Cochinchine. De plus, les Annamites croyant à une occupation française définitive, les conversions se font en masse. Dans le cas où ma proposition sera agréée, le Cambodge, qui ne promet rien pour lavenir, ne serait plus quune partie accessoire de ma mission. »150 Il souhaite ce rattachement de la Basse Cochinchine pour plusieurs raisons. Les unes tiennent à la nature de ses habitants, les autres à lancienneté de sa christianisation et enfin à la pacification dont lamirauté, désormais, répondra. Même au Cambodge, en pleine tourmente, les convertis étaient essentiellement des réfugiés Cochinchinois : « Malgré ces obstacles, nous avons pu baptiser près de 40 adultes, tous Cochinchinois. »151 Plus tard, tandis que les communautés cambodgiennes stagnent, en dépit du protectorat, « Battambang me désole, les chrétiens sont de glace et les progrès de la mission sont très lents. Quant au poste de Kampot, cest un chancre pour notre mission », écrit-il en janvier 1864 , les seuls signes encourageants proviennent des chrétiens venus dAnnam : « A six lieues de Phnom Penh, il se forme une chrétienté annamite qui prend tous les jours de laccroissement. »152 Si Mgr Miche ne croit plus à lévangélisation du Cambodge seul, il compte en revanche sur le fécond voisinage de la Cochinchine. Cest pourquoi il en est venu naturellement à souhaiter la fusion des deux peuples : « Il faut que cette race se fonde avec la race annamite et alors tout va bien. Si lexpédition française aboutit, notre ministère sera immanquablement plus fructueux, car dans ce cas, nous nous porterons vers la frontière où il y a beaucoup de villages cochinchinois placés sur le territoire du Cambodge. Mgr Lefebvre regarde comme une belle mission celle qui comprend un vaste territoire et beaucoup de chrétiens. Et moi, jappelle belle mission celle qui, quoique restreinte, offre le plus de facilités pour la conversion des âmes. »153 Or, en Cochinchine précisément, les conversions connaissent, depuis loccupation française, un essor fulgurant : « Le P. Arnoux mécrit de Saigon : il faudrait une machine à vapeur pour suffire aux baptêmes. Voilà qui va vous faire venir leau à la bouche. »154 Cest à Saigon, du reste, que lévêque de Dansara envoie les rares recrues dorigine cambodgienne, afin quon leur prodigue une formation quil nest pas possible de leur donner au Cambodge : « A Pinhalu, nous avons un instituteur, mais son école est mixte, faute de femmes capables pour instruire les petites filles. Jespère que dans peu, notre couvent de Phnom Penh nous fournira des religieuses pour combler cette lacune. Dailleurs, jai envoyé trois jeunes filles cambodgiennes à lorphelinat de Saigon pour les former sous la direction des religieuses de Chartres. Lamiral La Grandière a eu la bonté de leur accorder des bourses. »155 De même, il ne prévoit pas dinvestir davantage, pour le moment, les finances des missions étrangères dans son vicariat du Cambodge : « Quand nous aurons assez de chrétiens pour remplir de grandes églises, nous démolirons les petites. »156

    5.4 Une réalpolitik

    Le providentialisme du jeune missionnaire des débuts semble bien avoir cédé la place au pragmatisme de lhomme dexpérience. Pourquoi Jean-Claude Miche souhaite-t-il lintervention de forces militaires dont le premier objectif nest pas détendre le domaine de la chrétienté, mais de promouvoir le commerce maritime et dasseoir linfluence française en Asie ? Cest quil espère que lévangélisation en sera facilitée, le joug des mandarins ne pesant plus sur des peuples devenus libres dembrasser la religion chrétienne. De plus, la soumission presque complète de lensemble de la région par la marine française autorise le remaniement des vicariats apostoliques. Il apparaît à cet égard, que les idées (révolutionnaires) de droit des peuples, de frontières politiques ou ethniques, nentrent nullement dans les calculs de lévêque de Dansara. Il ne sagit que dagrandir le royaume de Dieu sur terre et lappartenance au peuple chrétien lemporte sur toute autre nationalité. En Cochinchine, Mgr Miche nuvre pas pour la grandeur de la France, mais dans lintérêt des missions. Cest pourquoi, alors que létablissement du protectorat et le couronnement de Norodom ont permis de maintenir une entité cambodgienne dans la région, lévêque de Dansara persiste à réclamer au Saint Siège lannexion dune partie de la Cochinchine à son vicariat du Cambodge, quitte à ce que les frontières de ladministration française et celles du vicariat apostolique ne coïncident pas. Lalliance avec les autorités françaises est à double tranchant, car rien ne garantit que lindépendance des missionnaires sera sauvegardée, une fois lautorité coloniale établie en Indochine. De plus, à lopportunisme tactique du missionnaire pourrait répondre celui des populations locales, le baptême nétant quun moyen intéressé pour obtenir la protection des Français. Comment être sûr, dans ce cas, de la sincérité et de la pérennité des conversions ?

    6 Vicaire apostolique de la Cochinchine occidentale (1864-1873)

    6.1 Administrateur du Cambodge (1864-1869)

    A la fin de lannée 1864, après la démission de Mgr Lefebvre, qui rentre en France (il meurt à Marseille deux ans plus tard), Mgr Miche apprend sa nomination au vicariat apostolique de Cochinchine occidentale. Le jour de son intronisation, lamiral de La Grandière, gouverneur de Cochinchine, lui fit rendre les honneurs militaires. Quelques mois plus tard, en juin 1865, le prélat célébrait publiquement la Fête-Dieu à Saigon, où il réside désormais. Preuve des excellents rapports qui sétaient noués avec lamirauté, les diverses entrises de lévêque de Dansara lui valurent la légion dhonneur, le 16 octobre 1865 ; il reçut également les insignes de lordre du Cambodge. Bien quinstallé à Saigon, il conserva, à sa demande, ladministration de sa précédente mission jusquen 1869 : « Vous savez aussi, Messieurs, que lorsque jai été transféré du Cambodge en Cochinchine, jai conservé le titre dadministrateur du Cambodge et jai même prié la Sacrée congrégation de surseoir à toute nomination dun vicaire apostolique pour cette mission, parce que à cette époque, létat des choses ne me paraissait nullement stable. Les perturbations continuelles de ce pays ne permettront jamais à la mission de sy installer de manière perdurable. Il faut de toute nécessité lui trouver un moyen dexistence ; et ce moyen vous le savez, Messieurs, cest lannexion des provinces de An Giang et de Ha Tien à la mission du Cambodge. »157 Le prélat ne démord donc pas de son projet de rattacher au vicariat du Cambodge les régions situées à louest du delta du Mékong. Ses missionnaires, écrit-il, inactifs à Phnom Penh, ne parlent pas le cambodgien. Lannexion leur fournirait la charge de 3000 chrétiens annamites environ, dont ils connaissent la langue : elle créerait les conditions dune féconde émulation entre les deux populations. Mgr Miche ne cherchait nullement à préparer la restitution au Cambodge dune partie de son territoire. Rappelons que cest précisément cette région qui, occupée par lAnnam, était revendiquée depuis par le Cambodge et à propos de laquelle An Duong avait sollicité laide de Napoléon III en 1854. Les projets du vicaire apostolique de Cochinchine cependant, risquaient de chiffonner les autorités françaises, soucieuses avant tout de préserver les relations difficilement apaisées entre les deux pays. Il veillait donc à rester dans les meilleurs termes avec lamiral de La Grandière, catholique et protecteur des missionnaires. Lors de la conquête finale de la Cochinchine et de lAnnam par les Français, il coopère une nouvelle fois avec la marine : « 25 janvier 1867. Lamiral est entré triomphalement dans la ville de Vinh Long. Il a eu le bon goût dentrer par les portes et non par la brèche. On na pas brûlé une amorce. Le vice roi est venu recevoir lamiral avec 4 cochons rôtis et lui a dit, vous êtes le plus fort, cest là votre droit, nous nous retirons. De là larmée triomphante est partie pour Ha Tien où elle a reçu le même accueil. Je jubile car nos chrétiens nauront pas à souffrir. La veille de son départ, lamiral a eu la bonté de me faire part de son plan. Jamais je nai vu pareille gentillesse. Je me suis rendu chez lui pour le remercier et je lui ai marqué sur la carte les points vulnérables de la mission. »158 Assuré du soutien de lamirauté, conforté par lévolution de la situation militaire, Mgr Miche recommande quand même le plus grand tact à ses confrères, qui doivent négocier à Paris son projet de rattachement de la Basse Cochinchine. Il agit lui-même fort prudemment : « Devant écrire à Rome et à Paris sur mon projet de division, jen ai fait part à M. de La Grandière. Mon dessein lui a paru agréable ; cependant, il faut dire que pour prévenir toute objection, je lui ai donné à entendre que cétait le Cambodge que jagrégeais à la Cochinchine et non la Cochinchine au Cambodge. Il a souri de plaisir. Si vous traitez cette affaire avec le gouvernement français, traitez-la sur ce pied et je vous promets un succès complet. »159 Un an plus tard, Mgr Miche, vieillissant et affaibli, renonçait à ladministration du Cambodge et consacrait ses dernières forces à la Cochinchine.

    6.2 Luvre des dernières années

    Souvent malade, Mgr Miche déploie pourtant une inlassable activité. Il favorise linstallation ou la consolidation de plusieurs congrégations en Cochinchine : frère des Ecoles Chrétiennes, (auxquels il céda le collège dAdran fondé par Mgr Puginier), religieuses de Saint-Paul de Chartres, Carmélites. Il fit bâtir des lieux de culte, et soccupe activement du recrutement du clergé indigène. La correspondance quil échange à ce propos avec le collège de Penang est instructive. Le prélat se plaint souvent du manque de prêtres et de catéchistes. Un grand séminaire fondé à Saigon par Théodore Wibaux, qui le fit bâtir avec sa fortune personnelle, instruit des prêtres ; or, ils semblent ne pas donner satisfaction, pas plus que ceux formés à Penang. Mgr Miche déplore le peu defficacité de ces clercs, frottés de latin et de théologie, mais incapable de convaincre leurs compatriotes : « Les élèves venus de Pinang sont inaptes lorsquil sagit de prêcher les payens et jajoute pour votre consolation que les nôtres en sont là ; ils instruisent fort bien les payens gagnés à la foi, mais il ne nous en amènent aucun. Ce qui leur manque, cest la pratique. Nos catéchistes laïcs réussissent mieux parce que les missionnaires les forment. Ceux-ci convertissent les payens et les autres donnent linstruction. Pour remédier à cela nous allons fonder une école de catéchistes. »160 Il rédige en vietnamien, à lintention des futurs prêcheurs, « Le livre du prédicateur », publié peu de temps avant sa mort, aux presses de la mission, Saïgon-Tandinh, ouvrage dont une deuxième édition a été tirée en 1888.161
    Aux défaillances de lencadrement ecclésiastique, sajoutent les dissensions entre les missionnaires et le clergé venu de la métropole, en particulier avec les aumôniers de la marine : « Les aumôniers ont mal parlé de moi !! Je nen suis nullement étonné. Huit mois après mon arrivée ici, jai reçu leurs assauts. Ils sont venus me dire quils avaient juridiction ici sur le corps expéditionnaire, homme et femmes, à lexclusion de tout autre. Je leur ai répondu ; exhibez vos lettres de pouvoir. Ces dernières expressions ne sy trouvaient pas et jai ajouté : je reconnais votre juridiction personnelle. Mais moi, jai une juridiction territoriale. Quiconque arrive chez moi est mon sujet spirituel. Il y a en Cochinchine 4 hôpitaux et vous ne soignez quun de ces hôpitaux, les autres nont dautres prêtres que mes missionnaires. Si mes missionnaires nont point de juridiction, envoyez des aumôniers ou des absolutions par le télégraphe. Javais suggéré à quelquun de dire à lamiral, après tout, votre dame se confesse à un missionnaire et non à un aumônier. Enfin, on a changé les trois aumôniers, Cazanier, le chef, Meyan, vrai socialiste et Moreaux qui ne vaut pas quatre sous. Ils revendiquaient le droit exclusif de confesser les surs. LEvêque de Chartres ma écrit : tenez bon, je vous félicite de navoir pas affaire à cette canaille ! Nous avons ici des succès, il ne manque que des catéchistes. Au grand dépit de certains français, jai obtenu la soumission de quelques grands chefs : leurs subordonnés se convertissent. En octobre, nous en avons baptisé 120 et je vais en faire baptiser 130 autres. Tout cela me fait des amis et des ennemis : lamiral est enchanté mais certains petits chefs crient au jésuite. Je me moque du quen dira-t-on et je continue mon chemin. »162
    Dans ses moments de détente, il sintéresse à la flore. Il avait déjà introduit au Cambodge le corossolier, originaire dAmérique, (son fruit est appelé pomme cannelle). Le 6 février 1870, il écrivait au P. Laigre, à Penang : «  Il y a des fruits au collège de Pinang que je voudrais acclimater ici où ils sont inconnus, comme le Champada et le Ramboutang. Si vous aviez la bonté, quand vous expédiez des élèves sur Saigon, de leur confier une caisse avec des plants des arbres précités quils soigneraient en route, vous me feriez un grand plaisir, ainsi quau directeur du jardin des plantes de Saigon. » Son intérêt pour les sciences il était en relation épistolaire avec des sociétés savantes , lui valut les insignes dofficier de linstruction publique. Epuisé, il ne peut se rendre au Concile du Vatican, convoqué par Pie IX, qui souvre à Rome en 1869. La défaite de Sedan lui fit craindre de nouveaux troubles au Vietnam. Il y eut bien, en effet, quelques mouvements de révolte, mais sans conséquence fâcheuses pour les chrétiens. En 1872, se sentant très affaibli, il choisit pour coadjuteur Isidore Colombert, quil sacre le 25 juillet. Louis-Eugène Louvet le rencontra quelques mois avant sa mort : « Quand jarrivai dans la mission, le vieil athlète nétait plus que lombre de lui-même. Dans sa figure émaciée par lâge et la souffrance, rien ne vivait plus que les yeux, mais quels regards ! et comme ils allaient fouiller jusquau fond de lâme. »163 Un autre chroniqueur raconte quayant eu un malaise, lévêque reprit ses esprits après avoir bu une gorgée deau de Lourdes. Le 1er décembre 1873, après trente-sept années passées en Asie sans avoir jamais revu la France, Jean-Claude Miche séteint au séminaire de Saigon. Le 4 décembre, ses funérailles solennelles, en présence des autorités civiles et militaires, durèrent la journée entière : « Tout le personnel officiel de Saigon a été convoqué. Le gouverneur sest rendu davance à la cathédrale, accompagné du général inspecteur des troupes. »164 Un cortège de plus de deux cents voitures le conduisit à cinq kilomètres de Saigon, au tombeau dAdran, où reposait Mgr Pigneau de Béhaine. Ses cendres ont été rendues à la France après la guerre dIndochine et inhumées le 29 avril 1983 dans la crypte de la chapelle des M.E.P., rue du Bac à Paris.
    Lévolution personnelle de ce prélat est assez significative pour lhistoire des missions en Asie. Tout dabord parce quil est passé dune spiritualité presque mystique, il sen remet à la providence, espère le martyre pour avancer lévangélisation , à un réalisme qui le pousse à sassocier, non sans défiance, aux entreprises profanes dun gouvernement en partie laïc, voire anticlérical. Ensuite, parce quil a, de facto, renoncé à lidée dune évangélisation universelle, lui substituant celle dun nécessaire ajustement de la mission à lenvironnement culturel et à la réceptivité des populations locales. Enfin, parce quil pressent, il nest pas le seul à cette époque, que lavenir des missions repose sur les communautés autochtones et pas seulement sur les missionnaires. Cette transformation ne préfigure-t-elle pas, alors que la colonisation de lIndochine nen est encore quà ses commencements, le désenchantement des occidentaux ?


    6.2 Luvre des dernières années

    Souvent malade, Mgr Miche déploie pourtant une inlassable activité. Il favorise linstallation ou la consolidation de plusieurs congrégations en Cochinchine : frère des Ecoles Chrétiennes, (auxquels il céda le collège dAdran fondé par Mgr Puginier), religieuses de Saint-Paul de Chartres, Carmélites. Il fit bâtir des lieux de culte, et soccupe activement du recrutement du clergé indigène. La correspondance quil échange à ce propos avec le collège de Penang est instructive. Le prélat se plaint souvent du manque de prêtres et de catéchistes. Un grand séminaire fondé à Saigon par Théodore Wibaux, qui le fit bâtir avec sa fortune personnelle, instruit des prêtres ; or, ils semblent ne pas donner satisfaction, pas plus que ceux formés à Penang. Mgr Miche déplore le peu defficacité de ces clercs, frottés de latin et de théologie, mais incapable de convaincre leurs compatriotes : « Les élèves venus de Pinang sont inaptes lorsquil sagit de prêcher les payens et jajoute pour votre consolation que les nôtres en sont là ; ils instruisent fort bien les payens gagnés à la foi, mais il ne nous en amènent aucun. Ce qui leur manque, cest la pratique. Nos catéchistes laïcs réussissent mieux parce que les missionnaires les forment. Ceux-ci convertissent les payens et les autres donnent linstruction. Pour remédier à cela nous allons fonder une école de catéchistes. »160 Il rédige en vietnamien, à lintention des futurs prêcheurs, « Le livre du prédicateur », publié peu de temps avant sa mort, aux presses de la mission, Saïgon-Tandinh, ouvrage dont une deuxième édition a été tirée en 1888.161
    Aux défaillances de lencadrement ecclésiastique, sajoutent les dissensions entre les missionnaires et le clergé venu de la métropole, en particulier avec les aumôniers de la marine : « Les aumôniers ont mal parlé de moi !! Je nen suis nullement étonné. Huit mois après mon arrivée ici, jai reçu leurs assauts. Ils sont venus me dire quils avaient juridiction ici sur le corps expéditionnaire, homme et femmes, à lexclusion de tout autre. Je leur ai répondu ; exhibez vos lettres de pouvoir. Ces dernières expressions ne sy trouvaient pas et jai ajouté : je reconnais votre juridiction personnelle. Mais moi, jai une juridiction territoriale. Quiconque arrive chez moi est mon sujet spirituel. Il y a en Cochinchine 4 hôpitaux et vous ne soignez quun de ces hôpitaux, les autres nont dautres prêtres que mes missionnaires. Si mes missionnaires nont point de juridiction, envoyez des aumôniers ou des absolutions par le télégraphe. Javais suggéré à quelquun de dire à lamiral, après tout, votre dame se confesse à un missionnaire et non à un aumônier. Enfin, on a changé les trois aumôniers, Cazanier, le chef, Meyan, vrai socialiste et Moreaux qui ne vaut pas quatre sous. Ils revendiquaient le droit exclusif de confesser les surs. LEvêque de Chartres ma écrit : tenez bon, je vous félicite de navoir pas affaire à cette canaille ! Nous avons ici des succès, il ne manque que des catéchistes. Au grand dépit de certains français, jai obtenu la soumission de quelques grands chefs : leurs subordonnés se convertissent. En octobre, nous en avons baptisé 120 et je vais en faire baptiser 130 autres. Tout cela me fait des amis et des ennemis : lamiral est enchanté mais certains petits chefs crient au jésuite. Je me moque du quen dira-t-on et je continue mon chemin. »162
    Dans ses moments de détente, il sintéresse à la flore. Il avait déjà introduit au Cambodge le corossolier, originaire dAmérique, (son fruit est appelé pomme cannelle). Le 6 février 1870, il écrivait au P. Laigre, à Penang : «  Il y a des fruits au collège de Pinang que je voudrais acclimater ici où ils sont inconnus, comme le Champada et le Ramboutang. Si vous aviez la bonté, quand vous expédiez des élèves sur Saigon, de leur confier une caisse avec des plants des arbres précités quils soigneraient en route, vous me feriez un grand plaisir, ainsi quau directeur du jardin des plantes de Saigon. » Son intérêt pour les sciences il était en relation épistolaire avec des sociétés savantes , lui valut les insignes dofficier de linstruction publique. Epuisé, il ne peut se rendre au Concile du Vatican, convoqué par Pie IX, qui souvre à Rome en 1869. La défaite de Sedan lui fit craindre de nouveaux troubles au Vietnam. Il y eut bien, en effet, quelques mouvements de révolte, mais sans conséquence fâcheuses pour les chrétiens. En 1872, se sentant très affaibli, il choisit pour coadjuteur Isidore Colombert, quil sacre le 25 juillet. Louis-Eugène Louvet le rencontra quelques mois avant sa mort : « Quand jarrivai dans la mission, le vieil athlète nétait plus que lombre de lui-même. Dans sa figure émaciée par lâge et la souffrance, rien ne vivait plus que les yeux, mais quels regards ! et comme ils allaient fouiller jusquau fond de lâme. »163 Un autre chroniqueur raconte quayant eu un malaise, lévêque reprit ses esprits après avoir bu une gorgée deau de Lourdes. Le 1er décembre 1873, après trente-sept années passées en Asie sans avoir jamais revu la France, Jean-Claude Miche séteint au séminaire de Saigon. Le 4 décembre, ses funérailles solennelles, en présence des autorités civiles et militaires, durèrent la journée entière : « Tout le personnel officiel de Saigon a été convoqué. Le gouverneur sest rendu davance à la cathédrale, accompagné du général inspecteur des troupes. »164 Un cortège de plus de deux cents voitures le conduisit à cinq kilomètres de Saigon, au tombeau dAdran, où reposait Mgr Pigneau de Béhaine. Ses cendres ont été rendues à la France après la guerre dIndochine et inhumées le 29 avril 1983 dans la crypte de la chapelle des M.E.P., rue du Bac à Paris.
    Lévolution personnelle de ce prélat est assez significative pour lhistoire des missions en Asie. Tout dabord parce quil est passé dune spiritualité presque mystique, il sen remet à la providence, espère le martyre pour avancer lévangélisation , à un réalisme qui le pousse à sassocier, non sans défiance, aux entreprises profanes dun gouvernement en partie laïc, voire anticlérical. Ensuite, parce quil a, de facto, renoncé à lidée dune évangélisation universelle, lui substituant celle dun nécessaire ajustement de la mission à lenvironnement culturel et à la réceptivité des populations locales. Enfin, parce quil pressent, il nest pas le seul à cette époque, que lavenir des missions repose sur les communautés autochtones et pas seulement sur les missionnaires. Cette transformation ne préfigure-t-elle pas, alors que la colonisation de lIndochine nen est encore quà ses commencements, le désenchantement des occidentaux ?


    Bibliographie

    Alexandre Allain, La France de Guizot et lExtrême-Orient, Ecole des Chartes, Paris, 1999.
    Robert Costet, Siam-Laos, Histoire de la mission, études et documents n° 17, Eglise dAsie, série histoire, AMEP, Paris, 2002.
    Alain Forest, Le Cambodge et la colonisation française : histoire dune colonisation sans heurts, 1897-1920, Paris, lHarmattan, 1979.
    Charles Fourniau, Vietnam, domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Les Indes savantes, Paris, 2002.
    Pierre Guillaume, Le monde colonial, XIXe-XXe siècle, Paris, 1994.
    Histoire du christianisme des origines à nos jours, libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914), sous la responsabilité de Jacques Gadille et Jean-Marie Mayeur, Desclée, Paris,1995.
    Marcel Launay, Le bon prêtre, le clergé rural au XIXe siècle, Paris, 1986.
    Idem, Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Cerf, 2003.
    Claude Marchal, La prévôté de Bruyères aux XVIe et XVIIe siècles : population, économie et société, Tome I, Université de Nancy, 1997. 
    Jacques Mathieu, Les gentilshommes de Laveline, cahier I, 1975.
    Claude Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation, XVIe-XXe siècle, Cerf, 2004.

    • Numéro : 423
    • Année : None